Partenaires





Index
Inscription
Rechercher
Membre
Connexion
Déconnexion
Votre Profil
Boîte de MP
Groupe

















+ Perso' Prédéf'
+ Batailles Navales
+ Conquête d'îles
+ Tales of Beginning
+ Haut-Fait

Nouveaux arrivants : +10PP/RP
Nous recherchons de vils pirates ou d'idéalistes révolutionnaires pour faire face
à l'imposante marine !
(Note : si vous voulez jouer un marine, n'hésitez pas non plus!)

+ Click here

Partagez | 
 

 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



“Invité”

MessageSujet: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Lun 3 Déc - 15:25



En quête de vérité




L'astre solaire était haut dans le ciel alors que ses rayons aveuglants pointaient une mine affreuse, cernée par la fatigue de la veille. Une veille passée à lire des bouquins discutant la médecine avancée : la folie. Cette mine affreuse recouverte de cheveux noirâtres, c'était la mienne. Les phrases de ce livre qui m'avaient tant troublées restaient toujours dans mon esprit : Couper les deux oreilles d'un individu et lui recoudre la peau juste après pour diminuer l’ouïe d'une personne. Tellement logique tout en étant complètement aberrant. Rien que le fait de m'imaginer exécuter cette chirurgie moi-même me glaçait le sang mais, dans un même temps, m'exaltais. Ce ne fut qu'une folie passagère, car je sortis assez vite de mes songes, l'une de mes mains placée à dix centimètres de mes yeux pour ne pas être ébloui. C'était donc d'un pas nonchalant que j'étais sortis hors du lit, prêt à m'étendre et entamer cette nouvelle journée qui étrangement, se faisait pressentir attrayante. Où étais-je déjà ? Sur l'île d'Ohara. Cette île m'avait toujours fascinée et ce peu importe mon âge. On en connaissait pas les réelles raisons mais, pour que la marine décide d'y envoyer le Buster Call, il devait s'y tramer des choses diverses et variées mais, très contraignantes pour le gouvernements mondial. Une vérité à découvrir si je voulais perfectionner mes desseins.

Cinq bonnes minutes avaient suffit à me rendre en dehors de l'établissement dans lequel je séjournais. Une petite maisonnette appartenant à un couple de vieilles personnes bien aimables qui avaient acceptés de m'héberger pour la nuit sans même poser la moindre question. L'anonymat, je le portais très bien et cela m'arrangeais véritablement. Vêtu d'un pantalon de costume de couleur noir et d'un t-shirt blanc alors qu'un bonnet noirâtre recouvrait ma tête, j'avançais sur l'île d'un pas assuré, une cigarette entre les lèvres. Depuis la catastrophe d'antan, bon nombre de villageois s'étaient de nouveau installés en ces lieux. Certains en connaissance de causes alors que d'autres non. C'était le premier cas qui m'intéressait et uniquement. D'un regard à droite puis à gauche, il fallait encore trouver ce genre de personnes sans pour autant s'aventurer trop loin et tomber nez à nez avec un lion affamé ou encore une autre créature de ce genre. Oui, car qu'on se le dise, même si Ohara se reconstruisait petit à petit, la majeure partie de l'île restait sauvage.

Prônant une place libre à côté d'un vieil érudit, sur un banc de bois, les recherches pouvaient débuter. « Bonjour ! Dites moi m'sieur vous connaissez l'histoire de cette île ? » Avais-je dis d'un air enjôleur et d'un ton familier. L'approbation du vieil homme n'avait pas tarder à venir, ce qui ne m'avait pas laissé le choix que de simplement lui mentir. Pour lui, je n'étais pas Nikolaevich Raizel, un jeune militant au sein des révolutionnaires mais, modestement, un jeune homme qui souhaitait assouvir ses désirs de connaissances. « Ce que j'sais sur l'histoire d'cette île mon p'tit ? Pas grand-chose si cn'est que ces enfoirés de gouvernementaux, cette fameuse justice, ils ont tous eut peur qu'une vérité plus grande n'soit révélée ! » Les minutes qui suivirent furent pleines de parlottes inutiles mais, j'en avais compris le principal. Ce vieillard semblait vouer une rancœur sans pareille envers le gouvernement tout entier. Le pourquoi du comment ne m'intéressait pas. Je ne perdais pas mon temps sur cette île finalement ... Le laissant à son monologue, je m'étais levé vers d'autres horizons, à chercher une autre cible pour satisfaire ma curiosité.

Mon détecteur à femelle en fonctionnement, une jolie et jeune femme à une dizaine de mètres de ma position attirait inlassablement mon regard. Un regard qui exprimait tant de choses, notamment des envies non de meurtres mais, de plaisir. En l'accostant, je ne savais pas encore si la questionnée au sujet d'un passé allait être une priorité ou non. Après tout, sa peau était si délicate alors que ses cheveux bleuâtre semblaient soyeux à souhait que je n'avais qu'une seule envie, laisser mes deux mains la parcourir. « Dites moi, sauriez-vous davantage développer mes connaissances sur ... » D'un œil baladeur, plongé sur sa poitrine, j'en perdais mes mots. « ... Sur le passé de cette île évidemment ! » Peut-être avais-je été un peu trop indiscret pour une gamine si ... Chaste ? A peine avait-elle remarquée que mes yeux étaient rivés sur son décolleté qu'elle avait énoncée un "non" catégorique en me faisant volte face. Béa et le sourire aux lèvres, je ne pouvais m'en prendre qu'à moi-même. Cette passion envers la gente féminine jouait véritablement contre moi. Dans une certaine limite, si des organes auraient flottés derrière la jeune femme, peut-être que mon regard se serait déplacé. Peut-être ...

Continuant ma route dans une direction opposée, mon regard avisé et mon radar à curiosité cherchaient des personnes en connaissances de causes. Y en avait-il vraiment au moins ? Si de telles informations pouvaient filtrées si facilement, cela n'aurait plus été un secret. Et puis, sur l'île, bon nombre de marines étaient toujours présents et aux aguets prêt à assaillir la personne en divulguant un petit peu trop. C'était certainement ce qui empêchait les personnes de parler mais, je ne désespérais pas pour autant. D'un regard sur la gauche, une autre cible était déjà choisie. Elle non plus ne savait strictement rien au sujet d'un terrible passé. Inutile de m'y attarder davantage, car en plus de ne rien savoir, cette personne était un homme d'une trentaine d'années, rien de bien captivant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Dim 23 Déc - 22:00



Une bonne action en faveur de la nature


Les recherches ne donnaient vraiment rien. Les habitants étaient liés par le secret mais avant tout par les membres du gouvernement qui rodaient aux alentours sur toutes la périphérie du village encore existant. Mes pas au fil de mes pensées et de mon désespoir me menaient peu à peu à l'extérieur de toutes cette humanité respirant le mensonge et le regret. Peu à peu, je franchissais cette étendue sylvestre et indomptable comme attirée par une force invisible et irrésistible. J'aimais surtout donner une raison à chacun de mes actes mais, la vérité était que je souhaitais m'éloigner un petit peu de la civilisation. Peut-être même que j'allais trouver quelque chose d'intéressant sur l'île, sur le territoire des animaux sauvages. Les branches craquaient sous mes pas imitant le bruit d'une présence tandis que le vent s’engouffrait entre les arbres et les branchages effrayant ma petite personne. Une nouvelle cigarette entre les lèvres, je prenais sans nul doute de très grands risques à m'aventurer si loin mais, je n'en avais que faire. Je ne me prenais pas pour autant pour le héros de l'histoire. Toutefois, si un animal quelconque devait venir à ma rencontre j'aurais pris mes jambes à mon coup sans la moindre hésitation. J'étais certes logia mais pas fou.

Par ailleurs, chaque bruit me faisait sursauter m'obligeant à m'arrêter un instant afin de vérifier si je n'étais pas suivi par un être vivant. Ce n'était que très rarement le cas et lorsque ça l'était, il s'agissait d'un volatile qui fuyait encore plus rapidement que moi. J'étais assez bien loti. Malgré toutes les situations et les évènements, je savais pertinemment que mes réflexes n'étaient pas appropriés. En général, les personne dont le corps pouvait devenir matière intouchable avaient comme réflexe de prendre cette forme. A contrario, moi, j'étais plutôt du genre à encaisser le coup. Enfin encaisser ... C'était un bien grand mot, car la plupart du temps lorsqu'il s'agissait d'un coup de poing, la douleur était bien grande. Bref, là en l’occurrence, les réflexes n'avaient pas lieu d'êtres, car rien n'était encore survenu de face. Les conifères aux alentours se ressemblaient tous pour moi. Tous avaient le même tronc et le même feuillage sur leurs branches. En tout point communs les uns aux autres. Je devais donc faire preuve d'une analyse conséquente si je voulais parvenir à retrouver mon chemin une fois que l'envie m'aurait pris. Ce qui n'était dors et déjà pas gagner, car je ne reconnais strictement rien. J'avançais à l'aveugle dans une étendue dangereuse et nouvelle.

Ce n'était qu'au bout d'une bonne heure que j'étais enfin tombé sur une chose intéressante ou plutôt, une situation où ma passion pouvait être exercée. En effet, entre la jointure d'un chantier et d'un autre, affalé sur le sol baignant dans une petite flaque de sang, un félin à la couleur profonde et ténébreuse dont seul ses yeux jaunâtre inspiraient l'animosité de la bête. D'apparence, j'aurai dis une panthère mais, je n'en étais pas certain. De toute évidence, en m'approchant doucement de l'animal, je m'étais vite rendu compte qu'il pouvait encore être sauvé. Respirant faiblement, il avait été mordu au niveau de son coup mais, la profondeur n'avait pas été assez importante pour le tuer sur le coup. Toutefois, le laisser là une petite heure de plus allait le mener à sa propre mort. C'était à ce moment là que le grand Raizel muni de son scalpel apparaissait. Bien que le scalpel dans la situation, n'avait pas grande utilité. Débutant par faire cesser son hémorragie à l'aide de compresse prise dans l'une des trousses de survie que je gardais toujours sur moi -Trousse de secours spécial Raizel comprenant tout le matériel nécessaire pour faire souffrir ou si besoin, appliquer les premiers soins à une personne ou un animal blessé- j'avais vite eu fait de recoudre sa plaie. L'animal souffrait bien moins mais, sa vie était toujours en danger. Je n'avais fait qu'appliquer quelques points de sutures et un geste trop brusque de sa tête pouvait aisément déchirer les files. Sa vie était donc entre ses pattes. L'animal seul pouvait décider de son destin. Même si faible, je fus heureux qu'il ne s'en prenne pas à ma vie une fois debout. Au contraire, il m'avait lécher la main en guise de reconnaissance avant même de disparaitre dans la nature.

Une partie de moi voulait faire souffrir cette bête mais, il en avait été autrement. D'un sourire sur les lèvres, j'étais assez fièr de cette bonne action et ce même si je recroisais cet animal mort une heure plus tard. La passion de la médecine dépassait ces sujets tels que la vie et la mort. Sans m'attarder sur d'autres réflexions à perdre mon temps bêtement, je m'étais remis en route imprégnant l'emprunte de mes pas dans cette terre molle et fragile supportant pourtant une quantité phénoménale d'arbres et d'autres choses. J'étais vif et attentionné portant mon regard partout aux alentours et à l'affut de la moindre perturbation. Le ciel commençait peu à peu à changer d'horizon pour laisser place à quelques nuages gris tandis que l'heure avançait doucement. Faire marche-arrière m'étais dorénavant impossible, il fallait que je trouve une autre sortie en espérant tomber sur quelque chose d'attrayant en cours de route.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Sam 29 Déc - 20:29

    Je ne savais pas vraiment comment, mais je m'étais retrouvé sur une île des plus étranges. Ma carte en main, celle que j'avais récupéré à un petit groupe de Pirate pendant qu'ils étaient dans une bataille épique, j'analysais les lieux et je regardais en fonction du parchemin que j'avais, où je me situais. C'était étrange, observant cette île, elle me rappelait beaucoup de choses. Non que j'avais vécu, mais des choses qu'on m'avait raconté, que mon père m'avait raconté. J'observais attentivemen, regardant les lieux ici et là, pour ensuite remarquer que j'étais sur l'île Ohara. Je comprenais tout de suite alors, que ce n'était pas bien de rester ici. Je le savais car on m'avait raconté que ses lieux étaient dangereux. Peut-être bien qu'elle était sous l'emprise de quelque chose, quelqu'un et pour le savoir, je devais y faire un tour.

    Les paumes de mes mains au sol après avoir accosté sur cette île, je m'aidais de mes jambes pour me relever petit à petit pour au final, me redresser et avancer des pas lents et sans répit. Je pouvais voir un beau paysage, mais je pouvais aussi voir le danger. Rien n'était sûr ici, je le sentais, un truc bizarre me le disait que c'était pas bon ici mais je continuais la tête dur, sans vraiment penser à ce qui pouvait m'arriver. J'étais toujours comme ça, j'avais énormément confiance en mes capacités, peu importe qu'elle soit minime ou grande, j'avais toujours confiance en moi-même, je pensais toujours pouvoir tout réussir, j'avais cette volonté que je ne savais pas d'où elle sortait mais elle me disait que tout était possible, rien n'était impossible. M'approchant à grand pas dans le centre de cette île d'après mes observations, une forêt en vue et sans m'en rendre compte, j'y entrais dans le plus calme possible. Je ne savais pas où ça allait m'emmener mais je devais avancer, peut-être bien que j'allais tomber sur une de ses fameuses pierres écrites.

    Ces choses dont je ne connaissais plus le nom, des hyérogliphes si je me souviens bien, enfin, j'en étais pas sûr mais je voulais les voir, on racontait beaucoup sur cette île, comme quoi elle recouvrait plusieurs mystères, qu'elle cachait des secrets anciens que personne ne connaissait, que personne n'avait découvert à vrai dire, mais que beaucoup recherchaient à savoir ses secrets. Mes pensées sur toutes ses personnes qui m'ont raconté tout ça, je ne faisais plus trop attention autour et sans m'en rendre compte j'avais marché sur une trace de pied d'animal géant. Je n'avais pas fais exprès mais je ne l'avais pas remarqué surtout, donc je continuais calmement, les mains dans les poches, observant toujours mon entourage, pour ensuite jetter un coup d'oeil dans le ciel. Ce magnifique paysage à la couleur bleu clair avec ses nuages de fumées blanches qui le parcourraient. Je ne me faisais guerre soucis, je me sentais comme libre à vrai dire, un vent s'installait lentement, on aurait dit qu'une tornade allait arriver et ma cape volait. De plus en plus lentement, je commençais à ralentir mes mouvements, les mouvements de mes pieds plus précisément jusqu'à m'en arrêter net. Ma tête tournait sur le flanc droit pour que mes yeux restent rivé sur un buisson, la présence de quelqu'un peut-être ? Je n'attendais pas pour m'exclamer et je disais ce que j'avais à dire bien haut et fort.

      « Est-ce qu'il y a quelqu'un ? Répondez... si vous ne voulez pas avoir de problèmes. Je m'appelle High D. Inseki, un révolutionnaire. »


    J'avais tout débalé, je l'avais fais exprès, et non je n'étais pas bête. Je n'avais pas peur de ce qu'il pouvait m'arriver. En fait, ma confiance en moi avait certains des défauts, énormément de défauts, car je n'avais justement peur de rien et beaucoup de personnes me disaient que cette confiance en moi allait me faire perdre un jour. Serait-ce peut-être aujourd'hui ce jour-là ? Qui sait ? On pouvait s'attendre à tout.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Dim 30 Déc - 1:03



Ohara , théâtre d'un Buster Call légendaire, sur une île sans histoire renommé pour son savoir, écrit et entreposée dans la plus grande bibliothèque connue. On m'avait déjà conseillé d'y faire un tour, pour voir ce dont la marine était capable, c'était le mentor invisible qui me disait ça. Et bien voilà, 2 ans après, m'y voilà. Devait y a avoir plus de choses à voir avant le déluge de feu qui s'est abattu. Même si un village s'est bel et bien rebâtit sur ces ruines, la nature reste omniprésente. Les arbres repoussent plus vite que les maisons.

Mais au delà du tourisme de base, j'avais un tout autre objectif en tête lorsque je décidai de me rendre sur l'île. L'idée de me trouver sur une île totalement anéantie par l'homme, m'affectait d'une façon étrange. rien de sadique je vous rassure. c'est étrange, peut être parce que je pensais trouver l'inspiration dans ces terres désolées en renaissance ? Ou alors l'histoire, qui m'intéressait aussi. Quoiqu'il en soit, je ne regrette pas d'être allé sur cette île.

Ma petite escapade commença en fin de soirée, à l'heure où le soleil somnolant allait se coucher parmi les brumeux nuages qui lui faisaient office de matelas. Il restait encore dans le ciel son empreinte orangée qui laissait imaginer comment les habitants de l’île pouvait voire le ciel, à travers des flammes voraces et omniprésentes. c'était peut être moins beau pour eux que pour moi en ce moment...
D'ailleurs la forêt était magnifique sous cette couleur ! beaucoup plus que ce village aux allures de chantier, avec tout ces gouvernementaux qui y trainaient.. Sans parler de l'amicalité des villageois.

- Quoa ? VoulAî s'voir c'qui se passey issi ? Prquoi ? Z"êtes de lô marine ?!

Euh, ouais, ils avaient pas tous l'accent...Mais le message restait le même ! C'est ce qui me conduisit à trouver moi même des indices sur cette catastrophe. Il y a aussi la très grande envie d'explorer une forêt, c'est comme ça, j'ai toujours apprécié les ballades nocturne en forêt.

Quand on se promène sur cette île, on a un peu l'impression de marcher dans un cimetière. On imagine tout les gens qui devaient surement courir pour sauver leurs vie déjà prise, par les boulets de canon, on se demande si on est pas entrain de marcher sur un cadavre là. un moment j'entendis même un crissement aux alentours ! Merde,ça se trouve c'est des spectres vengeurs....

- Est-ce qu'il y a quelqu'un ? Répondez... si vous ne voulez pas avoir de problèmes. Je m'appelle High D. Inseki, un révolutionnaire.

Ouf, c'est juste un prétentieux. révolutionnaire en plus, si ça se trouve il a une grosse prime ? jouons la carte sécurité en se faisant passer pour un autochtone.

-Qu'est ce que vous faites là ? c'est un bois sacré ici, réservé au habitants de l'île. Qu'est ce qui vous amènes ici ? depuis combien de temps vous trainer ici ? Répondez.j'arrive plutôt bien à imiter le côté méfiant poussé à l'extrême ...

Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Dim 30 Déc - 16:16



Se perdre en pleine forêt au milieu d'animaux sauvages


Indéniablement, le début de journée avait laissé place à une fin d'après-midi au climat écœurant. Lorsque l'on levait les yeux vers le ciel pour tenter de l'apercevoir au travers toutes ces branches d'arbres s'entrelaçant, on se rendait bien compte qu'il n'allait pas tarder à pleuvoir. Mes pas s'accéléraient au fil de battements de cœur accélérés. En y réfléchissant plus profondément, il n'y avait pas de quoi être craintif mais, il valait mieux prévenir que guérir. Après tout, jusqu'à présent je n'y avais rencontré qu'une panthère noire blessée et aucun autre animal mais, elle ne s'était pas fait cela toute seule. Par déduction, bien que j'étais au sommet de la chaine alimentaire, ces créatures sauvages environnantes tardaient à se faire connaître. Cette situation était la plus déplaisante qu'il soit. Le simple fait de savoir ce qui se trouvait sans aucun doute aux alentours sans même pouvoir voir quoi que ce soit, procurait en mon être une sorte d'étranglement intérieur. Au-delà de la crainte, il y avait surtout l'adrénaline qui coulait à flot dans mes veines. Soupirant longuement, j'observais avec la plus grande attention, le mouvement des arbres et feuillages. Le vent soufflait fort mais, mes oreilles étaient elles aussi réactivent au moindre bruit suspect. Du sifflement au toussotement, tout était analysé par mes soins pour donner suite à des réaction diverses et variées mais, toutes aussi imprévues par moment. Si un insecte venait se poser sur l'une de mes mains, aussi inoffensif soit-il, il finirait en charpie, écrasé.

A la volée, j'enchainais cigarette sur cigarette alors que mon paquet s’amenuisait. Ce qui me flanquait dors et déjà, un stress épouvantable. Je ne pouvais rester trop longtemps sans fumer sous peine de littéralement pété un câble. Extirpant une bouffée de cette fumée grisâtre et reposante pour mon être, j'avais une allure déplaisante et dépravée. La fumée ne se résultait pas seulement aux résidus d'une bouffée sur une clope mais, mon être tout entier n'était que fumée et nocivité. Un léger sourire sur les lèvres laissant apparaitre mes dents blanches et droites, j'en avais presque oublié l’environnement dans lequel je me trouvais. La faune et la flore ... Dans d'autres circonstances, je pouvais aimer ce genre de zone mais là ... J'en avais marre ! Accélérant à nouveau le pas pour me mettre à trottiner légèrement, je tentais de rejoindre la côté me frayant un chemin entre branches et buissons accrochant parfois ma veste ou autre ce qui me ralentissais quelque peu. Ce que je souhaitais était de rejoindre une extrémité de l'île pour ensuite la longée et retrouver la civilisation avant la nuit tombée. Dans la pire des situations, j'avais toujours ma capacité due à mon fruit du démon, en tout dernier recours.

Après une bonne dizaine minutes de marche cherchant toujours la côté avec désespérance, un nouveau bruit attirait mon attention. Pour un bruit, il s'agissait plutôt d'une voix humaine et masculine qui me fit sursauter d’effrois. Un nom et une appartenance au sein de la révolution. L'homme qui parlait à haute voix était bien imprudent mais, j'étais rassuré de pas être totalement seul dans ce coin perdu. Alors que je m'approchais en direction de la voix, de secondes paroles furent prononcées par un autre homme qui me firent m'arrêter avant de me remettre en marche aussitôt. Un bois sacré ... Ce nouvel homme qui avait parlé racontait réellement n'importe quoi et il fallait être un véritable idiot pour croire ses balivernes. Si on avait discuté un minimum avec les habitants de l'île, on se rendait bien compte que la forêt dans laquelle nous nous trouvions n'avait rien de sacré mais, tout de sauvage. M'avançant d'un pas lent mais assuré tout en sortant mon corps de l'un des buissons avoisinants pour faire face aux deux hommes, je leur fit part de mes paroles d'une voix calme et rassurante. « Alors comme ça, je ne suis pas le seul détraqué à m'être perdu dans cette forêt ? Sauvage et lubrique qui plus est ... Vous ne sauriez pas comment sortir d'ici par hasard ? Disons que je n'ai pas envie de terminer dans l'estomac d'une créature féroce. » Sur la fin, j'arborais une mine gênée. Laissant quelques secondes de silences s'écouler, je reprenais à nouveau. « Au fait, tu ne devrais pas dévoiler tes intentions ainsi, dire que tu es révolutionnaire ne t'attire pas toujours que des amis. » Dis-je en connaissance de cause.

High D. Inseki. C'était bien la première fois que j'avais en face de moi, une personne portant l'initial "D" dans son nom. Si bien sûr ses paroles n'étaient pas mensonge. La volonté du D, une rumeur pour une volonté inébranlable. Cela n'avait que très peu d'importance dans mon esprit. Ce qui m'attirait surtout chez ce porteur du D, c'était bien évidemment son appartenance au sein de la révolution. Toutefois, ils ne fallait pas éveiller les soupçons si rapidement. Quand au deuxième individu, à se faire passer pour un garde forestier ou quelque chose de ce genre, il attirait lui aussi mon attention. Que pouvaient-ils bien êtres ces deux là ?
Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Dim 30 Déc - 16:49

    Cet endroit était bien étrange, mystique mais en tout cas gigantesque. Le vent soufflait très fort ici, mes cheveux ne cessaient de giguoter à gauche à droite à cause de ce vent féroce qui me faisait même arrêter mes pas parfois. Le plus étrange, c'est que je pensais pouvoir être tranquille ici, mais c'était complètement différent. Je connaissais bien cet endroit, j'avais lu beaucoup de livres dessus, j'étais un grand chercheur à vrai dire, j'étais du genre curieux et je voulais tout savoir. Je n'étais pas du genre bête mais j'avais surtout des ambitions folles. Pour ma part, rester dans ces lieux je le voulais bien car je savais que je pourrais beaucoup trouver ici. Mais bon, pas très longtemps non plus car ce que je cherchais surtout, c'était comment partir, comment dégager de cet endroit. Des pas lents et bien tendus, je marchais sur cette forêt dont j'avais attéris, par hasard, nul ne sait comment. Je marchais du genre très soulagé, les mains dans les poches, la veste très longue que je portais, n'arrêtait pas de voler. Ce vent si puissant, on aurait dit qu'une tornade allait arriver, ou bien de la pluie peut-être ? Je ne le savais pas mais je craignais rien, j'avais une grande confiance en moi, j'avais confiance en mes capacités.

    C'est vrai que je ne devrais pas avoir trop confiance à vrai dire. Quand je vois de quoi je suis munis, je ne devrais pas mais je m'en fichais pas mal. Un revolver au niveau de mon bassin que je gardais soigneusement en cas de danger. Cela pouvait suffir contre certaines créatures mais pour d'autres non, en gros, j'avais aussi mon corps pour m'aider, pour courir, m'enfuir le plus vite possible. Ces lieux n'étaient pas bon, je le sentais, je sentais comme un danger mais je ne cessais d'avancer avec une marche qui s'en suivait encore et encore jusqu'à ce que je m'arrêtais. Un bruit, des mouvements, j'avais entendu un bruit, des buissons bouger, une personne ? Je m'exclamais aussitôt, révelant mon nom, prénom, ambitions et tout ce qui suit avec. Je me disais que peut-être c'était un Révolutionnaire qui sait, il y avait beaucoup de créatures ici mais il y avait des humains aussi, des gens comme moi, qui ont bras et jambe, qui connaissent ma langue, qui savent parler quoi. Et heureusement, c'était bien le cas. Un jeune garçon sortit, disant un petit discours sur ce qu'il était. Il me disait qu'est-ce que je faisais ici ?

    Depuis combien de temps j'étais ici, pourquoi j'étais ici, plusieurs questions quoi en ajoutant que c'était un petit bois sacrée... ce gars-là... je ne comprenais pas ce qu'il me voulait. Bien sûr, je compais lui répondre, j'étais toujours comme ça, je n'aimais pas garder la bouche fermée même si on dit que parfois le silence est d'or, mais on dit aussi que la parole est d'argent ! Moi qui allait répondre à ce jeune homme, qui allait lui réveler pourquoi j'étais ici, ce que je venais faire ici, depuis combien de temps j'étais ici, une nouvelle personne fit son entrée, ne connaissant pas du tout qui il était, il s'exprima lui-aussi, indiquant qu'il était aussi un homme perdu dans cette île. Je ne le comprenais pas trop, il avait une allure alcoolique, en tout cas, ça sentait énormément la cigarette. Les clopes, quelque chose que je n'aime pas, que je déteste, la fumée... Je sais pas, c'est plus fort que moi ce genre de trucs, je déteste la cigarette même après plusieurs essais. Mais bon, pour le moment, il ne fallait pas se mettre à penser sur ce genre de sujet. En face de moi, deux jeunes hommes, de mon âge environ je devrais dire, dont l'un semblait faire le clown et l'autre était perdu. Je parlais alors, à nouveau.

      « Je viens moi-même de débarquer sur cette île. Je ne sais pas comment en sortir mais je trouverai sûrement. Il est vrai que réveler être Révolutionnaire ne permet pas toujours d'avoir des amis, mais comme tu dis, on peut quand même en avoir. Tu semble en connaître d'ailleurs... » Reprenant mon souffle, j'enchaînais à nouveau. « Un bois sacré tu dis ? Intéressant.. mais bon ça ne marche pas avec moi. Dites-moi, qui êtes-vous ? Et que faites-vous ici ? Faites-vous partie de... la Marine ? »


    J'avais beaucoup parlé, voir énormément mais bon je devais répondre à toutes ses questions, celle posée par cette personne et celle de l'autre qui recherchait apparemment son chemin. Même si c'était la première fois que je venais de les croiser, il me semblait plutôt suspect, je savais bien qu'il n'était pas des personnes normaux. Ce que je doutais, c'est qu'ils fassent parties de la Marine mais d'un côté je me disais que non. Si ils en feraient partie, ils n'auraient pas attendu à me sauter dessus, histoire de me capturer donc je ne savais pas tellement ce qu'ils étaient mais j'avais hâte de le savoir... si ils le révelaient bien sûr. En tout cas, je sentais le roussis, c'était comme si ça allait mal se terminer. Ce qui me semblait le plus suspect, c'était cet homme, non celui qui m'avait parlé du bois sacré mais l'autre, il semblait en connaitre sur ce que j'ai dis, les Révolutionnaires. En tout cas je ne pouvais baisser ma garde. Toujours les mains dans les poches, j'étais prêt à dégainer mon arme à feu si il le fallait, calme, gardant mon sang-froid, j'attendais la suite des évenements.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Dim 30 Déc - 22:55

Une discussion animée



Le vent se mettait a souffler vraiment fort ici, repoussant ma mèche de cheveux de mes yeux et apportant dans son sillage un parfum de nicotine. j'avais une petite faiblesse pour cette odeur qui m'était agréablement délicate, mais pas pour autant de la cigarette qui la produisait. il y avait aussi quelque chose que j’apprécie, ce sont les invités surprise, d'habitude je préfère quand c'est une femme mais de temps en temps un homme pour égayer une conversation qui prenait un ton un peu trop menaçant à mon gout.

« Alors comme ça, je ne suis pas le seul détraqué à m'être perdu dans cette forêt ? Sauvage et lubrique qui plus est ... Vous ne sauriez pas comment sortir d'ici par hasard ? Disons que je n'ai pas envie de terminer dans l'estomac d'une créature féroce. »

Après avoir terminé sa phrase, le nouveau venu aux cheveux écarlates posa un silence pesant. un silence qui nous laissâmes le temps de s'observer les uns les autres, de se faire des idées et de réfléchir à quoi rajouter.

« Au fait, tu ne devrais pas dévoiler tes intentions ainsi, dire que tu es révolutionnaire ne t'attire pas toujours que des amis. » repris le rouquin à la clope, en s'adressant à l'autre perdu dans les bois que j'ai croisé à l'instant.

« Je viens moi-même de débarquer sur cette île. Je ne sais pas comment en sortir mais je trouverai sûrement. Il est vrai que réveler être Révolutionnaire ne permet pas toujours d'avoir des amis, mais comme tu dis, on peut quand même en avoir. Tu semble en connaître d'ailleurs...
Un bois sacré tu dis ? Intéressant.. mais bon ça ne marche pas avec moi. Dites-moi, qui êtes-vous ? Et que faites-vous ici ? Faites-vous partie de... la Marine ? »
repris ce dernier en piquant mon ton interrogatoire dans une cave, à mon intention cette fois.

Oulala, j'étais surement perdu dans une forêt avec deux de ces révolutionnaire mabouls. Bon, au moins personne na rien contre les chasseurs de primes, sauf les pirates primées bien sur.Et même si ces gens là sont considérés comme des ennemis de la paix, du gouvernement en fait, et qu'ils ont parfois une jolie somme en dessous du portrait, ce ne sont pas eux mes cibles usuelles. Je préfère largement les pirates. Espérons juste qu'ils n'ont pas eu une mauvaise expérience avec d'autres chasseurs de primes.

«Moi, Marine ? Se balader seul dans les bois à cette heure ne fait pas très professionnel.Non non, je ne suis qu'un humble chasseur de pirate, et de primes entre autre, le tout dit en effectuant une petite révérence, comme quelqu'un qui offre ses services, avec le sourire d’enjôleur en prime. C'est d'ailleurs ce que j'allai proposer aux deux paumés.
Si vous voulez sortir de cette forêt dans un autre état qu'en fiente de panthère, je peux vous aider. Profitez en c'est les soldes.»

j'avais joué la carte honnêteté pour une fois, n'envenimons pas la situation avec des discours peu crédules comme le coup du bois sacré. Déjà que l'homme aux cheveux bleu avait une main dans les poches et un air près à faire quelque chose de pas cool pour moi, comme par exemple sortir une arme et me coller une balle, ou plutôt essayer,de me coller une balle, puisque moi aussi j'étais près à répondre à un quelconque signe d'agression, la main laissée hors de ma poche, balancé par la douce rafale de vents, les doigts bien tendus.
je gardais toujours ce regard souriant et bienveillant mais étais tout de même tendus. De plus que ce n'est pas le premier vacancier qui vient s'aventurer dans une forêt sauvage, surtout sur cette île.

Chacun était plongé dans un mutisme et ses pensée, en ne sachant quoi répondre, de peur de dire quelque chose de travers. l'ambiance n'allait pas en s 'arrangeant .







Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Mar 1 Jan - 21:14



Un sauveur de l'extrême



Moi qui craignais les sauvageries d'un monde animal en plein milieu d'une étendue sylvestre verdoyante, je ne me doutais pas rencontrer plus hostiles sous une silhouette bipède et humaine. Ces deux hommes sur lesquels j'étais tombé, c'était eux les véritables sauvages. Tous les deux à cran, ils étaient prêt à s'abattre l'un l'autre au moindre mouvement suspect tout en se fusillant du regard. L'un était indéniablement un révolutionnaire à l'esprit large et à la bravoure certaine à citer ses desseins à haute voix tandis que le deuxième homme semblait d'après ses dires, être un chasseur de prime. Chasser les pirates, les primes, alors, c'était un chien du gouvernement. Bien qu'il faisait sans doute cela pour l'argent sans esprit de conscience ultérieur, il rendait un fier service à un sommet mondial qui ne le méritait incontestablement pas. Je n'irais pas jusque dire qu'il ne valait pas mieux qu'un marine, car cela dépendait du genre de personnes qu'il chassait, tout simplement. Chasser le révolutionnaire par exemple, le menait à un échelon de médiocrité inimaginable tandis que s'il venait à chasser le vil brigand ayant imprégné le monde de tueries diverses et absurdes, dans ce cas, il n'y avait rien à redire sur son boulot.

Enfin, de toute manière, il y aurait même eu quelque chose à redire, ce n'était pas moi qui l'aurait dit. Tout ce que je souhaitais, c'était de sortir de cette forêt et rien de plus. Par-dessus tout, cet homme nous avait proposé de nous aider. Toutefois, la touche d'humour à la fin de sa proposition fut un petit peu contraignante. S'il sous entendait "soldes" par moyennant finance, j'étais personnellement mal barré, car je n'avais pas un rond sur moi. Je pouvais toujours lui mentir avec l'espoir d'une offrande en fin de course mais, ce n'était pas un très bon plan. Et puis, il fallait encore que lui et le révolutionnaire ne se tuent pas avant même que l'on ne puisse bouger d'ici. « J'accepte volontiers ton aide si tu connais le chemin de sortie ! Vous devriez être plus relax et veiller sur les alentours vous savez ... Au fait ! Je n'ai pas un Berry sur moi. » Avais-je dis pour couper court à leur agressivité.

Il n'était pas question de faire de cet endroit, un bain de sang. Il n'était pas question non plus de les laisser s'entre-tuer tant que je n'avais pas retrouver le chemin de la civilisation. Et puis, il y avait bien mieux à faire. Le ciel grisâtre commençait doucement à noircir laissant place à quelques fines gouttelettes de pluie qui s'écoulaient le long des feuilles et des branches aux alentours évitant d'entrer en contact avec nos corps. Ce fut momentané, car le temps n'avait pas tardé à changer complètement pour une pluie plus abondante. Les arbres ne suffisaient plus à nous servir d'abri. D'ailleurs, quelques gouttes persistaient à perler sur mon visage alors que mon regard se posait haut vers l'étendue astrale. C'était absolument magnifique que de pouvoir observer une telle chose de notre position. C'était bien là, tout l'esprit que je me faisais du mot "liberté". Sans même m'en rendre, je consumais ma clope jusqu’à en arriver au bout et qu'elle tombe d'elle-même d'entre mes lèvres. Les yeux écarquillés et complètement surpris, je me rendais à nouveau compte que je n'avais plus rien à fumer, plus rien à mastiquer. Il fallait vite que je sorte d'ici. J'insistais une nouvelle fois d'une voix tremblante, totalement stressé. « Et si ... on se mettait en route maintenant ... » A peine finis-je mes paroles qu'un bruit suspect survint par-delà les buissons verdâtre où des baies violettes y poussaient. Sans même avoir le temps d'y tendre l'oreille afin de mieux analyser ce qu'il pouvait s'y trouver, un mammifère à quatre patte prônant une apparence d'un canin de couleur orangée traitée de noir et blanc apparu d'un bond majestueux entre nous trois.

Un tigre ou quelque chose de similaire, pour sûr. Un animal qui inspirait brutalité et malveillance. Enfin, je supposais que je n'avais rien à craindre, car après tout, j'étais en compagnie de deux êtres bien plus hostiles qu'un simple animal sauvage. D'un pas hâtif, je reculais pour venir buter contre un arbre tandis que mes mains étaient volante à hauteur de mon bassin. Je n'aimais pas user de mes capacités mais, si je n'avais d'autres solutions pour une offensive ou défensive quelconque, j'en ferais usage. De toute évidence, j'espérais que le révolutionnaire et le chasseur de prime qui ne connaissaient d'ailleurs aucune de mes intentions, allaient venir à bout de cet animal fulminant. Que je sois marine, pirate, chasseur de prime ou encore révolutionnaire ne changeait en rien la situation désespérée dans laquelle je me trouvais, en compagnie d'eux deux.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Mar 1 Jan - 21:49

    Des paroles et des regards plus étranges les un que les autres, c'est ce qu'il y avait ici, entre nous trois, dont l'un était Révolutionnaire, c'est-à-dire moi puis quant aux deux autres je n'en savais absolument rien si ne serait-ce que je doutais quelque chose de suspect chez ce mec à la cigarette entre les lèvres. Sur mes deux jambes bien tendus avec les mains dans les poches, il commençait à faire de plus en plus froid. Heureusement, ma veste était faites d'une peau particulière qui me permettait d'avoir chaud même en cas de rafale ou bien de pluie inséssante. En gros, je n'avais pas grand chose à craindre ou plutôt si quand même, je n'aimais pas réellement la pluie même si la voie que j'avais choisis allait sûrement m'emmener à des terrains orageux et tout ce qui touche à ça. Tandis que je me trouvais sur cette île mystérieuse qu'est Ohara, je devais prêter malheureusement attention à quelque chose. J'étais là pour un certain but, un point qui m'avait emmené ici mais je devais maintenant rester avec deux types dont je ne connaissais absolument pas. Ni leurs noms, ni leurs prénoms, ni ce qu'ils s'étaient. Pour ma part, je m'étais déjà présenté, j'aimais beaucoup que les personnes sachent qui je suis car un jour, je serai connu dans la monde entier. Ce jour-là, j'aurai renversé plusieurs bases de la Marine ainsi que les déchets qui soumissaient les îles, pour leurs propres comptes.

    Les pirates, la Marine, c'est tout ce qu'on entend de nos jours, il n'y a que ses mots-là à la bouche alors que pourtant il reste encore deux camps dont personne ne parle. Les révolutionnaires et les chasseurs de primes, deux camps qui sont plus ou moins les mêmes que les pirates et la Marine car si nous devons regarder ça plus précisément, on peut constater que les Révolutionnaires sont en quelques sortes les Pirates et les chasseurs de primes, et bien la Marine. Bien sûr c'est vite dit, car les cas sont extrêmement différents. Pour ma part, je n'aimerai pas me considérer comme un Pirate, mais dans ce point de vue là, c'était sous-entendu comme ça. Car être Révolutionnaire, c'est complètement différent. Il y a beaucoup à dire sur ce sujet, tellement qu'il serait même mieux de ne pas en parler. Alors qu'on se trouvait tous les trois dans cette forêt, moi, le blondinet et le fumeur, j'attendais calmement une réponse, ou plutôt plusieurs réponses car j'avais posé plusieurs questions. Il y avait là des tueurs à vrai dire, rapidement j'avais reçu la réponse de ce mystérieux personnage qui m'avouait être un Chasseur de primes. Et quant il dit cela, je ne voyais qu'une chose en lui, un autre de ses types de la Marine. Ce que je pouvais détester la Marine, dire que toute cette haine envers ce Gouvernement n'est autre qu'à cause de ma bien aimée mère. Je ne les aimais vraiment pas ses types de la Marine.

    Mais bon, pour ce qui est de lui, on peut dire que il ne faisait pas vraiment partie de cette troupe vu qu'il n'attaquait que pour de l'argent. Malheureusement en faisant ça, il rendait justement service à la Marine, car en tuant de grands Pirates ou des petits, pour la Marine, c'était vraiment super vu qu'ils avaient simplement moins de travaille. Me disant toutes ses choses dans ma tête, je gardais mon sang-froid comme je le faisais toujours, ne montrant pas mes sentiments mais laissant aller juste un regard froid, sans expression sur les deux hommes qui se trouvaient devant moi. Mais dans ces mots, il y avait quand même quelque chose d'intéressant, c'est qu'il savait comment sortir de là, de cette forêt immense qu'était placé sur Ohara. Un point intéressant, car moi et le fumeur on ne savait pas comment se tirer d'ici sauf... qu'il imposait quelque chose. Il l'avait dit à sa façon, mais ce qu'il voulait c'était de l'argent. Jour de chance, j'avais des berrys dans ma poche, un bon petit sachet que j'avais pris à des civils pour attirer l'attention des soldats de la Marine à East Blue et que j'avais oublié de rendre. Aussitôt, je voulais lui dire que j'avais ce qu'il fallait mais l'autre me coupait en disant qu'il acceptait volontiers mais qu'il n'avait pas de quoi payer. En disant ça, je pouvais sentir en lui comme une peur de quelque chose, comme si il ne voulait pas qu'il y est un truc. Mais après ça, je décidais d'intervenir.

      « C'est bon, ne t'en fais pas. J'ai l'argent qu'il demande, donc si tu nous tire d'ici, je veux bien t'offrir les sous que j'ai récolté. Par contre, j'espère que tu nous donneras une fausse indication. Je te suis. »


    C'est ainsi qu'après mes paroles, je pouvais voir de la pluie tombait du ciel à grande vitesse. Des goutelettes qui ne voulaient pas s'arrêter apparemment et ça, c'était la catastrophe, fallait donc vite se bouger d'ici car je n'aimais vraiment pas la pluie. Et si ils ne voulaient pas venir et bien j'allais partir seul mais je préférais attendre quand le fumier demandait si on se mettait en route. Je pensais donc que c'était bon et d'un geste de mon pied j'entendais le bruit de quelque chose très proche. Toujours avec les mains dans mes poches, je ne cessais de me concentrer pour savoir la position exact de cette créature, personne ou Dieu n'sait quoi afin de l'achever. C'était si bien, les trois formant un triangle avec des hautes tensions, il fallait que cette chose vienne nous faire chier. D'un pas en arrière, je pouvais voir la bestiole sauter d'un seul coup au milieu de nous trois avant que je dégainais mon revolver pour lui envoyer deux balles sur ses pattes avant. La créature déséquilibré, j'attendais que le Chasseur de primes en finisse, histoire qu'il n'y est pas de chamaillerie au cas où de "pourquoi tu m'as pas laissé le tuer" etc. Je rangeais donc mon arme, rangeant de nouveau ma main dans la poche, m'apprêtant à partir mais attendant le mouvement du groupe, ou plutôt du chasseur de primes car lui seul connaissait la sortie.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Mar 1 Jan - 23:44

Le guide du dimanche




« J'accepte volontiers ton aide si tu connais le chemin de sortie ! Vous devriez être plus relax et veiller sur les alentours vous savez ... Au fait ! Je n'ai pas un Berry sur moi. »

lorsque le rouquin à la cigarette prononça cette phrase, j'eus envie de clarifier le rôle que je pourrai éventuellement jouer dans cette escapade bientôt nocturne. Il pensais que je connaissais le chemin, pas du tout. J'ai peut être pas été assez clair mais je propose juste une protection, je suis pas un guide.
je levai mon doigts pour souligner ce point mais l'autre compagnon de fortune renchérit

« C'est bon, ne t'en fais pas. J'ai l'argent qu'il demande, donc si tu nous tire d'ici, je veux bien t'offrir les sous que j'ai récolté. Par contre, j'espère que tu nous donneras pas une fausse indication. Je te suis. »

A ce moment il y eut un "merde" dans ma tête. D'habitude, j'étais toujours très honnête avec les gens, mais ce jour là c'était spécial. J'avais plus un rond en poche ! Et lui, vient se planter comme une fleur en me proposant sa "récolte". je rangeai mon doigt à demi tendu et feint de me gratter le cou. En tant que bon chasseur de prime fauché je me devais d'accepter ce rôle, quitte à le payer de ma personne, vu qu'il a l'air d'avoir la gâchette facile celui là, mais en même temps je me sentais un peu coupable de profiter du fait qu'ils soient tout deux perdu.

Ma réflexion, qui m'avait paru l'affaire de dix secondes, mais qui avait en fait laissé le temps à un véritable déluge de s'installer au dessus de nos têtes,se conclu par une timide approbation de la tête.

« Et si ... on se mettait en route maintenant ... »
Avec plaisir, j'ai beau apprécié la pluie certaines fois, celle là ne me plait pas beaucoup.

en effet, c'"tait un véritable orage qui prenait forme au dessus de nous, laissant les arbres comme nos visage trempés et poisseux de cette pluie tropicale. Le vent soufflait fort et nous éclaboussait encore mieux de cette pluie, comme lorsque notre bateau est prit dans une tempête et que les vagues nous balancent à la face des morceaux d'océan. Mais malgré ces conditions épouvantable,la concentration de chacun de nous ne semblait pas faillir. le vent ne sifflait pas assez fort pour nous masquer les pas feutrés qui nous suivaient dans les hautes herbes. je vis tout de suite que le triangle que nous formions dans la jungle était inattaquable, tellement ses membres étaient attentifs au dangers. Et peut être pas qu'a celui de la jungle.

Dans le meilleur des cas, c'est un petit végétarien en quête d'une banane et qui va détaler en nous voyant, et dans le pire des cas, pour l'animal, puisque c'est surement ça à quoi nous avons à faire, c'est un carnivore qui nous voit comme des entrecôtes bipèdes, mais la viande est d'humeur massacrante, et pas qu'a cause de la pluie, plus grâce à l'ambiance très relax qui règne dans le triangle. Et alors son existence risque de finir en bain de sang.

Je n'aime pas tuer, bizarre pour un chasseur de prime n'est ce pas ? je ne suis pas non plus un avare, ce à quoi on peut penser quand on parle d'un chasseur de prime. En fait rien en me destinait vraiment à devenir chasseur de prime. j'ai plus pris ça par défaut. Et puis je m'épanouis plutôt bien dans cette filière. je vais au gré des vents et des marées, faisant escales sur une île sans renommé, un avis de recherche en poche et bientôt une prime signé le gouvernement,"nous vous remercions de contribuer à maintenir la paix", mon cul. je sais pertinemment que la paix, c'est pas la marine, me^me si il y a des bons gars chez eux, hélas les dirigeant ne le sont pas vraiment. je me serrais peut être engagé dans la marine si je n'avais pas cette presque liberté que m'offrait ma voie. mais passons, revenons en au tigre, puisque c'est bien un tigre qui a jailli des hautes herbes pour nous faire la peau. hélas pour lui, machin, que je soupçonnais d'avoir la gâchette facile, l'avait, et précise en plus. deux balles dans les pattes avants, tel était le diagnostic pour la bête féroce, qui ne l'était plus trop, à terre les pattes en sang. Après avoir fait sa partie du boulot, machin rengaina son arme et me lança un regard avec au fond écrit "je t'en pries, je te laisse finir le boulot" .
A genoux devant le tigre, je sorti de ma poche arrière le couteaux de chasse que je gardais toujours sur moi, le plaça sous la gorge de l'animal et le fixant dans le fond l’œil fit couler le sang d'un coup nette. La terre fraiche et humide se mélangeât au sang encore chaud du félin tristement abattu .

Notre marche continua sur le même rythme pendant au moins une heure, une heure insupportable avec cette pluie sans fin, cette chaleur équatorial et ces enculées de moustiques. je pense que mes compagnons de fortunes commençaient à sérieusement douter de ma capacité à les sortir d'ici. Je ne m'attendais pas non plus à ce que cette forêt soit un tel casse tête. tout les arbres étaient similaire, la nuit était de plus en plus envahissante et je n'avait trouvé aucun court d'eau à suivre pour arriver jusqu'à la côte, puis pour remonter au village. Putain, je suis sur que c'était moins luxuriant avant le buster call.
Le seul lieu digne d’intérêt était une grotte de pierre noir, avec des arbres mutilés par des griffes au alentours. Et une petite senteur de pisse aussi.

«Je crois que vous l'avez remarqué, mais il fait trop sombre pour continuer, je propose de virer le locataire et de passer la nuit dans cette grotte. On continuera à l'aurore, sauf si objection ?. »



Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Jeu 3 Jan - 19:49



Un manque d'inspiration



Pour combler un moment horrible et scrupuleux, l'animal qui venait de surgir en plein milieu de notre zone de discussion fut rapidement abattu. Pour combler la surprise d'un saut majestueux, le révolutionnaire avait dégainé à une vitesse folle pour fusiller avec précision les pattes de l'animal alors que le chasseur de prime s'était chargé de lui trancher la gorge à l'aide d'un couteau de chasse. C'était certainement logique et dans l'ordre des choses mais, j'étais affreusement surpris. Surtout que l'animal semblait vouloir s'en aller dés le premier coup reçu. Ce qui était encore plus surprenant, c'était de connaitre à présent la réaction des deux hommes. L'un semblait être fanatique des armes à feu avec la détente aisée alors que l'autre usait des armes plus conventionnelles, des armes blanches. De plus, j'étais en présence d'un bon samaritain. Le jeune révolutionnait proposait de monnayer seul les frais encourus pour être guidés par le chasseur, vers la sortie.

Je ne savais pas trop pourquoi il faisait cela mais, c'était sous cette forme de sympathie que nous marchions tous les trois dans une atmosphère lourde et humide. Même si je n'avais aucune raison de craindre la situation, je prenais du recul par rapport à ces deux-là, laissant une certaine distance entre mon corps et les leurs. Savait-on jamais, le révolutionnaire pouvait péter un câble et me tirer dessus alors que le chasseur pouvait tout aussi bien nous conduire dans un guet-apens. De toute évidence, je n'avais d'autres solutions que de marcher tranquillement à l'arrière même si cette tranquillité était gâchée par cette pluie de plus en plus abondante et par ce ciel qui virait à une obscurité presque totale.

Le silence était d'or et une atmosphère bien pesante régnait dans ce silence incommensurable. En plus de cela, je n'avais plus de clopes, c'était le plus grand mal qui pouvait m'arriver en ce bas-monde. Pas seulement un mal pour moi mais, aussi pour mes camarades de routes. Ce que je pouvais être pénible et agressif, lorsque je n'avais pas ma dose de nicotine en temps et en heure. Et lorsque le chasseur de prime dont le nom m'était encore inconnu s'arrêta net devant l'entrée d'une grotte afin de proposer d'y chasser le locataire qui devait sans nul doute être un ours et ainsi y passer une nuit paisible. Je pense qu'il n'avait pas vraiment compris la situation ... Nicotine bon sang ! « Je t'arrête tout de suite. Chasser n'est pas un problème mais, à moins que l'habitant de cette grotte possède un paquet de clopes, je risque fort bien de devenir dingue. » Dis-je tout en me tenant fermement la tête entre les mains. Je leur paraissais étrange sans nul doute mais, c'était une vérité implacable ce que je leur énonçais. S'ils ne voulaient pas continués et bien j'allais le faire seul, car je ne pouvais réellement pas rester sans un bâton de la mort entre les lèvres, dans les poumons. « Peu importe, si on s'arrête, ce sera sans moi. » Dis-je un faux sourire sur les lèvres.

Néanmoins, je commençais sérieusement à me poser des questions. Certes nous étions perdus mais, avec le chemin en tête, il nous aurait pas fallut plus d'une heure pour rejoindre le village et cela faisait presque autant que l'on tournait en rond. Il n'y avait donc aucunement besoin de coucher en pleine nature. Sans lui laisser le temps de répondre à aucun de mes affirmations, je le repris d'un air carnassier tel une bête sauvage prête à le dévorer. « Dis moi ... Connais-tu réellement le chemin ? Si ce n'est pas le cas autant de le dire tout de suite. » S'il affirmait mes pensées, il était clair que je n'avais plus d'espoir. D'une silhouette droite et la tête baissée vers le sol, mes cheveux rougeoyant étaient bien trempés et c'était inquiétant, je pouvais attraper un rhume après tout. Certes, ce n'était pas le problème dans la situation actuelle mais, supplémentairement, cela pouvait devenir très gênant. Rien qu'à penser à de telles idioties, je ricanais bêtement à la vue de tous, tel un idiot, un fou, un aliéné mental. Des rires qui avertirent assez vite l'habitant des lieux devant lequel nous étions positionnés. Un hurlement d'ours avait semblé être un véritable cri de monstre en acoustique avec les parois rocheuses de la grotte.


Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Ven 4 Jan - 11:09

    Après avoir fait un saccage avec cette bête sauvage qui était apparu, nous avions enfin décidé de commencer à marcher, de partir d'ici pour de "nouveaux horizons". En fait, on voulait tous partir d'ici apparemment, je pouvais le voir su l'expression des visages de ces deux hommes qui se tenaient en face de moi. Et après avoir tué la bête qui était apparu au milieu de notre triangle, j'avais légèrement de la peine pour cette pauvre créature. Mon sang-froid m'avait échappé, j'étais très facile à la détente au moindre mouvement suspect et c'est ce qui faisait à moi un grand défaut car je risquais même de tuer un compagnon si il avait des gestes suspects en avis de moi. La pluie tombait, les gouttes ne cessaient de s'accumuler petit à petit, mouillant mes cheveux bleus. Et bien... et bien... ce que je pouvais détester la pluie, c'était tout de même hallucinant à voir mais le pire de tout c'est qu'on marchait beaucoup trop longtemps, c'était sûr, ce mec, je ne savais pas où il nous emmenait mais ça ne semblait pas être bon. À vrai dire, on pouvait croire qu'il ne savait même pas la route, quand je pense que je voulais lui filer de l'argent, ce mec est complètement barrgot si il croit maintenant après toute cette heure de marche presque que je vais lui donner l'argent que j'avais. Mais le pire de tout ne restait pas là, après une longue durée, il s'arrêtait devant nous, pour nous dire de s'arrêter ici et de passer la nuit dans cette grotte qui semblait du moins plus que suspect. C'était tout noir dedans, à croire que quelque chose nous attendait.

    En fait si vous voulez mon avis j'en avais vraiment marre et pour l'autre compagnon qui était derrière moi ça semblait la même chose, et il l'exprimait comme il se devait, tout en ajoutant un petit détail vraiment stupide, je crois que ce mec était drogué. Il dit avoir besoin de nicotine, qu'il avait besoin de ce petit bout de truc qu'on appelle une cigarette sinon il pourrait devenir beaucoup plus agressives et ça, et bien ça se voyait à l'oeil nue mais ne faisant aucun bruit, j'attendais tranquillement que les choses s'arrangent avant que le même se remette à parler, expliquant ou plutôt posant des questions à ce Chasseur de primes sur la route qu'il nous indiquait et d'ailleurs j'étais du même avis que les pensées de ce type, je crois bien qu'il essayait de nous rouler dans la farine ce mec. J'en avais marre de marcher et marcher alors que je ne savais pas où aller. J'avais l'impression qu'il cherchait à nous faire quelque chose mais dans ce cas précis, je ne pouvais pas vraiment sortir mon arme à feu pour ensuite le tuer, je n'étais pas comme ça, je ne cherchais pas qu'à tuer. Si je devais tuer quelqu'un, se serait le Gouvernement Mondial ou bien la Marine afin de faire en sorte que mes objectifs soient réalisé mais là, ce n'est pas le cas donc je ne pouvais pas ouvrir le feu même si j'en étais très tenté après cette bonne heure de marche perdu. Tremblant légèrement de ma main droite, il faisait froid, je commençais à geler et avant qu'on ne dise quoi que se soit, je regardais dans mon alentour attentivement comme si j'allais chasser quelqu'un pour ensuite me mettre à parler.

    « Je crois bien que je vais devoir vous laisser. Pour ma part, je vais suivre mon instinct et prendre cette direction. Si vous voulez me suivre, c'est à votre libre choix. »

    En disant ça, j'étais presque sur que le mec accro à la clope allait me suivre. Lui tout comme moi, nous voulions absolument pas rester ici mais justement partir d'ici, nous dégager de cette forêt et le plus vite possible allait être le mieux. Me dirigeant dans une direction qui me semblait bonne, j'enchaînais donc la marche, un pied en avant puis l'autre, un pied en avant puis l'autre tout en gardant les mains dans mes poches afin de ne pas les congeler avec ce froid. Je ne voulais vraiment pas rester ici, en fait j'en avais vraiment marre là et je risquais de vite m'énerver avec une détente de tir encore plus facile. Par ailleurs, les deux autres semblaient forts, je ne pouvais pas le douter et je savais bien qu'ils pouvaient m'arrêter en cas de colère mais le plus mystérieux me semblait l'homme aux cheveux rouges. Il n'avait encore rien fait, marchant correctement, je pensais à sa tête d'innocent, sachant qu'il avait certainement une capacité toute aussi intéressante que nous. D'ailleurs, je ne leurs avais pas dis mais en cas de colère, il m'arrivait parfois d'éveiller le Haki de l'Armement qui pourrait être très dangereux lorsqu'il est utilisé. Pensant à cet homme à la chevelure rouge, je ne remarquais pas où j'allais lorsque soudainement j'arrivais au port de l'île, apercevant des hommes vers des bateaux. Regardant les hommes, d'un léger sourire démoniaque, je m'exclamais.

    « Pff... c'était pas si difficile en fin de compte. »

    Je m'arrêtais aussitôt, me demandant si les deux autres m'avaient justement suivis ou non, ou bien ils étaient encore entrain de se chamailler entre eux près de la grotte où nous étions. Ainsi, j'attendais de leur part un signe de vie ou bien, j'allais simplement continuer seul et prendre l'un des bateaux que je pouvais voir à l'horizon.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Ven 4 Jan - 19:09

Tout les chemins mènent à Ohara
_____________________________________________________

Apparemment, les plus exténués du lot, c'était mes deux compagnon, surtout le roux à la cigarette. Il avait exprimé son refus d'une manière pas très calme, en déblatérant un truc sur son envie de tabac et son manque. le pauvre. Le tabac c'est tabou, on en viendra tous à bout. mais pas aujourd'hui pour lui alors. Il annonça que si il y avait du tabac dans cette grotte, il pourrai volontiers y passer la nuit, et même la vie peut être. Sa réponse négative fit aussi réagir le troisième partenaire, qui lui, ne refusait pas en soulignant un aspect addictif de sa personnalité, mais plutôt la raison.

« Je crois bien que je vais devoir vous laisser. Pour ma part, je vais suivre mon instinct et prendre cette direction. Si vous voulez me suivre, c'est à votre libre choix.»

Je ne répondis pas, puisque c'était principalement à moi que devais s'adresser cette réponse. Ils devaient surement me prendre pour celui que je ne voulais pas qu'on croit que je soi. Le mec qui connaissait le chemin.
Un léger sentiment de déception lié à un autre de soulagement m'envahit. je me sentais un peu nul d'avoir fait perdre leurs temps à deux inconnus, mais en même temps l'idée d'être de nouveaux seul, dans ma merde, ça me rassurait. Au moins je ne dérangerai plus personne.

« Tu sais, en me retournant vers celui qui était resté ici, tu devrais le suivre. Au moins si tu te fait agresser par un tigre tu sera en sécurité !» Avec un grand sourire, dégoulinant de la pluie qui était plus que jamais présente.

Une pluie qui avait dû renforcé cet agacement collectif qui nous poussa à scinder en trois notre petit groupe de fortune. Un irai suivre son instinct, un autre surement l'odeur de la fumée et moi,je voulais juste trouver un cours d'eau pour le suivre et arriver à la mer. je ne perdis pas de temps en adieux où excuse, je parti juste dans la direction opposé de celle qu'avait pris l'homme aux cheveux bleus, dont je ne connaissais toujours pas le nom. Je me rappellerai de lui comme d'un révolutionnaire à la gâchette facile ! Et le deuxième, un accro de la cigarette.

le chemin de retour n'avait pas été de tout repos. Je devais constamment m'agiter pour ne pas trop ressentir le froid nocturne, mais aussi celui que la pluie apportait à travers mes habits trempés.je commençais tout juste à regretter d'être venu sur cette île, dans cette forêt et de m'être perdu en pleine nuit, sous un orage. Pour abréger mon calvaire, j'avais décider de marcher à pas vif, ne fixant que le sol pour repérer de l'eau. Et cette eau, je l'avais trouvé après 5 minutes de marches environs. Ce point d'eau tant attendu c'était la mer. Cet enfoiré d'océan qui n'était qu'a 5 minutes d'où j'étais avec les deux autres ! Dire que j'ai failli dormir dans une grotte ....

Bon, plus de la moitié était faites maintenant, il fallait juste que je ne sois pas sur une plage à l'autre bout du village, sinon je vais devoir faire tout le tour de l'île à pied. je me rendis vite compte que j'avais beaucoup de chance aujourd'hui, j'étais juste à côté du village et je voyais déjà au loin des lumières encore allumées. Surement celle du bar. Pourvus qu'il y louent des chambres.

Je traversai les derniers mètre qui me séparaient du village lorsque la pluie se calma, rétrécit puis disparu totalement du ciel encore tout embrumée de noir. Le sol était encore mouillé, et les restes de l'averse continuaient à rentrer dans mes chaussures,mais je gardai espoir. L'espoir d'un bon lit douillet, une cheminé, une lampe de chevet accompagné de ses bons livre, et bien sur un bon repas bien chaud ! vite vite, au bar !



«Non, désolé, on ne loue pas de chambre ici.»

Je ressortis dépités du bar, le moral au plus bas. j'allai surement devoir passer la nuit dehors ou bien rentrer en bateaux, même si je ne suis pas sur qu'il y ai une navette nocturne. Pour aller vérifier ça, je me rendis sur le port et eu l'agréable surprise de voir des marins et des bateaux bien sur !j'avais peut être encore une chance de dormir sur un matelas !

Debout sur les frêles planches de bois qui constituaient le port, je lança un dernier regard à la profonde forêt qui était si proche encore. je pensais aux deux, si ils avaient réussi à en sortir, si il n'avait pas fait une crise de nicotine et était mort d'une crise cardiaque. Si il ne c'était pas fait tuer par une bête sauvage ..Non, aucun risque. Mais je devrais plutôt me préoccuper de moi, ils doivent s'en être sorti, ils m'ont l'air d'être des débrouillard !



Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Ven 4 Jan - 23:05



On se quitte pour mieux se retrouver


En plus d'avoir peu de sang-froid, ils étaient bien trop hâtifs. Le révolutionnaire qui ne semblait pas non plus être en accord avec les proposition du chasseur avait décider de suivre son instinct pour une nouvelle direction. Le "qui m'aime me suive" avait été d'application mais, à peine s'en était-il allé que le chasseur lui-même me conseillait de suivre le jeune homme aux cheveux bleus, inquiet de ma sécurité. Toutefois, à son tour, il s’engouffrait dans les feuillages verdoyant et épineux de cette immense forêt. En seulement quelques secondes, je m'étais retrouvé seul dans une situation identique à celle d'il y a quelques heures, complètement perdu. Comme quoi, les rencontres n'arrangeaient pas toujours les choses. Quoi qu'il en soit, souhaitant tout de même sortir de cette forêt en un seul morceau, mon corps s'était de lui même redirigé vers le révolutionnaire ou du moins, sur le chemin qu'il avait semblé emprunté. La déveine continuait de s'abattre sur moi, car j'avais beau regarder de tous les côtés ou examiner avec attention les traces de pas au sol déjà recouvertes d'une fameuse couche aquatique, je ne parvenais pas à retrouver le fanatique des armes à feu. Et dans la précipitation, la chasseur lui aussi avait déjà disparu de mon champs de vision. Seul au monde, c'était bien le cas de le dire. Je ne pouvais compter que sur moi même une fois encore. Moi qui pensais avoir enfin trouver un échappatoire à la solitude et au manque d'orientation, je m'étais bien gouré. Il n'y avait plus qu'à marcher ... Seul ...

Sur-excité par le manque de nicotine surplombé d'une pluie battante qui s’abattait sur moi tel un poids immobile, mon pas était vif et lourd. Je ne me contentais pas seulement de poser les pieds au sol l'un après l'aitre mais, je frappais littéralement la terre radoucie éclaboussant le bas de mon pantalon qui commençait sérieusement à virer aux pattes brunâtres. Mes mains qui généralement avaient l'habitude de rester cloîtrer dans mes poches, étaient désormais baladeuses et repoussaient sans cesses tout ce qui pouvait gêner mon passage. Autant dire que par moment la douleur était bien présentes sous forme épineuse mais, étrangement, je ne m'arrêtais pas sur ça. Tout ce que je souhaitais était de rejoindre l'océan ou bien la civilisation. De toute manière, l'un menait à l'autre, c'était indéniable. Fatalité du sort, j'avais l'impression de me perdre encore plus alors que je ne cessais de me retrouver à l'endroit même où les deux hommes avaient abattus la créature. Une brève pensée pour eux, j'espérais qu'eux au moins, ils avaient pu retrouver leur chemin. De toute évidence, dés le début, ils avaient sembler posséder un sens de l'orientation bien plus développé que le mien. En plein désespoir, je ne marchais plus, je courrais tel un fauve en fuite.

Ce qui ne changeait rien à la donne mais, ainsi, j'avais la nette impression de gagner du temps. Même si en vérité ce n'était pas le cas puisque je ne regardais même plus où j'allais, guidés par mes pulsions. En plus de cela, si un animal venait m'attaquer durant ma course, je n'aurais pas su quoi répondre. Malgré tout, au bout de quelques dizaines de minutes de course acharnées, mes sens s'étaient mis en éveil suite à une odeur familière. Des gaz. Oui, c'était du CO₂ qui parvenait jusqu'à mes narines pour venir entretenir mes poumons. A ce moment là, mon être tout entier en était changé et pas seulement par les gargouillis que faisait mon ventre mais, par le sourire carnassier que j'arborais. Cette odeur, je savais pertinemment que si je la suivais, je sortirais enfin de cette forêt. Après tout, cela ne pouvait provenir que d'un outil technologique et qui disait technologie disait forcément civilisation. Stoppé dans un premier temps, ma course s'était radicalement transformée en un sprint inégalable. Traversant terrain boueux à buissons ardus et épineux, coupés et les mains recouvertes de sang, je ne m'arrêtais qu'une fois atteint le seuil d'un plancher grinçant.

Un espoir, une renaissance. De l'eau, des navires, des hommes ... Il y avait tout ce que j'espérais trouver juste devant moi alors que dans mon dos se situait l'enfer. Un enfer que je ne voulais plus toucher du pied avant longtemps, très longtemps. Un sourire béat sur les lèvres alors que le ciel orageux avait cessé pour laisser place à une nuit paisible et calme, je retirais ma veste trempée qui commençait à se faire pesante pour la balader le long de mon bras. J'étais réellement ému d'être parvenu par mes propres moyens à rejoindre le port d'Ohara avant de tomber littéralement de fatigue. Cette joie dépassait d'ailleurs l'envie de cigarette. Les hommes présents travaillaient d'arrache-pied malgré l'heure tardive. Accostés au port, un bon nombre de navire marchands. Certains déchargeaient leurs marchandises tandis que d'autres au contraire, se remplissaient. Spectacle intéressant mais, cela m'importait peu. Ce que je voulais à présent, c'était une chose sur laquelle porter mon intérêt. Après tout, je ne voulais pas repartir de cette île les mains vides et pour m'y être perdu de nombreuses heures, il me fallait quelque chose de choix, de premier ordre. Ce fut trouvé en un rien de temps.

Pas à pas, je m'approchais lentement du bord de l'eau pour admirer de plus en plus près la splendeur d'un sombre et lugubre navire. Par la faible lueur nocturne et les lumières jaunâtre du port, ce navire dépourvu de toute vie avait un aspect macabre et infernal. Je l'aimais et je le voulais ! C'était décidé, c'était lui qu'il me fallait pour mettre en marche mon mouvement révolutionnaire, c'était lui, mon "Liberta". Il en imposait, c'était certains. Il fallait encore savoir à qui il appartenait pour lui troquer contre un manteau de bonne facture. Alors que mes yeux ébahis ne cessait de l'admirer, un vieil homme était venu à ma rencontre dénouant sa langue sur l'objet de ma convoitise. « S'lut p'tit ! On vient juste de le ramener, il voguait au large. Manque de chance, nu comme un ver ! Pas une seule pièce d'or à bord. Mais t'inquiète pas, on va bien finir par trouver quelque chose d'intéressant à l'intérieur ! » Non mais c'était qui ce mec ? Je lui avais rien demandé moi, même si ses paroles étaient fort intéressantes. « Ce navire est magnifique ! Je vous l'échange contre ma veste, ça vous dit !? » Avais-je dit d'un air totalement sérieux tout en lui tendant ma veste au bras.

Seulement, la réaction ne fut pas celle attendue. J'eus bien cru que l'homme allait mourir d'une crise cardiaque tellement il ne pouvait s'empêcher de rire. Un rire contagieux qui se propageait sur les hommes présent à bord du dit navire et qui avaient sans nul doute entendus ma proposition. Il n'y avait véritablement pas de quoi rire et tout cela pouvait me vexer. « Ahah ! C'est qu't'es un marrant mon p'tit ! On en ferait rien, t'peux le prendre une fois qu'il sera fouillé. Il nous encombre plus qu'autre chose ! » Mes yeux brillaient de satisfaction. C'était bien mieux que ce que j'espérais et puis, je pouvais conserver ma veste. Le pire dans tout ça, c'est que j'aurais pu user de la force pour conquérir le navire alors qu'il suffisait de demander poliment. Ce n'était pas pour tout de suite mais au vu de leurs talents divers et des différents métiers des hommes présent dans le port, j'allais fort bien leur demander un petit service d’embellissement du navire. Debout comme un idiot, je n'avais même pas remarquer la présence non loin des deux jeunes hommes que j'avais rencontrer un peu plus tôt. Ils étaient apparemment parvenus eux aussi à rejoindre un territoire moins hostiles. D'une main ferme, je les saluais au loin, l'un après l'autre.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Sam 5 Jan - 15:20

    Un grand jours s'était imposé aujourd'hui un pluie qui ne cessait de tomber, un temps que je détestais du plus haut point, la Pluie. Dans une forêt, avec deux autres types très étrange je m'étais retrouvé dans une situation désésperé dans près d'une grotte qui allait nous coûter la vie. On ne savait même pas si il y avait pas quelque chose par hasard dans ce trou à rat et moi je pensais que c'était qu'un piège de ce mec, le chasseur de Primes. Je pensais qu'il voulait notre peau peut-être alors je décidais de m'en aller, de partir seul et ce qui voulait me suivre allait me suivre. J'avais suivis mon instinct, chacun sa route en gros, ça allait sûrement être ça et je m'en doutais bien. Ainsi je commençais, à prendre une direction, où bon me semblait.

    Je ne voulais pas me perdre à nouveau mais quelque chose me disait que la route était bel et bien par là et heureusement, se fut le cas ! Traversant la forêt en suivant un seul chemin, j'avais pris une bonne et magnifique route. Pas d'animaux sauvages qui étaient venus me perturber dans le coin ni de feuille d'arbre épineuse ou quelque chose dans le genre pour me faire chier. J'étais sortis intact de la forêt et je pouvais voir non loin plusieurs bateaux de plusieurs sortes mais je pouvais voir surtout, la Marine. Je ne voulais pas les fréquenter, ça m'aurait fait qu'énerver, je ne les aime pas ses types et je comptais pas les aimer de si tôt. M'approchant des autres navires que je pouvais voir, je cherchais un plutôt résistant, qui tienne.

    Je ne voulais pas me balader avec n'importe quoi pour qu'au milieu de la route je me retrouve coincé parce que j'ai eu un sale Navire et qu'il s'est cassé. Mes yeux allaient dans toutes les directions, chassant de vue chaque bateau que j’apercevais dans mon regard quand vient deux bonnes nouvelles apparemment, je pouvais voir le fumeur de cigarette et de l'autre côté le chasseur de Primes dont le fumeur me saluait de main ferme et je ne lui lâchais qu'un petit sourire avant de me reconcentrer sur les navires. Je choisissais celui qui me plaisait le plus et voilà que j'offrais l'argent demandé à des types bizarres qui étaient là. Au début, ils n'étaient pas d'accord mais très rapidement ils changeaient d'avis. C'est ensuite que je montais, partant dans la direction qui me plaisait, seul pour une nouvelle aventure.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Dim 6 Jan - 14:08



Mon Liberta



Il fut innocent de penser que le révolutionnaire et le chasseur de prime allaient venir à ma rencontre une nouvelle fois pour une discussion quelconque autour d'un verre. Après tout, ce n'était pas tous les jours que l'on pouvaient rencontrer des personnes aussi intéressantes que ces deux-là. Ils n'étaient pas du même avis puisque tous deux avaient prit congés vers des directions complètement différentes l'une de l'autre et de la mienne notamment. De toute évidence, ces personnes, j'allais encore les recroiser dans le futur et si ce n'était pas sur les Blues, ce serait sur Grand-Line. Assurément, mes pensées étaient avant tout pour le gigantesque navire en face de moi qui subissait des fouilles actives de la part des divers marchands du port. Après l'effort, le réconfort. C'était le cas de le dire alors que le vieille homme avec lequel je discutais me proposait cigares les uns après les autres. Je n'étais pas friand du cigare mais, c'était toujours ça et cela calmait grandement mon envie, mon stress. J'avais l'impression que la malchance allait m'attendre au tournoi, car après tout sur quelques minutes, j'avais obtenu un navire et des offrandes. Si c'était pour mourir une centaine de mètres plus loin, cela ne valait pas la peine. Bras croisés, tapotant des pieds, j'attendais impatiemment de pouvoir monter à bord de mon "Liberta" et l’ausculter moi-même. Ce qui n'allait pas tarder, car à peine ces pensées avaient-elles nées dans ma petite tête que des cris survenaient de l'intérieur du navire. Les sens du vieil homme aux aguets, lui était inquiet alors que moi, je ne voyais là qu'une diminution de leur temps de recherche. « Vite, prévenez le service d'urgence ! Ce fichu navire est piégé de fond en comble ! » Criait l'un des hommes sur le pont.

Le bruit des pas sur le plancher de bois du navire provoquait bon nombre de grincements mais, ces grincements furent vite surplombés pas les cris de douleurs des blessés qui se laissaient portés sur la terre ferme. Un léger rictus sur les lèvres, j'admirais le désastre du moment. Certains étaient perforés de part en part par des flèches tandis que d'autres se retrouvaient avec des lames bien implantées dans les cuisses. Le désir naissant de m'occuper moi-même de la guérison était bien difficile à repousser mais, si je venais à les remettre sur pied trop rapidement, les fouilles n'allaient pas se terminer de si tôt. « C'est bon les gars, descendez tous de c'navire ! Ça n'vaut pas la peine de mourir pour une antiquité. » Avait hurlé le vieil homme juste à côté qui paraissait être le chef du petit groupe. D'un regard hagard, il s'était ensuite tourné vers moi pour prononcer de nouvelles paroles. « T'peux l'avoir maintenant. Si tu l'veux toujours bien entendu ... » Ce fut comme un rêve qui venait de se réaliser. Laissant mes dents blanches à l'air libre, j'étais pleinement satisfait et je ne perdais pas une seconde à monter à bord tout en remerciant pour la énième fois le vieil érudit.

Formé de plusieurs échelons, le pont du bateau était vraiment spacieux et magnifique bien que lugubre et sale. Certes, un coup de serpillère allait être de mise mais, c'était secondaire. Les cordages comme les voiles semblaient être intact, c'était le principal. M'aventurant plus en profondeur pour descendre la cale du bateau, j'avais l'impression d'entrer dans un gouffre. Les toiles d’araignées jonchaient les murs en guise de mélancolie. Au sol, des traces de pas et de sang qui imprégnaient la couche de poussière. Quoi qu'il en soit, tout était proportionnel et l'intérieur du navire était aussi grand qu'il y paraissait de l'extérieur. Il allait être bien difficile d'en visiter les moindres recoins. Et puis, il fallait aussi éviter les pièges placés un petit peu partout. Certains étaient visibles comme les fils de fers situés à raz du sol sensé actionnés le mécanisme d'un lancé de flèches par d'innombrables fentes au mur. A contrario, d'autres demandaient bien plus d'attention alors qu'ils se trouvaient dans des recoins inimaginables du navire. Assurément, ces pièges, j'allais en éliminer certains mais, d'autres pouvaient être bien utiles et allaient restés..

Pénétrant une nouvelle pièce du navire, je fus moi-même victime de ces fameux piège. Alors qu'en ouvrant la porte j'avais actionné une ficelle de bonne facture, la porte s'était refermée derrière moi, me cloisonnant entre quatre murs. Cela aurait pu marcher si seulement je n'étais pas moi-même fait d'une substance indomptable. Filtrant entre les jours de la porte, je fus en un rien de temps de l'autre côté. Soupirant longuement, je ne tardais pas à continuer mon aventure. Aucune pièce n'était identique à une autre. Tout laissait penser que ce navire n'était pas un navire marchand mais, bien un navire ayant mené des desseins de pirateries.


Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Dim 6 Jan - 16:03



Undefined Project



Déjouant de nombreux pièges tout en subissant l'impact de certains, j'avançais péniblement, le cœur emplit de crainte. Chance pour moi, il existait bon nombre de hublots et de petites vitres permettant à la faible lueur nocturne extérieur d'infiltrer les lieux. Autrement, sans cela, j'aurais vite eu fait de me perdre. Et puis quand bien même, cela ne m'empêchais pas de ne pas savoir où j'étais très exactement. Repassant dans des pièces où j'étais déjà passé, j'accélérais le pas. Il n'y avait rien de vraiment intéressant dans ce navire, du moins pour les marchands. Seuls quelques livres inintéressant et poussiéreux se perdaient sur du mobilier vide. Le plus étrange était de ne pas tomber sur des cadavres en tout genre. Plus qu'étrange, c'était surtout inquiétant, car en plus de cela, une faible odeur de poison régnait dans l'air. C'était faible mais, une personne normalement constituée pouvait perdre connaissance après deux petites heures à se promener comme je le faisais. Dans tous les cas, il était certain que les anciens propriétaires du navire ne voulaient pas que l'on s'en accapare si facilement. Soudain, alors que mes yeux se perdaient aux quatre recoins des pièces, une petite voix me fis sursauter. Pour une voix, il s'agissait plutôt de pleurs d'un enfant. Immobilisé net, je n'osais même plus bouger. La situation était semblable à celle d'un film de série B.

Ce n'est qu'au bout d'une dizaine de minutes que je m'étais remis en marche d'un pas très lent, guidé par la provenance des pleurs. C'était assez proche, d'où mon petit moment de paralysie. Tout cela jusqu'à parvenir à une gigantesque porte de métal, là-même d'où les bruits semblaient venir. Cette fois-ci, il n'y avait aucune raison de ne compter que sur ses propres réflexes et j'étais déjà prêt à ne devenir que gaz si la situation le demandait. Empoignant fermement la poignée de la porte, je la fit basculée pour la repousser avec force dans un brouhaha des plus importants, un grincement à réveiller les morts. Un rêve éveillé. La nouvelle pièce qui s'étendait devant était un véritable laboratoire. Poussiéreux encore une fois mais, très utiles pour mes folles passions. Plus important sur le moment, c'était ces pleurs que je ne parvenais pas à trouver dans cette obscurité presque totale. Jusqu'à ce qu'une gamine sortie d'en dessous d'une table surgisse devant moi me faisant basculer en arrière. Rien d'effrayant sur le coup, car il ne s'agissait que d'un enfant âgé de sept ou huit ans mais, la surprise fut déplaisante. Que faisait une gamine à bord bon sang ? Frottant mes deux yeux à l'aide de ma main, lorsque je les rouvrit, plus rien. Cette gamine qui m'avait fait basculer par surprise avait complètement disparue de mon champs de vision alors que ses pleurs résonnait dans tous les navire.

Sans même hésiter, pris psychologiquement par une grande peur, j'entrais dans le laboratoire refermant la porte derrière moi. A peine celle-ci fut claquée qu'une faible flamme s'alluma au centre de la pièce laissant place à une meilleure visibilité. C'était bien la seule pièce équipée de ce système. La gamine ou plutôt ce qui en avait l'apparence n'était plus présent dans le labo mais, bien dans le navire. J'avais grand mal à réaliser ce qu'il se passait tandis que je tentais de conserver mon sang-froid. D'un regard à droite puis à gauche, c'est l’entièreté de la pièce qui attirait mon attention. Divers flacons à moitié remplis se trouvaient de part et d'autres des plans de travail mais, c'était un bureau où des feuilles de notes y étaient déposées qui fut prit d'assaut. Le titre du brouillon inscrit en gros donnait déjà un avant goût de ce qui pouvait y avoir été retranscrit : Undefined Project. Un titre accrocheur. Entamant la lecture des premières lignes, je fus vite pris dans le vif du sujet avec l'incapacité de m'en décrocher avant la fin.

" [...] Je suis le capitaine et scientifique de ce navire et mon nom n'a que très peu d'importance. Si vous lisez ces lignes, c'est que vous êtes parvenus à déjouer nos pièges. Ce qui ne certifie pas votre survie ... [...] Undefined Project ! Il s'agissait de prendre le plus jeune membre de l'équipage et de le soumettre au résultat de dix ans de recherche. [...] Je pensais avoir les capacités de la maintenir mais, dés les premières minutes, il était déjà trop tard ! Elle hurlait et ne voulait pas se laisser faire. Des tâches noirâtres apparurent sur sa peau alors que ce n'était pas prévu. J'aurais du expérimenter sur des rats encore un peu plus avant de passer à l'acte sur cette gamine. [...] Ce n'est plus qu'obscurité et noirceur ! Ce n'est plus humain ! Elle nous hante, elle nous élimine les uns après les autres ! Je suis le dernier survivant, elle me guète ! Je l'entend ! Elle est derrière la porte ! Si vous ... "

C'est sous des traces de sang que l'écriture s'arrêtait. Dans tous les cas, j'en avais compris l'essentiel : Une expérience mal tournée. J'étais au moins rassuré de savoir que cette gamine était de base humaine et qu'elle n'était pas issue d'une créature quelconque. En connaissance de l'injection et les poings fermés, j'étais prêt à réparer cette expérience ratée.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   Lun 7 Jan - 12:54



Rules Zero



Extirpant la fumée de mon cigare, je jouais l'apprenti chasseur. De pièce en pièce bien que sur mes gardes, je suivais les pleurs de la chose qui hantait les lieux. Une chose ou une gamine selon tout un chacun. Peu importe ce que c'était réellement, ça devait quitter mon navire ! « Hey gamine ! Peu importe ce que t'es et ce qu'ils t'ont fait, je m'en fiche. Maintenant ce navire, c'est mon Liberta ! » Dis-je d'une voix forte et énervée. J'avais beau jouer la carapace de la virilité, je ne savais pas ce que je pouvais faire contre la chose. J'espérais juste qu'elle ne soit pas insensibles aux attaques physiques autrement, c'en était fini de moi. Marchant à une allures faible, j'attendais son interaction. « Toi aussi tu veux me tuer n'est-ce pas !? » Avait prononcée la chose apparaissant juste devant mon visage tel un flash surgissant de l'obscurité. Une frayeur incommensurable qui me poussa au retrait, les mains en avant. J'étais sans voix, je ne pouvais pas répondre à ce démon. Il ou elle, cette chose était à un mètre juste devant moi se tenant droit, les bras se baladant le long de son corps. Cette apparence toute aussi lugubre que le navire me faisait sourire d'effroi. Intérieurement, il y avait un réel chamboulement. Je ne savais plus trop quoi penser. Mon esprit scientifique me poussait a éliminer cette erreur de la nature tandis que mon esprit d'homme souhaitait prendre la fuite. J'étais à deux doigts de péter un plomb dans le sens figuré du terme. Ma tête fermement tenue entre mes deux mains, je ne pouvais pas regarder ce qui se trouvait en face de moi sous peine d'avoir le déclic d'une psychologie nouvelle.

La voix tremblante et pleurnicheuse de l'être mélancolique qui hantait le navire et qui se trouvait en face de moi résonnait encore. « Pourquoi est-ce qu'ils m'ont fait ça ? Je n'ai pourtant rien fais ... Hein !? Pourquoi !? » Si triste mais pourtant si effrayante ! Je n'en avais que faire de ce qu'elle avait subi de ces minables scientifiques. Et puis, j'en avais marre d'elle, qu'elle me fasse sursauter à chaque fin de phrase avec sa voix aigüe ! Écartant un rien les doigts afin de percevoir sa silhouette au travers l'espace, je l'examinais de haut en bas. La chose avait délaissée son apparence sombre pour arborer son apparence enfantine. C'était encore plus effrayant sachant qu'elle pouvait se morfondre en un instant. Prenant appuis sur mes avant bras, je me relevais doucement tout en impliquant une certaine distance entre elle et moi. « J'en sais rien moi pourquoi et à vrai dire je m'en fiche carrément ! Ce navire, c'est le mien maintenant alors tu disparais ! » Dis-je fermant les poings une fois complètement debout, prêt à donner mon jugement. C'est ce que je pensais et j'avais raison de le faire. Alors que je balançais un coup de poing à la gamine persuadé que cela n'allait pas l'atteindre, c'est sous ses yeux ébahit qu'elle le reçut en pleine figure tout en allant buter le sol.

Moi-même j'étais assez surpris. Surpris que mon coup de poing ait porté ses fruits, car au contraire de se venger, elle pleurnichait encore plus se recroquevillant sur elle-même. Lorsque je voulu m'en approcher, elle s'éloignait. Le même cinéma sur une dizaine de mètres. C'était assez étrange, ce qui me faisait sourire. Tandis qu'il y a peu de temps cette créature était effrayante, prête à jeter son dévolu sur le premier venu, elle était désormais en boule à pleurer sur son triste sort tel un enfant bas-âge. « Oyy ... Si tu continue à pleurer je te renferme seule ici !!! » Ma voix résonnait dans toute la cale. Toutefois, elle s'était au moins arrêter de pleurer. C'était le principal dans l'histoire, car ça commençait à me taper sur le système. De toute évidence avec ou sans elle, ce navire, c'était le mien. D'un demi-tour sur moi-même, il fallait maintenant que je trouve un moyen de faire démarrer mon "Liberta". Je n'avais pas encore tout visiter mais, ce que j'avais vu jusque là me suffisais amplement.

Seul, je n'allais pas pouvoir naviguer bien loin et quand bien même je parviendrais à faire bouger ce bateau, cela demandait bien trop d'efforts. Détendu, j'avançais aveuglément en réfléchissant à ce moyen de navigation. Ce n'est que lorsque j'allais remonter sur le pont qu'une petite main faible empoigna mon poignet. Il s'agissait de la gamine de tout à l'heure et au lieu de me pousser au désespoir, elle semblait vouloir que je la suive. Ce que je fis sans tarder. J'eus bien fait, car là où elle m'emmena était tout bonnement la salle des machines. Enfin, je pouvais l'appeler ainsi, car de cette salle, je pouvais faire avancer le navire grâce à un mécanisme de recyclage de l'eau en complémentarité à un système à air pulsé. Assurément, ces systèmes étaient hors service pour l'instant mais, à l'aide des capacités de mon fruits, je pouvais toujours faire avancer le navire en attendant une quelconque réparation.

J'y étais finalement parvenu à l'avoir ce bâtiment. Et puis, cette gamine ... Bien que silencieuse, on pouvait dire qu'elle avait changée d'avis, du moins pour l'instant. Je ne savais encore trop quoi penser à propos de ça mais, le plus important était avant tout de quitter le port d'Ohara. Une grande aventure allait commencer.


Revenir en haut Aller en bas





“Contenu sponsorisé”

MessageSujet: Re: 【Flash-Back】Une rencontre fortuite.   

Revenir en haut Aller en bas
 

【Flash-Back】Une rencontre fortuite.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Résolu] Bruitage Flashbacks/Rêves
» hébergeur gratuit pour un site rein quand flash(RESOLUT)
» Lire les SWF ( flash ) directement sur l'Ordi
» Texte flash + php
» Nul en Flash

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Beginning :: Voguez à travers les flots :: Blue Seas :: West Blue :: Île d'Ohara-