Partenaires





Index
Inscription
Rechercher
Membre
Connexion
Déconnexion
Votre Profil
Boîte de MP
Groupe

















+ Perso' Prédéf'
+ Batailles Navales
+ Conquête d'îles
+ Tales of Beginning
+ Haut-Fait

Nouveaux arrivants : +10PP/RP
Nous recherchons de vils pirates ou d'idéalistes révolutionnaires pour faire face
à l'imposante marine !
(Note : si vous voulez jouer un marine, n'hésitez pas non plus!)

+ Click here

Partagez | 
 

 Un banquet presque parfait [FB:Akuma]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



“Invité”

MessageSujet: Un banquet presque parfait [FB:Akuma]   Jeu 8 Nov - 21:42



Dans le temps où j'étais encore un marchand de légumes qui arpentait les mers d'East Blue,je passais souvent sur Shell Town, une île marchande gangrénée par les trafics en tout genre,cela malgré les surveillances de la Marine.Je n'ai jamais aimé cette ville et ça n'avait pas changé, toujours les mêmes docks puant,les mêmes rues remplis de mendiant le jour et de catins la nuits,dons les Marines sont les meilleurs clients,mais n'oublions pas non plus les manoirs des grandes fortunes de l’île, fortune battît sur le commerce illégale pour la plupart. mais bon,heureusement pour moi ce n'est pas le commerce qui m'amène de nouveau ici,le travail mais en temps que marine cette fois.

J'avais fait la traversé sur un bateau gouvernementale qui faisait escale ici avant de repartir vers South Blue.la traversé n'avait pas été très agréable, bouffe dégueulasse, marine orgueilleux ou idiots et j'en passe...bref,j'étais heureux d'amarrer sur l'île.
le soleil brillait,un doux vent frai venait rafraichir mes membres habillé dans mon costume qui chauffait terriblement au soleil. L'eau était toujours un peu trouble,rempli de restes de poissons des étales dont se dégageait un désagréable fumé de poisson mort.

Peu désireux de profiter de l'air marin,je m'engageai dans les rues bondés des quartiers upés de la ville,remplis de maison de luxe à au moins 2 étages entourées de barrière raffinement décorées. même la rue était luxueuse avec sa route dallé et ses trottoirs propre garnis d'arbres en tout genre et de lampadaire gravé en acier. Si je me baladais ici ce n'était pas pour savourer la rue mais pour mon travail, c'est à dire une protection rapproché d'un homme d'affaire éminent qui entretenait de forts liens avec la marine. Sa maison,ou plutôt son château était posé sur un des plus hauts sommets de l'île.L'entrée était gardé par une grande grille peinte en or, avec une ouverture automatique. je m'approcha tranquillement le pas léger et appuya sur le petit bouton rouge de l'interphone.

-....kzzzzz.....Oui bonjour, vous êtes bien à la demeure de Mr Hausen,me répondit une petite voix d'homme de la quarantaine grisouillante.Que nous vaux cette visite ?
-Bonjour,c'est la marine qui m'envoie pour assurer la sécurité de Mr.Hausenlui répondis-je d'un ton trop poli pour ne pas être teinté d'ironie.
-Ah,enfin, vous avez pris votre temps. Entrez,Mr vous attend.

A peine raccroché,le portail émit un bruit mécanique et s'ouvrit vers l'intérieur,me laissant la voie ouverte vers le grand jardin de la propriété, dont un long sentier de gravier guidait vers le château à travers les étendus d'herbes verte et d'arbre géant filtrant les rayons du jours au dessus d'un lac artificiel.

*Pas mal la maison...*

Devant la porte du château m'attendait le majordome habillé en blanc,affichant un air neutre et fatigué par les ans et le travail.Il m'ouvrit la porte et m'invita à entrer très courtoisement. Une fois à l'intérieur,je constata que le jardin n'était qu'un avant gout de la richesse de mon client. Les murs étaient richement tapissé, sur lesquels des tableaux étaient fixé.Les Doubles escaliers montant vers les étages était en ébène vernis,comme presque tout les meuble de la salle. Sous l'escalier,une autres portes en bois vernis qui donne sur la salle de balle que je visiterai ce soir pour le banquet organisé. Pour l'instant je me contenta de monter un étage et de me préparer à rentrer dans le bureau de Mr Hausen.

-Si monsieur veut bien m'excuser,le majordome effectua une timide révérence,puis passa son chemin dans un couloir voisin. J'étais maintenant seul dans le couloirs au sol tapissé crème et orné de statues posé sur des petite tables de chevets. Je défroissai une dernière fois mes manches puis toqua à la grande double porte donnant sur le bureau.

-Entrez ! se fit entendre à travers la porte,que je poussa des deux mains pour enfin pénétrer dans le bureau.Tout aussi luxueux,les murs étaient ornés de trophées de chasses,d'une cheminé et une peau d'ours blanc tapissé le sol.
Mr Hausen était là à essayer de me regarder dans les yeux,des vieux yeux fatigué de soixantenaire,orant un visage blême et renfrogné d'un vieux monsieur au petit corps tassé sur un fauteuil en cuir.

-C'est un plaisir de vous rencontrer,on m'a dit beaucoup de bien de vous,me dit il d'un air parfaitement neutre.
-Plaisir partagé,mentis-je d'un air amical.
-Vous savez déjà pourquoi vous êtes là j'espère ?me demanda le vieux bonhomme d'un air renfrogné.
-Oui, je dois assurer votre protection et celle de votre demeure pendant le banquet organisée ce soir en votre honneur.On m'a dit que votre fortune attirait trop souvent la convoitise,surtout pendant ce genre de soiré où la sécurité et affaiblit.
-Exactement, vous pouvez donc regagner vos quartier, Marilynn vous guidera.Il tendit le bras vers une servante que je n'avais même pas remarquer,restée tout le long de la conversation dans un coin de la pièce.
Elle acquiesça d'un signe de tête et me guida vers une chambre au 3em étages. Je ne l'avais pas remarquer avant qu'elle ne reparte vaquer à ses occupations mais il y avait comme deux bosses étranges qui était dans son dos. Jamais vu quelqu'un embauché une double bossue comme servante.

Je passai le reste de ma journée à ranger mes effets personnels et à repérer les lieux notamment la salle de bal. Elle commença a se remplir vers 21h, des couples de riches entraient par centaines et occupé les buffet et la piste de danse.Des gardes patrouillaient en bas tandis que j'étais suspendu sur un balcon qui offrait une vue entière sur la salle au murs lumineux et couvert de vitres par endroits.

*C'est maintenant qu'il va falloir être vigilant.*

je redescendit à la salle et commença ma ronde, surtout celle près des buffets. une serveuse passa avec un plateau remplis de verre de champagne et lui en prit un,le buvant en même temps que je scrutais les visages des différents convives.

*Suis je le seul ici qui déteste être ici ?*


Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Un banquet presque parfait [FB:Akuma]   Ven 9 Nov - 20:39

Akuma en avait vécu des aventures depuis qu’elle avait quitté le Royaume Démoniaque, elle avait longtemps voyagé et cherchait le moyen de prouver qu’elle était forte et méchante. C’était le genre de chose qui prenait du temps et de la persévérance, beaucoup de persévérance, mais ce n’était pas pour autant qu’elle abandonnerait, elle voulait absolument se forger le caractère ! Peu importe le prix ! Pour elle il suffisait simplement de faire plein de mauvaises actions et impliquer la marine le plus souvent possible, voire même ne s’attaquer qu’à elle alors que c’est la bête noire des pirates. Sa détermination était ce qui faisait son caractère et lui faisait surmonter n’importe quel obstacle.

Elle se trouvait actuellement à Shell Town, dirigée par une base de la marine, mais ce n’était pas le genre de détail qui faisait reculer les criminels qui ne se privaient pas d’agir dans le dos des officiers. Akuma faisait partie de ces gens, sans compter qu’avec la base de la marine elle avait de quoi s’occuper ! Elle ne comptait pas entrer et tout détruire sur son passage, sinon elle ne resterait pas longtemps libre car ils étaient nombreux dans cette base. Son plan actuel était de voler plein de choses et profiter de ses ailes pour semer directement ses poursuivants. Des fruits aux bijoux, en passant par les bibelots sans véritable valeur, elle ne se refusait rien, même si elle ne voulait pas vraiment de toutes ces choses. Elle voulait juste se faire remarquer, en espérant pouvoir semer les marines à chaque fois. La jeune démone ne voulait pas de prime exorbitante, elle comptait développer ses dons de voleuse qui entrainerait par la même occasion son agilité et sa suite d’idée ! Certes ces éléments étaient indispensables pour sa carrière de pirate, mais elle n’avait pas trouvé de mentor pour l’endurcir. Un maitre qui sait très bien se battre, qui est méchant mais qui traite bien son équipage, ça ne devait pas être trop difficile à trouver…

Dans une boutique d’armes, elle s’attardait sur le rayon des sabres, se disant qu’ils devaient être redoutables en combat, mais aussi que le sien valait largement les lames rouillées qui étaient dans ce magasin, même si c’était partiellement faux. Après tout elle savait s’en servir comme personne et il coupait très bien, il ne suffisait que de ça pour savoir se battre selon elle. Elle avait accumulé assez d’argent pour se payer la plupart des lames exposées dans le magasin, mais ne savait pas laquelle choisir. C’est vrai que son épée rouge était très très peu commune et semblait cacher un grand pouvoir, cependant c’était ses capacités physiques qui laissaient à désirer. Une force supérieure à la normale ce n’était pas suffisant pour devenir une pirate exceptionnelle, elle devait s’entrainer durement pour le devenir, chaque jour plusieurs heures. Ce dont elle était incapable de faire avec son corps chétif. Dans le meilleur des cas elle valait un homme normal, bien bâti, mais rien de bien costaud. Comment ? Comment devait-elle faire pour devenir enfin une pirate ? Pas une pirate lambda, une fière et valeureuse pirate, avec un grand «P», qui terroriserait les gens au lieu de les faire craquer, qui aspirerait le respect au lieu des petites tapes encourageantes, qui attirerait les marines au lieu des compliments… Elle avait encore du boulot devant elle…

Akuma sortit du magasin et alla boire un verre à la taverne, voire même plusieurs. Ses bras sur la table, son verre devant elle entre ses coudes, elle réfléchissait à quelque chose. Un acte tellement répréhensible qu’on se souviendrait d’elle et qu’on la respecterait enfin ! Mais quoi ? La plupart n’étaient que de petits vols à l’étalage mis sur le compte de la piraterie et attirant les remarques rassurantes de la part des marines qui entraient chez eux à leur demande et qui n’avaient pas le temps de mener leur enquête sous prétexte qu’ils sont OCCUPÉS. C’était décevant, personne ne la poursuivait bien longtemps pour qu’elle doive combattre contre eux, sans compter les autres pirates qui préféraient se ravitailler que de faire quelque chose de vraiment méchant comme une prise d’otage. Parfois le destin précipite un peu les choses, ce qui n’allait pas tarder à donner une belle occasion à la démone de pouvoir se donner à fond…

Derrière elle, à une table, discutaient deux hommes. Ils parlaient d’un banquet organisé par un certain monsieur qui s’appelait Hausen. Banquet ? Le genre d’évènement avec une demi-dizaine de tables bourrées de mets plus savoureux les uns que les autres ? Ce Monsieur Hausen devait être plein aux as et célèbre à souhait ! L’occasion rêvée par Akuma qui se léchait les babines à l’idée de se remplir la panse et les poches avec ça ! Contenant sa joie, elle se rapprocha des deux hommes et les interrompit poliment.


-Bonjour, je suis nouvelle à Shell Town, pourriez-vous me dire où se trouve la résidence de ce bon monsieur ?

-Oh eh bien voyez-vous, vous prenez la route de droite quand vous quittez la taverne, ensuite vous longez le restaurant avec la banderole rouge, et le petit chemin qu’il y aura vous mènera directement vers sa villa.

-Merci beaucoup, vous ne pouvez pas savoir comme vous me rendez service !

-Vous ne comptez pas aller au banquet j’espère, c’est strictement privé, d’ailleurs j’ai vu un marine entrer, là tantôt, c’est dire si il tient à sa fortune le monsieur !

Hi hi, un marine seulement, c’est presque trop facile, il risque de se sentir seul sans sa précieuse fortune ! Maintenant il ne me reste plus qu’à m’infiltrer dans sa villa et attendre tranquillement qu’il soit parti pour empocher le pactole !

-Oh c’est bien dommage, mais merci pour m’avoir indiqué la route, je tâcherai de ne pas l’oublier. Sur ce, je vous laisse et vais de ce pas vaquer à mes occupations.

Sur ces mots, Akuma finit sa pinte et se dirigea nonchalamment vers la sortie, sans se préoccuper du barman qui faisait le tour du comptoir pour l’empêcher de sortir, mais elle prit rapidement ses jambes à son cou et s’envola dans la nature. Littéralement. Elle en profita pour atterrir près de la demeure du monsieur dont elle s’efforçait de retenir le nom. La jeune démone passa par derrière discrètement et vit une serveuse entrer dans un local rempli d’uniformes avant d’en ressortir peu après. Au risque que ce soit la seule du personnel, Akuma devait éviter de jouer la carte de l’imposteur et la remplacer. Purement et simplement la remplacer. La démone pointa rapidement son doigt vers le côté, fit apparaitre le sceau, retira son épée de l’espace et emboita le pas à cette dernière qui ne se doutait de rien. Après quelques mètres, elle stoppa la serveuse avec son bras au niveau de la gorge et son sabre au niveau de sa tête. Après l’avoir obligée à retourner dans le local sans un bruit, elle l’assomma et enfila l’uniforme qui lui allait le mieux avant d’entrer dans la villa, laissant la pauvre serveuse inconsciente enfermée dans le local. Personne ne se doutait de l’identité de celle qui venait d’entrer et qui passait autour d’eux pour leur présenter tantôt des apéritifs, tantôt des verres de champagne. Elle avait parfaitement réussi son infiltration, même si sa queue a failli la trahir à de nombreuses reprises, et se dirigea à présent vers la salle où elle vit le coffre-fort et le marine en question en train de le surveiller. Il avait l’air quand même fort, malgré qu’il soit seul et un peu ailleurs par moments, mais Akuma restait droite et évitait de croiser le regard des gens, même cet obstacle qui l’empêchait d’accéder librement. Tout ce qu’elle espérait, c’était qu’il finisse son verre sans poser de question et qu’il aille se remplir la panse comme les autres pendant qu’elle pourrait tranquillement priver cet innocent propriétaire de sa fortune.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Un banquet presque parfait [FB:Akuma]   Ven 9 Nov - 22:20



-Hola tavernier ! apporte moi une peu de vin !
-Mais voyons monsieur,je suis un serveur pas un tav...
-Ton rôle c'est de servir l'alcool aux gens non ?
-Euh...oui.
-Alors tu es un tavernier. Tiens,donnes moi ça ! Je tendis mon bras vers la coupe de vin et la saisit promptement, ce qui surpris le serveur,apparemment outragé par mes paroles. Ahlala,les gens de la hautes, ils n'ont pas beaucoup le sens de l'humour,ou alors pas le même,car derrière moi j'entendais deux gens rigolait au sujet d'un de leur employé :

(Attention, ce dialogue contient beaucoup de stéréotype sur les riches. Si un riche lis ce post,qu'il ne se sente pas personnellement visé, merci )


-Vous savez quoi Paul-Henry ? Aujourd'hui un de mes employés ma demandé une augmentation,tu sais ce que je lui ai dit ?
-Dites Marc-Antoine, dites.
-Et bien je lui ai répondu "pourquoi,vous avez augmenté votre production ?" ahahahah !
-ohohohoh ! A ces pauvres, ils croient qu'on les embauchent pour les augmenter !

Et je suis chargé de protéger ces gens ?! La soirée promettait d'être longue et j'en venais même à espérer qu'un voleur vienne me divertir un peu.je l'aiderai même à emporter quelques souvenirs même.
cette soirée me répugnait, autant par le comportement des hôtes que des invités.Ils allaient et venaient saluer celui qui avait organisé cette petite fête,tous le saluaient bien poliment,le félicitait, que d'hypocrisie.le monde des riches est cruel, il faut savoir courber l'échine devant n'importe qui .

Cela faisait maintenant un quart d'heure que j'arpentais la grande salle de bal au mur couverts de miroirs, où les convives dansaient sur des valses orchestrées par une bande de musiciens placé sur un balcon de la salle. Il jouaient un air calme et relaxant qui me plaisait bien. Les couples se succédaient sur les planches de la salle de bal, arborant grande robes raffinées, de beaux costumes luxueux ,tournoyant aux lumières des bougies fixées sur les lustres en verres. Une atmosphère solennelle et royale se dégageait de la scène, et je regrettais un peu de ne pas être ici accompagné et pour autre chose que de protéger la fortune d'un homme fortuné.

Je n'avais jamais eu l'occasion d'assister à un bal, j'aurais aimé y participer un jour mais ce n'est pas en étant dans la marine que sa risque d'arriver, et il faut plus que de l'argent pour y participer, il faut une cavalière,et ça je n'étais pas prêt d'en trouver une. A défaut d'être laid, personne ne pouvais voir mon visage,aussi beau pourrait -il être,et cela revenait au même...Mais assez parlé de moi,je me concentrai dès à présent sur ma tache consistante à assurer la sécurité d'un homme et celle de sa richesse.

En parlant de ce dernier, il était entrain d’aguicher une des serveuse, une seconde,c'est la même qui m'a accompagné jusqu’à mes appartements ? Il lui mit une petite tape aux fesses quand elle entreprit de repartir,un plateau à la main. Elle s'arrêta sur place et je la vis saisir la bouteille qu'elle transportait,commencer à l'élever dans les airs mais au moment ou elle allait frapper Mr Hausen, je lui saisit la bouteille de derrière et m'en versa un peu dans mon verre.

-Mr Hausen,m'exclamais-je,j'espère que la soiré se porte bien ? Rien de suspect par ici ? continuais-je du ton le plus polie du monde.
-Ah !Messieurs, je vous présente l'homme chargé de notre sécurité !souri Mr Hausen à ses convives,surement de grandes marques il en convient .Grâce aux ciel,et à vous,non je n'ai rien vu de suspect.
-Et bien je vais vous laissez avec vos invités,messieurs. je fis une petite révérence et repartis vers les cuisines en tenant le bras de la malchanceuse serveuse.
je travers la foule agglutiné aux buffets,puis les serveurs sortant de la cuisine pour enfin être à l’abri des regards et des oreilles.Je lui lâcha le bras et me plaça devant elle avant de lui adresser la parole.

-Tu es folle ? Tu ne connais pas les risques du métier de serveuse ?Bref, ne t'avise pas de recommencer ou je t'enferme dans la buanderie,continuais-je en soupirant.Tu peux retourner à tes occupations maintenant .

je remis ma cravate en place et entreprit de revenir dans la salle de bal lorsque j’entendis des cris étouffés et des chocs sourds venant d'un étage plus bas, la buanderie .je mis entre la servante et moi un bras qui se voulait dissuasif d'avancer et m'avança dans le sombre escalier menant à la buanderie .J'allumai la lumière et me dirigea vers le placard qui émettait se bruits suspects,je m’apprêtais à l'ouvrir lorsque la servante jailli de l'obscurité et intervint :


Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Un banquet presque parfait [FB:Akuma]   Sam 10 Nov - 16:18

Quelques craquements de dos, un raclement de gorge et voilà Akuma bien droite, l’équilibre stable, prête pour servir les invités. Seuls petits défaut : son collier, ses longs gants et ses bottes. Heureusement elle s’arrangeait pour ne pas faire de grandes enjambées et gardait son plat à hauteur de sa poitrine pour ne pas qu’on voit ses défauts. Elle ne voulait pas retirer tous ses habits car elle devait envisager l’éventualité qu’elle devrait fuir en abandonnant ses affaires, et du coup elle prenait le risque de griller sa couverture. Bien que ce soit assez osé de se balader avec un tel accoutrement sous ses vêtements de serveuse, elle ne comptait pas rester bien longtemps et s’envolerait vers la liberté une fois l’argent volé. Quoi de plus simple. Il suffisait de servir les gens en surveillant le marine, seule menace pour sa mission, et attendre qu’il décampe de sa place pour aller siroter un peu ailleurs. Malgré ses manières peu respectueuses, il restait un marine et elle bénéficiait toujours de l’effet de surprise, ce qui lui donnait un avantage considérable. Akuma pouvait être fière de ses dons de manipulatrice hors pair qui lui permettait de prendre le rôle de quelqu’un d’autre sans même avoir apprise ce genre de choses, pour elle tout était dans le mental. Il suffisait d’imiter les autres avec le plus de prudence possible et personne ne verrait la différence, si ce n’est les quelques détails qui la trompaient mais qu’elle cachait du mieux qu’elle pouvait. Par exemple éviter de croiser le patron, même son regard, marcher d’un pas lent et continu, sans se presser ni donner l’impression d’être timide, sinon c’est la remarque assurée. La jeune démone n’avait jamais apprise tout ça, mais était très observatrice et s’adaptait facilement aux autres serveuses.

Le marine semblait avoir mal aux jambes, qu’il s’était levé pour aller dans la salle profiter des invités et du banquet, ce qui était parfait ! Akuma pouvait maintenant investir la pièce où se trouvait le coffre, donc celle où elle avait rencontré le marine et où malheureusement il l’avait vue. La démone espérait de tout cœur qu’il ne se souvienne pas de son visage et qu’il ne cherche pas à en savoir plus sur elle. De temps en temps elle vidait ses verres dans les plantes qu’il y avait dans la pièce et en profitait pour aller dans la cuisine les remplir, en faisant un petit détour par la salle du coffre-fort. Elle put l’observer de plus près et constata à ce moment-là qu’il y avait trois roulettes disposées en triangle. Elle avait déjà vu ce genre de sécurité, elle savait comment faire pour ouvrir le coffre : avec un stéthoscope ! Le problème c’est qu’elle n’en avait pas… Elle n’avait plus qu’à faire sans et utiliser sa main pour percevoir les cliquetis émis par les roulettes pour détecter celui qui déverrouillera le coffre. Pour l’instant elle ne devait pas trop trainer, sinon on s’apercevrait de son absence, mais elle comptait revenir régulièrement pour ouvrir le coffre petit à petit, surtout que le marine était occupé à profiter du banquet comme le bon invité qu’il est. Une occasion aussi belle ne se représentera de sitôt ! Il fallait donc en profiter pour avancer.

Au moment où le marine s’occupait d’une serveuse au caractère un peu trop colérique en retournant habilement la situation à leur avantage à tous les deux, Akuma se dirigeait d’une vitesse normale vers la salle du coffre. Comme si on l’appelait par là-bas, ni pressée ni trop discrète, la vitesse de marche qu’elle adoptait pour se déplacer dans la pièce principale. Une fois à l’abri des regards, elle déposa son plateau près du coffre et se mit à approcher son oreille de la paroi avant de tourner tout doucement la première roulette cran par cran, analysant chaque pulsation de la paroi pour retenir son rythme et ainsi mieux percevoir celui qui sortira de ce rythme. Certes elle savait comment faire, mais elle n’avait aucune idée du temps réel que ça prendrait ni si ça marchera de cette manière. Cependant elle était résolue à y parvenir par tous les moyens, même si elle devait s’enfuir avec le coffre par la voie des airs ! Elle regardait parfois si le marine ne venait pas dans sa direction, et remarqua au contraire qu’il descendait dans la buanderie. Akuma n’avait pas vraiment mémorisé l’emplacement de la salle où elle avait enfermée la serveuse dont elle a usurpée l’identité et se rendra vite compte qu’elle n’est plus aussi discrète que ça. Au bout de quelques longues minutes, elle parvint à trouver la bonne combinaison avec deux des trois roulettes, il ne lui restait plus qu’à prendre son mal en patience et s’occuper du troisième.

Avant de commencer, la démone regarda dans la salle principale et constata que le maitre de maison s’approchait de sa position, c’est alors qu’elle retint les deux chiffres, prit son plateau et ses verres et se dépêcha d’aller vers la cuisine pour faire semblant de remplir ceux-ci avec du champagne au moment où il entra dans la cuisine.


-Que faites-vous ici et pourquoi trainiez-vous autant ? Vous savez bien que vous devez être sans arrêt à l’affut du moindre invité assoiffé pour le servir ! Si je vous reprends à vous attarder dans la cuisine, je vous punirai ! D’ailleurs je ne me souviens pas vous avoir engagée…

-Excusez-moi, je veillerai à ne pas m’attarder dans la cuisine dorénavant, je vous le promets. C’est juste que j’avais un petit problème avec une bouteille de champagne que je n’arrivais pas à ouvrir…

-Bon, ça passe pour cette fois. Mais que je ne vous y reprenne plus ! Vous savez que je tiens à ma réputation !

Sur ces mots il s’éloigna en direction de la salle des invités, derrière qui Akuma emboita le pas pour se remettre à son travail temporaire sans oublier son VRAI travail. Heureusement le marine n’était pas encore revenu, il devait avoir un empêchement, ou alors il était parti aux toilettes et s’était endormi. Quoiqu’il en soit, il ne reviendrait pas avant un petit moment, moment pendant lequel le coffre serait vide et l’argent envolé littéralement dans les airs. Après quelques minutes à zigzaguer entre les invités, tout en volant discrètement un petit en-cas sur la table un passage sur deux, histoire de manger à l’œil en plus de se faire la fortune d’un riche et innocent propriétaire. Au moment où le maitre de maison parlait avec ses amis, Akuma en profita pour s’éclipser discrètement dans la salle avant de se remettre au déverrouillage du coffre qui ne prendrait pas bien longtemps maintenant qu’elle avait fait le plus gros…

Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Un banquet presque parfait [FB:Akuma]   Sam 10 Nov - 19:10

A l'intérieur du placard, je découvris avec stupeur une jeune femme habillé en servante,ligoté et baillonée,qui essayât de pousser un cris en me voyant ouvrir la porte,surement parce qu'elle n'a vu qu'un costume flottant.
Je la pria de se calmer et lui ôtât les cordes qui maintenait ses bras dans le dos. A peine eut-elle les bras libre qu'elle s'ôtat elle même le baiullon et s'exclama :

-Vite, monsieur est en danger, il y a un imposteur parmi nous vous devez le retrouvez ! Je vous en prie, si on vole monsieur qui me payera mon salaire ! Je vous en prie !
La façon dont elle me parlait tenait plus de l'ordre que de la demande.

-Bon, calmez vous. Vous allez évacuer le manoir et tout ses étages,je me charge du reste , lui répondis-je calmement. Elle opina d'un mouvement de tête puis partit en direction des étages. Quand à moi j'allai de suite voir Hausen et l'en informer.

Je sortis à toute vitesse de la buanderie en gravissant l'escalier,passa par la cuisine et renversa un serveur au passage, il fit tomber son plateau par terre et me hurla :

-Vous pourriez pas faire attention non ?! Y en a qui travaille ! je m'arrêta une seconde et le pointa du doigts pour lui répondre sur un ton de colère refoulé:
- Toi, si j'étais pas chargé d'assurer ta sécurité je t'aurais collé mon pieds mon cul ! Puis je repartit en courant dans la salle de bal.

La salle était envahi par une foule encore plus épaisse qu'au moment où je l'avais laissé, une foule dansante et bruyante qui couvrait mes appels."MR HAUSEN !" Tout le monde aux alentours s'arrêta de danser pour me regarder et soupirer pour certain, je voyais le mépris dans leurs regards de snobs et reprit plus bas "Mr Hausen !". Je l'aperçu enfin qui se dirigeai vers une petite porte dérobé au fond d'un couloir,relié à la cuisine. Je recourus vers sa direction en prenant soin d'esquiver tout les serveurs cette fois et arriva devant le couloir. D'ici j'entendais une discussion mouvementé entre mon lient et une jeune femme, qui répondait très calmement aux cris de l'homme.

-Que faites-vous ici et pourquoi trainiez-vous autant ? Vous savez bien que vous devez être sans arrêt à l’affut du moindre invité assoiffé pour le servir ! Si je vous reprends à vous attarder dans la cuisine, je vous punirai ! D’ailleurs je ne me souviens pas vous avoir engagée…

-Excusez-moi, je veillerai à ne pas m’attarder dans la cuisine dorénavant, je vous le promets. C’est juste que j’avais un petit problème avec une bouteille de champagne que je n’arrivais pas à ouvrir…

-Bon, ça passe pour cette fois. Mais que je ne vous y reprenne plus ! Vous savez que je tiens à ma réputation !


Je me cacha dans le creux d'une fenêtre et entendit leurs pas franchir le couloir. La jeune servante ne tenait rien dans les mains et avait un visage familier..Oui,c'était la même qui m'avait conduit à mes quartiers, elle possédais toujours ces deux étranges bosses dans le dos et elle commençait à me paraitre suspecte. Après avoir pris soin de vérifier que la servante était reparti vers la salle de bal, j’entrepris de faire une petite fouille de la pièce qu'elle venait de quitter. j'ouvris timidement la porte de ce qui semblait être un bureau, mais à la ,différence de l'autre, il n'y avait pas de somptueuse décorations ni de cheminé et trophées de chasse, simplement des bibliothèques couvrant 3 murs et une grande toilé représentant une femme allongé sur une coquille St-Jacque énorme, avec des flots bleus claire derrière et deux divinités. J'examinais quelque peu la pièce et les tiroirs du bureau envahi par la paperasse. les multiples feuilles sur le bureaux étaient des relevés de compte et des factures en tous genre. Je ne m’attardai guère à fouiller les papiers et entreprit de fouiller le bureau. Les tiroirs contenait des livres de comptes à propos du banquet.Rien de très intéressant. Je pensai à fouiller les bibliothèques mais la perspective de feuilleter tout ces livres m'ennuyait. Je décida de quitter la pièce en veillant à ce que rien n'ai bougé mais je remarqua quelque chose sur la peinture accroché au mur.Le cadre était déplacé d'un centimètre,ce qui suffit pour que j'aille le décrocher et voir qu'il y avait un creux dans le mur, qui contenait la porte d'un coffre en métal, avec trois roulette pour l'ouvrir.La culpabilité de la servante n'était plus à prouver, mais d'après l'intervention du propriétaire je savais qu'elle n'avait pas eu le temps de finir son œuvre.

"héhéhé....j'ai une bonne idée ..."

***5 minutes plus tards ..***


La porte du bureau s'ouvrit et la petite voleuse pénétra silencieusement dans la pièce. Elle s'empressa d'aller re-décrocher le tableau et se remis en tête de crocheter le coffre, mais lorsqu'elle y parvint,au bout de deux minutes,plutôt pas mal, elle eut tout le plaisir d'observer le vide que contenait le coffre.

-Surprise ! m'exclamais-je d'un ton presque chantant, et avec un accent anglais parfait. Elle regarda d'où lui venait cette voix mais ne vit rien, c'est pourquoi je décida de décrocher ma cravate du porte manteau et me la mit autour du cou. Je saisi aussi mon fusil , préalablement chargé de balle au gros sel et la pointa du canon.

-Je suis là !poursuivais-je du même ton chantant.





Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Un banquet presque parfait [FB:Akuma]   Lun 12 Nov - 11:01

TIC…TIC…TIC…Sa fortune sera bientôt à moi ! TIC…TIC…TIC…Plus qu’un verrou et le coffre s’ouvrira ! TIC…TIC…TIC…Dans une petite minute ce riche propriétaire perdre tout son argent ! TIC…TIC…TIC…TAC ! Ca y est j’y suis arrivée, ce n’est pas trop tôt. Je commençais à trouver le temps long, heureusement que l’altercation avec le propriétaire ne m’a pas trop retardée, je devrais en principe ne plus rien risquer maintenant, il a l’air de discuter avec ses invités donc c’est parfait ! Il est à cent lieues de se douter de ce qui va lui arriver, le pauvre petit !

Devant le tic-tac que provoquait la roulette, elle se réjouissait de ce qu’elle trouvera dans le coffre. Au bout de quelques numéros, le TAC révélateur permit au coffre de se déverrouiller et elle put enfin dépouiller ce bourgeois presque gentilhomme. Le seul petit problème c’est que le coffre en question était vide, à sa grande surprise… Plusieurs options s’offraient à son imagination débordante :

1. Elle s’est fait devancer par sa propre personne venue du futur pour emporter le butin à sa place, ce qui était impossible car ce serait stupide de le voler cinq minutes avant… Sauf si c’est pour altérer le futur en croyant voler Mr. Hausen alors que dans le passé elle aurait échoué.

2. Il a tellement de dettes qu’il a tout dépensé pour ce dernier banquet, après lequel il mettra fin à ses jours et à ses dettes.

3. Quelqu’un d’autre l’avait devancé de quelques minutes à peine !

Non, c’était impossible, le marine était dans la buanderie et le maitre de maison discutait avec ses convives, personne ne pourrait ouvrir un coffre à trois verrous en à peine cinq minutes ! La seule solution restait que quelqu’un d’autre connaissait la combinaison et en avait profité pour tout prendre. Le marine n’était pas à portée de vue, il était très probable qu’il soit revenu discrètement sans qu’elle ne le voie. Mais alors où était l’argent ? Plus important : où était le marine ? Si il avait caché l’argent, en toute logique, il devrait se cacher pas loin afin de savourer pleinement de sa victoire comme le ferait n’importe quel humain. Akuma le cherchait partout, regardant dans toutes les directions, analysant toute cachette potentielle à la recherche d’un défaut qui le trahirait, c’est alors qu’un voix retentit de nulle part pour d’avantage la faire rechercher.


-Surprise !

Une voix comme il n’y en avait pas deux, british à souhait, bien que la démone ne croie pas à un véritable accent, vu à quel point il était exagéré. Akuma ne savait pas du tout où chercher, mais continuait de traquer le moindre défaut dans le paysage, mais visiblement il était trop bien caché. Au bout de quelques secondes, un bras sortit de la cachette et prit sa cravate au porte-manteau avant de faire apparaitre le reste du corps après un petit moment, un fusil à double canon à la main. Elle était découverte et en plus elle ne pouvait pas se défendre au risque de recevoir un feu d’artifice de plombs dans son corps et mourir presque dans l’instant.

-Je suis là !

La poisse, je suis fichue ! Si il tire je suis morte ! Ce marine n’est finalement pas si faible que ça, il est bien digne de la confiance qu’on lui portait et qui a poussé ses supérieurs à le faire venir seul pour protéger la fortune de ce monsieur. Maintenant c’est certain, je suis finie, ma carrière de pirate s’achève ici… Sauf si je m’arrange pour fuir à toute vitesse et esquiver un premier coup de tromblon, mais ce ne sera pas facile de voler avec cet uniforme de serveuse. Bah, pourquoi se cacher encore ? Il m’a découverte, autant lui montrer ma véritable apparence puisque je ne suis plus sous couverture. Avec un peu de chance je pourrai profiter de sa stupeur pour prendre la poudre d’escampette.

La serveuse enleva alors son uniforme et se transforma en démone devant les yeux un minimum surpris du marine devant elle qui la pointait à trois mètres d’elle avec son fusil supposé chargé. Tenant son tablier à la main, elle le jeta à côté d’elle en regardant le marine d’un air féroce pour tenter de l’intimider et ainsi le déstabiliser, mais malgré sa surprise, il restait imperturbable. Estimant qu’elle n’a plus longtemps avant qu’on la livre à la marine, elle s’adressa au marine pour la première fois.

-Parfait ! Il ne manquait plus qu’un marine pour mettre mon plan à l’eau (humour)! Vous êtes vraiment tenaces quand vous voulez. Je suis bien la pire voleuse de l’histoire, je n’ai même pas de matériel de professionnelle, je n’ai même pas eu le réflexe de prendre un sac pour mettre l’argent dedans au lieu de le cacher dans mon uniforme sans lequel je ne pouvais pas m’envoler pour m’enfuir. Tu peux te moquer maintenant, je suis finie avant même d’avoir pu atteindre le stade de débutante. Je suppose que tu vas essayer de me livrer, eh bien dommage pour toi mais cela ne se fera pas !

Akuma essayait de baisser la garde du garde qui gardait le coffre en le bombardant de paroles rabaissantes et désespérées, qui avaient plus qu’un fond de vérité mais n’étaient pas destinées à la même chose. Après avoir prononcé cette phrase, la démone bondit vers la pièce voisine qui était selon elle la plus courte pour atteindre la sortie, devant les yeux du marine surpris qui se lança directement à sa poursuite. Dans les films d’action on voyait souvent le criminel faire le tour du pâté de maison pour échapper à l’officier tandis que le chef prenait sa voiture et le stoppait net dans sa course en le faisait heurter cette dernière de plein fouet. Technique classique, mais Akuma connaissait bien la demeure et avait pris la direction de la grande salle en espérant qu’il n’ose pas tirer en présence des invités. La jeune démone avait tort, mais continuait de fuir à toutes jambes vers la salle. Au moment de franchir la jonction entre les deux pièces, elle s’accroupit l’espace d’une seconde et prit son envol à travers la foule sans même avoir à passer par eux et ralentir sa course. Elle se souvenait d’un film qu’elle avait vu dans lequel on voyait l’ennemi fuir au loin pendant que le tireur le mettait en joue avec son fusil à deux canons du haut du château, pendant que le vieux barbu qui était presque mort lui disait de rester calme et de bien viser, après quoi il tira et l’atteignit sur près d’un kilomètre de distance. Certes ces gentlemans extraordinaires étaient le fruit de l’imagination d’un producteur, mais théoriquement avec une bonne arme, on peut facilement atteindre sa cible de très loin.

Le marine s’arrêta au début de la pièce et tira sur Akuma avec son gros sel, laquelle reçut un éclat dans le bas du dos et tomba dans les escaliers qui menaient dehors et dont le nez des marches n’étaient même pas pourvues de chanfrein afin de les rendre moins coupantes. Probablement parce qu’elles étaient en pierre. La jeune démone dévala les escaliers jusqu’à tomber sur l’herbe du dehors d’un bruit mat. Saignant légèrement, elle n’était pas vraiment gravement touchée, mais la chute dans les escaliers l’avait affaiblie plus encore que la balle en question. La tête posée de côté sur le sol, elle vit le ciel s’obscurcir avec la tête du marine qui la pointait de nouveau avec son fusil.


-Tu as gagné, je ne peux plus voler ni m’enfuir…
Je tenais à te dire que je ne travaille pour personne, je n’ai pas de partenaire, je n’ai aucun ami sur qui compter, je ne déteste pas particulièrement ce monsieur et je n’ai personne à charge pour justifier ce vol. Je l’ai fait pour me faire de l’argent, tout simplement pour l’acte en lui-même et non pour une raison précise. Je suis une pirate depuis peu et je me disais qu’en volant quelqu’un d’important on me respecterait et je serais enfin une menace. Quelle tristesse, je ne suis vraiment bonne à rien…
Maintenant, n’y vois rien de personnel, mais je vais te laisser tranquillement et m’en aller discrètement avant de me prendre une autre balle plus proche d’un endroit vital et mourir.


Akuma se leva alors, tant bien que mal, et se dirigea vers la sortie en laissant le marine derrière elle…

HRP:
 

Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Un banquet presque parfait [FB:Akuma]   Jeu 15 Nov - 22:19



-Parfait ! Il ne manquait plus qu’un marine pour mettre mon plan à l’eau ! Vous êtes vraiment tenaces quand vous voulez. Je suis bien la pire voleuse de l’histoire, je n’ai même pas de matériel de professionnelle, je n’ai même pas eu le réflexe de prendre un sac pour mettre l’argent dedans au lieu de le cacher dans mon uniforme sans lequel je ne pouvais pas m’envoler pour m’enfuir. Tu peux te moquer maintenant, je suis finie avant même d’avoir pu atteindre le stade de débutante. Je suppose que tu vas essayer de me livrer, eh bien dommage pour toi mais cela ne se fera pas !

Elle voulait surement détourner mon attention, car après avoir finis sa phrase, elle bondit dans la pièce voisine avant de s'élancer dans le couloir, se dirigeant en courant vers la salle de bal. Elle courait plus vite que moi, surement grâce à son aérodynamisme (humour Wink), mais moi j'avais un fusil, dont je n'hésita pas à me servir dans le couloir, explosant les porcelaine, incrustant les murs, mais toujours pas dans le corps de la démone qui fuyait à toute vitesse.

Je la suivis en courant, fusil en main jusqu'à la salle de bal, encore remplis de monde. Tout ce beau monde ne se rendit compte de l'agitation que lorsqu'une diablesse leurs passa au dessus et qu'un tireur fou (moi) leurs greffent du gros sel dans leurs ventres gras.
Le problème avec ce type d'armes, c'est que les munitions s'éparpillent et touche aussi ce qu'il y a au alentours, aux alentours il y avait une énorme foule qui passa de la danse classique à l'évacuation chaotique lorsque deux d'entre eux s'écroulèrent en criant de douleur. Bon, le moment était venu de se concentrer, la fuyarde était déjà à l'autre bout de la salle, s'apprêtant à dévaler l'escalier, si je ne la touchais pas, elle s’enfuirait.

Je plaçai le viseur devant l’œil droit et m'arrêta, en plein milieu d'une foule en pleine effervescence, mais qui évita de m'approcher au cas où.
Je m'arrêta de respirer et tira. La balle fusa en direction de sa cible et la percuta dans le bas du dos, la faisant trébucher dans les escaliers.

J'entendis les bruits de chutes depuis la salle de bal, et même la foule semblait compatir, car elle émettait des "ouch" lorsqu'un impact contre les escalier en pierre se faisait entendre. Je ne perdis pas de temps à écouter cette douce mélodie, et m'avança d'un pas prompt vers l'escalier, en traversant une foule abasourdis et qui ne regardait que moi, et mon fusil toujours entre mes mains. Parmis cette foule silencieuse, Mr Hausen, me regardait d'un air noir, surement parce qu'un de ses convives hurlait de douleur, brisant le silence religieux instauré par mes tirs. Il manda qu'on s'écarte de son chemin et s'avança devant moi, me barrant la route, avec ce même regard noir.

- J'aimerais bien savoir ce que tout cela signi...ouch !

Je ne lui laissa pas le temps de finir sa phrase, et d'un coup de crosse lui ferma son clapet, emportant au passage une dent gâtée. Je posa mon regard sur le vieux monsieur allongé au sol et sortis un carnet en cuir relié, le siens, contenant ses petits arrangements illégaux, et qui reposait dans son sois-disant coffre fort. J'ouvris une page au hasard et lu à haute voix :

- "Aujourd'hui j'envoie mon émissaire négocier le passage avec les pirates, en faisant cela, je suis sur que les autres compagnies de transports feront faillites, tandis que la mienne sera la seule en mesure d'effectuer des transactions. Je vais enfin devenir riche."
Je crois que cela intéressera mes supérieur, alors rester tranquille et vous ne perdrez pas une autre dent.


Je le laissa penser à son avenir tranquillement et me redirigea vers les escaliers, en bas desquelles, la jeune voleuse gisait avec un air piteux, la tête posé sur le sol. Elle avait belle et bien pris une balle dans le dos, et avait aussi subi la chute d'escalier en pierre, même pas recouverts d'un tapis. Je compatis. Je me mis juste devant elle, le fusil pointé sur sa tête.

-Tu as gagné, je ne peux plus voler ni m’enfuir…
Je
tenais à te dire que je ne travaille pour personne, je n’ai pas de
partenaire, je n’ai aucun ami sur qui compter, je ne déteste pas
particulièrement ce monsieur et je n’ai personne à charge pour justifier
ce vol. Je l’ai fait pour me faire de l’argent, tout simplement pour
l’acte en lui-même et non pour une raison précise. Je suis une pirate
depuis peu et je me disais qu’en volant quelqu’un d’important on me
respecterait et je serais enfin une menace. Quelle tristesse, je ne suis
vraiment bonne à rien…
Maintenant, n’y vois rien de personnel, mais
je vais te laisser tranquillement et m’en aller discrètement avant de me
prendre une autre balle plus proche d’un endroit vital et mourir.



Elle commença à ramper vers la sortie, et je n'avais pas le cœur à mettre les menottes à une jeune fille, aussi pirate soit-elle. Je fis un pas vers elle e la releva délicatement par les bras et l'assis sur un fauteuil trainant dans la réception . Je trainai un banc et me posa en face de la blessée, la regardant dans sa banquette, l'air exténué.

- Si j'ai bien compris, tu voulais voler ce déchet pour te faire une réputation non ? Alors voilà ce que je te propose, tiens, je lui tendit des bijoux en or incrusté de pierreries. Voilà pour m'avoir aider à trouver quelque chose sur cet enfoiré.

Elle ne semblait pas trop comprendre ce que je lui racontait, bah, sans importance.

- Tu sais, j'ai pas l'habitude de tirer sur des femmes, alors je crois que je vais te laisser partir. T'as assez souffert à mon gout.

Je me releva du banc en défroissant ma veste, lui adressa un dernier regard puis retourna à la salle de bal. Les invités étaient, étrangement, toujours aussi silencieux à ma vue. Je toussota comme pour m'échauffer la voix, puis m'adressa à toute la salle.

- J'aimerai préciser que je suis de la marine, et je suis là pour assurer votre sécurité. Je me retourna vers les deux blessés et leurs murmura, dommages collatéraux, désolé.

La foule semblait de moins en moins convaincu, en même temps j'avais troué deux invité, mis un coup de crosse au maitre de maison, et tiré sur une jeune fille. Bref, je ne comptais plus m'attarder ici. Je pris Mr Hausen par le bras et ressortis en le trainant sur le parquet, laissant un bruit aigu très agaçant. Le pauvre était encore entrain de comater, à son âge on est vraiment un fossile. Tellement en léthargie qu'il ne se plaignait même pas d'être trainé même dans l'escalier, et bientôt dans la re. Lorsque je passai par la salle de réception, la petite chapardeuse avait déjà décampé, sans demander son reste. J'espère ne pas tomber sur elle en mer, ça me ferait mal de tuer une gamine.

Le reste du trajet fut un peu plus douloureux pour mon chère hôte, les pavés et les crottes de chien eurent raison de lui, surtout qu'il faisait nuit et que je ne voyais pas vraiment ce qui trainait par terre.
J'errai pendant environs une heure et atterrit enfin devant la caserne de la marine, mon colis à la main.Les marines qui était de service furent surpris de voir un éminent patron de la ville se faire trainer, littéralement, au poste. Une courte lecture du journal des comptes les convaincus et je pus enfin finir ma soirée apaisé, et libre de toute responsabilité.
Quand je repense aux balles de gros sel, c'était plutôt joli ce dos-shot , j'espère qu'elle ne m'en voudra pas trop. Bref, j'avais un autre truc important à faire sur grand line, et j'avais pas que ça a faire que de trainer dans des ruelles sombres et inanimées .




[fin pour moi]
Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Un banquet presque parfait [FB:Akuma]   Ven 16 Nov - 11:44

Blessée par un gros éclat de balle au gros sel et étendue sur l’herbe après avoir dévalé les marches de l’escalier sur plusieurs parties de son corps, la jeune démone était souffrante et se trainait lamentablement vers la sortie. Elle avait échoué dans sa mission et espérait ne pas finir en prison dans une base de la marine, elle était bien trop jeune pour finir ses jours en prison. Le marine se dirigea alors vers elle et se baissa, Akuma s’arrêta alors et ferma les yeux, convaincue que la suite ne serait pas belle à voir, mais le représentant de l’ordre la prit dans ses bras avant de la conduire à l’intérieur de la villa. Il aurait pu la frapper pour lui avoir échappé, ou encore lui passer les menottes pour la conduire en prison, mais à la place il la déposa dans un fauteuil avant de prendre un autre siège et de s’asseoir en face d’elle pour lui adresser la parole.

-Si j’ai bien compris, tu voulais voler ce déchet pour te faire une réputation, non ? Alors voilà ce que je te propose, tiens…
Voilà pour m’avoir aidé à trouver quelque chose sur cet enfoiré.


-Je…Pourquoi me donner ça ? Je suis une voleuse, et vous un représentant de la loi, vous ne devriez pas me faire de cadeau…

Prenant les bijoux que lui offrait le marine dans ses mains, elle le regardait d’un air désolé et incompréhensif. Pourquoi la traiter de la sorte alors qu’elle était une criminelle ? Lui offrir des bijoux en plus, ce n’était vraiment pas un marine ordinaire. Il n’était pas obnubilé par son travail et semblait posséder un honneur très fort pour traiter son ennemi avec autant de douceur, même après qu’elle fut à sa merci prête à recevoir le châtiment de la justice. Akuma ne savait plus quoi dire au fait qu’elle se fasse si bien traiter et se contenta de sortir un remerciement timide mais clair et audible.

-Tu sais, j’ai pas l’habitude de tirer sur les femmes, alors je vais te laisser partir. T’as assez souffert à mon goût.

Alors c’était donc ça la raison qui le poussait à l’épargner et à aller jusqu’à l’installer dans un fauteuil pour qu’elle soit confortablement assise pour récupérer au mieux de sa blessure douloureuse mais pas grave. Ce qui faisait plus mal en revanche était de se faire prendre en pitié par un marine, c’était tellement humiliant pour elle qui voulait devenir une pirate fière et redoutable. Elle avait presque espérer qu’on la mette en prison pour se faire traiter comme une menace, comme un pirate ordinaire, mais elle n’avait rien non plus contre la liberté. Elle pourrait ainsi s’entrainer et devenir plus forte pour qu’on la traite enfin comme quelqu’un de dangereux, même si elle n’avait aucun pouvoir et que son épée n’était pas terriblement puissante comme celle des pirates de renom. La jeune démone avait trouvé plus forte qu’elle, mais aussi plus compatissant et plus honorable. Un marine qu’elle n’était pas prête d’oublier, étant donné qu’elle les évitait la plupart du temps. L’infiltration était son truc maintenant qu’elle avait réussi à duper un grand marine, mais pour le vol c’était fichu car il avait fini par découvrir sa véritable identité. Comment ? Elle ne savait pas, mais dorénavant elle comptait retenir ses erreurs afin de les éviter à l’avenir.

L’inconnu se leva alors et s’adressa à la foule en leur précisant qu’il était un marine et qu’il était venu assurer leur sécurité. C’était un comble pour quelqu’un qui n’avait pas hésité à rentrer dans le tas pour abattre la démone qu’il poursuivait. Bien que sceptiques pour la plupart, sa petite phrase semblait les avoir calmés. Akuma en profita alors pour s’en aller en prenant au passage un sac pour mettre ses bijoux car sa jupe était bien trop petite et dépourvue de poche pour stocker quoi que ce soit. Après avoir fait un dernier au revoir du regard au marine qui lui tournait le dos et passa par la porte d’entrée repérable à des kilomètres tellement elle était grande. Elle s’attarda un peu sur le seuil et toucha sa blessure avec son doigt, et bien que le gant qui recouvrait en permanence la quasi-totalité de son doigt ne permettait pas vraiment de ressentir la douleur, elle s’imaginait sa peau rouge et fortement irritée par l’éclat et tressaillait de tout son être à chaque fois qu’elle y touchait. Ce genre de balles était moins définitif qu’une vraie mais bien plus douloureuse à cause du sel qui laissait sa blessure aussi douloureuse longtemps après l’impact, sans compter sa dégringolade des escaliers qui lui avait offert quelques bleus. Elle se dirigeait vers le village pour aller revendre ses bijoux tout en repensant à son avenir, à comment elle ferait pour éviter ce genre de situations, comment elle comptait procéder pour trouver un mentor digne de ce nom qui pourrait l’endurcir et la faire devenir une vraie pirate comme lui. Un jour peut-être elle croiserait son aide, mais en attendant elle devait se débrouiller toute seule dans ce monde hostile…


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas





“Contenu sponsorisé”

MessageSujet: Re: Un banquet presque parfait [FB:Akuma]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un banquet presque parfait [FB:Akuma]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un logo presque parfait
» L’espace de stockage interne est presque saturé sur mon Nuvi 3590 [RESOLU] Grace à Monique !!!
» Header de Fond Parfait
» QEEL : Template modifié, l'affichage est parfait en tant que connecté mais non en tant qu'invité.
» D.Gray-Man

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Beginning :: Voguez à travers les flots :: Blue Seas :: East Blue :: Shell Town-