Partenaires





Index
Inscription
Rechercher
Membre
Connexion
Déconnexion
Votre Profil
Boîte de MP
Groupe

















+ Perso' Prédéf'
+ Batailles Navales
+ Conquête d'îles
+ Tales of Beginning
+ Haut-Fait

Nouveaux arrivants : +10PP/RP
Nous recherchons de vils pirates ou d'idéalistes révolutionnaires pour faire face
à l'imposante marine !
(Note : si vous voulez jouer un marine, n'hésitez pas non plus!)

+ Click here

Partagez | 
 

 Le sang appelle le sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



“Invité”

MessageSujet: Le sang appelle le sang   Dim 4 Nov - 21:01

Le bruit d’une plume grattant le papier avec insistance résonnait dans la pièce mal éclairée, comme si quelqu’un s’acharnait à coucher sur une feuille les idées lugubres qui tourmentaient son esprit. Assis devant un bureau sur lequel une simple bougie semblait brillait de sa lueur blafarde, un homme gribouillait quelques mots et dessins incompréhensibles devant lui, s’adonnant à un exercice de réflexion étrange qu’il ponctuait de grognements insatisfaits, raturant son travail quasiment terminé pour le refaire comme s’il cherchait à atteindre la perfection. A ses pieds, la montagne de parchemins roulés en boule ne faisait que grandir, devenue assez imposante au fil de la soirée durant laquelle l’énergumène s’était donné corps et âme à des recherches approfondies et un travail titanesque. Les heures passaient et il ne quittait toujours pas son siège, accumulant à lui seul une masse de travail impressionnante pour une simple soirée. Pourtant et malgré tous les efforts qu’il faisait il semblait ne toujours pas aboutir à la conclusion de son boulot titanesque. Lâchant un léger soupir de lassitude avant de laisser tomber sa plume devant lui, il posa un coude sur le meuble en bois et se mit à se masser la tempe comme pour chasser une mauvaise migraine.

Voilà bientôt neuf heures que Kyosuke n’avait pas quitté son siège, trop absorbé par le boulot monstrueux dans lequel il s’était embarqué depuis un peu plus d’une semaine, depuis qu’il avait retrouvé dans les archives de la bibliothèque du manoir un vieux parchemin parlant d’un trésor enfoui. Il avait fait la découverte étrange que quelque part dans le désert du royaume de Bliss, un peuple nomade gardait jalousement le trésor immense, accumulé pendant des années à la suite de larcins et d’assassinats dans la région. Intrigué par cette histoire qui prenait place sur l’île sur laquelle il avait été formé durant sa jeunesse, le bretteur s’était penché sur le sujet et avait décidé de se mettre à enquêter sur cette affaire, prenant la route pour le royaume de Bliss, sa seconde maison en quelque sorte. Dès son arrivée, il avait fait appel à quelques contacts qu’il avait au village pour récupérer certains dossiers qui l’intéressaient au sujet de cette histoire, chose qui fut étrangement difficile aux vues de certaines réticences éprouvées par ses collègues pour lui donner ce qu’il voulait, comme s’ils violaient le règlement en donnant de simples informations concernant un groupe de nomades. Cela n’avait fait qu’amplifier le besoin de réponses que ressentait l’épéiste qui n’avait du coup quasiment pas fermé l’œil de la nuit, obnubilé par cette histoire au point de faire quelques insomnies. Sur son visage, on pouvait voir quelques cernes qui avaient pris forme sous ses yeux et ses doigts étaient marqués par les heures qu’il avait passé à écrire, lui donnant presque des crampes tellement il avait fourni d’efforts littéraires ces derniers temps. Il souhaitait à tout prix en finir avec tout ça et pouvoir connaître la vérité, conscient qu’il mettait peut-être sa vie en danger en s’aventurant dans une investigation comme celle qu’il menait actuellement.

Kyosuke regardait la faible flamme de sa bougie danser devant lui, d’une beauté et d’une pureté naturelle qui fascinait le jeune homme dont le regard suivait pensivement les mouvements réguliers du feu se donnant en spectacle sous ses yeux. Il fixait la cire en train de fondre comme si cette dernière allait lui souffler quelques vérités qui pourraient l’aider dans son enquête, cherchant désespérément un indice qui pourrait l’aiguiller sur une piste plus intéressante que celles dont il disposait jusqu’à présent. Il était dans une impasse depuis trois jours à présent et ne trouvait l’ultime information qui lui permettrait de compléter l’immense puzzle qu’il avait créé avec tout ce qu’il avait pu glaner comme renseignement jusqu’à présent. Il avait trouvé certains liens, élaboré certains possibilités sur l’itinéraire emprunté par ces truands, rassemblé dans le secret le plus total tout ce qui aurait pu lui servir à mieux comprendre les évènements passés et malgré tout il ne réussissait pas à construire le plan parfait pour les retrouver. Il lui manquait un détail… Un tout petit détail qui pourtant pouvait faire la différence… Un détail qui changeait totalement la donne et qu’il ne parvenait pas à trouver.

Si jeune homme se lançait dans cette vaste chasse au voleur, c’était sans doute parce qu’il était animé par plusieurs raisons : la première, c’était son irrépressible envie de justice et l’histoire de ces voleurs ressemblait carrément à du crime organisé, ce que le jeune homme ne supportait pas. L’idée même que les gens profitent de la chose la plus merveilleuse qui soit pour se cacher, à savoir le désert, l’énervait au plus haut point. C’était là-bas qu’il avait été formé et entraîné avant d’être mis au service d’Emma en guise de garde du corps, là-bas qu’il avait appris la valeur de la vie, l’importance de la noblesse de l’esprit. Le fait que cet endroit soit souillé par des criminels était une chose difficile à avaler pour le jeune homme. De plus, les fonds monétaires auxquels il avait accès s’amenuisaient rapidement et il était plus que temps de récolter un peu d’argent, et subtiliser une partie des biens de ces truands aiderait grandement.

Soupirant légèrement plus par dépit que par ennui, le son d’un battement d’ailes provenant de la fenêtre tira le bretteur de ses songes qui se mit en garde en l’entendant : déboulant dans la salle avant de se poser en douceur sur l’épaule du jeune homme, un faucon au plumage brun vint porter un message sans crier gare. Ce dernier tendit la patte vers lui, délivrant un message à l’homme qui le regardait fixement sans bien comprendre ce que cela signifiait. Il n’eut pas le temps de dire un mot que le volatile s’envolait déjà par là où il était entré, laissant l’ancien majordome seul avec une feuille de papier sur laquelle un lieu de rendez-vous était marqué. Intrigué par cet évènement imprévu, Kyosuke regarda l’heure et se rendit compte qu’il était tard dans la matinée et qu’il avait encore fait une nuit blanche. Soupirant, il en profita pour prendre ses affaires et aller prendre l’air. Après tout, il avait rendez-vous !

Lorsqu’il sortit de l’hôtel dans lequel il résidait, le pirate plissa légèrement les yeux, aveuglé par la lumière du soleil qui l’éblouit dès qu’il montra le bout de son nez. Clignant frénétiquement pour chasser le voile de lumière de sa vue, il finit par s’habituer à la lumière et commença à marcher tranquillement, ses katanas attachés à sa ceinture. Il devait être dans les alentours de dix heures, les échoppes étaient pleines de vie et la rue était animée. Alors qu’il passait près de la fontaine de l'entrée du village, lieu du rendez-vous qu'il avait reçu par faucon, Kyosuke s’arrêta un instant, comme paralysé, le regard aux aguets…

Portant la main à sa ceinture, il respira profondément et regarda autour de lui : quelqu’un était sans aucun doute en train de l’observer…
Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Le sang appelle le sang   Mar 4 Déc - 1:25

Le bruit assourdissant du vent soufflant sur les dunes de sable du désert résonnait à l’entrée du village, signe de l’affreuse tempête qui secouait la plaine dorée et rendait l’endroit extrêmement dangereux. Le ciel était extrêmement couvert et d’épais nuages masquaient le soleil. Pourtant, la chaleur était insoutenable, étouffante et rendant l’air lourd et irrespirable au point que l’atmosphère en devenait oppressante. Posté dans l’ombre des portes, la mine basse et le regard perdu dans le vide, Kyosuke attendait patiemment, réfléchissant silencieusement aux évènements qui avaient eu lieu ces derniers jours et à tout ce qu’il avait vécu depuis qu’il était arrivé ici. Il se sentait terriblement épier et n’aimais pas ça. Par réflexe il passa une main à sa ceinture, ses yeux se baladant parmi la foule comme pour déceler une éventuelle personne qui serait en train de le suivre. Il ne doutait qu’à un moment où à un autre, quelqu’un se montrerait. C’était pour cela qu’il se dressait donc patiemment à l’endroit où il avait rendez-vous avec l’inconnu du message et il ne tarda pas à l’apercevoir à la sortie du village.

L’homme avait l’air un peu âgé, les traits burinés par le temps et son crâne chauve luisant à cause de la transpiration. Son sourire bienveillant lui donnait une allure de bon samaritain et derrière lui, un chariot tiré par deux bœufs avançait lentement, renfermant sans aucun doute des marchandises étranges.

- Bonjour jeune homme… J’ai entendu parler de vous et de vos… Talents. Un ami commun m’a dit que vous cherchiez les pillards des sables et je sais peut-être où les trouver, ou du moins vous emmener aux alentours du lieu de leurs derniers larcins… Si vous voulez bien me suivre sans poser de questions.

Une aura de bonté se dégageait de l’homme qui lui faisait à présent face et la gentillesse dont il fit preuve lors des présentations troubla légèrement le bretteur qui avait du mal à imaginer que cette personne pouvait trahir qui que ce soit et jouer un double jeu. Ils prirent tous deux la route dans tarder, ne cherchant pas à faire plus ample connaissance avant le début du voyage et profitant de la monotonie de leur parcours pour discuter plus sérieusement. La route s’avéra être extrêmement longue et pendant plusieurs jours le vieil homme fut la seule compagnie du pirate qui appris au fil du temps à apprécier son compagnon de route. Pendant plusieurs nuits et plusieurs jours ils échangèrent leurs récits, tous deux habitués à parcourir le désert et chacun friand des contes et des aventures de l’autre. Le marchand fit profiter de son expérience à son cadet qui enseignait à son ainé plus d’information sur l’art auquel il était formé. Durant le laborieux trajet qu’ils effectuèrent, tous deux s’enrichirent du savoir de l’autre et le temps sembla passer plus vite, un lien d’amitié et de respect se tissant entre eux, un lien auquel Kyosuke sembla attacher de l’importance au point d’en oublier un peu sa mission…

Les murs du port du royaume de Bliss se dessinèrent à l’horizon le troisième jour du voyage, se dressant fièrement comme uniques protecteurs de ce village côtier et siège majeur du commerce du royaume. Derrière cette muraille impénétrable on pouvait apercevoir les échoppes qui faisaient la renommée de ce village et qui bordaient la mer dont les reflets d’azur n’étaient pas encore visibles. Kyosuke esquissa un sourire radieux : il avait toujours adoré l’océan et vouait une fascination sans faille à cette étendue d’eau qui jugeait bien plus majestueuse que le désert. En voyant le bonheur dissimulé du jeune homme, le vieillard posa une main sur son épaule et le chariot reprit sa route. Ils pénétrèrent les portes de la ville en silence, observant tous deux la beauté architecturale de cet endroit merveilleux. Le village avait voulu se marier avec le désert et la mer, adoptant un style oriental pourvu de pointes de couleur bleutées qui créaient une atmosphère à couper le souffle. Partout la foule semblait vivre une vie paisible mais surtout moins agitée que dans ce qui s’apparentait à des métropoles. Les étals marins étaient bien plus nombreux qu’à la cité où il avait jusqu’à présent résidé et les odeurs étaient totalement différentes, les embruns de la mer dissimulés dans l’air offrant ces senteurs si particulières et si enivrantes. Le pirate était comme un gamin au paradis des enfants et ses yeux passaient d’une échoppe à l’autre alors qu’il se retenait d’y courir pour dépenser son argent. Il était un grand amateur de cette ambiance maritime qui lui rappelait sa soif de voyages et de découvertes. Même s’il était habitué à prendre la mer, l’idée de voir l’univers oriental si bien se marier avec l’océan avait quelque chose de magique. Abandonnant son guide, il le remercia du voyage et sentit presque un pincement au cœur en laissant son ami derrière lui.

Il ne lui fallut pas longtemps avant de se retrouver face à l’étendue infinie de sable et en moins de temps qu’il ne fallait pour le dire le bretteur se retrouvait au sommet d’une dune à scruter l’horizon. Habillé de long manteau noir et chargé de ses lames qu’il n’avait pas voulu quitter sur la route, il marchait lentement dans le sable, s’enfonçant dans le désert en silence sans vraiment savoir où il allait. S’il aimait cet endroit, Kyosuke n’en restait pas moins un homme qui n’appréciait pas l’étendue aride qui recouvrait l’île et constituait la quasi-totalité du royaume de Bliss. Ce n’étaient pas tant les conditions difficiles qu’imposait la mer de dunes qui le gênait, mais bel et bien le fait que le jeune homme possédait un sens de l’orientation exécrable et que de ce fait il était très compliqué pour lui de trouver son chemin dans cet endroit où tout se ressemblait. Il avait beau voyager régulièrement ici, il mettait toujours beaucoup de temps à retrouver la route menant au village et était habitué à camper dans cet environnement hostile, de simples missions devenant ainsi de véritables expéditions avec lui. Alors qu’il avait atteint la zone indiquée par son informateur, le capitaine de Scarlet Revenge se mit à chercher la trace du convoi qu’il cherchait.
Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Le sang appelle le sang   Mar 4 Déc - 1:50

Ce ne fut qu’après une bonne demi-heure d’investigation qu’il tomba sur un campement bien étrange, une sorte de caravane ambulante où se trouvaient cinq énergumènes qui semblaient manger en paix. S’approchant d’eux, Kyosuke regarda naïvement chacun des membres de ce groupe assez particulier. Ils avaient l’air assez menaçant et plutôt antipathique, chacun portant à sa taille une épée et tous regardant à présent le nouveau venu. Celui qui semblait être le chef de cette petite équipe glauque se leva de son siège pour venir voir leur invité et cracha un :

- Bah alors… Qu’est-ce que tu regardes, tu t’es perdu ?

- Oy ! Excusez-moi si je vous dérange, mais il semblerait que vous possédez quelque chose dans cette caravane qui m’intéresse… Ca ne vous dérangerait pas de me céder ce que je cherche sans faire d’histoire par hasard ?

L’homme sembla changer d’attitude, devenant beaucoup plus sec et froid. Il se tourna alors vers ses camarades avant de reporter son attention sur le bretteur et de lever son poing pour le frapper. Une fraction de seconde plus tard, l’inconnu se retrouvait projeté en arrière, le corps lacéré par deux coups d’épées et à la place où se trouvait nonchalant Kyosuke se tenait le même homme avec un regard plus vif et dont le sourire moqueur avait disparu pour laisser place à une expression plus sérieuse. Dans sa main, il tenait une épée longue qu’il fit tournoyer entre ses doigts.

- C’est pas faute d’avoir essayé…

Les quatre hommes restant se levèrent, sortant leurs épées de leur fourreau pour se jeter sur le bretteur qui se mit en position défensive, un léger sourire aux lèvres alors qu’il parait les quatre lames avec son épée : ils avaient fait l’erreur de sortir des armes, le domaine de prédilection du jeune homme. Tournant sur lui-même, il se retrouva dans le dos de l’un d’entre eux et le planta d’un coup sec au niveau du cœur, déviant une attaque de son autre main avant de trancher la gorge à son assaillant qui s’écroula sur le sol, mort. Les deux derniers tentèrent une attaque combinée, chacun donnant un coup latéral d’un côté du pirate qui bloqua la première lame de son épée et la seconde avec le fourreau de son katana, tourbillonnant rapidement et faisant s’empaler chaque ennemi sur l’épée de son coéquipier, tous deux entrainés par l’élan qu’ils avaient pris en se ruant sur Kyosuke. En seulement quelques secondes, les cinq hommes avaient connu la mort et gisaient sur le sable, la vie ayant quitté leur corps. Rengainant son arme, le capitaine se dirigea vers la caravane et l’ouvrit, dévoilant un trésor qu’il avait tant cherché. Il devait certainement en manquer une partie mais cela serait suffisant pour lui permettre de financer les dépenses de son équipage pendant un petit moment. Il referma la porte et prit place à la place du conducteur du véhicule tiré par des bœufs, prenant les rênes avec joie et entrain. Il s’apprêta à partir quand il se figea, ouvrant grand les yeux avant de regarder autour de lui : quelque chose clochait.

Bondissant soudain en atterrissant dans le sable, Kyosuke sembla esquiver une attaque venue d’ailleurs, un trait rougeâtre allant se loger dans le flanc du bœuf qui beugla avant de s’écrouler, grièvement blessé. Alors qu’il se redressait, un autre trait vint entailler sa joue et devant lui, le vieil homme qu’il avait rencontré quelques jours auparavant lui fonçait dessus, tentant de l’étriper. Par réflexe, le bretteur para l’attaque et sans qu’ils n’aient pu échanger un mot, un violent combat s’engagea entre les deux hommes. Si normalement vaincre un adversaire au sabre n’était pas difficile pour le capitaine pirate, il semblait que l’ennemi contre lequel il faisait face soit bien plus capable que les autres sbires, voir même autant voir plus capable que Kyosuke lui-même. Même s’il n’était qu’un vieil homme, son ennemi avait des mouvements fluides, un aisance dans les déplacements impressionnants et surtout : son épée semblait chanter une ode à la mort, crachant par moment ces traits sanguins qui tranchaient les dunes autour d’eux et faisait vibrer l’air.

- Tu te débrouilles bien jeune homme, tu aurais pu avoir un avenir prometteur dans mon clan, m’aider à piller les crétins du royaume et à voler les pirates… Dommage qu’il ait fallu que tu sois trop curieux… Mais ma Soif-De-Sang mettra fin à ta vie et se nourrira de toi…

Tentant de trancher la gorge du capitaine pirate, ce dernier esquiva et tout devint plus clair dans son esprit. Il avait affaire au chef du groupe qu’il traquait et était tombé dans ce qui ressemblait vraisemblablement à un piège : isolé du reste du monde, il était à la merci de ce combattant hors-pair, sentant à chaque fois la lame effleurer sa peau et causer des saignements plus importants qu’en temps normal. Répliquant, ils continuèrent à se battre, encore et encore et bien vite, la lune s’éleva dans les cieux.

- Autrefois, j’ai combattu les plus grands guerriers que la terre ait jamais porté, j’ai fait partie d’un des équipages les plus puissants qui soit… Mais la vieillesse m’a rattrapé et je n’ai plus été bon que pour le crime de bas étage… Mais voir un adversaire comme toi me donne envie de retrouver la joie de prendre une vie.

L’homme semblait hargneux et prêt à en découdre mais leur niveau était semblable et le combat s’éternisa et dura toute la nuit. Ils s’adonnèrent à une danse mortelle sur les dunes de sable toute la soirée, l’astre lunaire comme seul spectateur. C’était à la fois magnifique et angoissant, chacun ne pouvant prendre l’avantage sur l’autre. Si le vieil homme avait l’avantage de la puissance de son épée, Kyosuke avait pour lui la jeunesse. Mais plus que ça, il avait à présent le désir de s’emparer de l’épée de son adversaire, comme fasciné par cette lame merveilleuse. A l’aube, voyant la fatigue s’emparer de lui et de son adversaire, le pirate s’empala volontairement sur la lame de son adversaire, faisant en sorte de ne pas toucher d’organes vitaux. Il savait qu’il ne pourrait triompher sans être blessé et priait pour ne pas mourir. Voyant le sourire du vieil homme, il sourit en retour et d’un coup net, lui trancha la tête. Le combat venait de se terminer.

Se laissant glisser lentement jusqu’à la caravane, il retira l’épée qui brillait d’une lueur rougeâtre. S’aidant de bandages trouvés au fond du véhicule, il pansa ses blessures et fit partir le chariot en direction du village le plus proche. Il ne put quitter la lame des yeux qu’une fois au bord de l’inconscience… Il était loin de se douter qu’un jour, cette épée serait son symbole.

Scarlet...
Revenir en haut Aller en bas





“Contenu sponsorisé”

MessageSujet: Re: Le sang appelle le sang   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le sang appelle le sang

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bonjour Je me présente je m'appelle Anojan
» nos amis les buveurs de sang
» Je donne mon sang, et vous ?
» † Rouge Cerise ou Rouge Sang ? † [PV Cerise -Non, pas celle de Groupama-]
» Des Prières (il faut avoir la foi) contre toutes sortes de problèmes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Beginning :: Voguez à travers les flots :: Blue Seas :: South Blue :: Royaume de Bliss-