Partenaires





Index
Inscription
Rechercher
Membre
Connexion
Déconnexion
Votre Profil
Boîte de MP
Groupe

















+ Perso' Prédéf'
+ Batailles Navales
+ Conquête d'îles
+ Tales of Beginning
+ Haut-Fait

Nouveaux arrivants : +10PP/RP
Nous recherchons de vils pirates ou d'idéalistes révolutionnaires pour faire face
à l'imposante marine !
(Note : si vous voulez jouer un marine, n'hésitez pas non plus!)

+ Click here

Partagez | 
 

 Yury Senshi VS Kitai Hana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Pirate
Pirate
avatar



Maître du Jeu 1
Messages : 253

Fiche du marin
PP : MAX
PH : MAX
Grade : Seigneur des Pirates
MessageSujet: Yury Senshi VS Kitai Hana   Dim 25 Nov - 22:34

Le premier poste que vous ferez sera celui de votre rencontre au coeur de la citadelle. Vous ne pourrez entamer le combat qu'au deuxième tour. Vous avez jusqu'au Lundi 3 Décembre 2012 pour terminer la dernière partie de l'évent. Pour la situation géographique (afin de décrire l'endroit) il est libre à vous de décrire l'intérieur de la citadelle qui se trouve au sommet de l'île. N'oubliez cependant pas que les lieux sont froids et recouverts de glace. Le but étant de vaincre son adversaire, à vous de trouver un moyen de vous départager. Le ou les grands gagnants de ce dernier acte auront droit à des cadeaux « bonus » comme un haut-fait d'Argent ainsi qu'une augmentation supérieure de prime. L'histoire que possède cette île est inconnue du monde ainsi que du Gouvernement Mondial lui-même et tous ceux qui connaîtront son passé seront considérés comme ennemis de l'État.

Bonne chance !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Yury Senshi VS Kitai Hana   Mer 28 Nov - 22:25



Le froid mordant qui couvrait les lieux s'intensifiait au fur et à mesure que j'avançais dans la citadelle gelée.
J'avançais d'un pas fébrile dans les couloirs obscures aux murs de pierre qui prenait la couleur de l'eau, et par lesquels le vent froid passait lorsqu'il y avait une brèche dans les 30 centimètres de pierre noir éventrés. C'était un impressionnant édifice, battit sur de solide roches sombres, recouverte d'une épaisse couche de glace, et le tout enrobé dans un vent glacial. J'avais pénétré dans la citadelle par un ancien canal d'évacuation d'eau, maintenant couvert de givre, ce qui ma permit d'avancer dans les sombres couloirs humides sans me mouiller. Ce petit chemin m'a ramené à un escalier givrée, montant vers un cloitre au paysage hivernal. Le froid y était encore plus intense, enveloppant les arbres dénudés, recouvrant l'herbe gelé et glaçant les colonnes de marbres qui fermait le jardin intérieur.

- Un peu trop "Clive" à mon gout tout ça ...., expirais-je, en même temps qu'un petite gerbe de brume.

Pas le temps d'apprécier la décoration.Je frottai mes mains violacées par la morsure du froid, et les remis dans mes poches, tremblantes. La température ne semblait pas vraiment augmenter, et je regrettai de ne pas être accompagné de Zuko, histoire de faire radiateur. Jamais là quand on a besoin de lui ce marine.

Si il devait y en avoir un de vraiment heureux, ça devait être le capitaine. Il devait être comme un bâtonnet de glace dans un congélateur. Moi plutôt comme un morceau de viande frai. Mais passons, je devais vite trouver quelque chose qui en valait la peine et retrouver les autres. Je me remémora le petit anneau ramassé dans la forêt, qui elle n'avait pas un climat d'extrême Nord !

C'était étrange que seul la citadelle et ses environs soit si froide, alors que la forêt se distinguait plutôt par sa chaleur et son climat équatorial. Encore une de ces bizarreries locales, dont je tenterais surement de découvrir la source si cet enfoiré de vent ne me glaçait pas de la tête au pieds, me contraignant à avancer recroquevillé sur moi même et expulsant de véritables nuages de brumes dus à la condensation.

Me revoilà donc dans mon couloirs glaçant, les membres gelés. Je marchais sur un tapis rouge aux allures de torchon, dû au ravages du temps. Sur les murs se succédaient des trophées de chasse arborant cornes ciselées et stalactites. Il y en avait un vraiment remarquable, fixée sur pan de mur au dessus d'une porte massive en bois vernis, entrouverte et aux poignets d'acier gelés. C'était un énorme bouc avec des canines de loups, un nez d'ours et la corpulence d'un gros tigre.
Il avait deux énormes yeux sanglants qui toisait l'impudent (moi) qui osait pénétrer dans ce qui semblât tout de suite apparaitre comme une salle de conseil de guerre. La table en ovale serré qui prenait la moitié de la pièce et la carte marine, sur laquelle des bateaux et des drapeaux étaient posé en témoignent. Des chaises renversées jonchaient le sol bleuté par le givre, qui s'infiltrait dans la pièce par les rangées de vitraux brisés qui ornaient les murs. Seul quelques uns étaient encore constitué de plus de leurs moitié, mais chacun semblait représenter une bataille, un sacre ou un une femme aux allure de déesse. Elle ressemblait vaguement à celle des ruines dans la forêt...

Je m'approcha des vitres éventrées et posa délicatement mes doigts tremblants dessus. En passant mon doigts, une petite couche de glace s'effaçait, laissant éclater les couleurs ternis par la glace et les années.
J'étais fascinait par le spectacle qui s'offrait à moi, derrière le vitrail brisé, d'immenses tours gelées se dressaient fièrement dans le blizzard, malgré leurs fissures, leurs toits craquelés et leurs pierres glacées. Je ne pouvais rien discerner d'autre que leurs silhouette sombre, au delà je devinait la forêt envahissante qui couvrait le reste de l'île.

- Si c'était mieux chauffé ça serait pas trop mal comme résidence de vacance .


Un rafale glacé viens me réveiller et souffla quelques papiers éparpillés sur le sol. Dans le souffle du vent, un bruit de grincement résonna dans la salle vide. Seul le vents froid me tenait compagnie et je me mis sur mes gardes.... en m'asseyant sur le siège au bout de la table, le plus classe, celui d'une personne importante je suppose ...

- Qui est là ?d'un ton chantant.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Yury Senshi VS Kitai Hana   Mer 28 Nov - 22:58

"Une histoire, presque surgelée"


La forêt, amas d’arborescences végétales, une humidité qui vous transperce de part en part, allant jusqu’à vous faire frissonner du plus profond de votre colonne vertébrale. Un peu partout, des ruines, résidus d’un âge d’or certain, une époque bien différente, une époque où la végétation luxuriante s’était laissée apprivoisée par l’homme… Il n’y avait pas grand-chose d’autre à dire sur ces lieux dont l’histoire restait bien mystérieuse.

Mes chaussures en toile étaient complètement trempées, et le sang de ma coupure au bras droit ne semblait pas vouloir coaguler, il faisait bien trop humide pour ça… Heureusement, elle n’était pas profonde, et je m’en tirais facilement avec un bout de tissus arraché au bas de mon débardeur afin de réaliser un bandage de fortune, et surtout, de perdre le moins de sang possible.

Continuant de marcher, droit dans la forêt, je finis par m’arrêter, net, stupéfaite. En face de moi se dressait une immense citadelle d’où semblait s’échapper une espèce de brouillard. Ce bâtiment était vraiment très imposant, mais, toujours poussée par ma curiosité sans borne, je m’aventurais plus près de l’entrée. Je pouvais déjà sentir un air glacé qui émanait de la demeure, tout cela ne me plaisait guère…

-Bah voyons ! Il manquait plus que ça… du froid et de la glace… -soufflais-je à moi-même.

En effet, après avoir poussé la porte d’une porte située dans une tour de la façade Sud de la citadelle je me retrouvais nez-à-nez avec la réalité : tout était recouvert de glace ici. Le soleil qui filtrait par les coins de quelques fenêtres donnaient un air quasi-féérique à la pièce, celle-ci semblant s’illuminer de toute part. Posant mon pied de la manière la plus adroite qui soit pour ne pas tomber, j’avançais vers le centre de la tour. La pièce était ronde, et très haute, il y avait quelques escaliers, très étroits qui faisaient le tour des murs jusqu’en haut, ainsi que des petits paliers qui servaient surement aux gardes du château pour des tours de garde. J’étais réellement stupéfaite par ce lieu, à vrai dire, j’avais déjà vu des châteaux, des manoirs, des grandes maisons bourgeoises, mais jamais de ce style, ni de cette époque, et encore moins, dans un tel état… à savoir, complètement gelé, alors qu’il ne faisait pas si froid à l’extérieur… C’était étrange.

Au bout d’un petit moment je fus plus à l’aise sur le sol glacé de la pièce, mais bien entendu, je ne comptais pas courir là-dessus, ce serait bien trop… stupide ? Voilà, c’était le mot juste. Soupirant un grand coup, je me demandais ce que j’allais bien pouvoir faire ici. Probablement tenter de grimper jusqu’en haut de la tour par les petits escaliers, et regarder, vu du ciel, où pouvait bien se trouver Kyosuke… Mais, non loin de là un bruit étrange m'alerta, comme une chaise que l'on avait tiré. Je me dirigeais donc vers la porte qui menait probablement vers l’intérieur de la citadelle, et je ne m'étais pas trompée. Je me retrouvais donc dans une grande pièce, traversée au sol par un épais tapis rouge, à moitié gelé et rongé par le temps... Au milieu de la pièce tonnait une immense table, et sur les murs étaient posés des tableaux, à moitiés gelés eux aussi, comme la majeure partie de la pièce.

Mais un seul détail attira mon regard. En effet, là, assis sur une chaise au bout de la table, se trouvait l'homme que j'avais affronté dans les ruines il y avait quelques heures de ça.

Cet homme, encore lui. Celui qui n’avait pas de tête et un uniforme de la marine. Moi qui croyais être arrivée à un point de non-retour. Vous savez ce genre de situation dans laquelle vous vous dite, que pire que ça, ça n’existe pas. Si ça peut vous rassurer… Dites-vous qu’il y a toujours pire…

-Comme on se retrouve ! –Riais-je, sarcastique.

L'homme m'avait bien évidemment entendu arriver, il avait même signifié sa présence en demandant qui était ici. Mais s'attendait-il à me revoir là ? Probablement pas... Et si j'avais pu voir son visage j'y aurais surement discerné de la surprise. Un peu comme celle qui était à ce moment là sur le mien, malgré tout, cachée par un éternel sourire provocateur aux lèvres. J'étais sur mes gardes.

-J'ignore ce que vous faites ici, mais si vous voulez vous battre, je vous préviens que je ne suis pas du tout de bonne humeur...


Décidément, il y avait tellement de gens dans cette forêt, ça en était de plus en plus étrange. Et pour couronner le tout, je tombais de nouveau face à un marine, dont la tête était invisible, et avec lequel j’avais déjà engagé un combat quelques heures plus tôt. Ce n’était définitivement pas mon jour !
Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Yury Senshi VS Kitai Hana   Jeu 29 Nov - 18:59

La guerrière aux cheveux rouge:

épisode 2: le retour






Comme je l'avais deviner, puisque j'ai toujours raison, il y avait bien quelqu'un. Ce quelqu'un avait un air trop familier pour être une bonne surprise.

-Comme on se retrouve !
- Ravis de te revoir, ça va depuis la dernière fois ? en posant mes pieds sur la table, qui me refroidit immédiatement. Je retira mes membres en réflexe en les frottant, histoire de les réchauffer, ce qui du me donner un air discréditant auprès de mon invité surprise.
Et je n'avais pas espérer tomber sur la même pirate que dans la forêt. La même chevelure rousse que tout à l'heure, cette fois ci un peu terni par la brume qui occupait la pièce, mais toujours cet air d'amazone. Bref. Pas le temps de déblatérer. Cette fois la pirate en herbe n'allait pas se faire la belle comme la dernière fois. Pas question qu'elle mette la main sur le probable trésor qui repose ici.
Je repoussa la chaise froide en prenant appuis sur la table et me leva dans un profond soupir, qui se voulait désolé. Désolé de devoir tuer une jeune fille dans la fleur de l'âge. La détermination emplit mes yeux (on le voit pas mais ça se devine) et mes mains se portèrent sur la crosse du pistolet rangé dans ma veste.

Je chargea machinalement les balles sans quitter des yeux la femme rouge et lui adressai un dernier avertissement, inutile, ça j'en étais certain.

- Bon, cette fois pas de ménagement. Sois tu pars, sois je te fais dégager.

Le ton que je prenais se voulait moins chaleureux que d'habitude, même si menacer les femmes c'est pas trop mon truc.

Comme prévus, la téméraire, ou pressé de mourir ne bougeât pas d'un pouce, me narguant toujours de son air arrogant et sois disant provocateur.

-J'ignore ce que vous faites ici, mais si vous voulez vous battre, je vous préviens que je ne suis pas du tout de bonne humeur...

Ce n'est pas vraiment l'envie de me battre qui m'animait, surtout l'argent cette fois. Pas envie de le laisser à une chapardeuse des mers en formation. C'est dans cette façon de penser que mon bras se tendit en direction de mon ennemi, et tira trois balles, que l'habile pirates esquiva aisément, avant de riposter par une lame blanche, projeté par son épée.

-Qu'est ce que c'est que cette .... OUAH !


Je n'eus pas l'occasion de finir ma phrase, car lorsque je vis la table qui nous séparait se faire couper en deux, je pensa qu'il vaudrait mieux esquiver.L'onde brillante fusa au loin, découpant colonnes et table géante, allant même traverser le mur comme si ce n'était qu'un pavé de beurre.Je me retourna, choqué et encore, à genoux, la main posé sur le sol glacé.

- Sympa le fruit du démon. Fais attention à pas te couper !

Je me réfugiai derrière un autre pilier, qui ne tarda pas à se faire décapiter de la même façon que son congénère. Je sortis brusquement de mon abris haute protection, l'arme en main et fis à nouveau feu sur la pirate, de façon à ce qu'elle recule vers la porte entrouverte, tirant une balle bien visé à chaque pas de côté, la forçant à me céder un peu de terrain.
Plus de balle, pas le temps de recharger. Je rangea mon arme et en sorti une autre, tout en enlevant ma veste maladroitement, en même temps que je marchais avec vitesse vers mon adversaire aux pouvoirs mortel. Mon but était de temporiser pour achever mon strip-teas, pour rendre le combat moins dangereux.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Yury Senshi VS Kitai Hana   Sam 1 Déc - 18:35

"Strip Tease et courants d'airs"

Le combat était lancé, dans cette grande pièce glacée, l’homme invisible, comme je m’y attendais, n’était pas là pour rigoler. Il avait même engagé le combat de lui-même, pointant son pistolet vers moi et tirant à trois reprises. Bien heureusement, je m’étais préparée mentalement à cet affrontement, aussi, il fut facile pour moi d’esquiver les balles et de riposter avec une lame d’air.
Sous l’effet de ma première attaque, la table qui trônait fièrement au beau milieu de la pièce vola en éclats, sous l’œil stupéfait de mon adversaire. Visiblement, il ne s’attendait pas à ça.

-Sympa le fruit du démon. Fais attention à pas te couper ! –S’exclama-t-il.

Je ne pus m’empêcher de réprimer un sourire à cette réflexion. S’il n’avait pas été un ennemi, je suppose que nous aurions pu bien rire ensemble. Mais là n’étais pas la question, il fallait que je gagne, coûte que coûte.
Mon adversaire s’était réfugié derrière un pilier, qui subit le même sort que la table, il sortit pour attaquer à nouveau. Je devais bien avouer que ces attaques étaient dérangeantes… Car je ne pouvais pas me permettre d’être touchée, il fallait donc sans cesse, éviter les balles, reculant à chaque offensive, ne pouvant par conséquent, pas réellement répliquer.

J’aperçus la veste du marine tomber au sol… Que faisait-il ? N’avait-il pas conscience qu’il faisait très froid dans cette pièce ? Pendant quelques minutes je fus fortement déstabilisé par l’attitude du marine qui tentait de se déshabiller tout en attaquant et en évitant mes lames. Et ce n’est finalement que lorsque je m’aperçus qu’on ne voyait pas sa peau sous les vêtements que je compris. Cette homme était en réalité, invisible dans son intégralité… Le sang ne fit qu’un tour dans ma tête : je devais l’empêcher de se rendre totalement invisible.

-Ton fruit du démon n’est pas mal non plus. –riais-je un peu amèrement.

M’arrêtant de reculer, et tentant toujours d’éviter les balles de mon adversaire en passant derrière des piliers où en me tortillant un peu comme je pouvais, je voulais trouver l’angle idéal pour lancer mes lames. Il me fallait une ouverture. Et pour cela, quoi de mieux que de faire diversion ? Réitérant la technique que j’avais utilisé lors de mon combat précédent, je lançais l’offensive : une lame épaisse, lente et large envoyé vers la gauche de mon ennemi, et l’autre plus petite, plus tranchante et plus rapide suivant un autre angle, vers la droite. Si tout se déroulait bien, il ne se méfierait en premier que de la première lame, car, par logique elle arriverait à lui avant la deuxième. Seulement, la plus petite étant plus rapide, il se ferait inévitablement toucher...

L’attaque lancée, je me rapprochais de mon adversaire, veillant à rester toujours en mouvement. Car, évidemment, les cibles mouvantes sont plus embêtantes à viser, le danger serait donc moins grand. Et tant que l’ennemi était habillé, je ne risquais pas grand-chose, même si ma vigilance restait encore la meilleure arme !
J’étais déjà revenue au milieu de la pièce, à découvert, comme un pauvre lapin au beau milieu de la plaine, face à un chasseur. Mais c’était le but. Car, plus un adversaire est persuadé qu’il va gagner, plus il relâche son attention, c’est bête, mais efficace. Je me contentais d’envoyer trois lames de plus vers l’homme invisible qui tentait encore de se déshabiller, mais avec moi, la tâche ne serait pas facile, et il allait probablement bien vite s’en rendre compte.

La pièce était devenue un véritable champ de bataille, des morceaux de table traînaient çà et là, certains piliers ne reposaient plus sur grand-chose, et des légers craquements de pierre se faisaient entendre .J’en venais même à me demander comment la pièce tenait encore debout… A vrai dire, je n’y allais pas vraiment de main morte avec mes lames et il allait surement falloir se préparer à un éventuel effondrement. Je jetais un léger coup d’œil à la porte qui menait vers une autre pièce de la citadelle, elle était entrouverte. Si jamais ce que je redoutais se produisait, je n’aurais qu’à courir vers elle et m’en aller dans un endroit plus sûr…

Mon adversaire avait sans doute dû remarquer cela, mais pour autant, nous n’avions pas stoppé les hostilités, et je continuais de me rapprocher, peut-être pour enchainer du corps à corps et enfin en finir.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Yury Senshi VS Kitai Hana   Dim 2 Déc - 16:22

Streap Tease et éboulement


Comme je l'avais espérer, mon petit streap-tease avait déconcerté mon adversaire, vu le visage choqué qu'elle affiché en me voyant retirer ma veste. Je ne suis pas sur de ce qui lui passa par la tête, mais peut être eut-elle deviné l'objectif que je visais. Je dis ça parce que après ça, elle se mit à avancé dangereusement vers moi, me harcelant de ces lames d'air bien affutée comme pour m'empêcher de mener à bien mon plan. Je ne tirai plus et me contentai de déboutonner ma chemise, en me jetant parfois, à terre, puis remuant comme un verre de terre pour esquiver la prochaine salve.

Elle pensais surement avoir repris l'ascendant, car c'était elle qui menait la danse, avec ses attaques répétés et mortellement dangereuse, en plus du froid qui me gênait beaucoup? J'ai jamais aimé avoir froid, c'est chiant.

La grande table n'était plus maintenant que des copeaux de bois projeté dans l'air glacial, en même temps que des débris de piliers ou plafond. Si on avait regardé cette scène au ralentis, ça aurait pu être une scène du film matrix, avec la poussière et les débris en suspension, un gros sur le visage de la guerrière, déterminé et me fixant d'un regard noir.. Mais Tout allait trop vite pour commencer à égarer mon esprit, je devais rester concentré.Concentré sur les lames d'air qui fusaient vers moi, au plafond qui s'écroulait et à l'avancé de mon adversaire.
Je dois avouer qu'elle se défendait bien. Elle avait réussi à cerner ma tactique et anticipait plutôt bien mes déplacements, m'empêchant de mettre à bien mon plan, mais me rapprochant dangereusement près du gouffre des vitraux, d'où s'échappait un sifflement glacial qui pénétrait sous mes habits. Je posa un regard sur le précipice derrière moi et constatai que si je tombais j'avais plusieurs options pour mourir.
En premier, me prendre le toit d'une tour avoisinante, secondo, m'empaler sur les pics noirs qui ceinturaient l'édifice, et en troisième, me faire bouffer par ce qui volait dans le ciel, donnant l'impression d'un dragon....

Une lames d'air vint interrompre mes rêves de morts et percuta, ou plutôt traversa le mur juste à ma gauche, m'éclaboussant de poussière et petit cailloux noir et froid.
Je dégageai les éboulis de mes manches en toussotant, mais une autre lame traversa le même mur, mais cette fois j'esquivai en me baissant. A chaque nouvel assaut, une partie de la grande salle risquait de s'effondrer, laissant dans son sillage de nouvelles propulsions de roches. Elle y aller fort en tout cas, ça me flattait un peu de savoir qu'on me prenait au sérieux, et elle avait raison.

Après une longue série de rafales sans interruption, celle que je surnommais l'amazone s'arrêta le temps de reprendre son souffle et relança les hostilité avec une lame d'air, dont la taille surpassait de loin les autres, mais dont en contrepartie la vitesse était réduite. Elle arrivait sur mon flanc droit et je me décala simplement vers la gauche, lorsque j'entendis fuser ne autres lame, plus petit, plus rapide, qui acheva le morceau de table qui trainait la et rata de peu de me toucher .Je me projeta sur à nouveau vers la droite, sans oublier de penser à l'autre lame d'air, mais alors surgit du milieu de la pièce, trois autres, dont la taille et la vitesse était plus familière. Si j'esquivais, je me prendrai la grosse irrémédiablement, à moins que je ne m'allonge à terre, mais je serai en difficulté si elle m'attaque alors que je suis au sol. Pas grave, j'ai encore un atout.Je traina mon corps vers la grande lame tranchante, esquivant les trois autres.
Dans un dernier souffle, je prononçai :


- Je sais que toute les filles rêvent de me voir nu, mais de la à déchirer tout mes habits...
Puis la lame me trancha en deux, ne laissant qu'un haut de chemise et une cravate flotter, porté par l'air froid.
Elle devait surement penser qu'elle avait gagné, amis loin de la. Le plafond grinçait dangereusement suite à cette trop puissante offensive et il ne fallut pas plus de deux seconde pour que la salle soit envahit d'éboulis et de poussière, issu de la chute du plafond.
Vous vous demandez peut être comment je peux encore parler ? Et bien je me suis juste dématérialisé. Seul mes habits se sont fait tailladé, et aussi recouvert de grosses roches noirs tombante de l'étage supérieur. Mon corps traversa l'éboulement et je n'eut aucun mal à traverser la pièce qui semblait avoir subi un buster call.

Je ne me demandai pas longtemps où se trouvait mon adversaire. Elle était proche d'une porte entrouverte, surement avait elle dû l'emprunter, après avoir vu mon "corps" se faire couper en deux par son attaque. Et si ses réflexes sont aussi bons qu'ils n'y paraissent, elle à surement réussi à passer dans la pièce suivante.

C'est donc là que je me dirige, à travers les , roches déchus qui ne forment plus un obstacle pour moi.J'avance calmement vers la salle voisine où je retrouve mon adversaire, se remettant de ses péripéties. Elle est le dos voutés, toussotant et dos à moi. De toute façon même de face elle ne me remarquerais pas.
J'en profitais pour jeter un coup d’œil à la plus petite pièce, de forme rectangulaire et qui abritait de nombreuse statues en construction, avec leurs échafaud de bois à porté. De bois gelé, cela va de soit. Les murs était un peu différents, plus lumineux, avec des torches usées. Les murs abordait aussi des arches de pierres, qui donnaient sur un jardin intérieur, me rappelant celui que j'avais emprunté pour venir, mais ce n'était pas le même. Il n'y avait pas ce grand arbres, trônant sur une petite colline froide. Il y avait un petit sentier qui montait en dessinant un cercle autours de l'arbre, mais qui était envahit par les racines de ce dernier.

C'était surement le coin des artistes ici, sympa, détendu, calme, inspirant peut être ? En tout cas j'aimais bien cette pièce, je me suis toujours senti comme une œuvre d'art .... Nan je rigole.

Revenons en à mon adversaire. J'aurais bien aimé qu'elle reste sous les décombres, comme ça j'aurais pu profiter pleinement du jardin d'hiver qui me tendait les bras mais non, il fallait qu'elle s'accroche à sa petite vie de pirate .. Une vie que je ne voulais pas prendre, j'aime pas tuer les femmes. Surtout les belles. Bon les moches aussi, je suis pas comme ça mais..bref. Je saisis un marteau qui servait à sculpter les pierres et le pris des deux mains, en position de joueur de base-ball.

*Bon, ne pas y aller trop fort..... *

J'assénai un coup horizontale à la pirate, espérant juste l’assommer assez pour pouvoir continuer mon chemin tranquillement. Bah oui, parce que quand je disais que j'allai la zigouinguer, c'était pas sérieux. Je suis pas comme ça moi. Sinon où vas la justice ?! Je m’appelle pas Zuko Kasai moi ! J'incendie pas des orphelinats en éternuant moi !!
Oulah je m'emporte, et je ne sais même pas si mon coup à bien atteint ma cible .

Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Yury Senshi VS Kitai Hana   Dim 2 Déc - 22:10

"Tempête de glace dans la salle des artistes"


Accroupie dans une nouvelle salle aux allures d’atelier de peinture, arts ou théâtre, je reprenais mon souffle peu à peu. Comme je l’avais imaginé, la pièce juste derrière moi s’était effondrée… J’y étais peut être allée un peu fort ! Mais ce n’était pas cela qui m’inquiétait le plus. En effet, lors de ma dernière attaque, j’avais vu la lame se diriger vers mon adversaire, mais celui-ci n’avait pas bougé, comme s’il était persuadé que de toute façon il n’aurait rien eu… C’était troublant. De plus, ses habits avaient étés déchirés, et ça, s’il avait survécu… c’était mauvais pour moi.

Soufflant un bon coup, je me relevais lentement, sentant mes muscles légèrement tétaniser. Je n’aurais pas dû m’arrêter d’un coup comme ça. Mais il fallait absolument que je me ressaisisse et que je reste en mouvement, car si l’homme invisible avait bel et bien survécu, il était certain qu’il m’attaquerait, et là, je ne pourrais plus guère faire confiance à mes yeux.

Me relevant d’une impulsion du pied droit, je sentis un souffle me frôler, un objet, qui vint trapper sur mon épaule gauche. Le coup fut violent mais bref, et sous l’effet de l’adrénaline ma réaction fut rapide, il était derrière moi, je n’allais pas le louper. Me retournant quasiment aussitôt après le coup, je lançais un coup de pied droit devant moi, au risque de me tromper de cible… J’envoyais également une grande lame qui aurait surement pour effet de balayer toute cette pièce là aussi.

L’homme ne pouvait pas avoir bougé très loin entre son attaque et ma réplique, il était forcément là… Il fallait que je me débrouille pour le repérer d’une manière ou d’une autre, et le plus tôt serait le mieux, car… se battre contre l’invisible, ce n’est pas tout à fait à mon avantage. D’un geste ample je créais des lames qui coupèrent immédiatement les rideaux de la salle, ceux –ci tombèrent négligemment sur le sol gelé. Si mon ennemi venait à marcher sur les tissus, je le remarquerais forcément, et s’il glissait cela serait encore mieux.

Courant vers le fond de la pièce afin de rester en mouvement, et donc moins vulnérable je me dirigeais vers des pots de peinture entassés… j’espérais vraiment que les pots étaient encore pleins… Mais à mon grand désarroi, tout était gelé… évidemment… Je soupirais longuement, observant tout autour de moi comme pour trouver une solution, une idée, et continuant de marcher de partout, lançant des attaques au hasard, pour obliger l’homme à rester éloigné de moi.

C’est en levant les yeux au plafond que je pus apercevoir des dizaines de stalactites pendant dangereusement au-dessus de nos têtes. Un sourire se dessina sur mes lèvres. D’une seule attaque, je les fis tomber toutes en même temps du plafond. Je courrais me mettre dans le renfoncement d’une porte afin d’éviter ce piège mortel. La glace… simplement de l’eau gelée, et sachant que l’eau est l’ennemie des possesseurs d’un fruit du démon... Mon adversaire allait surement avoir du mal à y résister.

Mon épaule était très douloureuse, j’avais probablement quelque chose de cassé, ou de déboité… Mais il fallait serrer les dents, et attendre. Il fallait finir ce combat, le gagner, je n’avais pas le choix ! La chute des blocs de glace avait engendré une espèce de brouillard givrant qui flottait partout dans la pièce. De l’eau en suspension, j’avais beau détester cela… J’étais quand même très contente du résultat. J’étais à l’abri dans mon renfoncement, attendant un signe, guettant les rideaux étendus au sol en quête d’un signe de vie… Ou plutôt, dans l’attente d’une confirmation de l’efficacité de mon attaque.

-Toujours vivant ? –lançais-je les yeux rivés vers le centre de la pièce, qui avait pris des allures de conte de fée au pays des glaces…
Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Yury Senshi VS Kitai Hana   Dim 2 Déc - 23:56

Une pause s'impose mattes la rime !


Mon coup de marteau avait trouvé la voie en direction de l'épaule de la jeune femme,qui émit un petit gémissement contenu, et qui répondit avec une vitesse déconcertante par un coup de pied en aveugle mais qui me percuta quand même, en plein dans la machine à bonbon. Tout comme elle, je contenu mon cri de douleur, une douleur qui étrangement me montait au cerveau et qui me faisait si mal que je ne put m'empêcher de poser mes genoux à terre avec les deux mains sur la zone ravagé par le coup de pieds. J'étais entrain de me mordre la lèvre pour ne pas laisser s'échapper mon cri lorsqu'une lame d'air jailli à dix centimètres de moi et me coupa une mèche de cheveux. Si je n'avais pas été à genoux, c'est mon torse que j'aurais perdu, à la Dark Maul. (référence cinématographique qui t'es inconnue ;p ). Le mur du fond se retrouva éventré par la puissante riposte de mon adversaire, laissant pénétrer un autre vent froid, se ralliant à l'autre déjà présent, émanant du jardin intérieur.

Après m'avoir castré temporairement, la pirate se redressa habilement et commença à exécuter ce que j'appelle "la tactique panique", même si elle n'avait pas tant que ça l'air de paniquer. Elle propulsait de multiples lames d'airs dans l'ensemble de la pièce, découpant œuvre d'art à moitié fini, fissurant le sol comme le plafond, traversant les murs et découpant les rideaux, qui laissèrent entrer une froide lueur bleu venu du ciel nuageux qui entourait la battisse, qui allait peut être se transformer en ruine comme dans la forêt, si elle n'arrêtait pas de tout démolir sur son passage.

Il y avait maintenant plusieurs débris sur le sol, dont les tissus des rideaux, et si je n'était pas prudent dans mes déplacements, je me ferrais à coup sur repérer. Ceci me contraignis à avancer prudemment vers ma cible, sur la pointe de pieds et sur un sol glissant. Elle savait vraiment ce qu'elle faisait. Elle avait reculer vers le fond de la pièce, pour ne pas rester exposé sur chaque côté et avait même disposé des "alarmes" au sol. Je ne devais en aucun cas ses capacités, surtout celle à me découper en rondelle et détruire des bâtiments historiques. Elle se plaqua contre le mur pour palper de ses mains délicates mais gercé par le froid, des pots de peintures ouverts, surement voulait elle m'en balancer un peu histoire de me donner des couleurs. Mais il ne fallait pas trop l'espérer. Il y avait longtemps que le liquide coloré avait dû geler dans son pot. Elle reprit alors sa course , assénant au passages quelques attaques en aveugle que appréhendais avec facilité, ne me plaçant jamais trop près d'elle, amis non plus à une trop longue distance.Je ne bougeais que lorsqu'elle faisait régner le vacarme, c'est à dire quand elle explosait un mur ou une statue d'une lame d'air.

Ses attaques rataient mes la miennes n'existaient pas encore, je préférai attendre une meilleur occasion que de risquer de me prendre une de ces terribles lames d'air. Lorsqu'elle compris que tout cela ne rimait à rien, elle leva la tête au plafond et je vus qu'elle vis des stalactites et décida de tous les faire tomber en abattant une grande lame sur le plafond. Un déluge de glace recouvrait la pièce alors que mon adversaire me faussait compagnie dans un recoin accueillant une porte. Je ne perdit pas un instant et m'y engouffra aussi, en me plaçant sur l'autre bord. Si je m'était pris ça dans la face je ne m'en serrais pas relevé indemne.
Elle non plus, et c'est de son abris qu'elle scrutait les environs, à la recherche d'une mare de sang de marine. Elle se tenait aussi l'épaule, celle qui avait fait connaissance avec mon marteau il y a à peu près une minute. J'avais un légers sentiment de regret mais l'envie de quitter cette île et de survivre m'est vite revenu en tête !

-Toujours vivant ? lança la pirate, qui sans le savoir se trouvait juste en face de moi, mais dont les yeux étaient rivés sur le centre de la pièce.
-Au regrets de te décevoir, oui !

Je prononça cette phrase en lui enfonçant mon poing dans le ventre, la faisant tressaillir, et la projetant contre une des rares statues encore en un seul morceau. Elle se ressaisit juste à temps et me renvoya bouler dans la porte avec le même coup de pied que précédemment mais cette fois dans l'abdomen. La porte se craqua sous la force de l'impact et je me retrouva dans une étroite remise ou était entreposé des parchemins et des feuilles vierges. Je ne sais plus exactement ce qu'il s'est passé ensuite mais une grande lame d'air, suivit d'autre plus petite, envahirent la petite pièce dans laquelle j'étais. Je réussi à sortir avant que la grande ne me touche d'un bond vers la salle principale, mais un de ses projectile atteignit mon épaule gauche dans ma chute. Un grand fracas résonna dans mon dos et je fit recouvert d'un épais nuage de poussière qui s'infiltra dans ma plaie, dont le sang chaud perlait à grosses gouttes. Je me remis à peu près debout difficilement tandis que de mon épaules coulait le liquide qui rependait sur le sol une petite marre rouge. Je contemplai la pirate, elle aussi flanchant, essoufflé par l'intensité du combat.

- Je dois reconnaitre que tu as un bon jeu de jambes ahah... Tu n'as jamais pensé à te reconvertir dans la marine ? Ça m'éviterai de te combattre à l'avenir.

Je n'avais surement plus aucun moyen de la terrasser, mais elle non plus. Il ne me restais plus que dix secondes avant que je ne puisse me dématérialiser à nouveaux, j'en profiterait pour descendre d'au moins trois étages et prendrai un autre chemin, tant pis, elle aura le butin si elle veut. Maintenant je veux surtout me tirer et récupérer mes fringues .

Ma blessure me fit tordre ma bouche de douleur et je serra mon épaule si fort qu'on devinait les doigts qui enveloppait la blessure profonde. Le sang continuait de couler le long de mon bras, me faisait me rendre peu à peu plus visible. Je ne l'avais pas remarqué sur le coup mais du sang coulait aussi de mon front et de ma joue. Un des effets bénéfique de l’adrénaline je présume... Mon œil gauche se couvrait d'un voile rouge et mon esprit d'un, noir, dû à la trop grande perte de sang.Je devais faire un garrot avant de m'évanouir, même si je me sentais encore capable de bouger.
J'extirpai d'un toussotement de fatigue :

-Bien joué, tu as réussi à démolir tout une série d’œuvre d'art historique, dont moi, je plaisante. J'apprécierai que tu me passe un morceau de tissu pour que j'en fasse un garrot.Je crois que je vais rester là un petit moment. Je m'assis sur un socle de statue renversé, toujours en me tenant le bras.

J'espère qu'elle n'envisageait pas de me relancer une de ces lames d'air. De toute façon j'étais "rechargé", prêt à m’éclipser au moindre danger. Mais je crus deviner une once de sympathie pour le vaincu que j'étais. Enfin, à moitié vaincu... Bref. Elle ne semblait pas rechignant à ma demande et après que je me sois fais un garrot, je la regarda s'éloigner vers une autre pièce avant de lui demander avec beaucoup d'humour

- Sinon tu fais quoi après avoir trouvé le trésor ? Et puis de toute façon on se retrouve en haut non ? disais-je avec un petit sourire qui se devinait facilement si on prenait la peine de se retourner pour tenter de me regarder.

Alalala...Battu par une femme. Rousse en plus. Si ça avait était un homme je l'aurais tué, ouais, c'est rassurant de se dire ça.Que je suis juste trop gentleman .. Ça doit être ça..

Revenir en haut Aller en bas

Pirate
Pirate
avatar



Maître du Jeu 1
Messages : 253

Fiche du marin
PP : MAX
PH : MAX
Grade : Seigneur des Pirates
MessageSujet: Re: Yury Senshi VS Kitai Hana   Lun 3 Déc - 20:51

Hana:

Longueur : 5
Qualité : 5
Réalisme : 5
Nombre de poste : 3
Points d'actions : 5
Points de réputations : 5

PP : 30
PH : 30

Yury:

Longueur : 5
Qualité : 5
Réalisme : 5
Nombre de poste : 4
Points d'actions : 5
Points de réputations : 5

PP : 40
PH : 40

- Kitai Hana reçoit une prime de 10'000'000M de berrys
- Yury ainsi que Kitai Hana reçoivent tous deux un Haut-Fait d'Argent
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





“Contenu sponsorisé”

MessageSujet: Re: Yury Senshi VS Kitai Hana   

Revenir en haut Aller en bas
 

Yury Senshi VS Kitai Hana

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aku no Hana (les fleurs du mal)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Beginning :: Voguez à travers les flots :: Blue Seas :: South Blue :: The Gehenna Citadel-