AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partenaires





Index
Inscription
Rechercher
Membre
Connexion
Déconnexion
Votre Profil
Boîte de MP
Groupe

















+ Perso' Prédéf'
+ Batailles Navales
+ Conquête d'îles
+ Tales of Beginning
+ Haut-Fait

Nouveaux arrivants : +10PP/RP
Nous recherchons de vils pirates ou d'idéalistes révolutionnaires pour faire face
à l'imposante marine !
(Note : si vous voulez jouer un marine, n'hésitez pas non plus!)

+ Click here

Partagez | 
 

 La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]

Aller en bas 
AuteurMessage
Greyback Byakko
Marine
Marine
avatar

Messages : 107
Métier : Charpentier

Fiche du marin
PP : 411
PH : 407
Grade : Lieutenant

MessageSujet: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Dim 2 Déc - 17:35

Prise de contact


En mettant pied à terre Greyback observa le paysage qui s’étendait devant lui, le royaume de Luvneel cet ancestral pays n’avait pas évolué d’un pouce depuis près de 400 ans, toujours les mêmes bâtisses et les mêmes mœurs d’une autres époque. Le seul avantage qu’offrait ce bout d’île était qu’il était de connivence avec la marine, c’était bien le seul pays dans tout North Blue à être sous le contrôle de la marine, enfin partiellement tout du moins car certains bruits étaient parvenu jusqu’aux oreilles aiguisées de ses supérieurs, et ces bruits étaient effrayants ils racontaient que dans l’ombre une organisation révolutionnaire œuvrais pour prendre le contrôle de ce pays, la rumeur disait aussi que certains pirates dont la tête valait bonbon c’étaient alliés avec la révolution dans quel but personne ne le savait réellement mais ce qui était sur c’est que quelque chose de mauvais se tramait dans les coulisses de ce royaume en apparence si paisible. Mais des rumeurs n’étant que des rumeurs le quartier général n’y aurait pas prêté attention si ces bruits de couloirs n’avaient pas été confirmés par une série d’évènement tous plus … funeste les uns que les autres pour certaines personnes en relation de prêt ou de loin avec le gouvernement, entre autre un des conseillé du roi de Luvneel avait vu ses jours écourté par une charrette sans propriétaire qui avait vu les chevaux qui la tirait prendre peur et foncer droit devant pour aller s’écraser sur le pauvre homme.

Les ordre de Greyback étaient clair comme de l’eau de roche : « Les révolutionnaires utilisent des pirates primés pour accomplir leurs sales besognes à Luvneel, votre tâche est des plus simple il vous faut identifier et régler le problème au plus tôt. L’opération sera dirigé par un plus haut gradé que vous, vous prendrez contact avec lui dans un des tripots du coin et inutile de vous inquiéter vous le reconnaitrez facilement. » En gros il fallait traquer, trouver et tuer les complices de la révolution. Une tache plutôt simple et plus que dans les cordes de Greyback alors pourquoi lui assignait ont un chaperon ? Le gouvernement n’avait-il aucune confiance en lui ? Le colosse poussa un long soupir et s’alluma un de ses cigares qu’il affectionnait tant, après tout il s’en fichait tout ce qui lui importait c’est qu’il pourrait chasser tranquillement et faire un carnage le tout récompenser par les félicitations de ses supérieurs et peut être même d’une promotion et pourquoi pas rajouter la prime de ses cibles au plaisir, il espérait juste que le type sensé chapeauter l’opération ne serait pas un des planqués qui étaient plus fort en gueule que sur le terrain.

Le prédateur entra dans un troquet du cru dans lequel il avait rendez-vous avec son chef temporaire, son entrée ne se fit pas dans la plus totale discrétion. Le géant qu’il était habillé de peau de bête avec le torse bardé de cicatrices était d’ordinaire remarqué dans n’importe quel endroit où il allait et cet taverne ne faisait pas exception à la règle, l’ensemble des clients s’arrêta de brailler et tous les regards se pointèrent dans sa direction. Habitué à ce genre de réaction Greyback n’y prêta pas attention et partis s’installer au comptoir dans un silence de mort, il lança une vingtaine de berrys en direction du barman et commanda une pinte de bière fraiche. Les ivrognes de l’établissement dont la surprise était passée reprirent le cours de leurs discussions et l’endroit reprit vie peu à peu. Tout en descendant sa commande à grande traite il priait pour que l’adjudant Senshi se dépêche de pointer le bout de son nez, le prédateur qu’il était avait envie de se mettre en chasse et le plus tôt serait le mieux.


Dernière édition par Greyback Byakko le Mer 9 Jan - 6:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Dim 2 Déc - 19:23



L’homme était devenu avare & immonde. Il n’était plus que l’ombre de lui-même, la facette d’une personnalité dépourvu de sens. Pourtant, personnalité ou pas, l’Homme était vengeur et violent par nature. Il était, pour certain individus, un démon doté d’intelligence. Pour d’autre, une bête pensive et pour quelques rares élus, un ange dont on a déplumé plumes par plumes les ailes. Déchu au plus haut point, cet ange serait aujourd’hui sur terre afin de trouver sa voie. Une voie qui pour la majorité n’était qu’un doux rêve qu’ils ne toucheront jamais des doigts. Shiin’ était de ces hommes mais, le nouveau chasseur de prime avait quelque chose de plus par rapport aux autres : la volonté. Vouloir quelque chose était une chose, risquer sa vie et côtoyer la mort tous les jours en en faisant son métier en été une autre.

Pourtant, malgré le danger omniprésent, il était plutôt content de la voie qu’il avait choisie. Pour son défunt père, il n’était plus rien. Avant de mourir, celui-ci avait essayé de le tuer sans la moindre hésitation. Et aujourd’hui, alors qu’il se retrouvait une fois pour tout orphelin, sa vie allait changer du tout au tout. Des bruits couraient. Une première chasse allait sûrement venir à lui et en plus, il allait avoir droit à des pirates primés. L’excitation était à son comble tandis que l’homme aux cheveux bleus entrait dans un troquet de la ville pour essayer de grappiller des informations sur ses futures proies.

Le royaume de Luvneel. Ville mythique. Un ilot existant depuis quatre cent ans et qui aujourd’hui était sous la tutelle de la marine. Qui dit marine, dit informateurs anonyme ou révolutionnaires et c’était justement ça que son contact lui avait donné comme cible. En effet, il allait aujourd’hui chasser des pirates qui travaillaient pour les révolutionnaires. Il n’avait aucune informations à leurs sujets. Comme ils étaient habillé, leurs physique ou autre. Tout comme Shiin’ n’avait aucune information sur leur position actuelle. C’était entre autre pour ça qu’il s’était, dans un premier temps, diriger vers un troquet de la ville. Les serveurs ou barmans étaient toujours au courant des dernières nouveautés dans les villes comme celle-ci.

Une fois bourrées, leurs clientèle avait la langue délier et la malhonnêteté de l’homme en général faisait qu’ils ne se retenaient pas pour leurs soutiré quelques informations. Il s’arrêta devant le comptoir entre un colosse et un autre. Il y avait pas mal de gens assez musclés dans ce bar et il remarqua un géant avec un manteau en peau de bête non loin de lui. Il était sûrement un marine et avait un grade assez haut pour pouvoir se pavaner de la sorte dans un établissement public. Il allait donc être la cible à espionner dans ce bar. Lâchant quelques ryos au barman, Shiin’ commandât un scotch et alla directement s’asseoir à une table tout près du géant pour pouvoir espionner ses futurs conversations.

Le chasseur de prime lui donnait le dos tout en se balançant quelque peu sur sa chaise avec les pieds sur la table. De cette façon, il pouvait paraitre assez décontracté comme les clients de cette taverne et en même temps, du fait qu’il se balançait sur sa chaise, était un peu plus proche de sa cible. C’était sans compter l’afflux de femme dans la taverne. Enfin, d’une femme. La serveuse pour être plus précis qui lui apporter sa commande avec un grand sourire en coin. C’était le moment tant attendu pour notre dragueur qui en oublia presque le pourquoi du comment il était arrivé ici et entama sa tactique d’approche sur la gente féminine.

« Merci mademoiselle ? Madame ? Beauté ? Quel nom tu préfères, qu’un homme comme moi, te donne ? »
Ahah. C’était bien la façon d’agir de Shiin’ ! Un dragueur fini, voilà ce qu’il était devenu ! Pourtant, il ne perdit pas des oreilles sa cible et écouta, avec un tympan mais écouta quand même, les fait et gestes du géant qu’il surveillait. Il devait sûrement attendre quelqu’un et la soirée était encore longue. La serveuse allait donc l’aidée à faire passer le temps..

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Dim 2 Déc - 22:21

Le bon, la brute et le truand (le bon c'est moi Cool )



Le royaume de Luvneel. Une de ces îles du Nord, une des rares à être à peu près reliée à la marine. On dit que de cette îles, bon nombres d'aventurier son parti à la recherche d'îles perdus, pour leurs gloire et celle de leur roi, surement un vieux crouton qui s'accouple à une gamine et qui s'en réserve trois autres le soir pour bien caler l'estomac. J'en ai ma claque de ce genre de pays. Sois disant emplis de justice, au moins les pirates ne se cachent pas de leurs méfait derrière des jolies phrases toute faites. 400 ans, ça fait 400 ans que cette îles perdurent dans son vieux système dépassé et arbitraire. Un système qu'on vient défendre au nom de la justice ! Youhou.... Je dis "on" parce que cette fois je ne suis pas tout seul à être sur ce cailloux flottant. Ce n'est pas Zuko cette fois, un gars que je connais pas,juste sa réputation; une bête féroce. Ça promet...

J'espère qu'il saura se montrer si féroce devant les révolutionnaire qui tente de virer un tyran de son trône souillé par son gros cul.Excusez moi de me montrer si grossier mais je déteste cette foutu île. Si j'étais pas de la marine je serais des révolutionnaires je crois, si ils n'étaient pas aussi sanguinaire eux même

J'arpente les rues en pentes du centre ville dans la direction d'un petit bar, là où m'attends mon coéquipier de fortune, la lettre disait :<<Les révolutionnaires utilisent des pirates primés pour accomplir
leurs sales besognes à Luvneel, votre tâche est des plus simple il vous
faut identifier et régler le problème au plus tôt. Vous dirigerez l'opération, et sous vos ordre le caporal Greyback. Il vous attendra dans un bar nommé "La branche de cerisier". Vous le reconnaitrez facilement, c'est le seul à porter des peaux de bêtes normalement. >>

Pas très clair mais suffisant. J'entrai donc dans "la branche de cerisier" et poussa la porte en bois du bout de mon pied. Un intérieur cosy s'offrait à moi, avec des fleurs roses, des murs à la peinture lumineuse, et aux meubles au bois clair. Il y avait quelques tête de porc qui venait casser l'ambiance chaleureuse de l'établissement, en plus de la tête du barman, qui ne prenait même pas la peine de saluer ses clients. Mais le pire de l'anti-charme, c'était bien cet homme bâti comme une armoire bretonne, une coupe de cheveux en arrière et qui serait capable de vous crever un œil. Pour finir, il portait des peaux de bêtes sur le dos. Je pense que j'ai trouvé mon homme. Plus animal qu'il n'y parait que dans la lettre. En le regardant boire, je me mis à réfléchir à la suite la mission et aux motivations de mes supérieurs. Ce mec à plus l'air de faire carrière dans la piraterie et je me demandais si la mission ne risquait pas de tourner au carnage en voyant la hargne qui luisait dans ses yeux, comme le meurtre dans les yeux d'un tigre.Trêve de métaphore, je mis mes mains dans mes poches, comme à mon habitude et vint me poser juste en face du bonhomme, en me laissant tomber sur la chaise.

- Salut, je crois que tu es la personne que je cherche. Je lui tendit une main ganté. Yury Senshi,je suppose que tu sais pourquoi on est là, alors pas besoin de faire un petit briefing.

J'en avais marre d'être formel, et puis il avait tout de même un air sympathique. Si on fait abstraction du regard de tueur, et des cadavres d'animaux. Donc voilà, premier contact avec mon coéquipier, et pourtant je me sens déjà comme Bill Smith dans Men in White 2.
J'appelai la serveuse, occupé avec un autre client qui essayait de la draguer, mais pas avec autant de succès qu'il ne l'espérait.Elle vint se planter derrière l'imposant marine et demanda ce que nous désirions boire.

- Euh...du Jack Daniels silvousplémademoiselle.

- Nous n'en avons pas, désolé.
- Et de la téquila ?
- Nous en vendons pas ce genre d'alcool.
- De la couac ?
- Non plus.
- Alors de bière la toute simple.
- Rupture de stock. C'est le monsieur là bas qui a pris le dernier verre.
- Qu'est ce que vous vendez alors ?
- Il nous reste un peu de lait, et beaucoup de thé à la fleur de cerisier.

Je restai silencieux un moment, le temps de réfléchir et choisit finalement le thé.C'est bien la première fois que je bois autres chose que de l'alcool dans un bar. Elle revint avec son plateau plein et je saisi mon verre de thé et commençai à le boire méthodiquement, après y avoir ajouté un morceau de sucre,mais comme je ne le trouvais toujours pas assez sucré j'en remis un deuxième, puis un troisième. J'appréciais enfin ce que je buvais.

- Ahhhhh. Alors, est ce que tu as envie de commencer par quelque chose en particulier ? Parce qu'il parait qu'il y a une transaction louche sur le port ce soir au port ouest. Je me disais qu'on pourrait aller y faire .... je fermai ma bouche en aspirant mes lèvres pour me tourner vers un homme étrange à une table voisine, qui semblait nous écouter en faisant mine de rien. Hum Hum. Est ce qu'on peut vous aider ?


Revenir en haut Aller en bas
Greyback Byakko
Marine
Marine
avatar

Messages : 107
Métier : Charpentier

Fiche du marin
PP : 411
PH : 407
Grade : Lieutenant

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Lun 3 Déc - 6:57

Une proie ? Déjà ?


Greyback accoudé au comptoir depuis bien une heure rongeait son frein en silence, ou il était arrivé plus en avance qu’il n’y pensait ou son chef de mission s’était perdu ou pire… notre homme consulta la grande horloge au dessus du bar et se rassura, il était juste trop en avance. Le fauve recommanda une autre pinte de bière pour tuer le temps, lui qui d’habitude était l’empereur de la flemme et de la procrastination avait tendance à montrer un peu trop d’impatience aux prémices d’un moment d’action tel que celui-ci, son instinct de bête ne le trompait que rarement et celui-ci lui indiquait que cette mission allait être un bien beau bordel.

A peine Greyback avait entamé sa troisième pinte qu’un personnage plutôt atypique fit son entrée dans l’établissement, l’homme qui était blond, assez grand et bien bâtit éveilla les sens de notre héros en devenir. Son flair lui disait qu’il n’était pas un simple pêcheur venu manger sa gamelle et boire sa bouteille de gros rougeaud qui tâche après une journée harassante à taquiner le monstre marin et autres esturgeons rebelle, ce qui de prime abord titilla la curiosité de Greyback était le sabre harnaché dans le dos de notre inconnue quel homme de basse caste se baladerait avec un sabre de si bonne facture ? Ce type dégageait un je-ne-sais-quoi de dangereux, qui était-il ? Peut être était-ce l’adjudant Senshi ? Après tout ses supérieurs lui avait bien dit qu’il le reconnaitrait sans mal, l’homme s’approcha de lui, commanda un scotch au barman et partit s’asseoir non loin de lui à une table. Ce type n’avait pas l’air d’être le supérieur tant attendu, la question subsistait donc toujours qui était il ? Un pirate ? Un révolutionnaire ? Autre chose ? Obi wan Kennobi ? Et plus important que venait-il faire dans cette taverne ? Greyback avait du mal à croire qu’il était venu là dans l’unique but de boire un scotch aussi bon soit il et draguer lourdement la serveuse. Tant de questions qui resteraient sans réponse dans l’immédiat.

Le fauve écrasa son lourd cigare sur le comptoir et recommanda une énième chopine de bière, le train-train de l’attente fébrile commençait à reprendre place lorsqu’un homme encore plus étrange vint se poser à coté de lui, ce n’est pas son costume trois pièce cravate en apparence assez luxueux qui fit le plus tiquer notre marine mais le fait que son voisin n’avait pas de tête le fit bloquer deux minutes quand même, l’homme lui tendit une main gantée qu’il s’empressa de serrer incrédule.

Salut, je crois que tu es la personne que je cherche, Yury Senshi, je suppose que tu sais pourquoi on est là, alors pas besoin de faire un petit briefing.

Greyback avait du mal à en croire ses yeux, un corps sans tête lui faisait la causette et fait encore plus incroyable ce type était le supérieur. Soudain le sens de la phrase Inutile de vous inquiéter vous le reconnaitrez facilement. prenait un sens certain, car il lui fallait le reconnaître un homme qui se baladait sans tête était quelque chose que l’on remarquait plutôt bien. Yury tenta alors de passer commande mais la malchance avait l’air de l’avoir pris pour cible, tout ce qu’il voulait était ou en rupture de stock ou pas sur la carte, l’adjudant Senshi se rabattit donc sur un thé à la cerise qu’il sucra allégrement.

Alors, est ce que tu as envie de commencer par quelque chose en particulier ? Parce qu'il parait qu'il y a une transaction louche sur le port ce soir au port ouest. Je me disais qu'on pourrait aller y faire ....

Le supérieur de Greyback s’arreta brusquement de parler et se tourna vers l’homme au sabre dans le dos posé non loin de là.

Hum Hum. Est ce qu'on peut vous aider ?

L’instinct du fauve ne s’était donc pas trompé, l’homme les écoutaient et ne semblait pas faire partit de la mission, de l’action enfin ! Greyback s’alluma un cigare, se leva de son tabouret, afficha son plus beau sourire carnassier et s’adressa à son supérieur tout excité de commencer à traquer une nouvelle proie potentiel.




Est-ce une nouvelle proie Adjudant ? Puis-je la déchiqueter ?

Greyback ne savait pas était cet inconnue mais une chose était sur : si ce type était un ennemie cela finirait dans un bain de sang.

Hors RP:
 



Dernière édition par Greyback Byakko le Mer 9 Jan - 6:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Lun 3 Déc - 19:51



L’homme contemplait la beauté du sexe opposé. Enfin, il contemplait jusqu’à ce que la serveuse fut appelé par un homme qui semblait connaitre la cible que surveillait Shiin’. L’homme était bizarre. Un coup d’œil jeté vers lui et le chasseur de prime restait bouche bée. Le marine n’avait pas de bouche, de nez, d’oreille… Il n’avait tout simplement pas de tête ! Bizarre pour un marine. L’expression oublier son cerveau ce matin lui coller à la peau, s’en était presque drôle !

Sa main vint s’éclater contre la jolie fesse gauche de la serveuse pour la faire sursauté. Shiin’ était assurément un garçon à filles. Puis, ses yeux retournèrent sur le tabouret en face de lui tandis que ses tympans ne lâchèrent pas ses deux cibles. L’homme sans tête n’avait pas de chance aujourd’hui. Tout ce qu’il commanda fut rejeté par la serveuse et il dut, avec une rage qui pouvait se voir, se résigner à commander un thé. Le pauvre homme, il était venu dans ce bar pour qu’à la fin, il ne prenne pas ce qu’il voulait. Shiin’ avait eu de la chance d’avoir son verre de scotch.

Il n’aurait pas aimé se le voir refusé de toute manière.. Puis leur vraie conversation débuta. L’homme sans tête, encore une fois, demanda à son collègue si il voulait débuter par quelque chose de précis ou non. Il ajouta que s’il n’avait pas d’idée, il avait eu vent d’une transaction dans le port ouest ce soir qui pourrait l’intéressé. Qui dit transaction dans ce bas monde, dit hors la loi. Et qui dit hors la loi dit prime. Shiin’ avait déjà les yeux qui brillait rien qu’en pensant à la prime qu’il allait toucher une fois cette mission terminée !

Soudain, il entendu l’homme sans tête s’adresser à lui. Hmm, il était plutôt intelligent comme personne ! Il avait réussis à repérer Shiin’ alors qu’il faisait semblant de draguer la serveuse et se comporter en goujat pour espionner leurs conversation. Puis, l’homme à ses côtés se leva instinctivement et dit quelque chose qui n’avait aucun sens. Enfin bon, s’il savait qui il avait en face de lui… Son comportement changerait du tout au tout ! Mais l’identité de Shiin’ devait rester secrète ce soir et il allait devoir joué un rôle pour se sortir de ce pétrin.

« Non ça ira merci. Puis si j’aurais quelque chose à dire, essayer de contenir votre chien museler Adjudant. Les bêtes sauvages ont leurs place dans un zoo et non pas dans un bar… »


Des mots qui sortirent de la bouche de Shiin’ juste après les mots de l’homme qui portait de la fourrure d’animal. Tournant les talons, le chasseur de prime se dirigea vers la porte dans un silence mortuaire. Les personnes dans le bar ne parlaient plus. L’on pouvait y entendre une mouche voler tellement le silence régnait en maitre. Il sortit les mains de ses poches et mit un cigare dans sa bouche pour ensuite, avec son Zippo préférer, l’allumer. Il remit ensuite les mains dans les poches et une fois arrivé à la porte, il reprit la parole mais, cette fois pour dire quelque chose de gentil.

    « Désolé du dérangement Adjudant et au plaisir. »

Puis sa silhouette sortit du bar sans se pressé et alla en direction du port ouest. C’était là-bas qu’il allait se faire ses premiers primés ! Rien qu’en y pensant, il était tout excité ! On aurait dit un jeune enfant. Il vérifia que personne ne le suivait durant tout le trajet et arrivé au port, il se trouva un endroit en hauteur pour surveiller le tout sans pour autant se faire repérer par l’ennemie. C’était sa première chasse mais, il agissait déjà comme un grand. Reste à savoir si les deux marines de tout à l’heure allaient venir eux aussi enquêter ou non.


J'avais pas trop d'idée au niveau du port, donc je vous laisse faire et je vais rp sur votre base par la suite x)


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Lun 3 Déc - 23:45



Mon nouvel acolyte ne perdit pas un instant et se dressa comme un militaire au garde à vous afin de contempler du haut des sa taille de géant celui qui avait le malheur d'écouter notre conversation.

-Est-ce une nouvelle proie Adjudant ? Puis-je la déchiqueter ?
sortit il d'une grosse voix menaçante, sorti de sa bouche comme le grognement d'un ours dérangé dans sa grotte.

je lui répondis d'un ton plus posé et qui se voulait moins menaçant:

-Euh, non merci. Peut être une autre fois. Et puis tu peux m'appeler Yury, pas de formalité entre nous.

Je remarqua bien son air un peu déçu par ma réponse, un peu comme un enfant à qui on interdit de manger un bonbon, sauf que là le bonbon était humain. Un humain plutôt arrogant, blond de cheveux et portant un sabre de bonne facture dans le dos. Le même rustre qui donnait des claques au fesse de la serveuse.

-Non ça ira merci. Puis si j’aurais quelque chose à dire, essayer de contenir votre chien museler Adjudant. Les bêtes sauvages ont leurs place dans un zoo et non pas dans un bar…

Lui il ne devait pas beaucoup tenir à ce que sa tête reste sur ses épaules apparemment. Quoiqu'il en soit l'homme n'avait pas perdu toute sa raison et était parti sans demander son reste. Sage décision....
A deux pas de la porte il sorti un cigare et se l'alluma avec un briquet super ultra stylé, puis prononça une dernière phrase avant de s'éclipser en essayant de se donner un aire badass-mystérieux.

-Désolé du dérangement Adjudant et au plaisir.

Je décida de ne pas le suivre, car de toute façon que je le recroiserai sur le port Ouest, puisqu'il avait entendu notre conversation. Je me retourna vers le marine dont je ne connaissais toujours pas le nom, et c'est d'ailleurs la première question que je lui posa, avant de lui demander si il avait un don pour tabasser les freluquets dans le genre de ce fauteur de trouble. Je fus satisfait d'entendre que oui, et c'est avec un certain entrain que je l'invita à se diriger vers le port ouest.

L'après-midi touchait à sa fin et le soleil n'était plus qu'une grosse noix de coco orange qui flottait sur la mer calme et la silhouette de moi et du dénommé Byakko se dessinait peu à peu sur la grande toile qu'était le crépuscule. Malgré que nous soyons sur North Blue, la température n'était pas aussi basse que je ne m'y attendait, avoisinant les 15 degrés, et qui n'était pas désagréable. Le bateau que je proposais d'examiner devais arriver dans moins d'un quart d'heure, ce qui me laissait le temps de fouiller les environs du ports. Je me tourna vers Byakko afin de lui exposer une idée:

- Bon, comme on a un peu d'avance je propose qu'on se sépare pour chercher des choses ou des gens suspect. Va dans les environs du phares, moi je me dirige vers les docks. Il acquiesça d'un hochement de tête et se mit en route. Ah, et tant que j'y pense. Ne tues pas n'importe qui silteplémercid'avance .

J'avais comme des doutes sur les capacités qu'avait Greyback à se contrôler, j'espère qu'il ne tombera pas sur un petit rigolo qui fera le malin. Je le pense capable de lui arracher la tête à main nues.Ma ronde commençais donc dans les docks, là ou étaient entreposé toutes les marchandise venus des quatre mers, disposé dans des grandes caisses en bois formant un véritable labyrinthe de bois. Je m'aventurai a travers les ombres des caisse sous le soleil orange. Aucune trace de vie dans les étroits chemins formé par le bois. Après une courte escapade à travers des couloirs étroits, j'arrivais au bord de la rive, ou trônait une petite grue en fer rouillé, remplacé par d'autres plus grande et peintes en rouge.Elle étaient encore en servie à cette heure et étaient dirigé par un homme, à l'abri dans sa petite cabine de verre avec un magazine posé sur la table des commandes. En face de moi, la mer à perte de vu et le soleil aveuglant mais qui disparaissait peu à peu, pour laisser grandir l'obscurité du soir. Sur ma gauche se trouvait les couloirs de caisses de bois et à son opposé un homme caché par le contraste de la lumière mais qui était pour sur assis sur une caisses solitaire.Je ne savais pas vraiment si il était de dos ou face à moi mais j'avais l'impression d'être observé.
Je n’eus pas le temps de confirmer mon hypothèse qu'une cloche au son matte se faisaient entendre à travers le port, résonnant entre les caisses entreposées. Je me retourna par pur reflex et me mit en tête d'avancer, et lorsque je tourna une dernière fois la tête, l'homme avait disparus.

* What is the fuck ? On dirait moi quand je veux faire peur au gens.*

Pas le temps de m'attarder ici, mon bateau m'attendais et je n'avais aucune envie de le rater, c'était peut être notre première rencontre avec ces fameux révolutionnaires. Je me demandais qu'elle était leurs idéaux et leurs projets pour cette île. 2taient ils aussi idiots et dangereux que lors de ma mission avec Zuko ?Je pense que j'allais bientôt en avoir la cœur net.
je courut vers le ponton principale et arriva juste à temps pour voir s'amarrer au port un gigantesque navire de guerre qui n'appartenait pas à la marine mais qui n'hissait pas non plus de pavillons noir, mais cela ne prouvait pas qu'il n'étaient pas des pirates pour autant. Je ressentais en ce moment même une légère excitation lorsque je vis poser pied à terre le premier homme, qui était une femme, qui descendit du bateau. J'aimais bien ce genre de missions. Récolte d'information puis zigouillage de pirate. Miam. Euh..je ne parle pas de la femme ...Même si elle est plutôt jolie. Mouais, plus que pas mal même. Mais bref, ma véritable missions allait maintenant commencer.... Je me cachai derrière un des grands conteneur posé à 10 mètres de la présumé pirate, mais rien n'était encore sure. J'espère que Greyback ne compte pas passer à l'action, je ne le vois toujours pas et je suis assez sceptique sur son sujet. Serais-ce qu'un grosse brute qui porte des cadavres sur le dos ?
Je devais moi même suivre les agissements de cette femme. Elle avait un regard scrutateur, vif, comme si elle cherchait ou bien craignait quelque chose, malgré que 5 grand gaillard soit à ses côtés.
Elle avait de fine courbe bien élégante, le tout enveloppé dans une robe blanche saillante qui partait des genoux pour remonter jusqu'à son cou, laissant ses avants bras en proie à la douce brise du soir levant. Ses cheveux étaient porté par ce derniers, des cheveux de couleur noir qui masquait une partie de son visage livide. Pendant mon "inspection", une silhouette s'était approché du groupe d'individu suspect et à cause du contre jour, je ne pu deviner qui c'était mais il ne me semble pas que ce soit Greyback. Trop maigre.



[PS: je pense qu'il est temps que Raizel fasse son entré]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Mar 4 Déc - 20:29



Un premier pas




Une journée qui s'était annoncée périlleuse était devenue au fil des heures, un amusement conséquent. En effet, ambitionné par l'un de mes confrères révolutionnaires à la hâte assez importante, je jouais le rôle du pion. Si son but était de renversé ou plutôt de donner un coup au Royaume de Luvneel et à la main prise par la marine, le mien était bien moins conséquent. Principalement, j'étais présent en tant que soldat de la révolution et donc je n'étais compris que comme un pion mais, secondairement, j'étais là pour assouvir mes désirs de folies et de chirurgies. D'ailleurs, dans l'un des hangars situés au nord-est de l'île, plus précisément dans le port où le soleil commençait peu à peu à s'éclipser, j'avais affaire avec mes patients. Tous des pirates engagés et sous le joug de ce révolutionnaire à la tête de toute cette scène. Bon nombre de ces personnes étaient déjà blessées et en tant que médecin, c'était le sourire aux lèvres et une clope entre les dents, que je recousais l'une de mes victimes sans une once d'anesthésie. Les cris du patient ainsi que les visages pâles de mes prochaines proies renforçaient mon esprit sadique. Étrangement, je n'y allais pas de main morte. C'était de leur faute. A vouloir jouer les durs et à se mêler au monde dangereux et vaste qu'est la piraterie, ils devaient au moins endurer l'étape de la médecine. Je pouvais y aller plus en douceur mais, il ne m'y plaisais guère évidemment. « T'inquiète pas, encore quelques secondes. » Avais-je dis tout en scindant à l'aide de ma dentition, le fil ayant servit à le recoudre. « Au suivant ! » Lorsque l'on fait quelque chose que l'on affectionne tout particulièrement, le temps passe inlassablement plus vite. C'était le cas en l’occurrence où je n'avais que très peu de temps pour recoudre un bout de doigt avant que le navire tant attendu arrive. Ce fameux Navire où cette délicieuse créature y siégeait ...

Sans perdre de temps, alors que le vent frappait sur les parois métallique du hangars annonçant l'arrivée d'une odeur féminine, j'étais déjà en train de fignoler les finitions de mon travail, de ma passion, de ma chirurgie. Toutefois, dans l'empressement, j'avais fait une erreur qui à sa vision, fit hurler le patient qui en tomba rapidement dans les pommes. Son bout de doigt, je l'avais recousu à l'envers ... Intentionnel ou non, je n'avais pas le temps d'entreprendre quoi que ce soit d'autre, car le bruit des vagues houleuses était de plus en plus fort. « Désolé mais, ce sera tout pour l'instant. Relevez le vous autres. » M'exclamais-je à cette bande de pirate droits comme des I avant de sortir du hangar, claquant la petite porte derrière moi. Mon intuition avait été bonne. Accosté sur le rivage, ce gigantesque navire au pavillon noirâtre, sans aucune emblème. Une jeune et jolie jeune femme n'avait pas tarder à descendre du bateau, accompagnée par cinq gardes du corps, révolutionnaires à leur tour. Oui, mon confrère révolutionnaire, pour qui je jouais le rôle du pion en attendant son arrivée, c'était cette créature à la robe blanchâtre et au déhanché gracieux. Recouverte d'une aura attirante, elle était avant tout mon employeur, en quelque sorte.

M'approchant d'elle vêtu d'un pantalon noir et d'un t-shirt blanc tâché du sang rougeoyant de mes patients, je commençais dors et déjà à enlever mes gants en latex afin de ne lui adresser mes paroles, qu'une fois à portée. « Bon timing ... Les préparatifs que tu as mis en place sont déjà opérationnels mais, j'ai bon servir de médecin ici-bas, je ne peux pas faire de miracle et il y a déjà quelques pertes. » Inutile de la vouvoyer, ce n'était pas mon supérieur, juste une révolutionnaire avec des ambitions plus précipitées que les miennes. « Bien ... Autant entamer les hostilités tout de suite, avant que tout cela ne devienne trop suspicieux. Il y a quelques pirates d'envergure, supplémentaires dans le navire, nous avons de quoi frapper là où ça fait mal ! » Désespérant ... Je ne trouvais que ce mot pour définir la situation. Comme si quelques malheureux pirates pouvaient renversés la tendance d'une île toute entière, si leur prime aurait été de plusieurs centaines de millions je n'aurais émis aucune commentaire mais, ces freluquets étaient loin d'avoir atteint ce stade. Dans une limite, cette bonne femme pouvait simplement se faire craindre et faire connaitre ses ambitions aux yeux de tous si elle ne se faisait pas attraper avant évidemment. Qui sait combien de pirates seraient prêts à trahir l’inconnue en guise d'offrande à la marine. Dans un monde où les desseins visant à renverser le gouvernement mondial sont bien plus notoires que de piller des villageois, il était aisé de discuter échange équivalent avec le gouvernement. La thèse n'était pas à exclure et personnellement, j'y veillais au grain.

D'un sifflement aigu de l'une des armoires à glaces située en retrait, une horde d'une vingtaines de pirates tous aussi affreux et dépourvus de styles les uns que les autres, débarquaient sur la côté. De quoi ravir mon scalpel qui scintillait d'envie de délicatement couper la chair humaine. « Écoutez moi bien ! Je ne vous ai pas recrutés pour bailler aux corneilles mais, pour causer le plus de grabuge possible sur cette maudite île ! Les civils sont à épargnés, est-ce bien compris !? » S'écria-t-elle d'une voix expressive. Vu leur tronche, c'était apparemment bien compris. Enfin, s'ils pouvaient comprendre quelque chose évidemment. Ces analphabètes ne savaient sans doute que frapper sans relâche.
Revenir en haut Aller en bas
Greyback Byakko
Marine
Marine
avatar

Messages : 107
Métier : Charpentier

Fiche du marin
PP : 411
PH : 407
Grade : Lieutenant

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Mer 5 Déc - 17:10

Z'auriez pas vu des révos ?


Greyback et Yury étaient arrivés au port en fin d’après-midi et le bateau qu’ils avaient l’intention de fouiller n’allait pas tarder à montrer le bout de son nez, les deux marines ayant une légère avance sur l’horaire prévu du débarquement l’adjudant Senshi décida de séparer leurs forces et de faire un tour de repérage du port, tandis que ce dernier inspecterait les docks le fauve irait faire un tour du côté du phare. La séparation se fit non sans quelques conseils de Yury Ne tue pas n’importe qui un ordre plutôt simple mais tellement frustrant pour le sanguinaire colosse qui se fit tout de même une raison car après tout ils étaient venu là principalement pour collecter des informations et éventuellement suivant la situation régler de manière définitive le problème et arracher la tête de quelques pirates ferait sans doute un peu désordre.

Byakko partit donc en direction du phare qui commençait à éclairer les navires s’approchant de l’île à cette heure crépusculaire, sur sa route notre homme croisa de bien étrange personnages tous plus moches les uns que les autres et aux airs dangereux. La tronche de certains d’entre eux était aisément identifiable car Greyback les avaient déjà vu sur de multiples avis de recherche émis par le quartier général. Le nombre de pirates présent ici était effrayant le gouvernement avait grandement sous-estimé les recruteurs du mouvement révolutionnaire, le colosse comprit immédiatement de quoi il en retournait, il se préparait donc quelque chose d’imminent et d’envergure et il lui fallait découvrir quoi et vite.

Hey toi là ! Qu’est-ce que tu fout là ?

Greyback se figea, une personne avait-elle compris qu’il était un marine et pas un simple citoyen ? Le marine se retourna lentement, ralentit sa respiration et banda ses muscles. Il était prêt à passer à l’action, le fauve ne se faisait aucune illusion si le combat devait être engagé au milieu de cette foule prônant la révolution ses chances de vaincre étaient extrêmement faible voir même quasi-inexistante. Son regard passe de droite à gauche en un éclair cherchant une potentielle issue de secours qui malheureusement n’existait plus, les hommes autour de lui qui avaient été piqué au vif par le questionnement de l’inconnue s’étaient tous retourné dans sa direction curieux et surement heureux de pouvoir se farcir un marine avant l’heure de l’apéritif. Byakko pris une grande bouffée d’air et lança un regard féroce à l’homme qui avait grillé sa couverture, il décida d’une chose : s’il devait crever aujourd’hui il emporterait ce type dans la tombe et surement d’autres pirates aussi, il ne mourrait pas sans coup faiblir.

Pas la peine de me jeter ce regard le glandeur, tu sais très bien que les balèze comme toi qui ont rejoint « la cause » doivent aller décharger les caisses dans l’entrepôt près du phare et ne rajoute rien s’il te plait j’en ai déjà assez marre de pourchasser toute la journée les soiffard dans ton genre qui sèche le boulot pour aller boire jusqu’à tomber dans les pommes à la taverne du coin alors active toi le derche si tu veux avoir ce qui a été convenue.

Greyback resta comme deux ronds de flans incrédules, lui qui croyait qu’il avait été démasqué était bien surpris de voir que le révolutionnaire le prenait pour un pirate. Il réfréna un éclat de rire qui le démangeait fortement et partit en direction de l’entrepôt mentionné par l’interlocuteur mystère. Arrivé sur place il fut pris en charge par celui qu’il présumait être le chef d’équipe, ce dernier lui indiqua quelle caisse déplacé à quel endroit, Byakko en était à faire de la manutention lorsqu’un gong retentit, cette sonnerie fit sortir toutes les brute en dehors du dépôt laissant notre militaire seul au milieu des caisses. Une parfaite occasion pour lui de jeter un petit coup d’œil à l’intérieur, Greyback en ouvrit une puis deux et ce qu’il trouva à l’intérieur le glaça d’effroi. A l’intérieur des caisses se trouvait des armes et plus important encore des explosifs, si toutes les caisses était chargé de pétards il y avait de quoi faire sauter la moitié de l’île. Que préparait donc cette maudite révolution avec autant de dynamite ? Il lui fallait avertir Yury et vite. Le fauve sortit son Den Den Mushi et contacta son supérieur.

Yury on a un gros problème, il y a beaucoup plus de pirate qu’on ne le pensait ici et il y a une quantité astronomique
d’explosif. Ce je sais pas ce qu’il compte en faire mais à mon avis c’est pas pour le 14 Juillet.


KZZZ.. BB…ZZZ….QQQQ ….RRRR…..AAA….BBBB

Greyback était dépité, apparemment le réseau escargophonique ne passait pas ici, il lui fallait trouver un autre moyen de contacter Yury.

Alors le toutou arrive pas à contacter son maitre ?

Et comme un malheur n’arrive jamais seul l’homme blond qui les espionnait à la taverne venait d’apparaitre dans son dos. Byakko se demandait de quel côté était ce type, il poussa un long soupir et s’alluma un cigare, ami ou ennemis il allait enfin le savoir.


Dernière édition par Greyback Byakko le Mer 9 Jan - 6:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Mer 5 Déc - 18:53



Le monde était pourvu d’énigmes en tout genre. Il était rempli de mystère et avait de plus en plus de danger. S’y aventurer seul n’était pas chose facile mais, l’homme aux cheveux bleu était l’exception qui confirmait la règle. Debout sur ce toit, il guettait les environs. Alors que la nuit tombait petit à petit, l’ambiance dans ce port se faisait de plus en plus soutenue et lourde. Son pied droit vint se lever pour redescendre la seconde qui suivit, pour écraser le mégot de cigare qu’il avait jeté. Ses mains directement vinrent tapoter ses poches pour en sortirent un autre et le mit en bouche pour ensuite l’allumer.

Un fumeur téméraire, voilà ce qu’il était. Il poussa un bruit de mécontentement quand un homme vint lui adresser la parole en contrebas. Un révolutionnaire et il lui demandait ce qu’il foutait là. Il plaisantait ? C’est la phrase qui vint à l’esprit du chasseur bleu. Laissant passer un léger rictus, il lui vint une idée. Il allait se faire passer pour un révolutionnaire et infiltrer leurs commando pour arriver jusqu’aux pirates primées et leurs couper la tête ! Une idée tout simplement splendide qu’il ne tarda pas à mettre sur pieds. Il répondit avec un grand courage qu’il faisait office de garde ce soir. Que son rôle était de surveiller les environs et qu’il devait sévir si des hommes vinrent se faire voir.

Comme on pouvait s’y attendre, le petit et sans muscle révolutionnaire se fit avoir comme un bleu. Le chasseur de pirate passa donc inaperçu et descendit du toit avant de lui tapoter à l’épaule et de lui ordonner d’aller se mettre au travail ! Non mais oh, un révolutionnaire qui posait trop de question, ça n’était pas permis ! Tournant les talons, Shiin’ recracha un peu de fumée et disparu aussitôt aux yeux du révolutionnaire. Il ne devait pas rester dans les parages longtemps, il allait devoir fouiller un peu le coin avant de passer à l’action. Il décida donc d’aller errer dans les entrepôts du port pour voir ce qu’il se passait et là, stupeur. Il retrouvait le caniche de service en train de faire sa promenade.

Un sourire vint se faire voir sur son visage alors qu’il apparut derrière l’homme en prononçant une phrase anodine mais, qui avait du sens pour les deux hommes au vu de leurs dernières rencontres. Il ne l’aimait pas et c’était sans doute réciproque. Les colosses sans cervelle n’était pas le genre d’homme à qui on pouvait faire confiance et Shiin’ le savait. Le son de sa voix se fit entendre alors que les révolutionnaires revenaient à la charge. Et c’était l’homme qu’il avait rencontré auparavant qui était à leur tête. Vous savez, l’homme qu’il avait laissé en lui tapotant l’épaule. Oui, cet homme-là arriva et posa directement la question à Shiin’ de savoir ce qu’ils faisaient ici.

    « Cet homme ne se bat pas pour la cause messieurs ! Il fait même partie de la marine ! La preuve, il fouillait dans les caisses quand je l’ai interpellé ! Arrêtez-le c’est un intrus de la pire espèce !! »

Cinq homme arrivèrent alors et encerclèrent le colosse tandis que Shiin’ avait déjà profité de ce moment de battement pour s’évaporer. Il avait fait la connaissance du révolutionnaire et avait profité de sa confiance pour jouer ce mauvais tour au marine. C’était ça le boulot d’un chasseur de prime, n’avoir aucun sentiment. Il allait sûrement y laisser sa vie. S’il réussissait à s’en sortir en vie, il arriverait sûrement trop tard et le chasseur bleu serait déjà partit avec la prime. Il s’était donc servit d’un mensonge pour arriver à ses fins, un homme intelligent quoi ! Et pourtant..

Alors qu’il marchait sur le pont, il entendit une femme crier. Sa curiosité l’interpella alors, que faisait une femme au milieu de tout ça ? Une créature aussi parfaite ne pouvait être mouillé dans ce genre de trafique. La dynamite, les hommes armés. C’est elle qui semblait tout contrôler à en entendre ses dires et ça surpris beaucoup l’homme aux cheveux azurs.. Alors qu’il avançait vers l’homme sans tête qui semblait guetter les environs tout en se cachant.. Pourquoi se cachait-il ? Sans tête, on avait sûrement pas de matière grise. Normal donc..

« Hey miss monde !! C’est toi la gueuse que je dois buter où ? T’as l’air de commander un beau commando, j’espère qu’il y a des primés là-dedans.. éhé. »


Il avait par la même occasion grillé la couverture de l’adjudant sans tête. Puis en regardant vers la femelle, le chasseur vint apercevoir une silhouette qu’il connaissait. Un homme ou plutôt un fou. Un révolutionnaire qui n’avait aucun sens de la compassion. Sans montrer le moindre sentiment sur son visage et tout en gardant les mains dans ses poches, Shiin’ reprit la parole mais, cette fois-ci d’un air assez sérieux.

    « Toi.. Qu’est-ce tu fou là ?! »


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Lun 10 Déc - 18:47

Une petite altercation au bord de l'eau




Les évènements c'était précipité à une vitesse qui dépassait mes espérances. Tout les acteurs étaient en place et le premier acte allait pouvoir débuter. Dans le rôle du gentil, enfin, selon l'avis populaire, moi et Greyback. Dans le rôle du méchant, toujours de l'avis populaire, la pirates, sa bande et le mec au regard glacial. Et puis dans le rôle de guest, le même gars qu'on avait croisé dans le bar plus tôt dans la journée. je ne savais pas trop de quel côté il était.

« Hey miss monde !! C’est toi la gueuse que je dois buter où ? T’as l’air de commander un beau commando, j’espère qu’il y a des primés là-dedans.. éhé. »

Okay, chasseur de prime. Bon, au moins il ne me dérangerai pas..pas plus qu'il ne l'avait déjà fait, en venant se planter à côté de moi comme une pancarte avec des lumières clignotante. "Youhou ! Je suis là pour vous poutreeeeer ! "En tout cas le chasseur de prime semblait vraiment intéressé par les magnifiques courbes de la pirates. Oui, j'ai préféré de pas trop m'attarder là dessus. Il faut savoir ester un minimum professionnel.Mais là, ouais, elle était super charmante, pour pas dire méga bonne. Le regard de tueuse lui va si bien.... Mais ce n'était pas la seule a avoir un regard de psychopathe. Son acolyte à l'air effrayant avait le même style mais ça ne lui donner aucun charme... Se personnage ne manqua pas de faire réagir le chasseur de prime .

« Toi.. Qu’est-ce tu fou là ?! »


Je pense qu'il le connaissait. Et pas en bien .l'intéressé ne sembla pas lui porter beaucoup d'attention. Je décida donc d'entrer en scène en passant devant cheveux bleu pour m'adresser à mes futurs victimes.

<< Bonjour. Je suis désolé d'interrompre votre petite réunion mais j'aimerai beaucoup vous passer les menottes. Alors si vous pouviez vous rendre, je n'aimerais pas avoir à amocher un si joli visage.Oh, vous vous avez le droit de résister, vous êtes des mecs.>>finis-je en m'adressant au cortège de brute qui escortait la demoiselle.

Demoiselle qui avait le visage recouvert d'arrogance lorsque je finis mon annonce. Bien sur, je me doutais bien qu'elle ne se rendrait pas, ils ne se rendent jamais de toute façon. Elle affichait maintenant un regard mixant mépris et folie, la tête un peu en arrière comme pour essayer de me montrer sa supériorité fictive.

<<Vous avez entendus ce freluquet les gars ? Qu'on en finisse vite, tuez moi ces abrutis. Ça apprendra au habitants à nous obéir.>>


* Freluquet ? Mais c'est nul comme insulte !*

Derrière, les hommes de mains semblait satisfait de l'ordre qu'on leurs donna. Des grosses brutes basiques quoi. Efficace pour casser des mâchoires mais aussi esclaves de leurs idioties. La marine serait contente de posséder de telles hommes. Ils agitait déjà leurs armes en l'air, peut être voulaient ils nous impressionner.

*BANDE DE BLAIREAU utilise Intimidation.
Ce n'est pas très efficace ...*


C'est à ce moment là ou je me demandai ou était bien passé Greyback, l'acolyte, la bête, le rocher, la force de la nature, l'armoire en bois massif et j'en passe. (oui je suis doué pour trouver des surnoms ...) Il était peut être retenus ailleurs, amis en tout cas j'aurais bien besoin de son aide dans ce moment là. Une bonne quinzaine d'homme, c'est un nombre abordable pour moi, mais un petit plus ne se refuserais pas.

Mon attention se portait maintenant à l'homme qui se dressait à mes côtés, le chasseur de primes au taux d'hormone anormal. Il semblait savoir se battre, ou au moins il avait l'air confiant. J’espère pour lui.

<<Bon, disons que si tu m'aide à poutrer ces débiles je m'engage à te céder la moitié de la prime. C'est assez pour ton cœur avide ?>>


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Mar 11 Déc - 14:12



Un plan B



La situation était en un rien de temps, devenue presque incompréhensible. D'un escadron de pirates et de citoyens indignés, sortaient du lot, deux nouvelles silhouettes. L'une d'entre-elle ne m'était pas inconnue. Ce jeune homme, ce jeune chasseur de prime répondant au nom de Shiin. Il était là, stupéfait et à me crier dessus me questionnant sur la raison de ma présence. Pourquoi j'étais là d'ailleurs ? Ah et bien, très bonne question mais, je pouvais tout aussi bien lui retourner. Pourquoi était-il là et en compagnie d'un homme sans tête ? Surpris dans un premier temps, j'avais vite repris mes esprits par une conclusion toute simple : Fruit du démon. Après tout, cette conclusion semblait la plus correct. Jamais encore je n'avais rencontrer un homme ou plutôt, des vêtements planant au-dessus du sol tout en épousant forme humaine. Aucune espèce de ce genre n'était répertoriée dans le monde. Ni géant, homme bête, long-bras ou autre, il ne restait plus que le fruit du démon. D'apparence incolore et inexistante, son rôle était bien arrogant. En effet, d'après ses paroles, il semblait être de la marine. Toutefois, avec une telle arrogance, j'avais des doute quant à son solitarisme et d'autres soldats de la marine étaient sans nul doute dans les environs. Pourtant, je n'avais encore reçu aucun appel ou avertissement de la part des autres troupes. Alors que la jeune femme ordonnait à sa horde de brute d’assaillir l'ennemi, de mon côté, j’attrapais mon escargophone afin de communiquer avec les dites troupes mais, aucune réponse me fus donnée. Il y avait donc un petit soucis à ce niveau et mes doutes quant à un possible regroupement de marines, se certifiaient. D'ue t-shirt taché de sang, j'extirpais la cigarette consumée d'entre mes lèvres pour le jeter sur le sol tandis que de mon autre main, j'en allumais déjà une nouvelle, respirant cette toxine avec un air satisfait.

Finalement, la femme qui m'avait engagée, n'avait vraiment pas été minutieuse dans ses actes. Cela, je l'avais remarquer depuis le début mais, je n'imaginais pas que la marine débarquerait si rapidement. En même temps, on ne confie pas un boulot à des inconnus. Enfin, peut-être que je tirais mes conclusions trop rapidement et que tout cela était prévu. C'est ce que j'espérais du moins. « Dis-moi ... Tout cela était prévu ou bien il est temps de prendre ses jambes à son cou ? » Avais-je dit d'un air amusé. Oui, si cela n'était pas le plan, cela voulait dire qu'elle était une piètre activiste et qu'il fallait donc mieux pour ma petite personne que je parte de là avant de me faire attraper. « Disons que je ne tisse pas le destin mais, que je peux prévoir certaines choses. Je connaissais les risques que j'encourais en engageant des citoyens et pirates du coin. De toute manière, notre n'est-il pas d'éliminer la marine et ainsi changer ce monde ?! » Que dire face à de tel propos ? Chacun sa manière d'agir et chacun sa façon de réfléchir. Je pouvais bien lui répondre qu'éliminer la marine ne changerait en rien la face du monde et que ce n'était pas eux qu'il fallait blâmer mais, cela n'aurait strictement rien changé. Ce que cette femme voulait : Faire couler le sang des marines.

Mauvaise pioche ... Il s'agissait plus d'une meurtrière que d'une révolutionnaire. D'un sourire narquois, je savais à présent que mon rôle ici était tout autre. Laissant les brutes se battre entre elles, j'empoignais le bras de la jeune femme pour l'emmener à l'intérieur du hangar, celui-là même où j'étais sortis lors de son arrivée. « La marine ! » M'écriais-je à haute voix à la dizaine d'hommes à l'intérieur. Blessés certes mais, ils pouvaient toujours servir de bouclier humain et puis, pour la plupart, leurs blessures ne les empêchaient pas de combattre l'ennemi. Le nombre de ces dernier était inconnu mais, il ne fallait pas se laisser abattre pour autant. « Vite au centre-ville ! Avant d'arriver, j'ai contactée une vingtaine de civils, tous prêts à rejoindre la cause. La marine est occupée ici, nous pourrons passer à l'offensive sur un autre flanc ! » Une vrai tacticienne et le menant devint rapidement le mené. Oui, alors que c'est moi qui l'avait empoignée pour la mettre à l'abri, elle avait vite reprit les devants en me montrant le chemin à suivre.

Cela s'annonçait réellement intriguant. De ce qui avait semblé être une défaite n'était qu’une étape d'un plan fastidieux. Ce plan, que pouvait-il déceler d'autre ? Je n'en avais pas la moindre idée. Après tout, je n'avais pas été informé de tout. Je n'étais qu'un pion au milieu d'un échiquier. Une personne qui serait envoyée au casse-pipe à la moindre occasion, dés que les choses tourneraient mal. C'était bien là le rôle d'un pion. Pour l'instant ... Oui, je n'étais qu'un pion mais, ce n'était que temporaire. Les évènements ne manquaient pas et de cette manière, si je ne me faisais pas arrêter sur cet incident mineur par ce mec sans queue ni tête, ce sera un jour à mon tour de monter une épreuve de cette envergure pour donner un coup aux maux de ce monde. Évidemment, je serai bien plus consciencieux que cette jeune activiste n'ayant que l'apparence pour plaire. D'un sourire sur les lèvres et toujours la même clope entre les lèvres jouant une symphonie macabre et cancérigène, je suivais l'exemple d'une perte certaine.
Revenir en haut Aller en bas
Greyback Byakko
Marine
Marine
avatar

Messages : 107
Métier : Charpentier

Fiche du marin
PP : 411
PH : 407
Grade : Lieutenant

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Mar 11 Déc - 16:48

Tabassage & Explosion


Greyback maudissait l’homme qui l’avait dénoncé aux révolutionnaires, après l’avoir mis dans un merdier sans nom le blondinet avait filé à l’anglaise dans quelques directions inconnues. Le fauve se retrouvait désormais avec cinq pirates sur le dos, lui qui devait rester discret et « ne pas tuer n’importe qui » dixit son supérieur, allait bientôt être au centre d’un sacrée remue-ménage et allait devoir réduire au silence ces messieurs à l’air antipathique à mourir, le colosse soupira longuement, J’vais encore me prendre une chasse pour non-respect des consignes de mission, pff et même pas un mec qui a l’air d’en valoir la peine en plus, ces cinq gus ont à peine l’air assez malin pour bouffer du foin. Byakko s’alluma un cigare et jaugea ses futurs adversaires qui le bombardaient de questions, qui est tu ? Que viens-tu faire là ? Comme s’il allait leur répondre gentiment qu’il était envoyé par le gouvernement dans le but de mettre fin à leurs ambitions, non vraiment même le plus débile des marines ne répondrait pas cela.

Enfoiré tu veux pas répondre ? On va te péter les jambes on verra si tu fait encore le malin

Les pirates excédés par l’attitude nonchalante de Greyback et son manque de coopération eurent l’idée de le tabasser un peu pour lui délier la langue, bien mal leur en pris car même si ces types étaient de solide gaillard en surnombre Byakko avait un atout de taille dans sa manche et pas des moindres. Son visage se fendit d’un large sourire, il venait d’imaginer la tronche que ces révolutionnaires du dimanche allaient tirer en le voyant se transformer en vraie bête sauvage, assurément cela vaudrait surement le détour. Dans un éclat de rire dément le militaire se transforma devant des pirates trop confiants.

Des poils orange zébré de noir poussèrent sur tout son corps, dans le même temps une longue queue fit son apparition à la base de son dos, ses ongles se développèrent jusqu’à devenir des griffes et ses canines croisèrent jusqu’à devenir crocs. La transformation achevée Greyback toisa les cinq proies qui se tenaient figées devant lui visiblement très surpris de tomber sur un zoan de type carnivore et esquissa un sourire encore plus large qu’auparavant. Pour valoir le coup leurs tête valaient vraiment le coup d’œil, le tigre regretta même de ne pas avoir emmené avec lui un escargophone photographique pour immortaliser leurs expressions.



Alors les lopettes qui va défoncer qui déjà ?

Ses cinq agresseurs restaient figés sur place tel des crapauds devant un serpent, tout fut vite fini. Greyback fondit sur le premier de ces messieurs et lui planta ses griffes dans le ventre, l’homme s’effondra dans un râle. Le deuxième révolutionnaire fut projeté contre un mur au fond du hangar où il perdit connaissance. Byakko mit un puissant coup de boule au troisième larron qui tomba à genoux en tenant son nez ensanglanté, le tigre reçut un léger coup de sabre dans le dos venant d’un quatrième lascar qui plus courageux avait décidé d’affronter le bestial marine et en avait même dégainé son sabre, le pauvre homme bien seul dans cette veine entreprise ne fit littéralement pas le poids lorsque Greyback lui sauta dessus pour lui ôter le sabre des mains.

Quatre hommes sur cinq étaient désormais neutralisés, le colosse projeta son regard dans le hangar pour essayer de retrouver l’homme manquant qu’il ne voyait plus, il retrouva sa trace dehors. Le héroïque lascar prenait ses jambes à son cou, le fuyard était désormais trop loin pour que le marine veuille prendre la peine de le rattraper, il fournirait moins d’efforts en allant rejoindre Yury qui risquait fort de gueuler comme un veau en apprenant le manque de… finesse de son subordonné. Le militaire sortit du lieu de l’affrontement et jeta son cigare presque éteint à l’intérieur, le cône de tabac voleta tel un papillon porté par la brise automnal en direction d’une des caisse remplis d’explosif que notre homme avait ouvert il y a peu.

Et merde

Après avoir vu la direction que prenait son mégot, le fumeur de havane détala comme un lapin en direction des quais pour y retrouver son chef et tout en étouffant un juron il reprit forme humaine laissant derrière lui une caisse chargée de TNT qui ne tardèrent pas à exploser moins de cinq minutes après son départ ne laissant que des ruines de dépôt fumante. Pour une mission discrète s’était réussi


Dernière édition par Greyback Byakko le Mer 9 Jan - 6:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Ven 28 Déc - 20:25

Je propose de sauter les tours de Shiin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Dim 30 Déc - 23:38

What's going on ! ♫



La situation était passé en un instant, de sous aucun contrôle à catastrophique. c'est au moment où la bande gros bras sous la tutelle de la ravissante révolutionnaire nous fonça dessus, moi et l'homme aux cheveux bleus, que tout dérapa, encore plus qu'au départ, oui. Une retentissante explosion se mêla aux prémices du combat, envahit l'espace d'un nuage de fumée grisâtre et nous masqua à tous la vue dans les environs des docks.
il y régnait un vacarme monstre, associant le bruit des cris d'homme, ne me demandez pas pourquoi, aux toussotements et aux ordre hurlé par une voix de femme et d'homme juvénile, plus que els autres brutes en faces de nous.

« La marine ! » « Vite au centre-ville ! Avant d'arriver, j'ai contactée une vingtaine de civils, tous prêts à rejoindre la cause. La marine est occupée ici, nous pourrons passer à l'offensive sur un autre flanc ! »

plutôt flatteur d'entendre ça, juste pour UN marine, et un autre occupé ailleurs, mais pour lui il n'en savait rien.où bien..Oui ! Ils pensent que la marine est derrière tout ça et qu'ils sont venus les serrer ! Et peut être que c'est bien Byakko qui est le responsable de ça... Discrétion, niveau 0 !
En tout cas, ce n'est pas de la fumée qui va m'empêcher de mettre la main sur ces révolutionnaire, et en particulier la leader du mouvement, qui m'a tout l'air d'une fanatique.

Je ne pris pas le temps de tâter les planches de bois pour avancer en courant, en direction de la vois de la femme. je pris soin de me rendre immatériel dans ma course, me donnant au passage une invisibilité qui ne m'était pas vraiment utile dans un nuage de fumée aussi épais. C'était juste pour ne pas rencontrer une épée dans ma course à l'aveugle. Lorsque je sortit de cette purée de pois, je me rendis compte que le nuage gris n'était pas si imposant que ça, il était juste parfaitement placé dans l'endroit où je me situais auparavant. On peut remercier le coup de vent. mais pas le temps de m'attarder sur des broutilles, je devais retrouver ma cible !

Je remarqua un hangar vide, qui voyait s'enfuir de son ventre des dizaines d'hommes très pressés de partir d'ici apparemment. A coup sur le reste de sa bande, je décida de les suivre, passant par la grande entrée et sortant par l'autre en voyant que le hangar était déjà vide de tout révolutionnaires. me revint alors les ordres de la fille, se rendre aux centre ville. c'est là que je devais aller, empêcher leur "attaque sur un autre flanc".
faudra que je lui conseille de ne pas crier des ordres tactiques en présence d'un ennemi. c'est dommage de devoir laissé tranquille ceux qui sont resté pour me refaire une beauté, mais je les laisse à mon associé, il saura quoi en faire...

Toute mon attention était maintenant porté sur la fille, dont la chevelure corbeau était visible sur les pavés de la rue marchande, donnant sur le centre ville, prochaine cible de son mouvement. Dans sa course, elle était accompagné d'un homme à la tignasse de feu. je devais absolument rattraper ces deux la et les neutraliser, pour ça rien,d e plus simple que d'arriver en mode ninja dans leurs dos et après... un bon coup du lapin je suppose ? Mais c'est plus facile à dire qu'a faire, je dois d'abord les rattraper, si seulement j'avais un Byakko à chevaucher pour ça ..
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Mar 1 Jan - 14:27



Le dernier ordre



En un rien de temps, un petit coup d'état était rapidement devenu une petite bataille entre quelques révolutionnaires et marines. Toutefois, si la jeune femme que je suivais souhaitait parvenir à ses buts, il fallait qu'elle fasse vite. Loin derrière, une énorme explosion venait de retentir laissant s'échapper une quantité phénoménale de fumée grisâtre. Certainement dus aux feux d'artifices et divers explosifs prévus pour le mouvement, le voile grisâtre qui envahissait doucement les docks nous permettait de nous échapper en toute sécurité. Un échappatoire de courte durée, car notre direction n'était autre que le centre-ville pour y récupérer d'autres volontaires et continuer la soirée dans une offensive des moins préparée. Les cheveux dans le vent, le peu de personnes encore présentent dans les ruelles faiblement éclairées se retournaient toutes sur mon accoutrement tâché de sang. Leurs visages écœurés emplis de dégoûts faisaient naître en moi, un léger sourire carnassier. Elles devaient sans nul doute me prendre pour un fou, un aliéné mais, cela ne m'importait que très peu. Après tout, ces personnes n'avaient pas totalement tort de penser cela. Traversant des ruelles toutes aussi sombres et étroites les unes que les autres, j'avais la véritable impression de tourner en rond tellement tout se ressemblait. De plus, la jeune révolutionnaire, instigatrice de ce mouvement qui était en train de partir en cacahuète, possédait une condition physique exemplaire.

Lancée à toute vitesse, j'avais presque du mal à tenir son rythme. Chance pour moi, on semblait être arrivés à destination lorsqu'elle s'arrêta net devant l'entrée d'un bar miteux, me laissant faiblement vaciller sur son dos. « C'est ici. Viens entre avec moi. » Avait-elle dit avant de franchir les portes d'un bar rempli de toutes sortes de personnes, grands, gros, petits, baraqués et fluets. Dans tous les cas, tous semblaient portés un intérêts pour les desseins de la jeune révolutionnaires, du moins d'après ses paroles. « Ecoutez-moi tous ! Ces chiens du gouvernement sont arrivés au dock, nous devons agir tout de suite avant que nos mouvements ne soient stoppés net ! Réduisons à silence cette influence grossière et bleuâtre ! » Son bras était bien haut, levé vers le ciel.

Ses mots étaient justes et bien trouvés, car tous répondaient favorablement à l'appel alors qu'ils se dirigeaient vers l'extérieur. La petite base de la marine présente sur cette île était là, la cible de tous ces bras cassés. Pas très futés qui plus est, car à faire tant de brouhaha dans leur petit bar, ils n'avaient même pas entendus l’explosion des docks alors qu'ils étaient troublés de voir toute cette fumée grise au loin. Quant aux marines, ils avaient assurément déjà prit des dispositions suite à tout ce raffut. De toute évidence, tout comme il existait de bons et de mauvais pirates, il existait aussi de bons et de mauvais révolutionnaires. La jeune femme à l'allure attrayante faisait inévitablement partie de la seconde catégorie. Envoyer ses hommes au casse-pipe sans préparation au préalable ne valaient pas mieux que les actes absurdes des brigands de bas-étages. Et puis, à quoi bon réduire à silence l'influence de la marine sur une île si pour cela il fallait sacrifier quelques dizaines d'hommes ? La seule chose que je pouvais faire , c'était tout simplement d'attendre que les choses se passent.

Un léger sourire sur mes lèvres était naissant alors que nombreux pas résonnaient pleinement dans la ville à moitié endormie. Les cris et les râlent étaient au rendez-vous eux aussi donnant l'impression d'une émeute ou d'une manifestation. De toute cette agitation, j'en tirais de l'expérience. De l'expérience pour le "Rules Zéro". Au moins, je savais maintenant les erreurs à ne pas commettre même si en vérité, je le savais déjà. Avec un peu de réflexion, on pouvait aisément éviter le genre de situation dans laquelle nous nous trouvions ce soir. Ce n'était plus qu'une question d'une dizaine de minutes voir un petit peu plus, avant que l'organisation de la demoiselle ne tombe en ruine et son corps entre les mains de la marine. Dans le pire des cas, ce dernier seraient criblé de balles. Il n'y avait qu'à patienter, et pour sûr, j'espérais que mes talents de médecins allaient être efficaces.
Revenir en haut Aller en bas
Greyback Byakko
Marine
Marine
avatar

Messages : 107
Métier : Charpentier

Fiche du marin
PP : 411
PH : 407
Grade : Lieutenant

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Ven 4 Jan - 5:43

Run, run & run again


Greyback courait dans les ruelles du port pour s’éloigner au plus vite de l’entrepôt qu’il avait fait sauter il y a quelques minutes, il pensait qu’avec un peu de chance les révolutionnaires en herbe penseraient à une mauvaise manœuvre des hommes qui devait bouger les caisses et ainsi évité de révéler à Yury qu’il était l’étincelle ayant provoqué le dynamitage du lieux. Si son supérieur apprenait la gaffe il pensait être bon pour une nouvelle suspension, il priait donc pour qu’il ne l’apprenne jamais.

La marine ! La marine !

Le fauve étouffa un juron fort peu polie en entendant la clameur qui s’élevait des ruelles adjacente, les hommes du port avaient deviné qu’il s’agissait d’un acte du gouvernement et non d’une mauvaise manipulation imputable au personnel ayant sauté avec la réserve de pétards et autres feux d’artifice. Il lui fallait désormais trouver une excuse béton pour justifier ce fiasco, Byakko se donna une tape sur le front et se résigna à se prendre une nouvelle rincée de sa hiérarchie, après tout il commençait à avoir l’habitude de se faire rabrouer à tout bout de champs par ses supérieurs.

Greyback secoua la tête, non il refusait de se voir coller un nouveau blâme qui entacherait un peu plus son C.V., il voulait grimper dans les strates de l’armée et trop de blâme tue le blâme, sur ce coup il craignait même de se faire virer à grand coup de pompe dans le fion car si la marine était plutôt tolérante et passait souvent l’éponge sur les bagarres excessive dans les bars et autres chapardage de bouffe dans les cuisine gouvernemental, elle avait un peu moins d’humour quand au bavures pendant les missions, surtout quand celle-ci avait trait à la révolution là c’était le conseil disciplinaire direct et avec ses antécédents sa risquait bien d’être le licenciement sans indemnités dès son retour au Q.G.

Mais il lui restait une solution pour noyer le poisson, pour se faire il lui fallait mettre la patte sur le chef révolutionnaire du cru. Comment sa il ne le savait pas encore mais il trouverait bien un truc pour coincer le félon.

Là ! Un marine ! Choppez le !

Décidément sa situation ne risquait pas de s’arranger de si tôt, les abrutis des docks avaient finis par le repérer et le prenait maintenant en chasse. Pour de l’ironie on atteignant des sommets, le tigre pris en chasse comme un lapin, question prestige militaire on avait vu bien mieux. Pour semer ses poursuivants et dieu seul sais comment, Greyback se retrouva à sprinter sur un toit jusqu’à passer au travers d’un plancher de tuiles visiblement de mauvaise qualités et s’écrasa lourdement et dans un grand fracas sur un sol de pierre.

Le militaire pu voir qu’il avait atterrit dans une taverne déserte, Byakko se releva prestement dans un silence de mort s’épousseta et ramassa son insigne qui avait glissé de sa poche jusqu'à peu plus loin dans la rue. Les deux personnes présente quelques mètres plus loin de l'entrée de l'établissement se retournèrent à la vue du géant arrivant dans leurs dos, Greyback pensa qu’il devait s’agir là de civil innocent qui n’allait surement pas tarder à donner sa position aux hommes le poursuivant. Il devait donc agir le plus normalement possible pour ne pas éveiller leurs soupçons, le fauve sortit donc un de ses immenses cigares qu’il mit en bouche.

Heuuuuuu z’auriez pas du feu ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Mar 15 Jan - 20:07

La fin est pour bientôt




Derrière moi, un nouveau souffle de marine venait de débarquer de nulle part, submergeant en nombre les pauvres révolutionnaires tous sortis d'une simple taverne. Comme caserne on a déjà vu mieux. Vu leurs infériorité numérique, j'avais pensé que les rebelles iraient bien gentiment rendre les armes ou au pire se cacher mais il n'en fût pas du tout ainsi. C'est bien un lavage de cerveau à quoi j'assistais. Face à 100 marines tous armés de vraies armes, se dressait quelques 35 paysans, tous aux ordre de la même folle charismatique mignonne à regarder leader. Il suffisait qu'elle crie et qu'elle lève son poing en l'air pour que le cortège suicidaire se jette sur nous dans un fracas assourdissant.

Je me trouvais entre les deux camps coincé avec quelques villageois lambda qui furent rapidement prié de se trouver un autre endroit où faire son marché. Moi y compris.

«  Monsieurs, je vous pries d'évacuer la place. C'est pour vot' sécurité! »

Je le fixa deux seconde dans une parfaite immobilité. Un air troublé germa dans son regard et je répondu calmement.

«  Regarde moi dans les yeux et ose encore une fois me demander de partir. »

Il essaya de regarder mes yeux. Il a pas réussi je crois.

«  Je suis le seul putain d'homme invisible de la marine et t'es pas capable de me reconnaître. »
«  Ah c'est vous excusez moi ! Je retire ce que j'ai dis ! » dit il en retournant dans son rang.

Des rangs qui n'était pas vraiment des rangs, mais plus une masse humaine qui se cognait à une autre en laissant dans son sillage une trainée de cadavre. A travers cette foule combattante, j'avais perdu de vue la leader et l'autre roux qui l'avait suivi, mais j'avais retrouvé Byakko. Une masse de poils et de muscle de 2m20 ça ne se rate pas, même dans ce bordel. J'essayais de me frayer un chemin vers lui, en retirant mes habits en cours de route ou distribuant des coups de poings un peu au hasard.
La place commençait à se remplir de corps agonisant ou juste morts, surtout du côté de l'hybride, ou des formes humaines se faisaient projeter sur des murs ou bien dans les air pour ratterir sur un toit.
Si Byakko semblait s'occuper du menu fretin, je devais absolument trouver la meneuse, et peut être qu'ainsi les rescapés se rendraient enfin. Cette mission avait vite mal tourné et n'avait que trop tardé.

Passons à la vitesse supérieur.d'une main je me dévêtit de la tête au pied, ne laissant que ma cravate pendre autour de mon cou transparent qui laissé voir derrière moi la violence du combat. Tout nu dans la bataille, je me semblait un peu hors d'atteinte et plus rien ne m'empêcherait d'approcher la hurleuse. En parlant d'elle, elle était encore entrain de donner des ordres suicidaires à ces fidèles (à ce stade ce sont bien des fidèles). Elle était un peu plus à l'abri, derrière une table renversée, dans le hall d'un hôtel, aux murs criblés de balles et tachés de sang. Un seul homme était maintenant avec elle, le roux étant surement aller se joindre au combat.Ou bien il faisait caca. Dans la tenu dans laquelle j'étais, celle d'Adam, il m'étais vraiment facile de passer le pas de la porte défoncer, attraper le seul garde du corps par la gorge avec ma cravate, resserrer le nœud et lui mettre un coup de pied invisible dans le genoux qui fit « Crac »pour lui faire passer l'envie de se lever.
La femme ne comprenait pas trop ce qui se passait, juste que son pote était comme possédé par un démon et qu'il virevoltait, porté par une cravate maléfique. Elle brandit un revolver et vida bêtement son chargeur dans ma direction. Je pris le futur cadavre comme bouclier humain et toute les balles finirent leur course dans la chair du bonhomme.
Le bruit des tirs ne semblait pas avoir avertit les quelques survivants à l'extérieur, tellement ce bruit était familier à l'action qui se déroulait toujours sur la place.
L'autorité laissa place à la panique dans le regard de la demoiselle, qui s'était laissé tomber sur le sol
, en tentant de remettre des balles dans son chargeur, mais qui lui échappaient des mains tremblante et taché de sang. Tout ce cirque me laissa le temps de marcher posément vers la porte pour la fermer aussi calmement. Je n'aime pas être dérangé dans ces moments là.

Le bruit des balles et du chocs des épées était devenu un bruit de fond, sourd. La lumière rentrait encore par les trous dans les murs et maintenant le bruit dominant était celui de mes pas sur le plancher de bois grinçant.
Après la panique, c'est la terreur qui s'empara de la révolutionnaire. Sa dernière balle roula sur le plancher jusqu'à mes pieds qu'elle ne voyait pas. Elle recula promptement vers le mur derrière elle, presque en rampant quand elle s’aperçut que la balle dorée s'était stoppé net sous quelque chose, qui s'avançait vers elle.
Son dos se cala contre le mur, sa voix criait au secours, un secours qui ne viendra pas puisque personne ne l'entends, enfermé ici. Sur le court chemin qui me menait à elle, je récupéra du cadavre la cravate qui lui avait valu ce statut. Je m'arrêta à 1 mètre d'elle, les yeux porté au bout de tissu noir qui se resserrait autours de mon cou, laissant deviner ma présence.

«  Putain d'homme invisible... » laissa échapper la révolutionnaire dans un souffle qui me laissait voir sa peur et son orgueil à la fois. Elle se voyait déjà mourir pour sa cause, comme une martyre. Je ne lui ferai pas ce plaisir. Et puis je ne tues pas les femmes.

Encore un sursaut de panique, en vain elle cogna contre la façade de l'hôtel en criant «  Roger ! Roger ! Viens m'aider ! ». Une rafale de trois balle et un gémissement de souffrance lui répondu.

«  Je crois que Roger et parti ma chère .»

Elle semblait être devenu plus docile, elle semblait avoir accepté son sort sur lequel elle se méprenait. J'attrapai fermement ce bras qui avait commandé tant de gens vers une mort certaine dans une lubie de changement et le releva. Pas de réaction, juste le regard dans le vide. Je lui passa les deux bras dans le dos et me servit de sa ceinture pour les attacher entre eux. On fait avec ce qu'on a. Je la dirigea vers la porte de derrière et l'ouvrit du bout du pied. Derrière m'attendait un quelqu'un.

«  C'est pourquoi ? »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Ven 18 Jan - 17:43



Une fin à la va vite.



Une embuscade inattendue. En pleine course, alors qu'on fut stoppés par une monstruosité poilue et rayée nous quémandant du feu, les évènements s'étaient enchainés à grande vitesse. Ni la meneuse du mouvement ni moi-même avions eus le temps de lui répondre quoi que ce soit, qu'une horde de marines s'étaient jetés sur la place interpellant les militants pleins d'énergie. Les coups fusaient rapidement des deux côtés tandis qu'une certaine tension s'installait dans mon coeur. Prit dans la dédale, j'en avais perdu de vue la jeune femme au physique charmeur. Cette dernière était bien évidemment le dernier de mes soucis dans la situation actuelle. Loin d'être individualiste, je ne voulais pas retourner en prison. Le simple fait de me remémorer cette époque me donnait la chaire de poule. Tandis que je bousculais tout ceux qui me barraient la route, autant militants que marines, je cherchais une solution de fuite alors que dans un même temps je cherchais du regard la jeune révolutionnaire. Dans la cohue, je ramassais bien évidemment des coups mais, la plupart pénétraient dans une matière gazeuse à leur plus grande surprise. Ces coups, je n'en rendais aucun, là n'était pas ma préoccupation. Tout le contraire d'ailleurs, si je venais à m'attarder sur ces accoutrements bleuâtres mêlés à du blanc, je n'en avais pas fini. Surtout vu leur nombre exponentiel. A leurs trognes, on voyait vraiment qu'ils n'étaient pas heureux d'être là. C'était malheureusement leur job à ces fichus soldats. Et puis, c'était tout à leur avantage, car s'ils parvenaient à mettre main basse sur une personne primée, ils pouvaient être récompensés par leur supérieur. La principale raison qui me poussait à chercher la jeune femme qui elle allait certainement être la cible des plus hauts gradés.

D'un regard vers un gigantesque bâtiment, à l'entrée, je pouvais dors et déjà l'apercevoir par-delà une baie vitrée. Cependant, bien qu'étrange, elle semblait faire face à un danger invisible au vu de son stress montant tant sur ses grimaces que dans ses actes à l'arme à feu. Mon esprit était dans l'hésitation. L'hésitation de m'en aller l'aider ou bien de profiter de ce remue-ménage pour fuir tant qu'il était encore temps. Renfrognant mon manque d'engouement, c'était d'un pas hâtif que je m'en allais dans la direction de l'établissement, les poings fermés. D'une minutes à l'autre, tandis que que je me trouvais juste en face de l'immeuble, trainée par une force invisible, la jeune révolutionnaire avait les mains liées et un large déception perceptible sur ses traits physionomistes. « M'échapper en toute sureté ... » Dis-je fixant la porte vitrée qui se refermait juste en face de moi alors que j'inspirais une nouvelle bouffée de nicotine.

Empoignant la révolutionnaire par le col afin de la détachée, je fus pris de court par un jeune et malchanceux marine qui s'était prit de hâte de me charger. Aussitôt contre-balançé au sol, je pris à nouveau part à ma fuite en compagnie de la jeune femme nouvellement détachée. A l'aide de pas accélérés et d'un zeste d'adrénaline, notre fuite était déjà bien avancée, suivis ou non par les marines, je m'en contre-fichais. De toute évidence, je voulais simplement rejoindre la mer et mon Liberta et ainsi éviter d'être sous l'emprise de la marine une nouvelle fois.

Alors que le mât du bâtiment se faisait voir au loin, c'est d'un timbre de voix ironique que j'adressais à la jeune femme mes plus belles paroles. « Il faut croire que nos chemins se séparent ici ... Ton organisation est à revoir cela dit. Quoi que tu t'en doute un petit peu vu les évènements. » D'un geste de la main, je lui faisais part de mes adieux tandis que je m'infiltrais dans une ruelle en manque de clarté en guise de raccourci. Un gros manque de préparation et une meneuse trop pressée ne pouvaient menés qu'à une défaite en bonne et due forme. Après tout, ce n'était pas comme si elle avait eue depuis le début, ne serait-ce qu'une once de chance d'échapper à toute cette folie. Son physique était certes accrocheur mais, son intelligence laissait éperdument à désirer. En approche de mon navire, la vaillance entre les doigts, c'était repartit pour de nouvelles aventures.


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Greyback Byakko
Marine
Marine
avatar

Messages : 107
Métier : Charpentier

Fiche du marin
PP : 411
PH : 407
Grade : Lieutenant

MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   Lun 21 Jan - 15:35

Fin de mission


Le regard étonné du jeune couple qui se tenait devant Greyback était des plus amusants, enfin Byakko aurait sans doute aucun apprécié un peu plus l’instant s’il n’était pas poursuivis par une horde de révolutionnaire qui souhaitait le transformer en descente de lit. Toujours est-il que les deux témoins de la chute du fauve s’en allèrent sans demander leurs restes, Greyback leur emboita le pas pour échapper à ses poursuivants. Malheureusement un zoan tigre en forme hybride cela se remarque de loin et les révolutionnaires avinés qui lui courait aux basques ne manquèrent pas de remarquer ce léger détail. Voici comment le fier adjudant se retrouva acculer par une foule assez impressionnante dans un coin d’une ruelle sombre.

* Bon bon bon.. Je suis dans la merde sévère là… Alors un, deux, trois, quatre, cinq, six…. Oulaaaaa ah ouais quand même ils sont un paquet… Alors la fuite c’est mort, leur défoncer leurs races c’est mal barré….Que faire… Que faire ?... *

C’est sur cette réflexion pleine de sens tactique qu’un miracle se produisit, une flopée de marine débarqua et commença à tirer su les renégats. Greyback n’en croyait pas ses yeux, il avait une de ses chances de cocues, quelque chose de rare. Les résistants ne firent pas long feu face aux rafales nourris que tirait la force militaire. Une fois le carnage terminé un des marines présent vint dire au fauve qu’il prenait pour un civil qu’il fallait qu’il dégage se mettre à l’abri, le colosse montra son insigne de sous-officier pour dissiper le malentendu, le soldat se mit aussi sec au garde à vous et demandant des instructions quand à la suite.

« Vous avez déjà des ordres nan ? Suivez-les ! Moi j’ai une autre mission en cours mais pour cela il faut que je retrouve mon boss, vous l’auriez pas vu d’ailleurs ? Un mec sans tête assez bien sapé…. Ah bon ? Dans quelle direction ? Merci les gars et bien joué vous m’avez sauvé les fesses ! »

Heureux Byakko venait de retrouver la trace de son supérieur, il se dirigea donc logiquement dans la direction indiqué par son sauveur. Et c’est au détour d’une porte qu’il tomba sur une cravate flottant dans les airs, Yury ! Le fauve avait enfin réussi à remettre la patte dessus. Content de lui se dernier indiqua à son subordonné qu’il avait réussi à capturer une des têtes pensantes de ce mouvements, mais quand les deux hommes se retournèrent pour observer cette fameuse prise elle avait disparut.

Grace à dieu les deux marines réussirent à retrouver sa trace grâce à l’odora de Greyback et c’est sur les docks là où elle était arrivée. Parfait la mission allait être couronnée de succès


hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La chasse est ouverte [PV: Shiin, yury, Biakko, Raizel]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chasse aux oeufs ( Place Longueuil ) au profit d'Opération Enfant Soleil
» FICHIERS CHASSE AU TRESOR ETREX30
» infobulle - j'aimerais qu'elle reste ouverte.
» Erreur : La balise a été fermée avant d'avoir été ouverte ou la balise n'a pas été ouverte.
» CSS - Bouton change quand sa page est ouverte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Beginning :: Voguez à travers les flots :: Blue Seas :: North Blue :: Royaume de Luvneel-
Sauter vers: