AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partenaires





Index
Inscription
Rechercher
Membre
Connexion
Déconnexion
Votre Profil
Boîte de MP
Groupe

















+ Perso' Prédéf'
+ Batailles Navales
+ Conquête d'îles
+ Tales of Beginning
+ Haut-Fait

Nouveaux arrivants : +10PP/RP
Nous recherchons de vils pirates ou d'idéalistes révolutionnaires pour faire face
à l'imposante marine !
(Note : si vous voulez jouer un marine, n'hésitez pas non plus!)

+ Click here

Partagez | 
 

 Une rencontre imprévue.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Une rencontre imprévue.   Mer 7 Nov - 14:23

Je repense, souriante, à mon recrutement dans l'équipage. Et si je vous le contais ? C'est tout ce qu'il y a de plus simple, je vous assure !

"Honnêtement ? Je ne sais même pas comment je suis atterrie en cette mer. Je me souviens juste du doyen de l'Archipel Sucré et de sa tête lorsque je lui ai appris que je voulais devenir pirate ! C'était tout simplement épique, je vous assure. C'était un mélange d'horreur et de nausées, vous auriez dû voir ça. Après mûre réflexion, il m'a encouragée à réaliser mon rêve et m'a offert cette barque. Une provisoire d'après lui ; au début je ne voyais pas pourquoi, mais à présent je prie pour que des planches ne se détachent pas. Elle doit dater de son époque, cette minuscule épave ! Je ne pense pas ça pour être méchante, mais ça m'a bien l'air d'être vrai.
Le bateau tangue lentement au rythme du vent. Je me souviens m'être endormie ; c'est donc ça, ce trou noir. En tout cas j'espère bientôt atteindre une île, car même si les douces vagues me bercent j'ai bien envie de poser pied à terre.
Je me rappelle de la raison de ma venue ; je me suis renseignée sur les assassins de mes parents et visiblement ils exerceraient à South Blue. Cette information n'est pas spécialement récente, mais en tout cas, si je peux trouver le moindre indice à leur sujet je le ferais.

Je regarde tout autour de moi pour voir si un îlot ne se présente pas. Je n'ai pas le matériel approprié, mais à vue de nez, je dirais que je vais bientôt pouvoir trouver de quoi dormir convenablement et surtout, autre chose à manger.
Je sors les restes du poulet froid que j'ai entammé avant de m'être endormie. Même en rongeant les os ça ne satisfait pas mon estomac qui crie famine. J'ai faim, faim, faim...Et je n'ai que peu d'argent sur moi, en plus ! Ca ne risque pas d'être du luxe, mon futur repas...
Je laisse mes yeux voguer sur la mer telle la petite barque sur laquelle je suis en ce moment même. J'aime la couleur de l'eau, j'aime les poissons qui y nagent en harmonie. Je pourrais pêcher, si toutefois j'en avais le matériel.
Je finis par me rallonger. Mon sommeil a été agité, et je ne suis pas reposée.

Je sens le bateau buter dans quelque chose. Je me réveille en sursaut et constate que la barque s'est stoppée net, accrochée dans le sable. Je me frotte la tête et me lève. Ce n'est pas un endroit pour accoster, pour un petit ou un grand bateau, et je devrais prendre la patience de faire le tour de l'île pour trouver un port ; mais non, je laisse la construction de bois ramolli plantée là et pars de ce pas explorer les alentours.
A peine ai-je fais quelques pas que déjà je tombe sur un marché. Les gens sourient, et le plus étonnant...C'est qu'il n'y a pas de neige. Je n'avais jamais vu de sol dégagé comme ça, sans besoin de pelle pour enlever la matière blanche. Je ne la sens pas crépiter sous mes pieds et ça me manque terriblement. Je sens le sol trop dur à mon goût.

Je passe, l'eau à la bouche, entre les stands. J'admire les tissus légers. Il ne fait pas froid, ici. Je ressens même une sensation indescriptible ; je ne l'ai jamais connue auparavant. On dirait l'exact contraire du froid de mon île. Et pourtant, on m'a dit que North Blue était la plus froide des mers ; alors comment expliquer le fait que ce morceau de terre échappe à la règle ?
Mes yeux tombent sur une robe faisant de petits ponts bleus et jaunes. Elle m'évoque inexplicablement la mer et le soleil, et je la regarde, la détaille.

<< Excusez-moi, madame, mais elle est à combien cette robe ? >>

Je souris à la vendeuse, émerveillée par le textile employé pour la faire. On ne trouve pas de ça, chez nous. Sur l'Archipel Sucré, il n'y a que des manteaux de fourrure, des pull à col roulé...Bref, de quoi tenir sous la température très basse de l'île.

<< Disons que pour toi, elle est gratuite ! Tu as l'air de n'avoir jamais vu une robe comme ça de ta vie, et c'est bien triste. Tu ne dois pas être du coin... >>

Etonnée par la subite gentillesse de la femme, je la dévisage, bouche-bée. Gratuite ? Une robe comme ça ? Pour...moi ?

<< Oh, merci beaucoup madame ! Merci, mais...Où sommes-nous, actuellement ? >>

La femme rit aux éclats. Elle essuie une larme sortie de son oeil droit et m'interroge du regard pour savoir si je suis bien sérieuse. C'est vrai que, dit comme ça, j'ai l'air d'une folle qui ne sait pas où elle va...Après tout, c'est peut-être ce que je suis ?

<< Tu es actuellement au Royaume de Saint Urea, à South Blue ! Tu n'es pas du coin ? Enfin, ça explique tout ! Tu es de quelle origine, petite ? Se ballader comme ça toute seule d'île en île, c'est dangereux pour une fillette de ton âge, tu sais ! >>

Je lui souris de toutes mes dents. Si elle savait ! Mais bon, il faut s'attendre à ce genre de réactions au vu de ma forme corporelle.

<< Je suis de North Blue. J'ai décidé de parcourir les mers ! >>

Je ne savais pas que c'était si rapide de passer de North Blue à South Blue ! Bon, d'accord, je n'ai jamais vu une carte de ma vie. La navigation c'est pas mon truc. Mais bon...
La dame me sourit une dernière fois avant de m'offrir la robe avec un clin d'oeil. Je le lui rends et continue de déambuler à travers les rues. Bon, j'ai quelques Berrys. Assez pour m'acheter quelque chose à manger...Je l'espère.
Après avoir fait tous les stands de nourriture de la ville, je réalise qu'ils sont bien trop chers pour moi, et mon estomac crie toujours famine. Je soupire et, tête baissée, continue de marcher dans la ville.
Je sens soudainement une chose dans laquelle je bute. Je trébuche et me retrouve étalée de tout mon long. Je me relève assez rapidement, essuie mes vêtements dans un sale état et m'excuse platement.

Ordre du rp ::
 
Revenir en haut Aller en bas
Keira 'Millers' Kasai
Pirate
Pirate
avatar

Messages : 45
Métier : Vigie

Fiche du marin
PP : 133
PH : 130
Grade : Pirate

MessageSujet: Re: Une rencontre imprévue.   Mer 7 Nov - 15:17

Écoute sa voix, il vit en toi.

C’est drôle. Tu sais, à te voir comme ça, appuyée contre le mat, du haut de ta vigie, à contempler la mer, on pourrait presque croire en ton innocence. N’importe quel regard extérieur pourrait songer que tu fais ton boulot…Tu le crois, ça ? Sérieusement, comme si toi t’allais faire ton job, pour cet abruti de capitaine en plus ! Mais bon, c’est vrai. Il ne te connaît pas vraiment, encore, alors il peut peut-être encore croire en ta bonne foi et à ton professionnalisme…Quoi que vu la façon dont tu l’as traité à votre première rencontre, j’en doute, pas toi ?
Songeuse, c’est à ce jour que tu penses, en fait, pas vrai ? Et c’est parce que t’es perdue dans tes pensées que tu ne vois pas les rochers, là, un peu plus loin, et que tu le signale pas, aussi. Mais ça tu t’en fous. Tu diras que c’est de la faute de la navigatrice, de toute façon. Ou de quelqu’un d’autre. T’improviseras sur l’instant. T’es à des années lumières d’y penser, là. Tu te repasse cette drôle de journée dans ta petite tête et tu te demandes encore comment c’est possible que tu sois là. Le type devait vraiment être désespéré, pour t’engager, mais ça t’arrange bien au final.

Dire que tu n’avais pas eu envie d’y aller, sur cette île. Au final t’étais déjà agacée de devoir y aller avec ta mère pour qu’elle puisse aller se promener avec toi dans ce grand marché dont t’as pas retenu le nom. Tu t’en foutais, en fait. Toi à part regarder la mer et espérer voir un bateau débarquer, y’a pas grand-chose qui t’intéressait de toute façon. T’aurais pu réagir comme n’importe quel autre fille de ton âge et espérer croiser un beau garçon là-bas, mais non. …Et puis tu veux que je te dise ? Tu l’aurais fait fuir avec le couleur de tes cheveux et ton look, de toute façon.

Mais t’as fini par y aller. Parce que ta mère te le demandais, et tu l’aimes ta mère. Et puis surtout, elle pense déjà que ton frère l’a abandonné sans un mot, alors tu pouvais pas simplement l’envoyer chier comme t’aurais envoyer chier n’importe qu’elle autre personne lambda. Alors t’as forcé un sourire et tu lui as dit oui. Bon au vu du déroulement de la journée, ta tentative de faire plaisir à ta mère a juste totalement foiré. Mais on dit que c’est l’intention qui compte après tout. Tu t’en fous, si ta mère pense que tu vaux pas mieux que ton frère, après tout, pas vrai ? Mais si ! Essaye de t’en persuader, et tu finiras par y croire, tu verras.

Faut quand même admettre que ce que t’as fait, c’était pas malin, hein. Je veux dire, t’es même pas capable de faire une journée shoping comme une fille normale quoi. C’est à ce demander de quelle planète tu viens, hein, franchement. C’était trop dur de faire semblant de t’intéresser à ce que ta mère trouvais mignon pour toi ? Même si c’était totalement faux hein, on peut plus rien faire pour rattraper des dégâts de toute façon. Mais tout de même. Ouais. Elle voulait juste que t’oublies ta sale obsession pour passer du temps avec une journée. Rien qu’une journée. Mais non. Toi tu étais hantée par le souvenir de ton frère, alors t’as pas pu t’empêcher de prendre de la hauteur pour contempler la mer. T’avais l’espoir de voir débarquer un bateau de pirate…Et comme le sort se fout définitivement de toi, bah c’est aujourd’hui qu’il a décidé de réaliser ton souhait.

T’en a pas pas cru tes yeux, au départ, quand tu l’as vu, ce beau bateau avec un pavillon de tête de mort. N’importe quelle fille a ta place aurait grimacé en voyant ça, hein. Mais toi non, comme t’es juste un cas irrécupérable, tu as affiché un large sourire, comme si tu n’avais jamais été aussi heureuse. Et tu es simplement redescendue de ton perchoir pour bien faire ta sale môme et exprimer clairement ta joie devant ta mère. T’aurais pas pu avoir un peu de compassion et te la fermer, non ? Ou moins expliquer les choses calmement, et pas au sautant partout comme une petite puce surexcitée ? Non parce que bon, tu t’en rendue compte que par après, d’accord. Mais ça a fait mal à ta mère de comprendre que t’allais la laisser seule alors que tu semblais n’avoir jamais été aussi heureuse. Maintenant tu culpabilises, hein ? Sauf que maintenant, c’est trop tard ! Même pas capable de réfléchir aux conséquences de tes actes…Non mais franchement, t’as des qualités sinon ?

Etre patiente en fait pas partit, si jamais c’est le cas. Parce que vu la façon dont tu t’es précipitée entre les stands pour rejoindre le point d’amarrage du bateau…On aurait dit que tu courrais pour sauver ta peau, on t’as déjà fait la remarque ? Sauf que bien sûr, t’avais ton objectif en tête et du coup tu faisais plus attention à grand-chose. Les personnes que t’as pu esquiver dans ta course folle sont bien chanceuses…En revanche, la pauvre petite fille que t’au heurté, beaucoup moins. Vous êtes tombés par terre, toutes les deux. Toi sur les fesses, et elle étalé tout du long. Et t’as même pas été fichus de te relever la première pour l’aider à se redresser, ça non ! Aucune politesse, avec ça. Et c’est une fois qu’elle se relève et s’excuse que tu prends conscience que…T’as pas de temps à perdre ici. Alors, un peu paniqué, tu te relèves et tu t’exclames en repartant, sans même y faire attention dans un premier temps.
    « Merde, je dois pas le rater, lui ! »
Sauf que là, tu fais quelques pas, et tu tilt quand même que t’as percuté une pauvre petite fille. T’étais loin de savoir que t’allais la revoir, et pire encore, combien t’allais être proche de cette petite fille, par la suite. Sur l’instant elle était loin d’être le centre de ton attention. Mais bon, t’es humaine et ça t’arrives d’avoir des remords, alors tu t’es quand même retournée pour lui présenter tes excuses. Histoire d’avoir la conscience un peu plus tranquille.
    « Excuse ! Mais je suis pressée alors…à la prochaine ! »
Tu lui souris de toutes tes dents et hop, te voilà repartie. Parce que tu t’en serais voulu toute ta vie si t’avais raté ce bateau…ou jusqu’à ce que tu en croise un autre du moins. Mais sur le coup t’étais loin de t’imaginer que t’aurais pu trouver un meilleur bateau et un meilleur capitaine…T’as juste foncé tête baissée tellement t’étais pressée de prendre la mer. Comme la grande gamine que t’as toujours été.

Et une fois sur place t’as un vu homme au loin descendre du bateau. Alors seulement tu t’es arrêtée pour reprendre ton souffle, puis t’as fait quelques pas dans sa direction en marchant. Tu voulais attirer son attention alors…Bah t’as fait ce que t’as pu, hein. Je comprends que ton cerveau a pas tilté tout de suite qu’il aurait été plus conventionnel de simplement aller lui parler…Mais toi, tu fais pas dans le conventionnel. C’est trop normal pour toi, hein ? Alors t’as ôté une de tes chaussures pour lui envoyer à la face. Et une fois que tu t’es assuré que le projectile a atteint sa cible, là t’as entamé le dialogue.
    « Hey ! C’est toi le capitaine de cette coquille de noix ? »
Et t’as simplement désigné ce que tu pensais être son bateau. T’es pas non plus diplomate…En fait, là, la seule qualité que j’ai pu te trouver….Bah c’est qu’avec les chaussures, tu vises bien. Et tu pensais vraiment qu’il allait t’accueillir à bras ouverts après t’être comportée de la sorte ? Abrutie fini, va.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre imprévue.   Jeu 8 Nov - 0:19

L’odeur des embruns marins remontèrent jusqu’au nez de Kyosuke, enivrant ses sens jusqu’à lui faire perdre la tête. S’il n’avait jamais aimé naviguer, le capitaine pirate adorait l’odeur de la mer et de l’eau salée percutant la coque du bateau et envoyait de fines gouttelettes sur le pont, comme si des perles d’azurs venaient mourir sur le bois froid du navire. Debout comme un piquet à l’avant du bateau, le bretteur jouait nerveusement avec une pièce pour se détendre les nerfs, les yeux fermés et ses pensées allant vers les évènements récents. Derrière lui, Alexander passait le balai alors qu’Hana faisait voguer leur bâtiment jusqu’à un endroit où ils pourraient se reposer un peu. Récemment, de nombreux combats avaient opposé l’équipage de la Vengeance Ecarlate à de nombreux adversaires et même s’ils s’en étaient sortis, ce ne fut pas sans blessures.

Alors que le vent fit virevolter violemment le manteau si caractéristique du jeune homme, les bourrasques laissèrent entrevoir les nombreux bandages recouvrant presque entièrement le corps du bretteur. On ne comptait plus les coupures et les cicatrices sur son torse et quelques impacts de balles se démarquaient même au milieu de tout ça, sa peau bronzée ayant blanchie tellement elle était recouverte de blessures en voie de guérison. Lorsqu’il avait pris la route pour traquer le père d’Emma, Kyosuke n’aurait jamais pensé que cela serait si dangereux. Pourtant et maintenant qu’il était face à l’adversité et qu’il pouvait faire demi-tour, jamais il n’avait envisagé de revenir en arrière et de fuir. Au contraire, sa détermination n’était que plus grande et bientôt il pria pour avoir de nouveau affaire à des adversaires puissants.

Tournant finalement le dos à l’horizon, le jeune homme se dirigea sur le pont supérieur aux côtés d’Hana pour voir l’itinéraire qu’ils étaient en train de suivre : voyageant toujours dans South Blue, l’équipage du capitaine Hatsuo voguait un peu sur toutes les îles alentours afin de peut-être trouver quelques membres à recruter avant de se lancer sur Grand Line. D’une certaine manière, le jeune homme espérait compléter au moins les postes importants afin de pouvoir partir à l’aventure serein, certain qu’il irait loin avec ses nouveaux camarades. Il avait gagné en expérience ces dernières semaines et n’était absolument plus le même homme. Aujourd’hui, une sorte d’aura semblait émaner de lui et à présent il était même recherché par la marine pour les nombreux « méfaits » qu’il avait commis. A ces yeux, la prime sur sa tête était encore une preuve que la marine se trompait de cible et aimait perdre son temps. Focalisant ses pensées sur la carte déroulée sous ses yeux, Kyosuke chercha leur prochaine destination et lorsqu’il leva ses yeux, il l’a vit se dessiner lentement.

Il était là : le royaume de Saint Urea. Fier et magnifique, puissant et étrange. L’ancien majordome était souvent venu ici avec Emma lorsqu’ils étaient plus jeunes et pourtant, il appréhendait à chaque fois ces voyages. Il ne savait pas vraiment ce qui le gênait, si c’était le pouvoir instauré là-bas où le fait que beaucoup de criminels se terraient en ces lieux car la marine y était quasiment absente. Une chose était sûre cependant, c’était qu’il espérait quitter cet endroit au plus vite, ce dernier étant une sorte de synonyme au mot : ‘’ennuis’’. Et s’il avait su ce qui allait arriver par la suite, il aurait écouté son instinct et aurait fuis le plus rapidement possible.

Lorsque le bateau accosta, Kyosuke hésita un long moment avant de mettre pied à terre. L’idée de sortir et d’aller se balader au cœur du royaume ne lui plaisait pas tellement et le reste de son équipage allait s’occuper du ravitaillement en nourriture et en boulet de canon. Tout lui indiquait qu’il pouvait et qu’il devait rester à bord du vaisseau à profiter d’un moment de répit et surtout à rester au calme pour éviter que ses blessures ne se rouvrent. Pourtant, le bretteur avait une profonde envie d’aller se promener et de faire un tour au marché qui devait certainement prendre place aujourd’hui. Prenant ses armes et descendant par le pont, le jeune homme baissa un instant sa garde, profitant de ne plus sentir sous ses pieds le sol tanguer à cause des vagues… Un instant qui lui fut fatal.

Sortie de nulle part, une chaussure vint lui percuter violemment le sommet du crâne, le faisant reculer d’un pas et presque tomber à l’eau. Sans pour autant montrer le moindre signe de perturbation, il essaya de rester stable et se mit d’un coup d’œil à chercher la fautive. Devant lui, une jeune femme aux cheveux bleus le fixait intensément, pénétrant son âme de son regard profond et intriguant légèrement le bretteur : il n’était pas vraiment coutume ici de jeter ses chaussures au visage des voyageurs, du moins pas à South Blue. S’approchant lentement de la jeune femme, il avança d’un pas lent sans la quitter du regard, impassible alors qu’il décrivait chacune de ses courbes, inspecter chaque parcelle de son corps comme s’il la passait au scanner. Une fois à sa hauteur, il la regarda sans rien dire, le visage totalement neutre alors qu’elle lui demandait s’il était le propriétaire du bateau. Quelle curiosité étrange ? Qu’est-ce que ça pouvait lui faire après tout s’il était ou non le possesseur du navire ? Avait-elle envie de faire partie de son équipage ? Si c’était le cas, elle pouvait toujours rêver. D’une voix monotone et dénuée de sentiments, il souffla :

- Oui… Cependant…

Marquant un temps de silence, il sembla se figer au milieu de sa phrase, fermant les yeux en respirant un bon coup. Puis, sans crier gare, il abattit violemment son poing sur le crâne de la jeune fille, comme s’il la frappait d’un violent coup de marteau pour la punir de son acte au point de la faire s’écraser sur le sol avec force. Il avait concentré toute sa rage dans son poing, hurlant alors :

- NON MAIS TU T’ES PRISE POUR QUI SALETE DE MIOCHE ! ON T’AS PAS APPRIS A AVOIR DU RESPECT ?

Alors que la gamine était à terre, Kyosuke réajusta son manteau et alluma négligemment une cigarette, caressant au passage et sans faire attention les pommeaux de ses trois katanas. Faisant craquer ses doigts, il reprit sa route comme si de rien était avant de s’arrêter un peu plus loin et de murmurer :

- Je ne sais pas ce que tu veux à ce bateau gamine mais autant te dire que tu ferais mieux de rentrer jouer aux poupées chez toi…

Sortant une montre à gousset de sa poche, il soupira légèrement en voyant qu’il n’avait plus beaucoup de temps pour se promener, l’équipage s’étant donné rendez-vous une petite heure plus tard à bord du bateau. Lâchant une bouffée de fumée, il rangea sa montre et soupira :

- Je vais être en retard…

Alors qu’il commençait à s’éloigner, il bouscula légèrement une autre fille encore plus jeune et aux cheveux bleus, loin de se douter que cette dernière allait être son archéologue… Mais la journée venait à peine de commencer...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre imprévue.   Jeu 8 Nov - 2:01

Je la fixe. Elle a de courts cheveux bleus, une peau claire, des yeux azur...Et des vêtements assortis. J'ai envie de dire...La classe !
Elle réalise enfin qu'elle est tombée et se relève rapidement. Elle se retourne et se met à beugler.

« Merde, je dois pas le rater, lui ! »

Elle ne semble pas faire attention à moi, par contre...Bah, ce n'est pas si grave. Par contre, je me demande bien qui elle cherche. Elle se remet à courir. J'aimerais bien la suivre. Mais, avant de lui courir après, je m'aperçois qu'elle se retourne pour me dire quelque chose.

« Excuse ! Mais je suis pressée alors…à la prochaine ! »

Je lui fais un grand sourire, mais malheureusement elle est déjà partie. Alors, que voulais-je faire, déjà..? Ah mais oui ! J'ai envie de la suivre, juste pour savoir où elle va ! Et puis elle a pas l'air bien méchante...Peut-être fait-elle partie d'un équipage pirate ? Si oui, ce sera tout bénèf' si je la suis !
C'est donc à toute vitesse que je me mets à la suivre. Elle est déjà bien loin devant moi, mais au moins, elle ne me soupçonnera pas que je l'espionne. Héhé !
Je me rends soudainement compte qu'elle se dirige vers la plage où j'ai accosté. Pourquoi l'intéresse-t-elle ? Ma barque ne contient rien, et c'est un vrai fardeau. Si elle la veut, je lui offre de bon coeur !.. Contre...Un peu de nourriture ?

Arrivée à bon port, je reste plantée là, debout, avant de me rendre compte que je pourrais être aperçue ; je me cache donc derrière un rocher, curieuse de voir la suite.
Je m'aperçois alors que ce n'est pas mon raffiot qu'elle veut, mais l'énorme bateau qui se dresse devant mes yeux ébahis. Un homme vient tout juste d'en descendre, et c'est visiblement avec une joie infinie que la fille de tout à l'heure lui balance une de ses chaussures en pleine figure. Elle retombe et on peut voir la trace de la semelle sur sa joue.

<< Hey ! C’est toi le capitaine de cette coquille de noix ? »

J'ai bien envie d'aller voir cette pauvre joue. Parce que son propriétaire honnêtement j'en sais trop rien, mais ça va rapidement enfler...
Enfin, on peut pas dire que cette fille soit indirecte. Elle va droit au but, au moins !
L'homme semble rester calme. Il doit bouilloner de l'intérieur, le pauvre. La colère, quand on l'évacue pas, croyez-en mon expérience ça reste bien ancré. Et à moins d'avoir un esprit entraîné et expérimenté, ce qui vu la tête de l'homme ne doit pas être le cas, ça énerve à un point monstrueux. Morale ? Mieux vaut évacuer de suite.

Il se dirige vers la fille. J'entends mon coeur palpiter ; j'ai peur pour elle. Il a l'air bien plus grand et surtout bien plus fort...Bref, elle ne semble pas pouvoir faire le poids, et c'est bien ça qui m'inquiète.
Il avance, lentement, la détaillant du regard. J'ai peur de ce qu'il va faire ; il souffle quelques mots.

<< Oui...Cependant...>>

Il marque une pause, un gros blanc s'installe dans la conversation. Il la regarde bien en face, et j'ai de plus en plus peur de ce qu'il peut lui faire. Car ce n'est que maintenant que je remarque le pavillon à tête de mort, ce qui signifie bien des choses : qu'il est pirate et donc dangereux, meurtrier sanguinaire, pédophile absolu, drogué...J'ai beau avoir une vision enfantine des choses et vouloir redéfinir le sens du mot "pirate", ce n'est pas pour autant que certains ne sont pas des bisounours sans couteaux et sans pistolets.

<< NON MAIS TU T’ES PRISE POUR QUI SALETE DE MIOCHE ! ON T’AS PAS APPRIS A AVOIR DU RESPECT ? >>

Son hurlement parvient jusqu'à mes oreilles meurtries. Je m'agrippe à ces dernières, les bouchant du mieux que je le peux pour ne pas avoir à entendre ce son trop fort à mon goût.
Je me rends alors compte que la fille est à terre. Vu la marque sur son crâne, il l'a frappée. Et violemment. La pauvre !
L'homme réajuste son manteau et allume une cigarette, visiblement agacé. Je serre les poings, quelque peu énervée que l'on puisse faire ça. C'est vrai, elle a lancé une chaussure, mais ce n'était pas forcément une déclaration de guerre ! Il faut arrêter de voir ça partout !
Je le vois craquer ses doigts. Légèrement calmé, il semble marmonner quelques mots.

<< Je ne sais pas ce que tu veux à ce bateau gamine mais autant te dire que tu ferais mieux de rentrer jouer aux poupées chez toi…>>

Intérieurement, je bouillone, comme si toutes ces paroles m'étaient destinées. Et alors ?! On a le droit d'être petit, de paraître petit et de vouloir paraître petit, non ? Ce n'est pas un défaut ni un sujet de moqueries ! Alors pourquoi lui fait-il ces remarques désobligeantes, hein ?! Surtout que je suis persuadée qu'elle a passé l'âge de ces enfantillages !
Je le regarde sortir une montre alors qu'il crache une bouffée de fumée toxique.

<< Je vais être en retard… >>

Il avance et me bouscule, derrière mon rocher. Je le fixe intensément, des flammes brillant dans mes yeux. Puis, énervée par tout ce qu'il a dit, je bondis sur mes jambes et lui crache tout ce qu'il me vient à la figure.

<< Tu parles de respect, mais est-ce que t'en as pour elle quand tu lui parles, hein ?! C'est pas parce qu'elle a l'apparence d'une gamine, ou même qu'elle en est une, j'en sais rien, que tu peux la traiter de n'importe quelle manière ! Si tu veux qu'elle te parle correctement et même si c'est elle qui a commencé par te jeter sa chaussure, tu dois montrer l'exemple ! Parce qu'en lui criant dessus comme tu l'as fait et en la frappant, t'as montré que tu valais pas mieux qu'elle ! Et arrête de croire que parce qu'on est petit ou qu'on a l'apparence d'une gamine on joue forcément aux poupées avec nos copines qui sortent de la crèche, compris ?! >>

Je...J'ai absolument tout sorti, comme ça. D'un coup. Oh, bien évidemment je le pense, mais c'est étrange de se dire que l'on peut formuler tout ce brouillon en si peu de temps.
En attendant, je suis toujours plantée là, comme une abrutie finie, en ne sachant toujours pas pourquoi j'ai défendu cette fille. Eh ben, ça promet...
Revenir en haut Aller en bas
Keira 'Millers' Kasai
Pirate
Pirate
avatar

Messages : 45
Métier : Vigie

Fiche du marin
PP : 133
PH : 130
Grade : Pirate

MessageSujet: Re: Une rencontre imprévue.   Jeu 8 Nov - 17:01

On est au pays des merveilles j’parierais qu’les oiseaux chantent.

Tu sais, quand je te dis que t’es un cas…Je le pense. Mais un peu plus chaque jour. J’ai l’impression de te connaitre, mais en fait chaque jour tu te faire un peu plus abrutie que tu ne l’étais la veille. Je t’assure, hein. Je sais pas comment c’est possible, mais toi t’y arrives, et si facilement avec ça ! Faudra que tu me donne la recette, un jour. Tu ferais un bon sujet d’étude rien que pour ça. Je devrais te donner à disséquer à des scientifiques…On pourrait apprendre tellement de chose en te découpant en petits morceaux ! Et en plus j’aurais la paix après, c’est du tout bénef ! …Bon, sauf pour toi. Mais on peut pas tout avoir dans la vie.

Non et puis tu le mériterais, quoi. Pas seulement pour avoir balancé une chaussure à la figure de ce pauvre mec, mais aussi pour ce que t’as osé dire sur son bateau quoi. Une coquille de noix ? Allons Keira, c’est pas beau de mentir. T’essaye de faire quoi, en essayant de te persuader que tu le vois comme ça, ce navire ? Si t’étais honnête, tu l’aurais félicité pour avoir une telle embarcation, parce que si t’étais honnête tu te serais pas voilé la face et t’aurais pu admettre qu’en fait, tu baves devant ce bateau. Littéralement. Tu le trouve magnifique et ta seule envie en ayant posé les yeux dessus, c’était d’y monter pour en découvrir l’intérieur.

Mais non. Comme t’es juste une abrutie finie, il a fallu que tu viennes le critiquer, et après avoir balancé une chaussure dans la figure du capitaine, avec ça. A se demander si t’as vraiment envie de rejoindre son équipage, hein. Je connais cette envie qui te dévore de l’intérieur, je sais la détermination que tu as à rejoindre ce gars…Mais lui, il l’ignore. Et après avoir fait une si mauvaise impression si tu veux mon avis t’as foutu au feu toutes tes chances…Si tant est que tu en avais ne serait-ce qu’une seule.

D’ailleurs, c’est des remords que je sens monter en toi alors qu’il s’approche à pas lents ? Tu connais ça, toi, les remords ? Ah, non. C’est de l’anxiété. Ouais, je me disais aussi. Bon bah écoute, paix à ton âme, petite. Non parce que maintenant qu’il t’as confirmé être le capitaine, je donne pas cher de ta peau tu vois ? Au moins les scientifiques m’auraient payé pour te découper…Mais bon passons.

Ca se sentais un peu, que c’était le calme avant la tempête. A sa façon d’agir…Tu savais qu’un truc allait te tomber dessus, mais seulement tu savais pas quoi. Et t’as eu mal, très mal, lorsque son poing s’est abattu sur ta tête si fort que t’en est tombée au sol. T’as eu mal. T’aurais pu hurler, mais tu l’as pas fait. C’est parce que tu voulais pas lui donner satisfaction, ou pour lui montrer que t’étais pas seulement une gamine, mais que t’étais aussi courageuse, dis-moi ? De toute façon, à la façon dont il t’as hurlé dessus, à ta place je laisserais tout bêtement tomber. Il te voit comme une gamine, et ça tu ne l’es plus. Tu as changé depuis, tu n’es plus cet enfant qui n’avais pu que pleurer la mort de ton frère. Et qu’il te vois comme ça, ça t’énerves. Mais tu serres les dents et tu ne dis rien, pour l’instant du moins.

Pendant un temps, alors qu’il réajuste son manteau et s’allume une clope, t’as l’impression de ne plus exister et ça te frustre d’autant plus. T’aimerais être plus forte, mais t’es juste une faible petite gamine pour l’instant. Et ça te fous la rage, de plus en plus. C’est bien beau de venir critiquer, et de dire des choses comme rentre chez toi…Mais toi ça t’agace. Vraiment. Parce que tu le sais, tu ne pourras jamais avancer, et tu ne pourras jamais progresser si personne te donne ta chance. Tu pourrais même devenir l’une des meilleures bretteuses au monde, si on t’en laissait la chance. Mais non. Fait qu’on vienne te mettre sur le côté parce que t’es une femme, et parce que t’es jeune. Et pas beaucoup plus que ce gars, en plus.

La suite, t’y a plus tellement fait attention tellement tu bouillonnais de l’intérieur. Pour essayer de remettre un peu de calme dans tes esprit, une main est venu frotter ta tête là où tu venais d’être frappée, pour estompé le mal, mais ça n’a pas été vraiment efficace. Et, alors qu’il parait, tu t’es redressé et t’as récupérer ta chaussure pour la remettre. Tu l’as regardé s’éloigner et t’as juste soupiré. Ta colère était retombée, mais pas ta détermination, pas vrai ? D’ailleurs, tu lui aurais volontiers couru après, mais t’as été bloquée dans un premier temps à la vue de petite fille que tu avais heurté un peu plus tôt. T’as pas compris ce qu’elle faisait là, mais t’aurais volontiers balancé à nouveau une chaussure dans la face de cet abruti pour l’avoir bousculée, pas vrai ? Mais tu l’as pas fait. Et c’est pas parce que t’avais pitié de sa pauvre tête, non loin de là. C’est parce que la petite fille s’est adonnée à une magnifique leçon de morale sur sa personne.

Ca n’avait rien de drôle, quel que soit la façon dont on regarde la scène. Mais toi tu ne fonctionnes pas comme n’importe qui. Alors t’as éclaté de rire. T’es consciente que te foutre de sa gueule ça va pas t’aider, hein ? Ouais, mais tu ris quand même, c’est plus fort que toi. Puis, d’un pas pressé tu as rejoint les deux, et tu t’es mise face au mec. Parce qu’il était hors de question de le laisser repartir comme ça. Et tu n’as pas attendu, tu n’as pas pris le temps de réfléchir pour prendre la parole, avec un petit sourire en coin.
    « Tu sais c’est pas pour t’enfoncer mais…On dit que la vérité sort de la bouche des enfants. Alors pour te faire pardonner, tu vas me laisser embarquer avec toi comme ça je pourrais… »
Mais tu t’arrêtes en plein milieu de ta phrase et sur son faciès c’est un air curieux qui prend doucement forme. Tu n’avais pas remarqué ça, avant. Tu le contemple quelques secondes, avec de grands yeux ronds, et tu approches un peu ton visage du sien, pour finalement t’exclamer sans aucune délicatesse.
    « Ma chaussure marque vraiment comme ça ?! »
Diplomatie 0. Bonne chance, Keira. Bonne chance.

_________________

Un grand merci à Clive pour la signature ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre imprévue.   Ven 9 Nov - 1:04

Alors qu’il s’apprêtait à reprendre sa route, Kyosuke fut interrompu par la voix d’une jeune fille, celle qu’il avait bousculée et qui était soudainement entrée dans une colère monstrueuse, déblatérant des inepties qui ne firent que traverser vaguement l’esprit ennuyé du bretteur qui se retenait de leur trancher la gorge. Elle parlait de respect, de poupées et d’autres choses incompréhensibles et qui agaçaient sérieusement le capitaine pirate qui ne supportait pas les tirades inutiles de ce genre. Les petites filles de cette île étaient-elles donc toutes ennuyeuses ? Il n’avait pas eu le temps de faire dix mètres qu’il avait rencontré les deux gamines les plus insupportables qui soient en l’espace d’une minute. S’il avait cru au karma, le jeune homme aurait pensé qu’il avait réellement fait quelque chose de mal. De plus, il ne comprenait pas pourquoi la jeune fille s’en prenait à lui : connaissait-elle l’autre insolente ? Voulait-elle jouer les dures avec un pirate armé et prêt à dégainer ?

Il n’eut pas le temps de réfléchir qu’un rire bruyant le tira de ses songes, lui faisant prendre conscience que sa première rencontre n’était pas K.O et qu’au contraire elle riait de bon cœur. Lâchant un bref soupir de désespoir, Kyosuke se retourna pour la regarder s’avancer vers lui et à présent lui faire face. Elle était là, devant lui et lui tenant tête une nouvelle fois : dieu que cette fille pouvait être agaçante. La fixant intensément sans montrer le moindre sentiment à son égard et sans même dénier jeter un regard à l’autre gamine qu’il aurait bien voulu taper aussi. Mais il s’avait se montrer diplomate et de toute manière, ces deux filles n’étaient qu’une gêne passagère dans sa vie, il s’en serait bientôt débarrasser.

La plus âgée des deux lui parla de le prendre dans son équipage, gardant malgré tout ce ton condescendant et provocateur qui déplaisait tant au bretteur. Lui avait été élevé dans la discipline et l’ordre et voir une fille aussi malpolie et indécente lui rappelait sa jeunesse dans les quartiers pauvres de Baterilla. Pendant un instant, il s’imagina couper la jeune femme en rondelle avant d’en enfoncer chaque morceau dans la bouche de l’autre mioche qui était intervenue. Retenant ses pulsions meurtrières en pensant à ce qui le différenciait des criminels qu’il pourchassait, Kyosuke resta impassible durant la petite blague de mauvais goût de la jeune fille, la regardant droit dans les yeux avant de laisser un simple :

- Non…

Le mot avait fusé entre ses lèvres comme une dague en plein cœur de sa victime. Elle ? Pirate à bord de son vaisseau ? Quelle blague ! Avait-elle la moindre conscience de ce qu’elle venait de faire ? Se rendait-elle compte qu’elle n’avait ni la carrure ni les critères requis pour se faire accepter dans un bateau pirate ? C’était totalement idiot de sa part d’avoir agi comme ça, et il n’y avait aucune chance pour que Kyosuke daigne lui attirer la moindre attention. Il recherchait certes un équipage mais il voulait surtout avoir des gens assez matures et efficace pour affronter Grand Line et ses périples, pas recueillir tous les enfants du monde pour partir au Pays Imaginaire. Si les gens de cette île étaient aussi intéressants que ces deux jeunes gêneuses, le capitaine allait certainement repartir par la mer seulement accompagnée d’Hana. Cette dernière devait être aussi jeune que l’inconnue aux cheveux bleus mais avait au moins suffisamment de jugeote et de talent pour se rendre utile à bord. La jeune fille en revanche, elle n’était bonne qu’à éplucher des patates ou aller se pendre à un arbre, et encore…

Laissant échapper un léger nuage de fumée, Kyosuke laissa entrevoir un léger sourire amusé et moqueur sur ses lèvres avant de souffler :

- A moins que tu n’aies un quelconque talent, autre que celui de me faire perdre mon temps, je crois qu’il vaudrait mieux que tu ailles te promener avec ta copine, je n’ai pas le temps d’écouter des personnes qui rêvent haut et en couleurs alors qu’elles ne sont pas capable de se démarquer du reste hormis en faisant leur intéressante… Tu as encore beaucoup de chemin pour essayer de prouver au monde que tu existes…

Jetant un bref coup d’œil à la gamine un peu plus petite, il la regarda avant d’écraser sa cigarette :

- Quand à toi, tu devrais mieux choisir tes fréquentations…

Bien qu’il ait dit cela à la petite fille, la pique était clairement adressée à la grande, sous entendant qu’elle n’était pas fréquentable et qu’une fois de plus elle leur faisait perdre son temps. En silence, Kyosuke reprit la direction du marché, sans daigner prendre la peine de leur dire au revoir et reprenant sa démarche lente et posée. Si jamais elles tentaient autre chose il les couperait dans leur élan… Définitivement. Mais il était conscient en voyant celle qui deviendrait plus tard sa vigie (ou du moins en aurait le titre…) qu’il ne craignait rien, cette dernière étant trop perturbée par ses dires. Il avait lu dans ses yeux qu’elle désirait ardemment faire partie de l’équipage et même si sa méthode était sans doute la pire qui soit, sa détermination était admirable… Mais une place sur le Fallen Justice se méritait et elle était loin de faire partie des candidats idéaux, du moins pour l’instant.

Lorsqu’il arriva au marché, Kyosuke s’enivra des parfums et profita de cet instant de répit pour aller faire un tour aux armes et également s’acheter de quoi se nourrir. Alors qu’il entamait un sandwich amplement mérité, il guettait autour de lui la venue des deux emmerdeuses, prêt à leur foutre la raclée du siècle si elles approchaient de trop près. Car il n’était pas dupe, il savait qu’il avait été suivi et qu’il aurait bientôt affaire à elles… Le soucis était de savoir quand.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre imprévue.   Ven 9 Nov - 14:47

Alors que j'attends une réaction, j'entends des rires. Je reprends subitement une posture normale et la dévisage, tandis que l'autre n'a pas trop l'air de s'en inquiéter.
La fille, qui éclatait de rire quelques secondes plus tôt, s'approche de nous d'un air pressé. Elle se met à parler, un petit sourire en coin.

« Tu sais c’est pas pour t’enfoncer mais…On dit que la vérité sort de la bouche des enfants. Alors pour te faire pardonner, tu vas me laisser embarquer avec toi comme ça je pourrais… »

Elle s'arrête un instant, prenant un air étonné.

« Ma chaussure marque vraiment comme ça ?! »

Cette fois-ci, c'est à moi de rire. Pas jusqu'à m'en tordre le ventre en me roulant par terre, non ; c'est un petit rire, qui me fait à peine courber le dos et essuyer une larme. Je me redresse donc rapidement et attends la réaction de l'homme, qui après mûre réflexion a l'air de pas mal s'en foutre. Il la regarde droit dans les yeux et ajoute un petit mot voulant tout dire.

<< Non… >>

Je le regarde, étonnée. Dans la plupart des cas, un capitaine est impressioné par la détermination de la jeune fille et la laisse monter à bord ! Ben...Lui non. Pourquoi ? Oui, d'abord, pourquoi ne pas vouloir la prendre ? Elle ne donne peut-être pas l'impression d'avoir affaire à une pirate, mais on sent qu'elle le veut. Oui, c'est vrai quoi ! Il ne sait même pas de quoi elle est capable, après tout ! Peut-être a-t-elle un talent caché ? Un fruit du démon, comme moi ? Même moi je n'en sais rien, et c'est pour ça que si j'étais capitaine, je lui laisserai sa chance. Mais bon, on n'est pas tous comme moi, sinon le monde serait gentil, tout beau et rempli de bisounours.

<< A moins que tu n’aies un quelconque talent, autre que celui de me faire perdre mon temps, je crois qu’il vaudrait mieux que tu ailles te promener avec ta copine, je n’ai pas le temps d’écouter des personnes qui rêvent haut et en couleurs alors qu’elles ne sont pas capable de se démarquer du reste hormis en faisant leur intéressante… Tu as encore beaucoup de chemin pour essayer de prouver au monde que tu existes…>>

Qu'est-ce que je disais ? Il juge avant d'avoir vu. Il ne sait même pas si elle a un quelconque pouvoir ou une quelconque capacité, et il la rabaisse en lui disant qu'elle a du chemin a faire. Et toi, tu t'es vu ? Tss.
Il se tourne vers moi tout en écrasant sa cigarette. Soit il lit dans mes pensées, ce qui me plairaît bien vu que je n'ai pas pu en placer une depuis qu'il s'est mis à parler, soit il veut me rabaisser aussi. Tiens, amuse toi.

<< Quand à toi, tu devrais mieux choisir tes fréquentations… >>

Mes fréquentations, je les choisis moi-même, j'ai pas besoin des conseils d'un idiot qui sait pas éviter une godasse et qui s'en plaint après pour choisir des amies. Et puis d'ailleurs, je la connais même pas, cette fille ! Mais tu m'as tellement énervée à déblatérer des choses très certainement fausses sur elle que je l'ai défendue, voilà tout.
Je le regarde retourner vers la place du marché, où je me trouvais quelques minutes plus tôt. Je serre les poings, énervée, avant d'avoir une bonne idée.

<< Eh ! Je connais pas ton nom, mais tu veux absolument devenir pirate, n'est-ce pas ? Quitte à avoir ce genre de capitaine, moi aussi ! Alors, tu viens ? >>

Sans vraiment attendre de réponse, je l'attrape par le poignet et cours en direction du marché. Les senteurs des épices, des légumes et des fruits viennent amplifier la faim qui règne dans mon ventre. J'ai pu l'oublier quelques minutes, mais mon estomac se remet à gargouiller, et courir n'arrange pas tellement les choses.
Je l'aperçois en train de manger un sandwich. Je sens un filet de bave couler au coin de mes lèvres pour finir sa course sur mon menton. Je me secoue, m'essuyant avec ma manche, avant de traîner la fille derrière un stand de poisson. Lui tenant fermement le poignet, je me mets à réfléchir.

<< Mmh...S'il me voit toujours sous cette forme, ça va me décrédibiliser. Alors que si je lui fais une démonstration, il me croira...Bon, autant que je le fasse maintenant, à l'abri des regards indiscrets. >>

Terminant mes murmures, je ferme les yeux et me concentre sur l'image de moi grandissant. Et comme d'habitude, ça marche. Enfin, en même temps, je n'ai pas pris ma vraie forme depuis quelques temps, je suis donc un peu rouillée de ce côté là. Mais bon !
Je me lève soudainement, ne me préoccupant pas tellement de ce qu'en pense l'autre fille. Evidemment, maintenant, c'est mon côté froid qui reprend le dessus. L'apparence de la jeune fille de douze ans...C'est comme un masque que vous mettriez. C'est comme si vous étiez distant habituellement, et que d'un coup, si vous mettiez ce fameux masque, vous vous retrouviez souriant et aimable. C'est comme moi. Vous me prendrez sans doute pour une schizophrène, mais pas du tout ! C'est dur à expliquer et à comprendre, mais vous vous habituerez au fur et à mesure.

<< Je t'expliquerai après. Viens. >>

Evidemment, mon taux de paroles se réduit lui aussi.
Je sors de ma cachette, entraînant avec moi la fille. Heureusement, mes vêtements se sont adaptés. Oh, je n'y avais pas pensé, à ça...J'espère que ce n'est pas qu'un bonus et que ça fonctionne tout le temps, ça serait pratique.

<< Bon, monsieur le capitaine je-suis-rabat-joie, moi aussi je veux faire partie de ton équipage. Et me ressors pas le blabla sur le "vous avez aucun talent". J'ai mangé le Yo Yo no Mi, ou le Paramécia de l'Âge, qui me permet de changer l'âge des gens. Inutile de te dire que ça fonctionne aussi sur moi. >>

Oui oui, je vous assure que mon taux de paroles est beaucoup moins élevé. J'aurais déjà fait un long discours sur ce qu'il a déblatéré au début. Et ensuite j'aurais peut-être même fait une démonstration. Mais bon, je l'ai déjà faite, et s'il me croit pas ben...Je chercherais un autre équipage, parce qu'un capitaine borné comme lui c'est juste pas possible.
Je tourne finalement mon visage vers celle qui m'accompagne et hoche la tête, l'encourageant mentalement pour qu'elle lui dise - ou montre - ce qu'elle sait faire. Ca fait un peu étrange de débarquer comme ça à l'improviste, tout de même...
Revenir en haut Aller en bas
Keira 'Millers' Kasai
Pirate
Pirate
avatar

Messages : 45
Métier : Vigie

Fiche du marin
PP : 133
PH : 130
Grade : Pirate

MessageSujet: Re: Une rencontre imprévue.   Sam 10 Nov - 13:50

Hakuna Matata.♪
T’étais là. T’étais déterminé. Mais t’as encore tout foutu en l’air, à pas être capable de rester sérieuse cinq minutes. T’as senti comme le monde s’arrêter, lorsque ce simple mot est sorti de sa bouche. Mais pour toi c’était pas qu’un mot. C’était un peu comme la fin d’un espoir qui c’était fait si imposant, d’un coup. T’y croyais tellement. T’étais tellement persuadée que tu repartirais sur ce bateau. Au départ, t’as même pas voulu y croire. Tu t’es sortis un tas d’excuses ou de contextes portant à confusion dans ta tête. Mais tu savais qu’au final, c’était inutile. Tu savais que t’avais bien compris, et qu’il ne voulait pas de toi. Et même une douche glacée n’aurais pas pu te refroidir plus que tu ne l’étais en cet instant.

Tu te voyais déjà à attendre encore tu ne sais combien de temps un autre bateau pirate. Un autre Capitaine, surtout. Et pour le coup, t’étais même plus sure que le prochain type t’accepterais. T’es un grande rêveuse, alors t’as toujours cru que les choses iraient comme tu veux quand un bateau débarquerait. Et maintenant tu te heurte à la réalité et ça fait mal. Mais tu sais quoi ? C’est nécessaire pour grandir, alors ça peut pas te faire de mal sale mioche.

Tout le petit speech qu’il t’as sorti là, tu sais que c’est vrai. Tu le sais et pourtant t’as du mal à l’accepter. Tu ne vaux rien. Et si c’était pas le cas t’aurais sans doute pu faire quelque chose pour ton frère. T’aurais même peut-être pu être capable de faire quelque chose de toi-même. Mais c’est pas le cas. Pour pouvoir agir, il ne faut pas que tu restes seule. L’union fait la force, dit-on. Si tu avais un équipage….Si tu pouvais rejoindre l’équipage de ce gars, alors là, tu pourrais accomplir de grandes choses, t’en est certaine. Il suffirait juste qu’on te laisse ta chance. C’est bête qu’il veuille pas. Parce que le regretterais certainement. Tu en es persuadée, n’est-ce pas ?

Alors qu’il s’adresse à la plus jeune qui a voulu prendre ta défense, tu sers les poings. Ce n’est pas de la haine, ce n’est pas de l’agacement, c’est de la détermination. Tu t’en fiches bien qu’il refuse pour l’instant. Parce que tu ne vas pas le lâcher, hein ? T’es une petite saleté têtue comme une mule après tout. Tu vas juste lui prouver que tu mérites de naviguer avec lui, ça qu’importe comment. Tu l’ignores encore, même. Mais une chose est sûre de toute façon. Tu vas le faire. C’est pour ça que tu t’en foutais royalement, qu’il se casse comme ça, sans rien ajouter de plus. Rien ni personne ne saurais t’éloigner de ton objectif, de toute façon.

C’est la petite qui te tire de ta rêverie en t’adressant, contre toute attente, quelques mots. Tu ne t’attendais pas à ce qu’elle te parle, surtout par après ce qu’il venait de se passer, alors t’as été un peu surprise sur le coup. Encore plus lorsqu’elle t’a annoncé vouloir devenir pirate, elle aussi. Mine de rien tu la trouvais jeune pour ça, mais tu connaissais pas encore la vérité, faut dire. Et un peu troublée par cette déclaration, t’as pas réagi quand elle a saisi ton poignet pour t’entrainer dans une traque sur la personne du capitaine. Crois-moi le mec, il est pas prêt d’oublier la façon dont il t’a connue hein…D’abord tu l’agresses avec une chaussure et ensuite tu le stalk…Niveau relation sociale on fait mieux, hein.

Tu sais pas trop pourquoi, mais tu l’as suivie dans sa course folle jusqu’à finir derrière n étalage de poisson. T’étais un peu perdue dans tes pensées, alors t’as pas vraiment suivi ce qui c’était passé. En revanche la suite, ça tu l’a très bien suivie et retenue, hein. C’est pas le genre de truc qui arrive tous les jours, après tout. Au début t’as pas vraiment compris ce qu’elle t’as sortis, verbalement parlant. Mais les choses se sont un peu éclaircies lorsqu’elle est passée à l’acte pour devenir beaucoup plus…Adulte. En fait, si quelques secondes plus tôt tu lui donnais un peu plus d’une dizaine d’année, à présent la jeune fille face à toi semblait avoir à peu près ton âge.

Dans le fond, malgré ce qu’elle t’as dit, t’en avais pas vraiment besoin, de son explication. T’étais quand même capable de comprendre ce qui venait de se passer. T’en avais jamais vu par toi-même, mais tu connaissais l’existence des fruits du démon. Tu savais aussi que leur effets pouvaient être divers et variés. Bon, ça, t’y aurais pas pensé. Mais c’est un effet comme un autre après tout, pourquoi pas, hein.

Elle te traine avec elle hors de votre cachette de fortune, et alors que tu récupères enfin ton poignet tu écoutes par la même occasion son discours. Un fruit, oui, c’était ce à quoi tu pensais. Sauf que tu connaissais rien des effets si ce n’était qu’elle pouvait modifier son apparence. C’est comme ça que t’as appris qu’un fruit de l’âge existait. Ça devait être drôle, comme pouvoir, mine de rien. Mais toi, l’idée de ne plus pouvoir nager, ça te plait pas. C’est pour ça que tu t’es dit que tu refuserais de manger un fruit du démon même si on te le proposait.

Bon, pour parler honnêtement. T’en avais pas besoin, de ses encouragements. Mais ça t’as quand même fait chaud au cœur, sur le coup. Même si tu savais pas encore ce que t’allais bien pouvoir lui dire. Jusqu’à ce que tu poses ton regard déterminé sur lui et que tu vois les trois katanas qu’il trimbale avec lui. C’est l’occasion rêvé, n’est-ce pas. Alors, ton regard se fait plus dure, et encore plus déterminé. Et tu sors ton propre katana de son fourreau pour le pointer dans sa direction. Fière et droite, comme un soldat, tu prends alors la parole d’une voix neutre, mais horriblement assurée.
    « Je te défie en duel. Si je gagne, tu devras m’accepter dans ton équipage, sans conditions. »
Le seul problème, Keira, c’est qu’il y a un détail qui t’échappe totalement, en cet instant. Il est pirate. Il est habitué à se battre. Toi, ton katana, c’est à peine si tu sais le manier. Et alors que tu te prépares déjà au duel, dans l’espoir qu’il ne peut refuser de s’y plier, moi, j’ai plus qu’une chose à faire.

Prier pour le salut de ton âme. Amen.

_________________

Un grand merci à Clive pour la signature ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre imprévue.   Dim 25 Nov - 21:15

Le gout de la tomate mélangée au blanc de poulet emplit sa bouche jusqu’à submerger ses papilles gustatives d’un goût presque divin, rendant le déjeuner presque orgasmique. Il était étrange de voir à quel point la nourriture pouvait devenir divine lorsque la personne qui la dégustait avait vraiment faim. Pendant un court instant, il lui sembla vivre une véritable extase culinaire, un feu d’artifice dans sa bouche le rendant totalement dingue. Cela faisait au moins une semaine que les membres du Fallen Justice ne faisaient que manger des boites de conserve et le fait de pouvoir avoir accès à de la vraie nourriture semblait l’emplir de joie. De plus, Hana lui avait formellement interdit de manger des choses trop consistantes, le capitaine pirate devant faire attention à son alimentation à cause de ses blessures qui rendait l’ingurgitation difficile et le rétablissement lent. Aussi, c’était avec un plaisir immense et un fort désir de se régaler que Kyosuke engloutissait le sandwich qu’on venait de lui faire, croquant à pleines dents dans le pain qui semblait se fondre dans sa bouche.

Mais il était conscient que son repas allait à un moment être perturbé et n’avait pas oublié les deux pestes qui devaient certainement roder dans les parages, prêtes à sortir de leur cachette pour venir lui pourrir la vie. D’une certaine manière, il les attendait, son arme à la ceinture pendant mollement mais prête à être dégainée dès qu’il serait temps. Il avait deux autres lames de moins bonne qualité avec lui mais se doutait qu’il n’aurait peut-être même pas besoin de les sortir si jamais les choses se gâtaient. Ses yeux firent de brefs allers retours dans la foule, cherchant les fouineuses du regard, persuadé que cela n’allait être qu’une question de temps avant qu’elles ne déboulent en gueulant. Son intuition fut juste lorsqu’il vit la femme au lancer de chaussure arriver avec une jeune fille aux cheveux bleus et aux traits semblable à la gamine de tout à l’heure, comme une grande sœur qui viendrait venger sa protégée du vilain bretteur… Un vilain bretteur dont la patience commençait à être sérieusement entamée. Mâchant son sandwich avec un air dépité, il écouta le speech de la jeune femme qui s’avéra avoir utilisé le Paramécia de l’âge pour changer de forme et devenir bien plus séduisante. Si c’était une opération séduction pour convaincre le capitaine de la laisser monter à bord, c’était loin d’être réussi : tout d’abord car elle n’avait pas une belle chevelure rouge et qu’en plus le ton condescendant qu’elle avait ne plaisait absolument pas au bretteur. La regardant droit dans les yeux et la fusillant du regard, il souffla :

- Et alors ?

Prenant la peine de morde une nouvelle fois sans le pain avant de regarder de nouveau la jeune femme au fruit du démon, il la toisa du regard comme pour essayer de déceler un quelconque potentiel dans le domaine du combat ou dans un quelconque autre domaine quel qu’il soit. Peut-être qu’avec un peu de chance elle était cuisinière et lui ferait des bons petits plats une fois à bord, le manque d’un chef cuisinier se faisait ressentir au sein de l’équipage. Prenant une profonde inspiration, il prit un air beaucoup plus sérieux :

- Tu penses qu’il suffit d’avoir ingurgité un fruit du démon pour prétendre pouvoir arpenter les mers avec un bon équipage ? As-tu la moindre idée de ce que signifie avoir un véritable talent ? Je ne cherche pas à recruter tous les clowns qui prétendent être forts ou utiles car ils ont quelque chose que les autres n’ont pas, je cherche des gens qui peuvent être utiles et capables de faire quelque chose pour tout l’équipage… Tu as beau pouvoir changer l’âge des gens, tu n’es peut-être pas vraiment talentueuse dans l’utilisation de ton pouvoir ni habile en combat. Si tu avais la maturité nécessaire pour intégrer un équipage pirate, tu aurais pris conscience qu’il ne suffit pas d’un tour de magie pour convaincre un capitaine mais bel et bien montrer sa vraie valeur et ses convictions…

Se tournant alors vers la chieuse la plus exaspérante qui lui avait été donné de voir, il fut surpris de voir à quel point elle était silencieuse, comme si elle bouillonnait intérieurement et réfléchissait à une bêtise à dire. Cela ne lui prit d’ailleurs par longtemps pour en sortir une belle : une demande de défi à l’épée, comme si la jeune femme lui suppliait de la tuer. Lorsqu’il entendit ça, Kyosuke manqua de s’étouffer avec son sandwich, clignant plusieurs fois des yeux avant de sourire, il se tint droit devant elle et murmura :

- J’accepte… Mais ne te berce pas d’illusions, tu n’arriveras même pas à me toucher…

Reculant de quelques pas, il se tint un peu plus loin de la jeune femme histoire qu’elle puisse se préparer. Autour d’eux, les marchands et les voyageurs semblèrent troublés et ayant intercepté leur conversation, s’éloignèrent un peu, formant une sorte de ronde autour d’eux. Il était marrant de voir la réaction des gens, encore plus d’imaginer ce qui aurait pu se passer dans la tête. Etaient-ils du genre à se dire : « Un combat ? Génial on va faire un rond ! ». C’était idiot. Fixant la jeune femme du regard, il croqua dans son sandwich avant de dire :

- Approche…

Déboussolée mais déterminée, la jeune femme s’approcha de lui et tenta de lui porter un coup qu’il évita avec une déconcertante facilité. En un instant, il sut déterminer les points forts et les points faibles de la jeune femme. Il avait su lire ses mouvements, analyser les possibilités qu’elle avait pour riposter, anticiper ses deux prochains coups et savoir quelles faiblesses il allait pouvoir exploiter. Il n’avait pas encore sorti ses armes et se contenta de mordre un peu son bon sandwich, baissant la tête pour éviter un coup latéral qui avait pour but de le décapiter mais qui n’était même pas près de lui effleurer la joue. Les coups redoublèrent d’intensité, cherchant à chaque fois à être mortels alors qu’ils n’étaient qu’une vaste blague pour un épéiste du rang de Kyosuke. D’un mouvement fluide de la main, il dévia le poignet de la jeune femme dont la lame vint échouer sur un stand de poisson et il lui donna une brève tape dans le dos pour la déstabiliser et l’envoyer rejoindre la friture.

- Pathétique…

Il s’apprêta à partir mais elle revint à la charge, plus hargneuse et plus déterminée que jamais. S’il pouvait lui reconnaitre une qualité, ça serait bien son entêtement. Profitant de la confusion qui devait régner dans la tête de la jeune fille qui se retrouvait ici humiliée après avoir été si irrespectueuse auparavant, le bretteur se mit à esquiver chacune de ses attaques, se mouvant suffisamment rapidement pour empêcher la jeune femme de prévoir ses mouvements, dégustant son sandwich comme pour la narguer. Il bloqua ses gestes à plusieurs reprises, engourdissant à chaque coup un peu plus ses muscles de ses coups de poings discrets. Cela ne se voyait pas pour les gens à l’extérieur mais Keira et lui savait qu’à chacun des assauts du capitaine pirate, elle avait de plus en plus de mal à bouger et pourtant elle continuait. Pire : à un instant, elle entailla très légèrement le col du manteau de Kyosuke, laissant une marque à peine perceptible sur l’habit. A dire vrai, même elle ne devait pas savoir qu’elle avait réussi à le toucher. C’était admirable vu la différence de niveau qui semblait les séparer.

Mais le jeu avait assez duré et le bretteur se lassait de la situation. Alors qu’elle tentait de lui porter un coup latéral, il dévia la lame avec son sandwich et dégaina ses épées avec une fluidité à couper le souffle. Faisant tournoyer ses lames avec une grâce mortelle, il entailla les poignets de son adversaire avec une précision chirurgicale, lui faisant lâcher son épée en sectionnant sa peau tout en évitant qu’elle fasse une hémorragie trop importante. Une seconde plus tard, il tranchait ses flancs, ses bras, ses jambes pour la faire s’agenouiller, recouvrant son corps d’une centaine d’entailles diverses et sanglantes. Dans un mouvement de rotation, il ouvrit même une plaie sur le côté de son cou, preuve qu’il aurait pu aisément lui trancher la gorge s’il l’avait voulu. La vitesse d’exécution avait été immense, même pas deux petites secondes pour faire littéralement s’écrouler la jeune femme, se retrouver derrière elle et placer la pointe de sa lame dans son dos, prêt à lui transpercer le cœur s’il le désirait. Elle était couverte de sang, de son propre sang, agenouillée et prêt à mourir. Tout le monde semblait avoir retenu son souffle et personne ne savait ce qui allait arriver.

- Ta garde est trop basse, tes mains trop crispées sur ton manche, ta lame est émoussée, tu ne tiens pas bien sur tes appuis, la fluidité de tes mouvements est presque inexistante et tu te bloques toi-même en attaquant. Tu possèdes un nombre de coups limités, tu es trop prévisible, aucune de tes attaques n’est menaçante et je ne parle même pas de la grâce de tes gestes… Si tu étais bouchère, tu serais peut-être passable. Mais n’ose même pas prétendre porter une si belle épée si tu n’es pas digne de la manier…

Rengainant son épée avant de s’éloigner de quelques pas, Kyosuke alluma sa cigarette en regardant le soleil se coucher à l’horizon. Il inspira un bon coup avant de fermer les yeux et de laisser les derniers rayons lumineux réchauffer sa peau. La journée touchait à sa fin, et les rêve de l’inconnue aussi…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre imprévue.   Mar 27 Nov - 17:42

<< Tu penses qu’il suffit d’avoir ingurgité un fruit du démon pour prétendre pouvoir arpenter les mers avec un bon équipage ? As-tu la moindre idée de ce que signifie avoir un véritable talent ? Je ne cherche pas à recruter tous les clowns qui prétendent être forts ou utiles car ils ont quelque chose que les autres n’ont pas, je cherche des gens qui peuvent être utiles et capables de faire quelque chose pour tout l’équipage… Tu as beau pouvoir changer l’âge des gens, tu n’es peut-être pas vraiment talentueuse dans l’utilisation de ton pouvoir ni habile en combat. Si tu avais la maturité nécessaire pour intégrer un équipage pirate, tu aurais pris conscience qu’il ne suffit pas d’un tour de magie pour convaincre un capitaine mais bel et bien montrer sa vraie valeur et ses convictions… >>

Il faut bien l'avouer, je ne m'attendais pas trop à ça et je suis restée bloquée quelques secondes sur son regard, ne bougeant pas les yeux d'un millimètre. Et la fille de tout à l'heure n'a rien d'autre à faire que de le défier en duel. S'il est aussi fort en esquive de chaussures qu'en combat, elle a toutes ses chances de le battre.
Je remets lentement ma mèche bleue qui pend derrière mes oreilles, souriant imperceptiblement. Après tout, ça peut être drôle, et on règlera nos comptes après la défaite de l'un ou de l'autre.
Je me recule un peu vers la foule, m'improvisant agent de sécurité pour la première fois de ma vie et admire le spectacle. Le capitaine recule, ne dégainant même pas son sabre et mordant à pleine dents dans son sandwich. Malgré son regard exaspéré, le voyant mâcher comme un petit goret qui n'a pas mangé durant des jours me donne envie de rire. Au lieu de ça j'observe d'un regard amusé le combat se dérouler.

La fille de tout à l'heure approche et tente un coup. Je ne suis pas une spécialiste mais si c'est une tentative pour lui porter un coup, elle est morte.
Elle tente toujours et encore de l'atteindre, et je crois même qu'à un moment elle l'a frôlé. Pas trop mal. De toute façon, il ne faut pas s'attendre à autre chose que de la force de la part d'un capitaine de pirates sans doute sanguinaires et monstrueux...
Sans que je ne m'en rende vraiment compte, il la désarme en quelques secondes et l'envoie bouler dans un stand. N'importe qui aurait compatis, se serait senti humilié pour elle...Pas moi. Je me demande juste combien ça va nous coûter tout ça, et si ça n'aurait pas été préférable de faire le déplacement vers la plage, histoire de trancher son bateau au lieu de gaspiller de la nourriture.
Et le pire, c'est qu'elle repart. On ne va pas lui reprocher, je trouve même cela encourageant comme qualité à mettre en avant pour un entretien d'embauche.
Finalement, il l'envoie au tapis. La vue du sang me surprend ; pourtant elle ne devrait pas. C'est un duel, après tout. Ca me choque tout de même qu'un homme fasse plus d'une entaille à une demoiselle. C'est un pirate, il ne fallait pas s'attendre à autre chose.

<< Ta garde est trop basse, tes mains trop crispées sur ton manche, ta lame est émoussée, tu ne tiens pas bien sur tes appuis, la fluidité de tes mouvements est presque inexistante et tu te bloques toi-même en attaquant. Tu possèdes un nombre de coups limités, tu es trop prévisible, aucune de tes attaques n’est menaçante et je ne parle même pas de la grâce de tes gestes… Si tu étais bouchère, tu serais peut-être passable. Mais n’ose même pas prétendre porter une si belle épée si tu n’es pas digne de la manier… >>

Je le laisse s'éloigner lentement, rengainant son épée dans son fourreau. Je le vois allumer une cigarette et fais quelques pas moi aussi. L'observant farouchement de dos, je suis à...Dix mètres de lui ? Peut-être un peu plus. En tout cas j'ai vu son degré de force, et il serait idiot de le re-provoquer en duel sachant que je suis sans doute moins forte que la fille. Il faut réfléchir, avec la tête.
Je me lance finalement sans trop me casser le crâne.

<< Et toi ? >>

Je laisse quelques secondes s'écouler avant de reprendre.

<< Tu m'as dit que je ne pouvais pas prétendre à rentrer dans ton équipage si je n'avais qu'un fruit du démon et pas les capacités l'accompagnant. Mais toi ? Tu viens de nous montrer tes valeurs au combat...Ta leçon avec la lame émoussée et les trucs de sabreurs dans le genre était bien belle, mais si tu avais seulement regardé dans les yeux ton adversaire, si tu l'avais sondée, tu aurais vu ce qu'un bon capitaine doit être capable de voir en un potentiel pirate. >>

Je fais une pause, histoire qu'il se pose la question. Mais oui, quoi ? Que peut-il avoir manqué ? Héhé, j'aime faire durer le suspens. En tout cas, j'ai pas spécialement envie de reprendre la mer sans vivres, et au vu de ma bourse je suis piégée. Je suis obligée d'embarquer...Ca devient carrément vital, quand on y réfléchit.

<< De la détermination...Et de l'espoir. >>

Je fixe toujours son dos. Il l'a peut-être remarqué sans le relever en tant que qualité.

<< Tu l'as d'ailleurs peut-être vu dans son regard. Mais après cette liste d'inconvénients, tu ne l'as pas relevé comme pour lui faire un compliment. Non. Tu l'as laissée là, baignant dans son sang et sa rage. Tu as brisé ses rêves en un claquement de doigts. Même le pire des capitaines sait ça ; on a beau être fort, si on n'est pas déterminé à aller jusqu'au bout, on ne peut pas prétendre à être pirate. Elle s'améliorera. Tu n'as pas su voir son potentiel en n'observant que les défauts. C'est ça que je trouve le plus pathétique chez un capitaine. >>

Je n'ai pas parlé de moi, juste de cette fille qui vient de se faire humilier en public. Je la défends. Ca peut paraître étrange, mais j'ai bien l'impression que le destin va nous jouer un petit tour. Et j'ai bien envie de voir ce qu'il se passera en attendant.
D'un coup, une idée germe dans ma tête. Pourquoi n'y avoir pas pensé plus tôt ? Parce qu'il risque de refuser, nous ignorer, nous laisser plantées là comme de pauvres cruches...Mais c'est un risque à prendre. Après tout, cette fille s'est faite laminer pour entrer dans son équipage, pourquoi ne pas faire de même ?

<< Je te propose un deal. Même si on s'apprécie pas particulièrement, on repart sur d'autres bases. Garde nous en période d'essai sur ton bateau ; si on ne "mérite pas d'être dans un bon équipage de pirates", tu nous balance à la flotte. T'as strictement rien à perdre là-dedans...Et peut-être même tout à gagner. >>

C'est tout ou rien. S'il refuse, il aura vraiment brisé les rêves de cette fille, et j'aurais toujours autant la dalle. De toute façon, s'il ne veut pas il ira se faire voir et je partirais dépouiller son épave à la recherche de nourriture ou de pognon. Ensuite on deviendra Marines et on démontera son équipage. Et toc.
Revenir en haut Aller en bas
Keira 'Millers' Kasai
Pirate
Pirate
avatar

Messages : 45
Métier : Vigie

Fiche du marin
PP : 133
PH : 130
Grade : Pirate

MessageSujet: Re: Une rencontre imprévue.   Dim 2 Déc - 20:17

Comme un homme...♪

Tu les aurais volontiers massacrés, toutes ces personnes venues pour assister au spectacle dès lors que le capitaine eu accepté ton duel, même s’il était déjà persuadé que t’allais perdre. C’était sans doute pour que tu le lâches qu’il a accepté, d’ailleurs. Tu devais le savoir, au fond de toi, qu’il avait raison. Tu n’avais pas le niveau pour le toucher. Toi, pauvre novice qui s’était entrainée seule, tu pensais vraiment pouvoir battre un type entrainé comme lui ? Non, tu savais que tu n’avais aucune chance. Mais t’as quand même tenté le coup, parce que c’était tout ce à quoi tu pouvais te raccrocher. C’était un peu ta dernière chance, alors même si elle était infime, il fallait que t’essaye. T’essayais juste d’aller au bout de tes rêves, et ça, c’est louable. Très louable.

Même si tu t’es lamentable faite explosée. Mais c’est un détail, n’est-ce pas ? Toutes tes tentatives ont été vaines…Et t’as même pas été capable de te rendre compte de la seul fois ou t’as réussis à le toucher. Enfin, t’as juste fait une entaille à ses fringues, mais pour toi c’était déjà pas mal, même si cela semblait être si peu de choses. Le plus dur à accepter pour, en réalité, c’était sans doute le fait qu’il n’avait pas eu à un seul moment besoin de ses épées pour parer tes attaques. Il s’était contenter de les esquiver, la plupart du temps, et ça, comme tout le reste, ta fierté a eu du mal à le digérer.

Et ça, même toutes les blessures physiques qu’il a pu t’infliger par la suite ne pouvaient en être plus douloureuses. T’avais beau être désarmée, couverte de blessure et de ton sang, et même à la merci de cet homme, dans le fond, c’était ta fierté qui en avait souffert le plus. Tu ne pouvais simplement pas accepter que les choses se terminent comme ça. Même si tu savais que la finalité ne pouvait pas être autre. Tout venait de s’effondrer, vraiment aussi facilement ? Comment tu pouvais y croire ? Toi, la gamine rêveuse, comment tu pouvais accepter la réalité ? T’en était pas capable. Et ça faisait mal de devoir la subir ainsi.

Noyée dans la haine que tu vouais à ton incompétence, t’as écouté la moindre de ses paroles, et assimilé toute ses critiques. Tu ne pouvais pas nier que ça au moins, c’était un bon point pour toi, qui avait toujours tenté de maitriser ça toute seule. Sans guide, sans repères et sans modèle, tu n’aurais jamais pu comprendre ce qui va et ce qui ne va pas. Et à présent t’étais au moins capable de rectifier tout ce qu’il venait de citer…Et rien que pour ça tu l’aurais presque remercié. Parce que même si au final il refusait de te prendre dans son équipage, tu pourrais te remettre à t’entrainer, seule. Tu pourrais combler les failles qu’il venait de mettre en évidence et devenir plus forte. Jusqu’à la prochaine fois. Jusqu’à ce qu’une nouvelle chance vienne se pointer à l’horizon, qu’importe le temps qu’elle prendrait à se montrer. T’as perdu, lamentablement. Mais tu pouvais au moins te dire que tout ceci n’aurait pas été vain…

Bon…C’est certain que tu l’aurais pas laissé partir comme ça de toute façon. Pas tant que t’aurais été capable de te relever et de tenir debout à peu près correctement. Mais t’as pas eu le temps de l’interpeler. De lui dire d’attendre. Et de lui faire comprendre que ce combat n’était pas terminé. Non, c’est la fille au fruit de l’age qui s’est chargée de le maintenir sur place avant que tu ne puisses le faire. A sa façon à elle, avec des mots. C’est là, que tu t’es rendue compte que vous étiez entièrement différentes l’une de l’autre. Tu agis avant toute chose. Elle, elle dialogue. Et t’as eu un minimum de respect pour elle pour ça. Toi le dialogue, c’était pas ton truc. Et t’en aurait pas été vraiment capable. Seulement…Ce n’était pas seulement pour elle qu’elle s’était lancée dans un discours dont tu n’arrivais pas à tout saisir, ta tête s’amusant à te tourner. C’était votre cause à nous deux qu’elle défendait, et un peu trop la tienne à ton gout, d’ailleurs.

Demander de l’aide aux autres, tu détestes ça. Et c’est encore pire lorsque l’on prend pitié de toi pour t’aider de soi-même, comme elle venait de le faire. Oh, bien sûr c’est gentil de sa part, ça part d’une bonne intention et tu le sais. Mais t’es pas capable de l’accepter. Tu ne veux pas de son aide, tu ne veux pas de son soutient. Tu n’as besoin de personne pour te faire accepter dans un équipage. Autrement, tu n’aurais pas l’impression de le mériter. Tu te sentirais comme un membre clandestin, et tu ne veux surtout pas de ça. Tu veux atteindre tes objectifs, par tes propres moyens. Il était donc hors de question que tu laisses les choses se dérouler de cette façon. Et ce encore moins à l’annonce du deal de l’autre fille.

C’était nerveux, mais t’as ris. T’as ris un court instant, et après t’as repris tes esprits, et t’as mis les choses au clair. Parce que t’en avait besoin avant de faire quoi que ce soit. T’en avait besoin avant de montrer combien tu pouvais être déterminée ; plus encore que n’importe qui n’aurait pu l’être.
    « Une période d’essai ? Je ne veux pas de ça. C’est gentil de ta part d’essayer de prendre ma défense, mais je n’ai pas besoin de ça. Je serais membre à part entière de cet équipage, ou je ne mettrais pas les pieds sur ce bateau. Maintenant soit gentille…N’intervient plus au milieu d’un combat. »
Il aurait pu aisément te tuer la première fois déjà. Pourtant ça ne t’as pas suffi, et ainsi t’aurais même pu remettre en jeu cette vie qu’il t’avait déjà épargné une fois. Tu savais bien que dans ton état t’aurais pas été capable de faire beaucoup plus, et pourtant tu t’es relevée. Avec du mal, mais tu t’es relevée, avec l’aide de ton épée, que t’as de nouveau pointé vers lui dès lors que tu as pu retrouver des appuis à peu près stables.
    « Ne tourne pas le dos à un ennemi ! »
T’as attendu qu’il se tourne vers toi avant de t’attaquer à lui à nouveau. Sauf que cette fois à était bien différente de la première. Cette fois, t’as tenté de régler au mieux tous les détails dont il t’avais fait part…Même si ça ne t’as pas avancer à grand-chose. C’est du moins ce que tu as pensé en voyant qu’il n’avait aucun mal à esquiver tes coups une nouvelle fois. Sauf que voilà…Ce n’est pas tous tes coups qu’il a pu entièrement esquiver, puisque t’as tout de même réussis à lui faire une entaille sur la joue. D’un point de vu totalement objectif, c’était rien. Mais pour toi s’était déjà beaucoup. Même si après cet assaut, tu te sentais encore plus à bout de force. Tu restais là, face à lui, en garde. Mais t’étais bien incapable, physiquement parlant, de lancer une nouvelle attaque, ou même d’en encaisser ou esquiver une. Tu le savais déjà à cet instant que c’était fini.

Que tout était terminé.

_________________

Un grand merci à Clive pour la signature ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une rencontre imprévue.   Sam 8 Déc - 0:53

L’arrogance sonnait dans la voix de la jeune fille au fruit de l’âge, s’improvisant donneuse de leçon et laissant comme sortir tout ce qu’elle avait sur le cœur pendant l’espace d’un instant, comme si la rage qu’elle cumulait à l’égard du pirate avait besoin d’être projetée hors d’elle. Son discours était profond et les envolées lyriques ainsi que la force qu’elle mettait dans ses mots auraient pu faire pleurer n’importe quel sentimental qui passait par là. Elle était impliquée dans ce qui arrivait, comme si la colère lui avait donné une lucidité qui aurait pu ébranler les hommes les plus vaillants, les combattants les plus hardis. D’une certaine manière, elle se souciait de l’avenir de la sabreuse qui gisait dans son propre sang. Dommage qu’il en était autrement pour le capitaine qui ne fit que sourire sadiquement, comme essayant de ne pas rire et se moquer de la petite fille qui n’avait plus rien de petit d’ailleurs.

Car pour lui, tout ça n’était qu’un jeu, une sorte de comédie à laquelle il s’adonnait en ce moment pour se distraire, une mascarade qui n’avait que trop duré et qui n’amusait plus du tout le bretteur dont la fumée de cigarette s’échappait faiblement de ses narines, virevoltant dans les airs avant de disparaitre aux confins des cieux. Il aimait bien la façon dont tournait les choses, voir ces jeunes filles se déchaîner sans raison, prétendre à appartenir à une race de femme méritantes alors qu’elles n’étaient absolument rien. Se cacher derrière l’irrespect, rabaisser l’homme qui pouvait les sortir de leur routine et de leur crasse habituelle juste pour se donner l’air importantes, imposantes. Mais que savaient-elles du monde, des pirates ? Aucune d’elle n’avait l’étoffe ni même les épaules d’un fier combattant des mers, ne voyant pas plus loin que le bout de leur nez, n’arrivant même pas à déceler la nature d’un capitaine ni même de lire dans ses mouvements et dans ses actes. Le monde avait-il fait ces femmes tellement aveugles qu’elles n’avaient pas vu le test qu’il leur imposait ? Si lui avait pu voir leur détermination et s’y intéresser, comment pouvaient-elles être passées à côté du fait que chacune de ses paroles n’étaient une tentative de les tester et de voir leurs limites ? Quoi qu’il en soit, elles semblaient avoir lamentablement échoué, ou presque…

Contre toutes attentes l’épéiste se releva, sanglante et épuisée. La détermination qui brillait dans ses yeux sembla un instant troubler Kyosuke, le faisant presque sourire en voyant la force que la jeune femme tentait de rassembler pour continuer la bataille. Elle n’abandonnerait à priori pas et voulait continuer à se battre pour mériter sa place. C’était à la fois complètement idiot et pourtant cela alluma une lueur d’intérêt dans l’œil du capitaine pirate. Elle réattaqua, beaucoup plus frêle et vulnérable dans ses déplacements mais certainement plus fluide dans ses gestes. Elle essayait de corriger ses erreurs, restant loin de la perfection ni même d’un niveau acceptable pour un manieur de sabre mais suffisamment impressionnante pour surprendre le pirate qui recula d’un pas, évitant de se faire crever un œil par la fillette. Cette dernière recula d’un pas, tremblant comme une feuille morte cherchant à se retenir à la branche mère lors d’une tempête.

Soupirant, Kyosuke jeta un œil à la femme au paramécia de l’âge, son regard bien plus froid et intimidant que tout à l’heure. Elle n’était qu’un témoin idiot, une demoiselle qui semblait avoir la maturité d’une femme de 19 mais le raisonnement d’une gamine de 14. Peut-être était-ce dû à un défaut de son fruit ou peut-être était-ce simplement la rancœur et la faiblesse qui lui avait fait tenir un tel discours, cependant elle était bien trop loin de la vérité, bien trop naïve pour comprendre le spectacle qui se déroula sous ses yeux. Marchant lentement vers son adversaire, l’ancien majordome reprit :

- L’espoir… La détermination… Employer ce genre de mots est toujours risquer, surtout dans ce type de situations. Est-ce l’espoir qui a sauvé ton amie à cet instant ? A quoi la détermination l’a mené si ce n’est à nager dans son propre sang, trop arrogante pour admettre sa défaite ? Ce sont ces qualités qui lui permettront de survivre dans le monde des pirates ?

Alors qu’il parlait, Kyosuke arriva à portée de lame de Keira, cette dernière profitant de l’occasion pour tenter de le frapper violemment de sa lame au visage. Ses gestes étaient bien plus coordonnés et bien plus fluide et même si peu de gens avaient pu le remarquer, le bretteur s’en était bien évidemment rendu compte. Cependant, il n’y avait plus d’effet de surprise et la différence de niveau était toujours présente : d’un geste, il dévia la lame pour la faire frôler son cou, à une distance telle qu’il était impossible de penser à de la chance. Dans la continuité du mouvement, il frappa son ennemie d’un coup au bassin, la faisant se courber dans un hurlement de douleur.

- Que se passera-t-il le jour où cette jeune femme et toi vous retrouverez entourés d’une centaine de marines assoiffés d’argent de dont les désirs pourront vous consumer ? L’espoir et la détermination suffiront-elles pour les faire fuir ? Pensez-vous être suffisamment efficaces pour être capable de rivaliser en peu de temps avec des tueurs mille fois plus puissants que moi ? Crois-tu qu’à un seul instant l’humanité vous laissera votre chance ? La volonté est primordiale et je la respecte, je ne suis pas devenu capitaine pour rien, je la vois luire dans vos yeux… Mais est-ce votre volonté qui vous permet en ce moment de me tenir tête ? Sera-t-elle celle qui vous sauvera le jour où vous vous trouverez à la merci d’un homme moins scrupuleux car vous n’aurez pas été à la hauteur ? La détermination est certes appréciable, mais vous n’êtes rien d’autre que des personnes bornées…

Nouvelle attaque de l’assaillante, une nouvelle fois parée avec aisance et déviée de la paume de la main. D’un mouvement brusque, Kyosuke frappa l’inconnue au bras, le faisant craquer sourdement et l’obligeant à lâcher son épée. Enchaînant, il la percuta de la paume de la main au niveau du ventre avant de lui mettre un coup au menton, la faisant valser en arrière et tomber au sol, sous les yeux effarés des habitants qui retenaient leurs souffles.

- Tu me traites d’aveugle, tu penses que je n’ai pas vu votre potentiel… Mais de nous deux, tu es celle qui est incapable de voir qu’en étant aussi brusque avec vous, j’essaye de vous sauver la vie… Vous êtes égocentriques, bornées, irrespectueuses et certainement trop fières pour prendre conscience que ces traits même s’ils vous amusent ne font pas de vous de bons membres. Vous faites les malines maintenant, mais pensez-vous être prête à assumer vos responsabilités ? Au fond de vous, vous sentez-vous capable de supporter que votre incompétence mette en jeu la vie d’un équipage entier ? Si vous faites un seul faux pas car vous n’êtes pas aussi prêtes que vous voulez bien le faire croire, assumerez-vous d’obliger vos partenaires à risquer leur peau par votre simple maladresse, votre simple prétention ? Contrairement à ce que tu sembles penser, je me considère comme un assez bon capitaine et c’est pour cela que je pense au bien-être de ceux pour qui je pourrais risquer ma vie plutôt qu’à assouvir les rêves enfantins de deux enfants en mal d’aventures…

Prenant Keira par le col, il la souleva à sa hauteur, cette dernière étant à peine capable de bouger. Il la jaugea du regard, dégainant son épée qui grinça en sortant de son fourneau. Il la fit tournoyer entre ses doigts, prêt à frapper la jeune femme à tout instant sans que personne n’ose faire le moindre geste.

- Toi… Tu n’es qu’un sac à problèmes tu en es consciente ? Ton arrogance te fera défaut, tes capacités sont médiocres et je ne parierais même pas pour toi si on t’envoyer dans un combat contre une poule. Mais je lis en toi, oh oui… Je vois la blessure qui t’anime, je vois le mal qui te ronge… Mais crois-tu que celui ou celle pour qui tu fais tout cela serait fier de toi ?

Un sourire provocateur apparut sur les lèvres de Kyosuke alors qu’il resserrait son étreinte autour de son cou.

- Tu m’auras poussé à bout, et l’idée de te transpercer de ma lame me démange. Cependant je dois avouer que tu as quelque chose en toi, la véritable raison pour laquelle tu pourrais devenir un pirate potable : ta capacité à apprendre de tes erreurs… Nous ne partons pas pour une croisière, d’ici un ou deux jours, nous tomberons certainement contre des adversaires que même moi je ne pense pas être capable d’affronter et savoir tenir une épée par le bon bout ne suffit pas à prétendre savoir se battre ! Mais je pense que tu apprends suffisamment vite pour survivre, pour progresser rapidement... Dommage cependant que tu ne saches pas quand il faut rester à ta place.

Retournant sa lame pour avoir le pommeau en direction de la jeune femme, il la frappa d’un violent coup de poing, l’achevant finalement avant de la mettre sur ses épaules, la portant comme un sac à patates. Il allait peut-être le regretter mais il ferait de cette fille son élève car dans ses yeux brillait une lueur qu’il connaissait… Une lueur lui rappelant Emma. Se tournant vers la fille au fruit du démon, il lui jeta un regard à glacer le sang :

- Si tu montes avec moi, sache que tu ne pourras plus faire marche arrière… Tes erreurs, tes choix, tes fautes. Toutes auront une répercussion sur la vie et la survie de l’équipage. Il ne suffit pas de paraître forte pour être une pirate, il s’agit de l’être ! Et si tu es un boulet pour l’équipe, ce ne sera pas à moi de te réprimander, mais à toi de vivre avec la mort des coéquipiers que tu as handicapé sur la conscience…

Il tint sont regard un instant, silencieux. Malheureusement, il fut interrompu par les bruits d’hommes courant dans leur direction. La foule sembla s’écarter, laissant place à des soldats de la marine armés de fusils. Apparemment, les hommes qu’il avait aux trousses depuis plusieurs jours avaient fini par le retrouver et étaient prêts à en débattre. Un homme qui devait être le chef de la section se démarqua des autres, un sourire sadique aux lèvres.

- Capitaine Hatsuo Kyosuke, en raison de vos actions menées à l’encontre du gouvernement et à la très forte prime sur votre tête, je vous arrête… Mais avant, je vais vous empêcher de partir ! Feu à volonté

Les fusils se mirent à cracher du plomb en direction des trois protagonistes, projectiles de morts mal tirés et qui à priori n’étaient pas un véritable danger pour Kyosuke. Quelques balles partirent vers la femme au fruit du démon, trop rapides pour être esquivés et mortels pour elle et pas pour le bretteur. Les autres n’avaient qu’à être détournés avec ses talents ou allaient se loger dans le postérieur de la bretteuse dans les vapes et souffrantes, rien de bien méchant. Pourtant et même s’il n’avait aucune raison d’être touché, le bretteur dégaina Metalicana et au lieu de parer les balles qui allaient le toucher, fit un mouvement ample pour protéger la fille à l’âge changeant, les balles semblant soudainement se vriller à cause du magnétisme et passer à côté d’elle au lieu de la toucher. Puis d’un geste, il fit en sorte de mettre l’épéiste blessée hors de portée des balles, les prenant de plein fouet en étouffant un cri de douleur, son bras et son flanc déchirés par le feu ennemi. Les blessures étaient superficielles et non mortelles sur le coup mais il s’était volontairement affaibli pour sauver les fesses de la jeune femme, dans tous les sens du terme.

- Prépare-toi à courir jusqu’au bateau, ma navigatrice devrait à cette heure-là être prête à lever l’ancre... Et je ne laisserais personne être blessé par ma faute… Surtout pas… Mon équipage…

Grimaçant à cause de la douleur, il sortit Scarlet de son fourreau alors que les marines rechargés. Plantant la lame dans son flanc, il lâcha un souffle étouffé et sembla vaciller, la lame buvant son propre sang pour s’en charger. Il se blessait lui-même pour la rendre plus puissante, la buveuse de sang pouvant faire des miracles lorsqu’elle était abreuvée. Faisant tournoyer l’épée, il fit un puissant mouvement vers l’avant, tranchant l’air avec force. Il libéra une sorte de lame de sang qui fonça vers ses adversaires, lacérant ces derniers et ce même si une grande distance les séparait. Les étals s’effondrèrent, levant un fort nuage de poussière alors que les marines gisaient dans une mare de sang, une profonde entaille sur le torse. Profitant de la confusion, Kyosuke attrapa la femme au fruit du démon par le bras et l’attira vers lui, fuyant le champ de bataille, blessé et avec une blessée sur le dos… Décidément la journée était vraiment horrible !

[Attention, dernier poste chacun, histoire de cloturer le sujet et d'entamer la route pour GL]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une rencontre imprévue.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une rencontre imprévue.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Résolu] impressions écran
» Comment faire une capture d'écran ( ScreenShot ) et la mettre en ligne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Beginning :: Voguez à travers les flots :: Blue Seas :: South Blue :: Royaume de Saint Urea-
Sauter vers: