AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Partenaires





Index
Inscription
Rechercher
Membre
Connexion
Déconnexion
Votre Profil
Boîte de MP
Groupe

















+ Perso' Prédéf'
+ Batailles Navales
+ Conquête d'îles
+ Tales of Beginning
+ Haut-Fait

Nouveaux arrivants : +10PP/RP
Nous recherchons de vils pirates ou d'idéalistes révolutionnaires pour faire face
à l'imposante marine !
(Note : si vous voulez jouer un marine, n'hésitez pas non plus!)

+ Click here

Partagez | 
 

 [FB] Des emplètes qui degenerent ( Kyosuke + Tibarn)

Aller en bas 
AuteurMessage
Tibarn
Pirate
Pirate
avatar

Messages : 124
Age : 27
Métier : Cannonier / Pilier de bar

Fiche du marin
PP : 400
PH : 538
Grade : Pirate

MessageSujet: [FB] Des emplètes qui degenerent ( Kyosuke + Tibarn)   Dim 21 Oct - 20:50




Mon regard se promenais le long des rues de Shell Town, quelle manque de grâce et de finesse dans l'architecture, tout avait été fait comme pour faire croire qu'elle était à l'intérieur d'une base militaire du gouvernement. D'ailleurs en parlant de ces idiots ils étaient omniprésents dans les rues de cette place forte qu'était Shell Town, n'importe ou mon œil pouvait regarder ils étaient là, montant la garde, discutant, blaguant même avec des passants de temps à autres. Après tout l'immense caserne qui surplombait l'île ne m'inspirait déjà pas confiance avant d'accoster mais plus j’avançais plus j'avais l'impression d'avancer dans un tunnel duquel je ne ressortirais pas indemne. Essayant de faire abstraction du dégout que m'inspirait cette ville, j'essayais de me recentrer sur mon objectif. J'avais appris qu'un très bon armurier vivait dans ce trou, la rumeur voulait qu'il était le seul dans les blues à travailler un métal très spécial plus léger, plus résistant et inoxydable. Tout les flingues que j'avais pu trouver jusqu'à là avait une légère tendance à ce briser à l'usure, apparemment l'acier normal avait du mal à tenir le choc quand je les combinais avec mes pouvoirs du Bomu Bomu No Mi, mais j'avais grand espoir quand à ces nouveau flingues en matière spécial.

Les marines étant partout c'est une vrai chance pour moi de ne pas avoir ma tête mise à prix. Je peut donc circuler sans trop de problèmes. Je sillonnais la ville depuis deux ou trois bonnes heures lorsqu'un bon samaritain m'indiqua enfin la direction pour aller chez le vielle armurier - la plupart des personnes présente dans cette ville m'évitais ou plus simplement m'envoyais sur les roses quand je leurs demandaient - Heureusement que cette vielle dame bien sympathique à pu me renseigner.

La clochette tinta fort dans la boutique deserte à cette heure tardive. Le bruit du marteau frappant contre l'enclume cessa en réponse à la sonnette de l'entrée. Un petit bonhomme à l'air jovial s'approcha de moi.

Alors mon gars, que puis-je faire pour toi ?

Je lui expliqua ma requête particulière : deux colts calibres 45mm dans le métal le plus solide possible pour pouvoir résister à mes explosions. Et traverser toutes sortes d'aventure épique à mes cotés, les mots fruit du démon eurent l'effet d'un électrochoc sur le vieux qui se mit à rire. Il était heureux d'avoir enfin un nouveau défi à sa mesure, faire des guns capable de résister au Bomu Bomu No Mi et de traverser Grand Line, s'était un challenge qu'il accepta à titre gracieux. Devant mon étonnement il expliqua qu'il en avait marre de ne faire des épée et des revolvers bas de gamme pour ces abrutis de la marine qui les perdaient à la moindre occasion et qui ne prenait pas soin de ces créations. L’œuvre qu'il allait réaliser serait surement le point d'orgue de sa carrière. Trois jours c'est le temps qu'il lui faudrait pour forger ces horloges de précisions, après l'avoir chaleureusement remercié je pris congé. En récapitulant vite j'avais trois jours à tuer et une bourse pleine de berrys que je n'avait plus à dépenser * smile * sa allait être une fiesta du tonnerre.

Le premier jour, ma bourse était pleine tout se passa bien. Une fois arrivé à la taverne j'avais commandé le meilleurs alcool, la meilleur bouffe et donné un beau bifton à un gosse qui passait par la pour qu'il aille me chercher les plus jolies filles du bordel d'à coté. Ce fut une nuit mémorable, je me fis même quelques pote de beuverie de la marine.

Le deuxième jour, ma bourse était quasiment vide tout ce passa différemment. Une fois arrivé à la taverne jamais commandé un alcool de qualité moindre, de la bouffe de la veille et donné quelques piécettes à un clodos pour qu'il aille chercher une fille pas trop cher au premier bordel venu. Je réussi tout de même à taxer quelques verres à deux soudard du gouvernement

Le troisième jour, ma bourse était vide tout ce passe mal. Une fois arrivé au bar j'avais raquetté un alcool dégueu à un ivrogne, récupérer par la même ses restes de bouffes et fait l'impasse sur les femmes. J’eus la bonne idée d'assommer deux trois marine pour boire leurs soldes. Malheureusement ces mecs avaient un supérieur assez tatillon sur les us et coutumes dans les bars. Une fois qu'ils m'eurent retrouvé ce fut une longue course poursuite au clair de lune.

Au petit matin, après avoir semé mes poursuivants je me rendis chez l'armurier pour récupérer ma commande. Ils étaient magnifique, leurs courbes brillaient au soleil leurs donnant un éclat incroyable. Ils avaient l'air de pouvoir résister à n'importe quoi. Après avoir chaleureusement remercier une nouvelle fois le vielle homme. Je pris la direction du port afin de partir de cette île envahit par le gouvernement.

Mes pas me conduire à une scène assez cocasse, mes poursuivant d'hier soir étaient en train de taxer un jeunes homme visiblement pas du coin. Mais celui ci ne semblait pas vouloir baisser son froque. Amusé par la scène je décida d'aller y mettre mon grain de sel. Après tout ce serait une bonne occasion pour tester mes nouveaux bébé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FB] Des emplètes qui degenerent ( Kyosuke + Tibarn)   Mar 23 Oct - 17:15

Le bruit de l’acier frappé par une masse gigantesque retentissait dans la pièce, résonnant aux quatre coins de la forge dans un brouhaha assourdissant. Les gerbes de métal en fusion allaient mollement s’éteindre sur le sol froid, laissant derrière elles une légère queue incandescente qui finissait par disparaitre au fil du temps. Le fer était fondu et modelé par l’homme, prenant une forme tranchante et acérée capable de tout dévaster sur son passage. Aux murs, les plus beaux chefs d’œuvre de l’armurier trônaient fièrement dans toute la salle, ce dernier laissant sa demeure arborer ces engins de mort que beaucoup convoitaient avec avidité. Il était un créateur de mort, un seigneur de la guerre… Une guerre qu’il ne livrait que par l’intermédiaire des armes qu’il forgeait, une guerre qui faisait vivre son commerce.

Assis dans l’ombre, dissimulé par les ténèbres et dans le coin le plus discret du magasin, Kyosuke observait le forgeron de Shell Town battre le fer en silence, essayant de créer à partir de rien des formes qui pourraient ôter la vie à bien des gens. Il analysait chacun de ses mouvements, essayait de lire à travers chacun de ses gestes pour mieux comprendre comment il procédait. D’une certaine manière, le bretteur estimait que connaitre l’essence même de la création d’une épée était primordial pour quiconque prétendait être un épéiste digne de ce nom. C’était pourquoi il avait beaucoup étudié le travail de la forge et avait lui-même essayé de pratiquer cet art qui était en réalité bien plus complexe qu’il n’y paraissait. Aujourd’hui et même s’il avait abandonné l’idée de devenir un maître forgeron, le jeune homme était venu de South Blue pour se faire forger des lames qui pourraient l’accompagner dans son périple.

Il était resté là 6 jours durant, posé sur un tabouret sans bouger, ne se levant que pour aller préparer à manger au forgeron et dormant appuyé contre le mur. Il n’était pas sorti prendre le soleil depuis son arrivé et n’avait fait que grignoter en regardant l’armurier de Shell Town essayer de donner une véritable consistance au métal qui glissait entre ses mains. L’homme et lui ne s’étaient pas adressé un mot à partir où le travail avait débuté, comme s’ils n’avaient pas besoin de se parler pour se comprendre. Il y avait de cela quelques années, le forgeron de Shell Town avait hébergé Emma et Kyosuke alors qu’ils étaient en fuite et s’était finalement lié d’affection avec les deux adolescents. En voyant le talent du jeune homme lorsqu’il maniait des sabres, il lui avait offert ses premiers katanas avec lesquels il avait pu un temps protéger la vie de l’être aimée. D’une certaine manière, l’ancien majordome devait beaucoup au marchand d’armes.

C’était d’ailleurs pour cette raison qu’il avait fait tout ce chemin aujourd’hui : ses lames ne le satisfaisaient plus et il cherchait la perfection pour prendre la route de Grand Line et partir à la poursuite du père d’Emma. Pendant six longues journées, l’homme avait forgeait plusieurs lames, chacune testée par Kyosuke qui trouvait leurs qualité admirable mais insuffisantes. Malgré les efforts du forgeron, le jeune homme restait insatisfait si bien qu’à l’aube du septième jour, 2 lames d’une couleur argentée pure émergèrent de la forge, ultime aboutissement du travail du forgeron.

- Tiens… Je ne pense pas pouvoir faire mieux que cela. Essaye les !

Faisant glisser le pommeau des deux épées dans ses doigts, Kyosuke entreprit de tester leurs poids et leurs maniabilités, faisant danser les lames dans les airs dans ce qui aurait pu s’apparenter à une chorégraphie guidée par ses doigts habiles. Puis d’un geste, il pivota sur lui-même et abattit les lames sur un mannequin de bois qui sembla se fendre en trois morceaux distincts qui s’écrasèrent dans un bruit sourd sur le sol alors que l’instigateur de ce carnage rengainait les lames dans leurs fourreaux :

- Pas mal… Cependant, ce n’est pas ce que je recherche… Je suis désolé de vous avoir fait faire tout ça pour moi…

- Dans ce cas, nul doute que ce dont tu as besoin, c’est d’une des épées de renommée que l’on trouve aux quatre coins du monde et qui ne sont accessibles qu’aux meilleurs… Des épées que l’on ne peut forger, mais qu’il faut mériter.

Kyosuke avait entendu parler de ces lames que seuls les bretteurs les plus vaillants pouvaient posséder. Elles étaient au nombre de 83, et rien qu’obtenir l’une des 50 plus faibles n’était pas une tâche aisée. Il avait d’ailleurs fait des recherches à ce sujet, s’était préparé à suivre quelques pistes : mais il avait espéré qu’il puisse avoir ce qu’il cherche sans avoir à se livrer à une chasse au trésor débile qui lui ferait perdre un temps déjà précieux. Alors qu’il tendait les lames forgées par le forgeron afin de les lui rendre, ce dernier secoua la tête et rendit les armes au bretteur :

- Garde les, tu en auras plus besoin que moi. De plus, je doute que ces idiots de la marine reconnaissent la valeur de ces lames, alors autant qu’elles finissent dans les mains d’un bon combattant comme toi…

Remerciant le vieil homme, Kyosuke quitta le magasin et croisa un homme en sortant, certainement celui qui avait accaparé le reste du temps du forgeron : un homme qui avait demandé des pistolets un peu particulier. Prenant la route du port, le bretteur marcha longuement sans se rendre compte que derrière lui des marines le filaient discrètement, comme attirés par les lames qui pendaient à sa ceinture. Lorsqu’il s’arrêta pour fumer sa cigarette en s’adossant à un mur, le jeune Hatsuo se retrouva vite encerclé par plusieurs personnes portant les uniformes de la marine. Le plus imposant d’entre eux s’approcha de l’ancien majordome qui le regardait d’un air blasé :

- Salut mon pote ! En voilà de belles lames que tu as là ! Ca te dirait pas de me les donner, le forgeron ne nous refile que des merdes en métal qui ne coupent même la du fromage. Avec de tels bijoux, je suis certain que je pourrais faire un malheur !

L’absence de la moindre réaction du jeune homme sembla gênait les quelques marines présents qui ne tardèrent pas à prendre un air plus sévère. Ils devaient faire partie de la majorité corrompue des marines d’aujourd’hui et le fait de ne pas inspirer la crainte semblait drôlement les gêner. Le chef de la bande serra les poings et eut un rire hypocrite avant de reporter son attention sur Kyosuke :

- Bon eh bien si tu as décidé de faire le malin, je n’ai qu’à me servir !

L’homme sembla porter sa main à la ceinture du bretteur quand celui-ci dégaina sa lame si rapidement qu’elle sembla jaillir de nulle part. En un instant, il sectionna la main du marine qui s’écroula par terre en hurlant, le sang coulant de son futur moignon alors que Kyosuke laissait tomber sa cigarette à ses pieds, écrasant le visage du marine de ce dernier et l’envoyant rouler sur les pavés avec force. Une seconde plus tard, le jeune Hatsuo était entouré d’une dizaine de marines sont les lames étaient prêtes à lui couper la gorge. L’épée devant lui, il était également prêt à se battre, même s’il était largement désavantagé… Cependant au loin se profilait la silhouette de personnages inconnus… Peut-être des renforts ? Ou alors des gens qui aggraveraient sa situation !
Revenir en haut Aller en bas
Tibarn
Pirate
Pirate
avatar

Messages : 124
Age : 27
Métier : Cannonier / Pilier de bar

Fiche du marin
PP : 400
PH : 538
Grade : Pirate

MessageSujet: Re: [FB] Des emplètes qui degenerent ( Kyosuke + Tibarn)   Mar 23 Oct - 18:39



En m'approchant de la scène qui se tenait devant moi, je pus remarquer deux chose : la première était que visiblement les marines de ce matin était venus avec du renfort, la deuxième était que le gars qu'ils emmerdaient savait se défendre, quand l'autre gros con de marine avait approché sa main de sa ceinture - surement dans l'idée non dissimulé de lui soutirer ses épée - sa main s'était retrouvé par terre, sectionné du bras à laquelle elle appartenait. Le marine se mit à brailler comme un porc que l'on égorge, aussitôt tous les gouvernementaux présents dans les environs rappliquèrent pour mettre le jeune bretteur en défaut. Cela ne me regardais pas j'avais autre chose à faire et surement d'autres problèmes, inutile de m'en créer d'autres, surtout pour un mec. Sa aurait été une nana mignonne encore, j'y serais surement allé pour avoir un ticket - le coup du chevalier en armure marchait généralement assez bien - mais pour un représentant de la gent masculine, c'était mort d'avance.

Chef c'est le mec qui nous a tabassé et dépouillé hier soir !

Et merde, alors que je m'éloignais doucement de la baston sans grand intérêt qui allait avoir lieu sous peu, et que j'avais fait à peine quelques mètres. Un marine qui visiblement me connaissais me dénonça à son chef. Apparemment je l'aurais dépouillé hier dans une taverne après l'avoir assommé. Tss, ce n'est absolument pas mon genre monsieur le gradé, moi aller dans une taverne ? Jamais de la vie.

Après les avoir assommés proprement en bonne et dut forme - il n'avait pas eu l'air de me croire - à grand renfort d'atémi dans sa face et d'un "coup de tête, manchette, balayette", je m’apprêtais à repartir quand j'entendis un cris de soldat me dénonçant à ses collègues qui se pressaient de rappliquer. Un Nose bullet lui fit fermer sa grande bouche. Trop tard ses petits copains commençaient à rappliquer vers moi. Je décida alors d’effectuer un replis stratégique jusqu'à mon bateau. Je fis donc demi-tour et me mis a courir dans la rue, ou je retomba fatalement sur l'attroupement créer précédemment par mon jeune ami au sabre. Le combat était maintenant inévitable, bon tant pis pour eux alors. La petite sauterie aurait visiblement lieu en 20 vs 2, enfin en présumant que le coupeur de mains posé non loin de là me donnerais un coup de main.

Le premier marine me chargea avec une épée, je dégaina à la vitesse de l'éclair bloquant son sabre avec mon gun, je lui posa ma main sur la tête Hell's grap, il fit un vol plané d'au moins dix mètres. Ses compères eurent un mouvement de recul et jetèrent des regards affolés derrière eux visiblement inquiet au sujet de leur ami transformé en sashimi par mes soins.

Ne vous inquiétez pas, quand vous aurez finis de recoller les morceaux vous verrez qu'il va très bien

N’appréciant visiblement pas mon humour, ils se ruèrent sur moi comme une meute de chiens enragés sur un os. Je mis un coup de latte, esquiva une estocade, je pris une beigne rendu un coup de tête. En regardant du coin de l’œil, je vis que le gars derrière moi ce démerdait admirablement bien, tranchant un marine en deux, esquivant une balle tout chez lui était souplesse et fluidité. D'autres marines arrivaient à mesure qu'on en défonçaient, pour un tombé trois venaient prendre sa place. Ce fut vite un bordel sans noms, je ne sais comment mais au court de la mêlée nous nous retrouvâmes dos à dos, acculés contre un mur les marines nous encerlants de tous coté. Ils nous sommèrent de nous rendre, personnellement c'était hors de question et mon voisin n'avait apparemment pas non plus dans l'idée de se faire passer les menottes.

Bon c'est décidé, je met les voiles, j'informais mon compagnon d'infortune de mon plan géniallissime par un "Accroche toi à moi ou crève". Il choisit de s'accrocher, sage décision. Je sortis mon flingue flambant neuf - c'est dingue cette légèreté - visa à mes pieds, tira et décolla, pour atterrir plus ou moins en douceur sur un toit. Ce n'était pas finis il fallait maintenant couvrir notre fuite, je rechargea mes colts avec mon haleine si spéciale, ajusta et tira sur toute la zone ou nous nous situions l'instant d'avant.

Nous nous m'îmes à courir, chose qui n'est pas très aisé sur des toits, à un moment je perdis de vue mon compagnon du jour. Un léger sifflement attira mon attention, il avait découpé et enlevé des tuiles d'un toit d'une vieille battisse. Après être rentré à l'intérieur pour nous y cacher, je regarda ma main et y vit du sang , visiblement mon bas ventre avait été entaillé par une épée. Après avoir désinfecté la plaie avec l'alcool contenu dans ma flasque, j'en bu quelques gouttes, m'alluma une clope et tendis ma précieuse gourde au jeune homme devant moi

Sinon moi c'est Tibarn enchanté
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FB] Des emplètes qui degenerent ( Kyosuke + Tibarn)   Mar 23 Oct - 21:09

La situation n’était pas idéale, le nombre de marines grouillant dans cette île devant être à peu près égal au nombre de fourmis s’agitant autour d’un beignet au sucre, les chances de victoire de Kyosuke frôlaient le zéro absolu. Déjà, de nombreux soldats arrivaient des quatre coins de la ville, comme si les hurlements insupportables de l’un d’entre eux avaient suffi à rameuter la moitié des hommes en garnison à Shell Town. Rapidement, il fut difficile de dénombrer le nombre de combattants aux alentours du port et le bretteur se sentait bien seul entouré par autant de guerriers prêts à lui faire la peau. Dégainant sa deuxième lame, il fit tourner ces dernières entre ses doigts, leur faisant décrire un arc de cercle autour de lui comme s’il s’entourait d’un voile de défense impénétrable et qui allait suffire à le protéger des nombreux coups qu’il s’apprêtait à recevoir. Alors qu’il s’apprêtait à porter le premier coup, la voix de l’un des marines retentit et ces derniers se mirent à courir après un homme qui venait d’arriver et qui apparemment avait causé pas mal de problèmes aux représentants du gouvernement mondial. L’inconnu semblait avoir déclenché un combat contre sa volonté, un combat qui allait par la suite fusionner avec celui de Kyosuke.

Croyant voir une faille dans la défense du bretteur, l’un des marines se rua vers le pirate l’épée en l’air, ce qui constituait en soi une grave erreur. Pivotant sur lui-même, l’épéiste évita la lame et planta la sienne dans le dos du pauvre homme dont le cœur se vit transpercer par la pointe de la nouvelle arme de l’ancien majordome. Voyant le regard étonné et un peu apeuré de certains, le jeune Hatsuo sourit : la danse funèbre allait enfin commencer. D’un geste, il para une lame qui aurait dû lui trancher la gorge, jouant de l’élan pour projeter son assaillant sur un autre, tournoyant pour trancher un bras, puis une jambe, puis un homme en entier. Ses pas étaient d’une précision extrême, comme s’il effectuait une chorégraphie millimétrée, enjambant les corps qui s’entassaient un à un. Il agissait avec une grâce presque féline, la qualité de ses gestes étant accentuée par la légèreté et l’aérodynamisme de ses nouvelles lames qui fendaient l’air avec une aisance presque déconcertante. Si ces épées n’étaient pas ce que Kyosuke recherchait, elles n’en restaient pas moins très efficaces.

Le déroulement du combat amena les deux protagonistes de ce combat à se retrouver dos à dos et dos au mur, encerclés par d’innombrables marines dont la colère ne cessait de grandir à mesure que leurs camarades tombaient sous les coups de sabre de Kyosuke et les explosions provoquées par l’inconnu. Il fallait dire que l’homme en question était assez balèze dans son genre et même si le bretteur n’appréciait pas le style bourrin et l’humour étrange de l’énergumène, il s’avérait assez utile. Cependant, deux hommes ne peuvent pas réellement tenir tête à une garnison entière de marines et s’ils avaient eu la chance d’échapper aux vraies menaces de la marine jusqu’à présent, il y avait fort à parier que les hauts gradés allaient être attirés par tout ce grabuge et qu’à ce moment-là, il y avait peu de chances pour qu’ils survivent aussi longtemps que jusqu’à présent.

Alors qu’il tranchait une énième gorge d’un coup bien placé, Kyosuke jeta un coup d’œil à son camarade de fortune : ce dernier semblait avoir une idée en tête et il y avait de fortes chances pour que ce soit la seule solution qu’ait le bretteur pour sortir vivant de ce guêpier. En voyant le regard de son compère, l’épéiste se douta qu’il allait regretter de lui faire confiance et alors qu’il s’accrochait à lui, l’homme aux explosions propulsa les deux combattants sur les toits, secouant par la même occasion Kyosuke qui fut à la fois surpris et déconcerté, l’idée de fuir le combat comme ça le répugnant et ce même si c’était la seule façon de survivre. Par la suite, une fuite s’improvisa sur les toits, digne des plus grands scénarios d’évasion que l’on pouvait lire dans les bouquins. En contrebas, les marines cherchaient désespérément un moyen de monter les rejoindre, mais le fait que la plupart des bâtiments soient des entrepôts rendaient l’ascension difficile voire impossible. Une idée germa alors dans la tête du bretteur qui s’arrêta soudain, plantant son épée dans les tuiles d’un hangar pour aller s’y cacher. Rapidement, il créa une ouverture assez grande pour se faufiler à l’abri et quand il vit que son compagnon continuait de courir, il hésita à lui dire de venir : la compagnie n’était pas quelque chose que Kyosuke appréciait. Cependant, il devait la vie à cet homme et d’un sifflement, il l’interpela.

Une fois à l’abri des regards, l’ancien majordome laissa échapper un profond soupir et s’étira en grimaçant, constatant avec désolation que son corps avait été drôlement amoché durant le combat. Çà et là, d’innombrables coupures marquaient son corps et le sang coulait légèrement de ses manches, retombant dans un clapotis presque inaudible sur le sol poussiéreux de cet endroit qui semblait bien évidemment abandonné. Retirant sa veste et la posant sur une chaise qui trainait là, il saisit la bouteille que lui tendait l’inconnu alors qu’il se présentait sous le nom de Tibarn et en versa le long de son bras pour désinfecter les plaies couvrant ses membres. Même si ces entailles étaient pour la quasi-totalité des blessures superficielles, Kyosuke n’aimait pas vraiment être blessé au bras et il prenait soin de les guérir dès qu’il le pouvait. Buvant une lampée d’alcool avant de lancer la bouteille à l’autre pirate, il s’appuya sur la rampe qui surplombait le hangar :

- Ces crétins de la marine… On peut pas faire un pas sans être emmerdé !

Kyosuke soupira et sortit une cigarette qu’il alluma avant de se pencher en regardant dans le vide. Il aurait tellement aimé que les choses soient plus simples, que la justice soit rendue par ceux qui prétendaient l’appliquer : ça lui aurait déjà fait moins de travail… D’un autre côté, il pouvait nourrir sa soif de violence et son irrépressible envie de faire couler le sang. Au fond de lui, il avait l’impression qu’un être étrange l’habitait, réclamant la mort et la destruction. Le meilleur moyen qu’il avait trouvé pour canaliser ce besoin, c’était en tuant ceux qui le méritaient. Respirant une bonne bouffée de fumée, il laissa tomber sa cigarette consumée en contrebas avant de se tourner vers son camarade :

- Bien, on ferait mieux de bouger avant que la marine se mette à fouiller de partout… Je te remercie pour tout à l’heure, même si je ne suis pas sûr que ta présence ait vraiment arrangé les choses au début du combat… Tu peux m’appeler Kyosuke.

Prenant sa veste et se dirigeant vers les escaliers, le bretteur se dirigea vers la porte menant à la rue. Il profita du moment pour nettoyer avec minutie sa lame légèrement tâchée de sang et finit par ouvrir discrètement la porte, regardant la ruelle sur laquelle elle débouchait et voyant les marines courir dans tous les sens :

- On dirait que ces idiots nous cherchent… On devrait se faufiler jusqu’au port. On pourrait se séparer mais je ne suis pas certain que l’un de nous ait une chance seul face à eux… Suis moi.

Sans un mot, le bretteur s’élança dans la ruelle en silence, se fondant dans la foule dense…
Revenir en haut Aller en bas
Tibarn
Pirate
Pirate
avatar

Messages : 124
Age : 27
Métier : Cannonier / Pilier de bar

Fiche du marin
PP : 400
PH : 538
Grade : Pirate

MessageSujet: Re: [FB] Des emplètes qui degenerent ( Kyosuke + Tibarn)   Jeu 25 Oct - 18:26




J'observais mon nouveau compagnon pendant qu'il désinfectait ses blessures, il était plutôt froid au premier abord, il tiqua à peine quand je me présenta, mais finis quand même par me donner son nom "Kyosuke", dehors nous pouvions entendre les marines nous chercher, il fallait bouger et vite, à cette allure ils ne mettraient pas longtemps à nous trouver. Visiblement mon nouvel ami eu la même réflexion que moi vu qu'il se dirigea vers la porte de sortie. Il ramassa sont manteau et me dit que nous devions rester ensemble, un point pour lui car si séparé de l'autre l'un d'entre nous tombait sur un groupe de militaire il était cuit. Il me dit de le suivre et passa devant, en cas de rencontre fortuite avec un marine ses épée seraient surement plus discrète que les canons qui me servent de flingues. Le plan était simple aller jusqu'au port et se tirer chacun de son coté.

En catimini nous commencions notre épopée, passant un regard discret par la porte, kyo s'assura qu'il n'y avait pas quelqu'un pouvant nous surprendre, personne à droite, personne à gauche nous traversions la rue pour nous réfugier dans la sombre allée situé quelques mètres plus loin, les ombres nous cacheraient pendant plusieurs minutes. Continuant sur notre lancée nous arrivâmes sans trop de difficultés au bout de la ruelle, le soleil fit son grand retour, nous ne pouvions désormais plus nous dissimuler dans l’obscurité. Pas de marine en vue pour le moment, nous traversâmes la grande place aussi vite et aussi naturellement que possible, nous étions presque arrivé au bout lorsque j’entraperçus une dizaine de casquettes siglée par le gouvernement déboulant d'une rue annexe.

Je tourna la première poignée de porte qui me tomba sous la main, coup de bol celle ci n'était pas verrouillée, j'attrapa kyo par le bras et l'entraina à l'intérieur. La femme qui se trouvait déjeuner derrière celle ci fut apparemment extrêmement surprise de nous voir débarquer ainsi. Je vis ses lèvres frémirent pour surement gueuler au alentour notre intrusion. Lui montrant mes flingues je lui lança d'un ton qui se voulait désinvolte et joyeux


Bonjours ! Nous sommes de vilains pirates prêt à vous tuer si vous faites le moindre bruit.

Elle me regarda, sa bouche se referma et elle tomba dans les pommes - trop de pression sur ses frêles épaule surement - Kyo me jeta un regard désapprobateur comme si il m'en voulait d'avoir envoyé notre hôtesse sucré les fraises. Bon tant pis j'y survivrais, le groupe de soldat que j'avais vu poindre ne semblait pa décidé à quitter la grand place, il faisait des rondes régulièrement, nous empêchant de partir. Après avoir solidement saucissonné et bailloné nôtres aimable et chaleureuse maitresse de maison, nous nous m'îmes t'à l'aise, enfin je me mis à l'aise kyosuke lui était assis sur une chaise, les yeux dans le vide, fumant sa clope et ne parlant pas. Et quand je lui proposa gracieusement un morceau de viande offert généreusement par notre délicate amie, il ne daigna même pas me regarder. Tant pis pour lui cette viande était succulente, je rassura tout de même la proprio qui une fois revenue du pays des songes, semblait un peu effrayée. Je pilla donc joyeusement les resserves de vivre et de boissons de la belle en attendant que les chose se tasse. Après une longue heure d'attente nous décidâmes d'un commun accord de dénouer les liens de la dame après lui avoir fait comprendre que je la transformerais en poussière d'os si elle n'avait ne serais ce que le début d'une pensée de trahison mais lui promis en retour de ne rien lui faire si elle se tenait à carreau. Elle n'avait rien à craindre, je n'avais qu'une parole et je n’appréciais pas particulièrement m'en prendre à une femme.

Une fois les marines partis de la place nous prirent congé de notre hôtesse, lui arrachant la promesse de ne pas prévenir la marine avant trente minutes. En courant nous traversons la grande place et nous dépêchons de mettre un maximum de distance entre notre ex-otage et nous. Son appel de détresse ameuta toutes les garnisons présente dans les environs nous laissant champs libre pour tracer vers le port. Arrivé sur place nous ne purent que nous rendre à l'évidence : les soldats avait embarqué nos embarcation respective. C'est donc sa la sensation d'être volé, étrange.

Nous réfugiant dans la taverne la plus mal famée des docks, nous nous m'îmes à explorer différente option s'offrant à nous. Aucune ne convenait, nous étions coincé comme des rats. Je sortis pour prendre un peu l'air du début de soirée afin de me remettre les idées en place et ce que je vis me ragaillardis. Une idée totalement folle et débile venait de me traverser l'esprit. Un petit bateau de ravitaillement de la marine était amarré non loin de là, une vingtaine de personnes devaient pouvoir prendre place dans cette petite caravelle. Je retourna à l’intérieur de l’établissement me posa à coter de Kyosuke et lui lança mon plan :

On va tirer un bateau du gouvernement pour mettre les voiles !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FB] Des emplètes qui degenerent ( Kyosuke + Tibarn)   Ven 26 Oct - 22:40

Avancer cachés : voilà le merveilleux plan que Tibarn et lui avaient finalement décidé de mettre en place. Se faufiler derrière les lignes pour essayer de fuir une marine bien trop curieuse à leurs yeux. L’idée ne plaisait vraiment pas au bretteur qui détestait l’idée de devoir rester dans l’ombre pour fuir. Les ténèbres avaient toujours été ses amies, lui servant de voile et de cachette… Cependant il les avait toujours utilisées pour traquer ses adversaires ou créer la surprise, jamais pour s’éclipser en silence dans l’espoir de se faire un peu oublier. Malheureusement et il devait l’admettre, cette solution était la seule qui leur assurait suffisamment de chances de survie pour espérer voir le soleil se lever de nouveau. Aussi avait-il décidé de suivre son compagnon du jour dans ses péripéties et ce même si cela ne l’enchantait pas du tout.

Ils progressèrent lentement, faisant attention à chaque coin de rue qu’aucun marine ne pointe le bout de son nez, faute de quoi ils risquaient de rapidement se retrouver encerclés et en gros désavantage. La ruse de Tibarn avait peut-être marché une fois, mais il y avait peu de chances pour que fuir par les toits fonctionne de nouveau. Fort heureusement pour les deux compères, ils réussirent à éviter les nombreuses patrouilles dans le secteur, jouant à une sorte de cache-cache géant avec les soldats de la marine. C’était dingue l’énergie que ces hommes déployaient à retrouver seulement deux fugitifs qui n’avaient fait que se défendre alors que temps de gens souffraient en silence sans recevoir la moindre aide des forces de l’ordre… D’une certaine manière, Kyosuke enrageait de voir le monde prendre cette direction. Pendant un instant, il aurait rêvé posséder une armée pour renverser la tendance, faire valoir la justice et non la domination. Même un équipage aurait peut-être suffit au jeune homme pour assouvir son désir de changer les choses… Mais il n’était pourtant qu’un homme perdu sur une île où il était traqué !

Leur marche ne menant plus nulle part à cause des innombrables soldats présents dans les environs, Tibarn crut bon d’entrer par effraction chez quelqu’un pour se cacher pendant un moment. L’idée était saugrenue et pendant un instant, Kyosuke pensa que ce n’était qu’une blague de son compère mais lorsqu’il le vit pénétrer dans la première demeure venue sans se gêner, le bretteur lâcha un soupir d’exaspération… Une exaspération qui ne fit que grandir lorsque devant les deux jeunes hommes la maîtresse de maison s’évanouit, certainement trop étonné de les voir débouler sans crier gare et aussi parce que l’homme au pistolet avait eu la merveilleuse idée de gentiment l’intimider de son arme et de ses paroles débiles. Comme il s’en doutait depuis le début, l’ancien majordome s’était encore associé à un crétin de première, un pirate sans cervelle et sans aucune élégance… Il n’était pas rare de croiser ce genre de spécimens dans les bars et les ports mal fréquentés et en y réfléchissant un peu, Kyosuke crut deviner que c’était certainement dans un de ces lieux que Tibarn s’était fait des ennemis chez la marine.

Lâchant un profond soupir, l’homme aux épées alla s’installer dans un coin suffisamment près de la porte pour décapiter quiconque oserait rentrer et resta immobile pendant un long moment, silencieux et discret. Il n’était pas rare qu’il s’adonne dans cette position à de petites méditations, repensant au monde, à son avenir, à son passé… A cet instant précis, il imaginait surtout un moyen de découper Tibarn en morceaux avant de s’échapper tranquillement de ce calvaire terrestre infesté de marines tous plus idiots les uns que les autres. A dire vrai, l’homme qui accompagnait le bretteur devait être au moins aussi utile et idiot que ceux qui le traquait : il était là, à se délecter d’un repas qui certes devait être succulent mais qui ne lui appartenait pas. Il faisait partie de cette catégorie de pirates bons vivants qui se croyaient tout permis sous prétexte qu’ils savaient échapper à la loi, se donnant ainsi le droit de brutaliser un peu le peuple qui lui souffrait à la fois de leurs dirigeants mais aussi de ces porcs mal éduqués et ne rêvant que de prendre du bon temps. Une chose était certaine, c’est que si le jeune Hatsuo décidait un jour de prendre la mer pour devenir l’un de ceux que l’on appelait « pirate », il ne ressemblerait jamais à ça et traquerait tous ceux qui jouent de leur position pour martyriser les autres. En y repensant, ses objectifs faisaient de lui une sorte de chevalier et pourtant il n’avait rien du chevalier…

La propriétaire de la demeure se réveilla quelques heures plus tard, sonnée par les derniers évènements. Contre toute attente, Tibarn réussit à la convaincre de rester calme pendant un petit moment, utilisant cependant la menace pour qu’elle coopère. Ayant un peu de la peine pour la pauvre femme qui n’avait rien demandé à personne, il l’accompagna dans la cuisine afin de la rassurer et l’aida à faire la vaisselle, créant ainsi un certain lien avec elle. Cela ne devait pas être agréable à vivre pour la pauvre dame et il était naturel qu’il l’aide un peu à nettoyer les cochonneries qu’avait faites l’autre pirate. Il lui tendit une bourse remplie de pièces, cherchant à compenser les dépenses de son compère. Bien évidemment, ce n’était pas son propre argent mais des pièces qu’il avait subtilisé à quelques marines durant la bataille mais c’était largement suffisant pour se faire partiellement pardonner.

Par la suite, Tibarn et lui prirent la route du port : la nuit était tombée depuis un petit moment et il était plus facile pour eux de se déplacer. Plusieurs fois, Kyosuke ressentit l’envie de planter ses deux épées dans le dos de son collègue, mais l’idée même de devoir souiller ses lames pour lui le répugnait et finalement il rejoint une taverne près de la rive. Leurs bateaux avaient été confisqués, chose que le bretteur trouvait normal : c’était le septième bateau qu’il perdait depuis ces cinq derniers mois. S’asseyant dans un coin et commandant un verre de lait, il le bu en silence alors que son compagnon alla faire un tour à l’extérieur. Pendant une seconde, il envisagea de partir par la porte de derrière et de s’éclipser définitivement de la vue de Tibarn, mais ce dernier revint en criant qu’il avait une solution : voler un bateau de la marine. Levant la tête vers son camarade, Kyosuke lui jeta un regard à glacer le sang, remplit d’une pointe de haine :

- C’est sans doute l’idée la plus débile que j’ai entendu ! Mais je suppose que c’est la seule solution que l’on a…

Remuant légèrement les lèvres comme pour contrôler sa colère, le jeune Hatsuo alluma une cigarette et monta sur la table, faisant ainsi face aux pouilleux de ce bar qui devaient tous être des criminels notoires ou des pirates en perdition. Sifflant entre ses doigts, il interpella tous les membres présents qui se retournèrent machinalement, l’air dépité :

- Oy ! J’aurais besoin de votre attention ! Je vois dans vos yeux une certaine tristesse, je vois dans vos airs que vous êtes blasés. Je sais ce que vous ressentez et je sais à qui vous devez ça ! Je sais que certains d’entre vous avaient un avenir radieux, je vois chez vous des pillards, des voleurs, des pirates talentueux ! Mais je parie que la marine vous a pris ce qui faisait de vous des gens exceptionnels pour vous transformer en déchets. Aujourd’hui, je vous propose de me suivre et de vous battre, de leur voler leur bateau et de les humilier ! Suivez-moi et nous quitterons cette ile sur LEUR navire !

Bien que le discours ne les ait pas emballés dans un premier temps et que certains s’apprêtaient même à sauter à la gorge du bretteur, les hommes présents furent rapidement pris d’une envie de se battre et hurlèrent en chœur leur haine pour la marine. Une fraction de seconde plus tard, les dizaines de marins et autres criminels sortirent ensemble dans la rue pour créer une émeute qui devait certainement occuper les soldats pendant un bon moment. C’était une méthode fourbe pour pouvoir s’approcher des bateaux discrètement et cela ne ressemblait pas à Kyosuke de sacrifier des gens pour s’en sortir, mais le fait de faire se battre la vermine contre la vermine ne semblait pas vraiment le gêner : au contraire, il faisait d’une pierre deux coups. Descendant de son piédestal temporaire, il se tourna vers Tibarn et lui fit un bref signe de la tête :

- Avec ça, on pourra aller tranquillement prendre le bateau et on aura suffisamment de personnes pour constituer un équipage temporaire pour faire marcher le navire que t’as vu… En route !

Alors qu’il sortait du bar, Kyosuke vit la nuit s’embraser alors que çà et là des feux commençaient à se lever sur le port. Bientôt, d’autres gens sortirent des tavernes mal famées du port et déjà la marine se ramenait. L’anarchie se levait à Shell Town, juste pour deux pirates cherchant à voler un bateau.
Revenir en haut Aller en bas
Tibarn
Pirate
Pirate
avatar

Messages : 124
Age : 27
Métier : Cannonier / Pilier de bar

Fiche du marin
PP : 400
PH : 538
Grade : Pirate

MessageSujet: Re: [FB] Des emplètes qui degenerent ( Kyosuke + Tibarn)   Sam 27 Oct - 15:51



La tronche que tira mon coéquipier provisoire après mon annonce était vraiment exceptionnelle, surprise et colère se mélangeait parfaitement dans ses yeux. Après avoir repoussé cette idée pendant quelques minutes, il se ravisa et se rendit à l'évidence : c'était une solution complétement folle mais c'était aussi probablement notre seul échappatoire à une capture voire à une mort certaines par le gouvernement.

Il fit quelque chose qui me surpris beaucoup, il monta sur une table et se mit à parler à l'assemblée réuni dans ce rad crados. Il leurs donna un magnifique discours sur le pourquoi du comment ils étaient devenus des déchets bon à rien. Cet bande de demeurés alcoolisée n'en demandait pas tant pour justifier leurs déchéance morale et physique, ce gars venait de leur trouver une excuse en or, la marine est responsable de leurs misérables vie, la marine est responsable de leurs tracas du quotidien, la marine est le mal et ce soir il allais attaquer ce mal afin de leurs faire payer toutes les souffrances endurées pendant des années, piquer un bateau ne serais qu'un début peu être que après ils continueraient peut être même jusqu'à Marinford pour infliger au mal absolu la punition divine. C'est ce que la plupart devaient penser après la petite tirade de Kyosuke. C'est fou ce que l'on arrive à faire faire à des faibles d'esprit.

J'esquissa un sourire discret tout en allumant une clope, Kyo était un excellent orateur en cinq minutes il avait réussi à convaincre l'ensemble du bar, pirates et honnêtes marins à mettre à sac le port. Mais cela ne suffirait pas il fallait aussi qu'ils volent un bateau de guerre de la marine amarré à quelques mètres de là, une diversion plus que parfaite pour nous. Nous profiterions du bordel environnant pour piquer la caravelle que j'avais vu un peu plus tôt et tant pis pour tous ces petits révolutionnaires en herbe. Galvanisé par le discours de Kyosuke l'ensemble du bar pris les armes et se rua à l'extérieur afin de tuer du marine en scandant leur haine du gouvernement.

Je mis ma main sur l'épaule du bretteur pour lui adresser mes félicitations,mais celui ci la dégagea aussitôt, m'adressant un regard mauvais. Pff cella faisait quelque temps que j’eus remarqué qu'il ne me portait pas particulièrement dans son cœur , me prenait il pour un pirate sans fois ni lois ? Me considérait il moi aussi comme un idiot juste bon à être manipulé et tué pour qu'il puisse réussir à partir ? Était ce à cause de ce qui s'était passé plus tôt quand j'avais menacé cette femme ? Ou me considérait il comme un sombre déchet de la plèbe ? Oui j'avais remarqué ces habits de majordome, mais n'avais rien dit cela ne me regardais pas. Allons bon il n'aurait bientôt plus à supporter l'affront de ma présence, une fois le bateau piquer et nos fesses à plusieurs kilomètres d'ici, il me déposerait sur une île habitée et il en sera finis de notre collaboration. Espérons juste que d'ici là il ne tente rien de stupide à mon encontre.

En sortant du bar nous ne pouvions que constater ce que le discours de mon partenaire avait déclenché. Une boucherie, c'était une véritable boucherie. Dehors les hommes manipulés avait commencé à mettre le feu à divers entrepôts de stock gouvernementaux, les marines en faction dans ce secteur avaient bien tentés d'intervenir mais à 2 vs 50 ils furent vite réduit en bouillie sanguinolente. Suite à cet incident mineur tous les soldats de la ville s'était rendus dans le port pour maitriser cette rébellion naissante. Nous prîmes vite la direction de notre cible, en arrivant en vue des marines gardant celle ci je vit un sourire mauvais éclairer le visage de Kyosuke qui dégaina ses lames. Je pouvais me lâcher cette fois, le vacarme environnant couvrirait le bruit de mes explosions, je pris en main mes colts et tira avec la plus grande précision sur trois des gardes en faction autour de la caravelle qui vis leurs misérable vie finir dans un grand boum.

De son coté kyo tranchait marine sur marine, je me surpris à admirer sa dextérité au sabre. Tel un courant d'air il passait entre ses ennemis et leur ôta la vie avec style et élégance. Avançant doucement mais surement nous arrivâmes au navire tant convoité. Quatre marines restés là au cas ou passèrent de vie à trépas en moins de deux. Nous montâmes dans la caravelle sa y est nous y étions enfin, nous allions pouvoir partir de ce merdier.

Me retournant pour voir la ville, je me rendis compte de notre folie. Le port tout entier était en proie au flammes qui détruisaient tout sur leurs passage. Le moment de filer était venus, Kyo déjà au commandes me donnait quelques instructions pour le départ, il leva l'ancre, je déplia la grand voile. Nous étions partis, nous avions réussi. Mais une ombre se profilait au loin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FB] Des emplètes qui degenerent ( Kyosuke + Tibarn)   Dim 28 Oct - 22:39

Shell Town venait de s’embraser, devenant un véritable enfer brûlant du désir de révoltes de ses habitants acculés par la pression qu’exerçait depuis des années la marine sur eux. Ce soir, cette petite île se dressait pour combattre ses vieux démons, quitte à faire couler le sang et à brûler les monuments qui leur rappelait cette marine que tout le monde détestait. Kyosuke avait eu de la chance que le village où il était entretienne une certaine haine pour le pouvoir en place et même si quelques innocents ne faisaient pas parti de l’amas de pirates qu’il avait entraîné avec lui, il n’y avait nul doute qu’ils ne craindraient pas grand-chose… Ou du moins c’est ce qu’il espérait.

Devant ses yeux, d’immenses colonnes de feu s’élevaient des entrepôts et un épais nuage de fumée commençait à masquer le ciel déjà obscur de cette nuit sanglante. Le port était une véritable fournaise d’où venait de naitre une petite révolution, un groupe dont le seul désir était de se rebeller contre un envahisseur illégitime et qui entravaient leurs mains et les privaient d’une liberté qu’ils méritaient pourtant. Bien vite, les soldats du gouvernement se retrouvèrent en infériorité et le chaos qui se répandit fut sans appel : les cadavres s’empilèrent et la base de la marine se mit à cracher des régiments entiers sur la ville alors que certains bateaux du port se mobilisaient déjà pour organiser une répression sans appel. Bientôt, la révolution allait être complètement annihilée par une force militaire bien trop importante… Triste fin pour des gens luttant pour leur conviction, mais fin prévisible et déjà planifiée par Kyosuke qui quant à lui s’avançait dans le port.

L’endroit grouillait de combattant ne cherchant qu’à en découdre et après quelques secondes à penser qu’il pourrait se faufiler sans encombres jusqu’au bateau de la marine qu’ils désiraient voler, le bretteur dut se rendre à l’évidence et dégaina ses sabres. Les faisant tournoyer entre ses doigts, il se mit en position offensive et se lança à l’assaut : meurtrier ! Comme si la nuit lui donnait des capacités étranges, il se fondait dans l’obscurité jusqu’à découper chaque personne qui se trouvait sur son passage, tranchant gorges et membres, éviscérant marines comme scélérats. Il effectuait une danse mortelle avec ses deux nouvelles lames dont l’acier s’abreuvait avec joie du sang de ses adversaires. Il se sentait comme porté par l’air, fusionnant avec lui et gagnant à chaque fois en fluidité, abattant ses katanas pour infliger la mort. Ses techniques s’enchaînaient et ce même s’il n’avait toujours pas adopté de style de combat qui lui était propre, ne faisant que mélanger certaines passes d’arme qu’il avait appris durant sa jeunesse. Il s’était donné du temps pour créer un style de maniement d’épée qui lui était propre et se contentait de jouer de ses talents d’épéiste.

De son côté, on pouvait voir que Tibarn s’en donnait aussi à cœur joie, faisant tomber ses adversaires les uns après les autres de ses pistolets qu’il avait reçu de l’armurier de Shell Town. Bien qu’il n’appréciait pas du tout le style et la mentalité de son partenaire, Kyosuke devait bien admettre qu’il était efficace et surtout utile. Grâce à lui, il avait pu s’en sortir aujourd’hui et il allait bientôt pouvoir s’échapper de ce calvaire sans fin et qui était autant pénible mentalement que physiquement. Ensemble, tous deux se frayèrent un chemin sur les quais du port jusqu’à atteindre un bateau de la marine qui allait leur permettre de prendre le large. Armé de seulement quatre petits canons et possédant une simple voile, le navire ne payait pas de mine mais pourrait peut-être se faufiler entre les lignes ennemies. Grimpant à toute allure sur le pont, Kyosuke invita son camarade et quelques autres rebelles à monter avec lui pour l’aider à manœuvrer. Voyant que personne ne semblait prendre les devants, l’épéiste finit par se saisir du gouvernail et hurla ses ordres :

- Levez l’ancre, hissez la voile et chargez les canons ! On va essayer de passer en force ! Tibarn, met toi devant et prépare toi à faire feu sur les bateaux qui nous bloqueront le passage !

Manœuvrant vivement, Kyosuke décida d’emmener son bateau et son équipage temporaire au large. Il avait toujours eu horreur de naviguer, son sens de l’orientation et ses capacités de marin étant vraiment très mauvais. C’était d’ailleurs la principale raison pour laquelle il lui arrivait régulièrement de perdre des embarcations ou d’échouer sur des îles inconnues sans réellement comprendre comment. Cependant, même s’il avait horreur de tenir la barre entre ses mains, la situation l’exigeait : d’une part car il n’avait aucune confiance en ses camarades de route mais d’autre part parce qu’il se refusait de mettre sa vie entre les mains d’un inconnu ou pire, de Tibarn. Le bateau se mit en route, filant au gré du vent jusqu’à s’éloigner un peu du rivage. Malgré le calme de la mer, la fureur qui se déchaînait sur terre semblait raviver la tension ambiante et tout le monde s’activait en étant sur les nerfs.

Bientôt, les premiers navires de la marine pointèrent le bout de leur nez et rapidement les flots furent infestés d’étendards bleus. Si de nombreux bateaux ne firent pas attention à l’équipage de Kyosuke du fait que le navire sur lequel ils se trouvaient était également de la marine, quelques-uns les prirent rapidement en chasse lorsqu’ils se rendirent compte qu’ils fuyaient l’ile au lieu de la sécuriser. Bien vite, les boulets de canon vinrent s’échouer sur les vagues, soulevant des colonnes d’eau immenses et arrachant le bois du rafiot que l’épéiste essayait tant bien que mal de garder sur pied. Sa voix hurlait des ordres alors qu’à présent Tibarn et les canonniers ripostaient comme ils le pouvaient. Ce fut bientôt un carnage sans nom et au milieu des explosions et des hommes passant par-dessus bord, l’eau qui inondait le pont rythmait leur avancée chaotique jusqu’au large. La lune était le seul témoin de cette fuite désorganisée et qui allait certainement les entrainer dans les abysses si ça continuait. Cherchant une solution, Kyosuke cria à nouveau :

- Mettez tous les canons à l’arrière et faites feu ! Ca ralentira les marines et ça nous propulsera peut-être plus vite !

C’était une idée saugrenue, mais c’était sans doute leur dernier espoir…
Revenir en haut Aller en bas
Tibarn
Pirate
Pirate
avatar

Messages : 124
Age : 27
Métier : Cannonier / Pilier de bar

Fiche du marin
PP : 400
PH : 538
Grade : Pirate

MessageSujet: Re: [FB] Des emplètes qui degenerent ( Kyosuke + Tibarn)   Dim 28 Oct - 23:50



Quand j'avais vu les bateaux gouvernementaux nous barrer la route mon sang s'était figé. Heureusement pour nous la caravelle que nous possédions était petite et portait les couleurs de la marine, ce qui nous permit de nous faufiler au travers du barrage maritime, du moins au début. Quand les commandants de vaisseau comprirent que nous nous enfuyons au lieu de mater la rébellion, ils se mirent à nous bombarder. Heureusement j'arrivais à faire exploser la plupart des boulets de canons alors qu'ils étaient encore en l'air, mais le peu qui passaient au travers de mon feu nourris faisaient des dommages colossaux.

Autour de moi les hommes qui étaient monté avec nous paniquaient et couraient dans tous les sens, la plupart n'étaient pas des pirates aguerris, la plupart n'étaient pas non plus des marins à vrai dire, certains se jetèrent à la mer espérant avoir la vie sauve, ceux la furent mangé par les monstres hantant les fonds marin, la mer ne pardonne pas aux imprudents qui la défie. Kyo nous ordonna de positionner nos canons à l’arrière de notre navire pour essayer de nous propulser tout en contre-attaquant, pas bête pour un bretteur.

Je donna à mon tour quelques ordres par ci par là pour essayer de mener une contre attaque décente. Je donna quelques instructions pour positionner les canons, chargea mes colts et envoya la sauce. Une de mes salves explosives fit un trou dans la coque d'un navire, les boulets qui suivirent l'éventrèrent. Le vaisseau ennemis commença à sombrer doucement dans les abimes - un de moins - les cris de joie de notre équipage improvisé s'élevèrent dans l'air comme pour chanter cet exploit. Ils furent malheureusement éteint par un tir ennemis qui atterrit non loin de nous, tuant plusieurs des nôtres, un éclat de bois vint se loger dans ma cuisse m'arrachant un cris de surprise.

Ne lachez rien bande d'abrutis ! Retournez à vos postes ou je vous bute moi même !

Mon petit avertissement avait fait mouche, les soulard qui nous servaient de mains d’œuvre avaient arrêtés de courir dans tous les sens et s'en étaient retournés à leurs taches. Je ne suis pas aussi doué que Kyosuke pour les discours mais je savait diriger les faibles, la menace restant la meilleurs des motivation pour eux. Les navires gouvernementaux se remirent à nous canarder mais nous loupa, la distance que nous nous efforcions de mettre entre eux et nous commençais à porter ses fruits. Profitant de la légère avance que nous commencions à avoir sur eux, je pus me permettre de charger nos canons avec mon haleine pour "booster" l’accélération du bateau. Cela marcha bien peut être même trop, le navire fut tellement booster par ses quatre canons booster au bomu bomu no mi qu'il décolla presque, éjectant au passage quelques sots qui n'avaient pensé à s'accrocher. Tant pis pour eux nous les pleurerions plus tard, enfin si ils étaient pleurés un jour.

Profitant du moment de flottement qu'avait entrainé mon initiative malheureuse, les bateau militaire s'étaient rapproché et recommençaient à faire feu sur nous. La pluie de boulet de canon qui s'abatis sur nous fut meurtrière, seul Kyo, moi et cinq autres membres survécurent.

Voyant se profiler au loin les reliefs d'un surplombs rocheux, je compris immédiatement ce que Kyosuke attendait de moi et leva mon pouce tendus dans sa direction pour le lui faire savoir. Pour un bon plan s'était un chouette bon plan. A vrai dire s'était le seul plan dont nous disposions et au vue de notre situation se serait surement le dernier, comme un dernier baroud d'honneur avant la fin. Mais il fallait tenir quoi qu'il en coute, arriver à tous prix jusqu'à ces foutus rochers. Les boulets continuaient de pleuvoir au dessus de nos tête et j'avais de plus en plus de mal à les envoyer paître.

Nous atteignîmes enfin la falaise rocheuse, notre vaisseau bien endommagé se faufila dans l'étroit corridor de celui ci. Et quand les bâtiments de la marine stoppèrent leur progression à l'entrée du boyaux tortueux, je sus que nous avions gagné cette bataille. Chargeant mes guns une ultime fois, je les leva et tira sur les rochers au dessus des embarcations militaire. Les masses de rocs qui tombait entre eux et nous devrait les empêcher définitivement d'avancer et par la même occasion boucher leurs ligne de mir sur nous. Je retira enfin l'éclat de bois planté dans ma cuisse et me mis à rire de toutes mes forces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [FB] Des emplètes qui degenerent ( Kyosuke + Tibarn)   Lun 29 Oct - 15:10

La course poursuite était intense et les attaques, meurtrières. A présent, chaque boulet de canon qui ne faisait que frôler la coque du bateau rapprochait les pirates de la mort. Les puissances de feu étaient inégales, les canons crachaient la mort avec tant d’aisance que cela avait quelque chose de malsain. Au fur et à mesure que le temps passait, l’équipage improvisé des deux forbans diminuait, les boulets en acier percutant à intervalles réguliers le bois et entraînant peu à peu le navire vers sa fin. Le flanc avait été sauvagement déchiré, la passerelle était marquée de plusieurs trous qui rendaient le passage quasiment impraticable. Il était vrai que l’idée de la fuite n’était déjà pas une très bonne idée en soi, mais plus ils s’éloignaient du rivage plus cela ressemblait à un véritable suicide.

A la barre, Kyosuke essayait de manier le bateau aussi vite qu’il le pouvait, lui faisant prendre des directions assez improbables histoire de semer leurs poursuivants qui malheureusement ne semblaient pas vouloir lâcher l’affaire. Intérieurement, il maudissait Tibarn pour l’avoir entraîné dans cette histoire et la rage qu’il cumulait le rendait tellement agressif qu’il se surprit à insulter tous ceux qui n’obéissaient pas à ses consignes. Pire que ça, il bouillonnait de rage envers lui-même et la stupide idée qu’il avait eu de prendre le gouvernail en main et d’essayer de faire survivre le ramassis d’idiots qui l’accompagnaient. En y réfléchissant, il aurait bien plus de chances de s’en sortir tout seul plutôt qu’en tentant de tous les emmener au loin.

Manœuvrant comme il le pouvait, le bretteur jeta un coup d’œil derrière lui : comme s’il prenait un malin plaisir à la situation, Tibarn gérait les canonniers comme un chef d’orchestre guide ses musiciens. Les explosions étaient sans fin, semblables à celles que l’on entendait en temps de guerre. Utilisant le pouvoir de son fruit du démon, le pirate détruisait les boulets ennemis en vol, donnant l’impression qu’il organisait un véritable feu d’artifice. Grâce à la propulsion qu’apportaient les canons, le bateau semblait gagner en vitesse et même si cela ne se ressentait presque pas vu la taille du bâtiment, la distance qui les séparaient des navires de la marine sembla se creuser. Bientôt, ils ne seraient plus à portée de leurs armes et pourraient s’en tirer aisément sans risque d’être coulé et de finir en nourriture pour poissons comme les pauvres membres d’équipage qui avaient sombrés à cause des tirs.

Alors qu’il pensait pouvoir souffler un peu, Kyosuke sentit soudain une violente poussée dans son dos, comme si le bateau avait été doté d’un propulseur surpuissant. Par reflexe, le bretteur planta son épée dans le sol pour essayer de garder une certaine stabilité, utilisant son autre main pour garder le cap. Pendant un court instant, il sembla que le bateau s’était mis à voler, emportant avec lui un équipage non préparé pour ce genre de voyage et dont la moitié des membres passa par-dessus bord. Même si l’étonnement sembla prendre possession de l’ancien majordome pendant un instant, il prit vite conscience que cette mésaventure était due au zèle et au caractère borné de Tibarn qui avait cru bon d’utiliser son pouvoir sur les quatre canons pour aller plus vite. Même si l’idée aurait pu être bonne sur un bon navire et avec un équipage qualifié, le fait de prendre cette initiative sur un rafiot qui menaçait de couler avec des crétins qui n’avaient sans doute jamais navigué relevait de la bêtise pure.

Pire, alors qu’ils reprenaient un peu tous leurs esprits, Kyosuke se rendit compte que la marine avait rattrapée son retard et qu’à présent elle les bombardait, abattant une pluie de boulets sur le navire qui failli succomber à l’attaque. La situation était critique et les membres encore présents, trop peu nombreux pour rendre la navigation descente. Respirant un bon coup, le jeune Hatsuo prit la direction du seul endroit où il pourrait semer la marine : un petit coin où les bateaux ne pourraient pas tous passer et où Tibarn pourrait se rendre utile en les sauvant définitivement. Maniant aussi bien qu’il le pouvait le gouvernail, le bretteur se dirigea vers l’espace étroit, essayant de garder un cap difficile à tenir à cause des remous et des boulets de canons. Lorsqu’il s’infiltra dans le boyau, il érafla la coque qui s’éventra légèrement, suffisamment pour que le bateau commence à prendre l’eau mais trop peu pour que cela l’entraine par le fond. Redressant la barre pour tenter de sauver le coup, Kyosuke tenta de conserver une certaine allure lorsque des détonations retentirent, indiquant qu’ils avaient finalement réussi à s’en sortir.

Tibarn venait d’abattre le sommet de la falaise sur leurs adversaires, leur bloquant le passage suffisamment longtemps pour qu’ils puissent prendre le large, ou du moins qu’ils puissent se mettre en sécurité. Alors que le bateau retrouvait une allure plus calme et que les trois derniers survivants sautaient de joie, Kyosuke se laissa tomber en arrière pour souffler un peu, s’étirant en regardant son coéquipier s’enlever un morceau de bois de la jambe. Ils s’en étaient finalement bien tirés et pendant un instant, le bretteur failli se montrer redevable avec l’autre pirate qui l’avait accompagné dans cette journée. Ravalant finalement les éventuels compliments qu’il aurait pu faire, Kyosuke se leva et pris ses affaires, cherchant des yeux la barque de secours se trouvant habituellement sur ce genre de bateaux :

- Bien, c’est ici que nos chemins se séparent. J’aurais bien fait un peu de chemin avec toi, mais je préfère voyager seul ! Tu n’auras qu’à demander aux survivants de t’accompagner jusqu’à un endroit où tu pourras te soigner, ta blessure à l’air un peu plus profonde qu’il n’y parait.

Se dirigeant à l’autre bout du navire, Kyosuke vit que la barque était attachée à l’avant du bâtiment, ainsi épargnée par la bataille qui avait fait rage un peu plus tôt. Sautant dessus, il fit un bref signe de la main à son compère et eu un petit rire sadique avant de couper les liens qui retenaient l’embarcation au bateau principal. Sortant ses deux épées, il les planta dans la coque en l’éventrant de deux entailles assez profondes par lesquelles l’eau finirait par s’insinuer lorsqu’ils reprendraient la route. Tibarn et son équipage ne le verraient pas avant une dizaines de minutes, ce qui laissait assez de temps à Kyosuke pour prendre le large. Déployant la voile, il commença à s’éloigner en regardant l’épave en suspens qu’était ce bateau, souriant légèrement en s’allongeant tranquillement.

Il ne pouvait pas laisser ces gens s’en sortir, c’était contre sa nature et même s’il leur devait la vie, ils n’en restaient pas moins des criminels que la marine pourrait punir à sa place. Et puis, il se doutait que Tibarn s’en sortirait d’une manière ou d’une autre. Au loin, Shell Town semblait s’éteindre, signe que tout comme le feu qui était en train de la brûler, la rébellion mourait. C’était un symbole fort mais pas suffisant, juste les prémices d’une guerre qui débuterait un jour, bientôt…

Soupirant de plaisir alors qu’au loin le bateau où se trouvait Tibarn semblait minuscule, Kyosuke regarda une dernière fois à ses pieds avant de s’endormir : juste là, le sac que Tibarn avait rempli de la nourriture volée à la femme de l’île laissait entrevoir un butin qu’il avait réussi à subtiliser au pirate… Mais après tout, il l’avait mérité !
Revenir en haut Aller en bas
Tibarn
Pirate
Pirate
avatar

Messages : 124
Age : 27
Métier : Cannonier / Pilier de bar

Fiche du marin
PP : 400
PH : 538
Grade : Pirate

MessageSujet: Re: [FB] Des emplètes qui degenerent ( Kyosuke + Tibarn)   Lun 29 Oct - 20:08



Enfin nous étions sauvé, je cherchais Kyosuke du regard pour lui demander s'il y avait une idée sur la suite des opérations. Je le trouva dans la chaloupe de sauvetage miraculeusement épargnée par la violence de l'affrontement. Devant mon regard interrogateur il me dis qu'à partir de là il préférerait continuer seul. Tant pis nous continuerons sans lui désormais, fort de ma nouvelle position de capitaine j'ordonna au peu d'homme qu'il me restait de faire un rapide tour du bateau pour établir un rapide état des lieux. Le bilan était catastrophique toute la passerelle était ravagée, le flanc droit avait aussi reçu de sacrée dommage, quand au flanc gauche n'en parlons pas un boulet avait éventré tout ce coté ci du bateau et deux autres entaille se tenait un peu plus haut la ou quelques instants plus tôt était attaché le canot de secours du bateau. Enfoiré de Kyosuke qu'a tu donc essayer de faire ?

L'eau avait commencer à s'infiltrer un peu partout, il fallait donc réagir vite. Le premier des hommes se tenant la était chargé de ramener le maximum d'objet utile, le deuxième de mes sous fifres devait ramener de quoi faire un petit radeau de fortune pour s'échapper de ce qui allait bientôt être un cercueil sous marin. Pendant que mes deux compère était occuper à courir à droite à gauche pour s'occuper des préparatif du départ, je me rendais dans la cabine du capitaine pour voir ce que je pourrais y trouver d'utile pour soigner ma blessure. Je vis immédiatement les draps sur le lit que je déchira immédiatement pour l'enrouler autour de ma cuisse afin d’arrêter le saignement. Je trouva aussi dans une commode une magnifique montre à gousset qui faisait aussi boussole en argent - aller hop dans la poche - ce serait toujours utile. Je rassembla aussi divers draps et couvertures pour faire une voile de fortune.

En ressortant de la cabine, je vis que mes deux nouveaux amis s'étaient déjà atteler à la construction du radeau je leur déposa les divers tissus trouvés à coté d'eux pour qu'il puissent confectionner la voile. Une fois cela faite je me précipita en claudiquant vers le gouvernail la ou j'avais entreposé mon butin et le reste de nourriture piquer chez la dame de shell town. Le sac était introuvable, était il tombé à l'eau ? Les images du départ de Kyosuke me revinrent en mémoire, je revis distinctement mon sac sur la barque à bord duquel il s'était échappé. Le salopiaud en plus de nous avoir lâché, il s'était permis le luxe de me dérober les quelques vivres que je possédait. Tu ne perd rien pour attendre bretteur à la noix, un jour j'aurais l'occasion de me laver de cet affront.

Redescendant de la passerelle furibard, je constata que la construction du radeau était terminée. Il ne ressemblait à rien, mais du moment qu'il flottait je m'en fichais. J'aida les hommes à le mettre à l'eau, il tangua dangereusement mais ne sombra pas, ouf s'était déjà sa. Nous montions à bord et nous mirent en route loin de Shell Town, loin de la marine et loin de l'épave de cette caravelle qui déjà commençait à sombrer. Le nom de Kyosuke tournait dans ma tête, je ne pus m’empêcher de me demander s'il avait réussi à s'en tirer, probablement que oui. Chassant ces idées de ma tête, je me réjouissais d'avoir réussi à m'en tirer en un seul morceau et ce malgré la félonie de mon compagnon, mais bon après tout s'était aussi un peu grâce à lui que nous avions réussi ce petit exploit. Plus heureux que jamais d'être en vie je me mit donc à fredonner un air bien connu par les pirates.

Yohooooooo yohohohooooooo
Je m'en vais de bon matin, livrer le bon rhum de binks......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [FB] Des emplètes qui degenerent ( Kyosuke + Tibarn)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[FB] Des emplètes qui degenerent ( Kyosuke + Tibarn)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ryeo Wook CLOSE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Beginning :: Voguez à travers les flots :: Blue Seas :: East Blue :: Shell Town-
Sauter vers: