Partenaires





Index
Inscription
Rechercher
Membre
Connexion
Déconnexion
Votre Profil
Boîte de MP
Groupe

















+ Perso' Prédéf'
+ Batailles Navales
+ Conquête d'îles
+ Tales of Beginning
+ Haut-Fait

Nouveaux arrivants : +10PP/RP
Nous recherchons de vils pirates ou d'idéalistes révolutionnaires pour faire face
à l'imposante marine !
(Note : si vous voulez jouer un marine, n'hésitez pas non plus!)

+ Click here

Partagez | 
 

 [Flashback] A l'intérieur du brasier => Zuko + Tibarn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Pirate
Pirate
avatar



Tibarn
Messages : 124
Age : 27
Métier : Cannonier / Pilier de bar

Fiche du marin
PP : 400
PH : 538
Grade : Pirate
MessageSujet: [Flashback] A l'intérieur du brasier => Zuko + Tibarn   Mer 17 Oct - 16:47



La journée avait pourtant bien commencée...
Je me souvient qu'après quelques pérégrination de ci de la au travers des mers des Blues, j'avais pris la décision d'aller faire un tour du coté de Las Camp, le Jérusalem des pirates de ce coté de l'océan, la marine n'y mettais que très rarement les pieds et c'était tant mieux, l'uniforme gouvernemental ayant une légère tendance à me donner de l'urticaire. J'étais plutôt heureux et fière de moi, j'avais réussi à garder un peu de thunes de mon dernier job et dans la foulée j'eus la grande joie d'arriver jusqu'ici sans grand incidents majeurs, ce qui était un petit exploit compte tenu du fait de ma grande passion pour la bibine, mon paternel me l'avais maintes fois répété pourtant boire ou barrer il faut choisir. En déambulant dans la ville au petit bonheur la chance, je pus constater de mon œil que absolument toutes les rumeurs sur ce rad étaient fondée. Des rixes entre pirates d'équipages différents tous plus beurrer les uns que les autres éclataient plus ou moins à chaque coin de rue, je ne pus retenir un léger sourire d'amusement car c'était bien dans une bourgade telle que celle ci que je pourrais trouver un équipage qui me prendrais en son sein et avec qui je pourrais parcourir les mers de ce monde. Mes pas et surement mon chère instinct me guidèrent tout droit à une taverne à l'air plus que miteuse, on aurait dit que le bâtiment risquait de se casser la gueule d'un moment a l'autre. En entrant a l'intérieur je pus constater que ma première impression était la bonne, c'était vraiment un établissement pourris et ces espèces de pseudos pirates qui buvaient, battaient et cuvaient dans tous les coins faisait honte à la noble profession d'écumeur des mers. Je ne vis dans aucun de ces cafards se prétendant capitaine la force et la volonté de naviguer jusqu'à Grand Line. Tant pis un coup d'épée dans l'eau, je décida toutefois de m'aventurer jusqu'au comptoir afin de commander quelques amusements gustatif, parce que la route sa creuse et que le sel marin sa donne soif. Je somma donc au tenancier de me rapporter plusieurs brochettes de monstre marin ainsi qu'une bouteille de son meilleurs saké.
- Pour une fois que j'avais les moyens je n'allais certainement pas me priver -
Juste après avoir fait comprendre au patron mes besoins nutritionnel, un fieffé fielon visiblement plus hardi et surement plus aviné que les autres, me fis comprendre que si je tenais à ma vie il faillais que je lui donne ma bourse.

Pff, espèce de pauvre abrutie

Lui agrippant le visage avec ma main droite, je le mis hors circuit en déclenchant mon Hell's grap en plein dans sa face. Pas un truc suffisamment puissant pour éparpiller sa cervelle au quatre coin de l'île, non c'était juste une détonation assez puissante pour le défigurer. Après tout je n'avait que faire de la vie de cette larve, soufflant sur ma main qui prenait feu suite à l'explosion je récupérais ma commande, paya mon dû au tavernier et tourna les talons, l'ambiance était pourrie.

Après avoir vagabondé dans la ville un certains nombre de minutes, j’atterris au pied d'un cerisier planté en haut d'une petite colline un peu à l'écart de la ville, l'endroit me paraissait satisfaisant et la température ambiante étant bonne je décida de poser mes fesses la afin de pique niquer tranquille. Mon repas terminer je m’adossa à une pierre, alluma ma cigarette et admira la beauté de ce parfait petit arbre tout en sirotant mon Saké, je me mis à rêvasser et m'endormis.

A mon réveille, le paysage avait radicalement changé. La ville était en flamme et des hurlements bestiaux s'élevaient de la ville. N'ayant surement rien à voir avec tout sa, je décida alors de me carapater discretos car après tout ces petites guéguerres ne me concernait en rien. Observant les alentours, de ma position je pouvais facilement voir l'entrée de la baie ou était amarrer mon radeau. Quelle ne fus pas ma surprise en apercevant l'étendard de la marine flotter, sur des bateaux de guerre. Ces putains d’empêcheur de tourner en rond était surement venus pour chercher un pirate dont la tête était mis à prix et les choses avaient dégénérer, je pris alors le paris insensé de retourner à ma barque et de me barrer vite fait de ce putain d'enfer. Je me mis à courir en direction de ma chère embarcation.

Arrivé au centre de la ville je pus constater le déploiement de force ahurissant déployée ici, ce devait être bien plus qu'une mission de capture ordinaire, l'armada était trop impressionnante pour que se soit une bête chasse à l'homme ou alors ce devait être quelqu'un de très important . A peine eu-je fais le tiers du chemin que des soldats me barrait la route, pas le temps de blablater je pointa le canon de mon arme sur eux Hell's blast voila la route était dégagée. Continuant ma route au pas de charge, je m’arrêta net des râles de douleurs provenant d'un homme à terre avaient attirés mon attention, enfin quand je dis d'un homme, je devrais plutôt dire d'un presqu'homme. Le gamin avait peut être 15 voir 16 ans tout au plus et sans être médecin je devinais qu'il ne survivrais pas à cette escarmouche, au vue de la gravité de ces blessures il devait lui rester 15 peut être 20 minutes de longue d'agonie. Décidant de de donner un minimum de dignité à ce gosses et surtout d'abréger ces souffrances inutiles, je chargea une unique balle dans mon arme l'ajusta et tir le touchant en plein cœur.

Désolé petit, mais c'est ainsi. Les forts vivent et les faibles meurent, c'est triste mais c'est la vie.

Je m’agenouillai alors près du corps inanimé de ma victime et dans un élan de tristesse lui refermais les yeux qui était restés grand ouvert. Ouvris ma bouteille de saké en bus une gorgée, et en versa une lampée par terre, a la tienne gamin.

Alors c'était donc sa la justice absolue de ces chiens du gouvernement ? Utiliser un gosse en guise de chair à canon. Pff c'était pitoyable à en mourir, désolé gamin mais tu as perdu la vie pour de faux idéaux au nom d'une pseudo utopie erroné, car tu vois ce que tu appelle justice moi je le nomme loi du plus fort car seul le camp qui survit peut faire appliquer SA justice. Vraiment ce gouvernement mondial m'écoeurais de plus en plus.

Je me relevais quand je sentis un vague de chaleur arriver, qui avait bien pus monter le chauffage ? Après m'être retourner je constatais que le gamin qui se tenais a quelques mètres de moi et qui regardais le corps sans vie gisant à mes pieds avait l'air passablement énervé et commençais à s'enflammer. Qui était il pour lui d'ailleurs ? Son frère ? Un proche ? Un parent ? Un simple compagnon ? Un petit ami ? peut importait de toute façon car en mourant il avait laissé derrière lui son passé et renoncé à tout espoir de futur. Le gosse me regardait avec cette lueur dans les yeux que je connaissait bien, un mélange de rage barbare et de haine. Tout son corps criait vengeance.

Arrête, je sais ce à quoi tu pense. Désolé mais je n'ai nullement l'intention de tuer un autre gosse aujourd'hui

Un détail curieux attirais mon attention, les corps de plusieurs pirate encore fumant gisait près de lui. Mais bon sang qui était ce gosse ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Etat-Major
Etat-Major
avatar



Zuko Kasai
Messages : 322
Age : 22
Métier : Cuisinier

Fiche du marin
PP : 698
PH : 699
Grade : Sous-amiral
MessageSujet: Re: [Flashback] A l'intérieur du brasier => Zuko + Tibarn   Mer 17 Oct - 19:13

Aujourd'hui était un grand jour ! Zuko, qui faisait à nouveau parti d'un équipage de la Marine plutôt que d'arpenter les bureau du QG à prendre des airs de chiens battu ou à s'activer à tout prix, imaginant des batailles qui finissaient toutes immanquablement par un bâtiment en flamme et un patron pas content du tout, allait enfin participer à un raid sur une île pirate ! Leur capitaine ne cachait d'ailleurs pas son contentement quand à la tâche qui lui avait été confié. Leur but était simple : ils allaient servir de soutient à un bateau de plus haut gradé venu ici pour capturer un pirate de grande renommée, et ainsi éviter de payer la somme à un quelconque chasseur de prime.

Le plan était simple aussi simple que le but : ils devaient provoquer le plus de désordre possible dans les rangs des forbans pour qu'ils ne viennent pas en aide au chef, la cible de la Marine. Rien de plus facile en somme, juste assez pour s'amuser un peu. Ça faisait des années que Zuko rêvait d'une offensive comme celle là, il allait enfin pouvoir aider la Marine à lutter contre des pirates en étant sur le terrain ! Il n'était d'ailleurs pas le seul à être dans un état d'excitation frisant l'insanité : son voisin de rang, un certain Reiji, semblait prêt à tirer sur tout ce qu'il voyait avec ses deux revolvers de taille impressionnante.

-Raaaah ! Je peux plus attendre ! Il faut que je zigouille du pirate ! S'exclama-t-il joyeusement en tirant un coup de feu dans les airs.

Il se fit immédiatement reprendre par le capitaine. Les balles étaient précieuses, il ne fallait pas les gâcher ainsi car elles pourraient lui sauver la vie lors de la bataille. Penaud, Reiji rangea ses armes dans les étuis prévu à cet effet et baissa la tête, mais Zuko savait que sa fièvre du combat n'était pas retombée. Il savait aussi que ses revolvers faisaient du dégât pour avoir expérimenté lui même un des tirs qui lui avait fait littéralement exploser la poitrine lors d'un combat amical. Il avait apprit à bien le connaître et était ravi de l'avoir avec lui dans cette mission.

Puis le Capitaine sonna le branle-bas de combat et tout le monde rejoignit son poste pour se diriger vers le lieu de la mission, à savoir Las camp, une île apparemment hors contrôle du gouvernement et donc repère de pas mal de pirates et de bandits en tout genre. Ils furent en vue assez rapidement et Zuko dû se retenir de ne pas brûler le navire d'anticipation. Pour l'instant les pirates ne semblaient pas comprendre ce qui se passait, ils regardaient le bateau comme si ils s'attendaient à voir l'un des leurs à la barre. Puis un deuxième navire rejoignit celui de Zuko et enfin un troisième. Le pirate devait vraiment valoir cher pour que la Marine déploie autant de force. L'agitation commença alors sur l'île, les pirates s'affolaient tandis qu'un quatrième bâtiment de guerre aux couleurs de la Marine rejoignait la lutte.

Un bateau de pirate tenta de filer à l'anglaise, mais il fut coulé par le navire à la droite de celui de Zuko. Enfin ils larguèrent les amarres sous les coups de feu des plus courageux (ou des plus fous) des malfrats et se lancèrent à l'attaque. Zuko et Reiji combattaient ensemble, ils avaient énormément navigué l'un avec l'autre et souvent aux mêmes postes, aussi étaient-ils rapidement devenu amis et partenaires de bagarre.

Zuko était au sommet de sa forme et de son art. Tel le feu lui même, il brûlait tout sur son passage, laissant un traînée de corps de pirates carbonisés derrière lui tandis qu'à côté de lui Reiji vidait son chargeur sur tout ceux qui tentaient de l'atteindre et se plaçait à couvert pour recharger, protégé par Zuko qui pouvait se prendre toutes les balles qu'il souhaitait et renvoyer des balles de feu à la place. À un moment, ils décidèrent de se séparer pour traquer des fuyards dans les rues, ce que fit Zuko avec un sens du devoir assez impressionnant. Il n'épargnait aucun pirate, ne laissant que des corps encore fumant derrière lui et des bâtisses calcinées. Il était responsable du gros incendie qui c'était déclaré sur l'île, ravageant tout sur son passage, purifiant l'île de la racaille immonde qui y habitait.

Soudain, il aperçu Reiji au loin au prise avec un pirate. Le forban était apparemment un épéiste assez doué, mais Reiji avait l'avantage d'avoir un arme à feu. Avec un grand sourire il appuya sur la gâchette et... rien ne se passa. Une balle, c'est tout ce qui lui manquait. Son visage perdit toute couleur et Zuko pu voir la peur dans ses yeux. Il voulu battre en retraite mais l'épéiste fut plus rapide et le transperça de part en part avant de s'enfuir. Zuko n'avait put venir en aide à cause d'imbéciles qui lui barrait la route. Il s'en débarrassa en deux temps trois mouvements et fonça rejoindre l'épéiste qui s'enfuyait toujours, le rattrapant assez rapidement. D'un geste sûr, celui-ci se retourna pour le transpercer, mais fut surprit de constater qu'il n'avait causé aucun dégât.

-Le feu ne se coupe pas, connard.

Puis, sans même prendre la peine de le frapper, il l'attrapa par les épaules et commença à augmenter sa température corporelle. Là où il avait posé ses mains, le tissu brûlait, arrachant un hurlement à l'homme qui avait tué son ami, mais il n'était pas au bout de ses souffrances, car lorsqu'il n'y eu plus de tissu, c'est sa peau qui commençait à cuire, à former des cloques horrible, puis à finalement noircir et craqueler tandis que le reste de sa personne commençait à brûler. Il tenta bien de se dégager, mais Zuko était quelqu'un de fort et de plus, animé par une folie vengeresse, il le regardait brûlé en fixant ses yeux dans les siens. Lorsqu'il cessa de se débattre et que son corps ne fut plus qu'un reste noir indescriptible, Zuko le lâcha, arrachant un morceau sec là où ses mains étaient placées. Mort par combustion, ça sentait mauvais, mais c'était efficace.

Puis il retourna en arrière, la chaleur pour le moment éteinte, voulant retrouver Reiji pour lui faire ses adieux. Cependant il se trouva alors devant une scène qui lui fit immédiatement remonter la colère et la température d'un même coup. Reiji qui respirait difficilement avec un homme borgne penché sur lui. L'homme lui dit quelques mots puis lui tira une balle en plein cœur avant de lui fermer les yeux. Enfin il remarqua sa présence et la colère qui brûlait littéralement autour de lui et lui dit :

- Arrête, je sais ce à quoi tu pense. Désolé mais je n'ai nullement l'intention de tuer un autre gosse aujourd'hui.

Zuko n'en cru pas ses oreilles. Ce type le prenait pour un gosse ? En plus il ressemblait à un pirate. Reiji venait de se faire tuer par un pirate. Des flammes recouvrirent alors son corps tant sa rage augmentait, il ne pouvait plus empêcher sa température de grimper désormais.

- Et je ne te laisserais pas l'occasion de le faire ! Hurla-t-il.

Sans plus réfléchir, il se jeta sur le borgne. Ce n'était pas une stratégie efficace, mais il était trop en colère pour penser de façon cohérente, tout ce qu'il voyait, c'est que ce type était un pirate et qu'il venait de tuer ce qui se rapprochait le plus pour lui d'un meilleur ami ces derniers temps. Il devrait payer pour ça.

_________________

La loi est dure, mais c'est la loi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pirate
Pirate
avatar



Tibarn
Messages : 124
Age : 27
Métier : Cannonier / Pilier de bar

Fiche du marin
PP : 400
PH : 538
Grade : Pirate
MessageSujet: Re: [Flashback] A l'intérieur du brasier => Zuko + Tibarn   Mer 17 Oct - 20:54



En le regardant je voyais le marine en face de moi littéralement bouillir de rage, d'ailleurs plus le temps passait plus l'air devenait irrespirable, et étouffant, était-ce à cause de l'incendie qui ravageais cette ville ou bien y avait il une autre explication à ce phénomène ?

Et je ne te laisserais pas l'occasion de le faire

A cet instant je savais. Je savais qu'il m'en voulais, je savais qu'il voudrait me voir mort, je savais qu'il ferait tout pour voir son vœux exaucé. L'offensive ne tarda pas, cet idiot me fonçât droit dessus.
Je n'en reviens pas ce mec me voit avec deux flingues et tout ce qu'il trouve à faire c'est de courir dans ma direction tête la première en plein dans ma ligne de mir. Était il fou ou simplement stupide ? Encore un toutou lobotomisé du gouvernement. J'arme et ajuste mon tir, cible son torse. Me ravisant au dernier moment, j'opte pour un choix moins sanglant. Alors qu'il arriva vers moi je fis un léger pas sur le coté afin d'esquiver le coup de poing qu'il me réservait et lui rebalancant une droite dans sa tempe. Parfait à la niche le chien.

La brulure était terrible, que s'est il passé ? Je revis mon poing le toucher... et le traverser ?! La morsure des flammes qui s’étendaient le long de mon bras me surprenais bien plus encore, j'ai toute les peine du monde à étouffer le feu qui commençais à migrer vers mon épaule. Mais qui est il ? Je prend un temps de réflexion pour réactiver toutes les connections de mon cerveaux anesthésier par toute cette maudite fumée qui nous entoure, cherche putain cherche... TILT. Sa y est je me souvient le type en face de moi devait être cet officier de la marine qui avait manger le logia du feu, c'était quoi son nom déjà ? Bon peu importe son foutu nom après tout, ce qui importe tout de suite c'est que ce type est un putain de logia.

Je sens comme un frisson d'éxitation monté le long de ma colonne vertébrale, enfin un mec balèze à qui me mesurer depuis le temps que j'attendais sa. Mais alors que je suis en pleine réflexion ce mec revient à la charge en essayant de me coller une pêche, je réussi à esquiver. Tiens mange moi sa Hell's punch dans son ventre, en additionnant les pouvoirs de mon fruit à mon poing sa devrait passer. Cette fois c'est mon bras gauche qui se met à cramer. Profitant d'un moment d’inattention de ma part il me mit un coup de latte monumental qui m'envoya valdinguer à quelques mètres de la.

La douleur est omniprésente, il ne se défend pas si mal que sa finalement pour un gosse. Je me surprend même à sourire, enfin un combat qui vaut la peine d'être vécu. Je ferme l’œil un instant pour réfléchir, le sang tambourinait dans mes tempes et formait comme un rythme lent et sensuel, de leurs cotés le bruit des râles d'agonies, des hurlements de terreur, des cris guerriers et des détonations d'armes à feu formaient une délicate symphonie le tout formant un magnifique requiem, le requiem des âmes perdues, le requiem de la guerre. L'odeur de la mort est omniprésente mais une légère odeur de cochon grillé arrive à se faire sentir malgré tout, qui peut bien penser à faire cramer un porc à un moment pareil ? A ba non finalement ce n'est que l'odeur de mes chaires quelque peu roussies par l'autre exité.

Mais quel était son nom déjà ? Je suis sur de le connaitre en plus. Rufio isagi, non. Ruko zakari non plus. Zuko Kasai oui voila c'était sa Zuko Kasai la bombe humaine. Je commença à choper un méchant fou rire. J'appreciais vraiment l'ironie de la situation la bombe humaine contre l'homme qui a mangé le fruit boum boum le combat promettais d'être explosif.

Je me relève motivé par l'envie de lui faire mordre la poussière, la bombe humaine hein ? On va voir si tu mérite ton surnom. Dégainant à nouveau mes colts je les chargea avec mon haleine.

Mange moi sa enfoiré ! HELL'S GATELING

Sur de lui il n'esquiva pas, l'homme du gouvernement ramassa donc une douzaine d'explosions en pleine poire. L'onde de choc qui s'en dégagea brisa le peu de vitres qui restaient sur les bâtiment alentour, le nuage de poussière était colossal. Ce mec ne pouvait pas s'en être sortis à nouveau indemne, pas après sa impossible. Et pendant que le brouillard de poussière retombait je rechargea une nouvelle fois. Juste au cas ou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Etat-Major
Etat-Major
avatar



Zuko Kasai
Messages : 322
Age : 22
Métier : Cuisinier

Fiche du marin
PP : 698
PH : 699
Grade : Sous-amiral
MessageSujet: Re: [Flashback] A l'intérieur du brasier => Zuko + Tibarn   Ven 19 Oct - 16:07

Bien entendu foncer sur lui n'était pas une bonne idée, l'homme pointa une arme sur lui puis finalement se ravisa et se contenta de se décaler pour le frapper à la tempe une fois qu'il l'eut évité. Enfin d'essayer de le frapper, car bien entendu, le poing le traversa et la main droite de l'homme fut brûlé au troisième degré. En se retournant, Zuko tenta d'ordonner aux flammes de se répandre mais l'inconnu les étouffa trop rapidement pour qu'elles causent plus de dégâts importants. Il reporta alors son attention sur son visage, cherchant à retrouver une idée perdue tandis que lui cherchait à reprendre ses esprits. Cependant la scène était trop présente dans son esprit et il lui fonça à nouveau dessus, prêt à lui donner un coupe que son ennemi esquiva sans mal.

L'inconnu tenta à nouveau de lui coller un coup de poing dans le ventre, ce qui lui paru incroyablement stupide à un détails près : son poing gauche explosa dans son estomac. Cependant l'explosion ne lui fit rien, aussi décida-t-il de répliquer immédiatement en le frappant et l'envoyant rouler plus loin, le ventre en feu. Bizarrement quand il se releva, il avait un grand sourire affiché sur les lèvres. Il s'amuse ou quoi ? Pensa-t-il avec un certain étonnement. Comment pouvait-on s'amuser alors qu'on était en feu et que les seuls sons qui vous parvenaient étaient les hurlements d'agonies des pirates et Marines se battant avec acharnement, que les seules odeurs qui vous chatouillaient les narines étaient la senteur des corps brûlés et du sang, alors que la seule vision qui s'offrait à vous était celle du désespoir, de la désolation et de la mort, alors que son meilleur ami était mort par sa faute...

L'inconnu se releva, et Zuko savait désormais qu'il était un possesseur de fruit du démon et si il se rappelait bien de sa liste, ce n'était autre que le Bomu Bomu no Mi, le fruit des explosifs. Zuko sentit un sourire se dessiner lentement sur son visage. Il voulait essayer de faire exploser le feu ? Il allait être servit, il était bien plus chaud qu'aucune de ses bombes et quand il en aurait fini avec lui, la seule chose qui explosera sera sa tête. Il avait presque envie de sourire avec son ennemi qui se relevait à présent. La bombe humaine contre le fruit boum boum... Il était temps de prouver qu'il méritait bien son surnom !

Son opposant dégaina à nouveau ses colts et souffla dedans de son haleine pleine d'explosifs et les pointa droit sur lui. Ha ! Un pistolet à eau lui ferait sans doute plus de dégâts ! Sûr de lui, il ne bougea pas d'un poil pendant que l'autre hurlait :

- Manges moi ça enfoiré ! HELL'S GATELING !

Aussitôt, une rafale d'explosif lui fonça dessus, le faisant éclater à plusieurs endroit avant de se reconstituer morceau par morceau. Bien entendu, ça ne faisait jamais du bien de se faire ainsi fragmenter, mais ça ne lui causait aucun dégât réel. Par contre on ne pouvait pas en dire autant de ce qui les entourait : l'onde de choc avait ravagé les quelques vitres et vitrines qui avaient miraculeusement résisté à la bataille et un énorme nuage de poussière semblable à un champignon géant se forma, les cachant tout les deux à la vue de l'autre. À présent Zuko souriait franchement, il ne pourrait pas lui faire de mal avec des attaques de ce type. Il croisa les bras en attendant que la poussière retombe, se demandant si son ennemi serait toujours à la même place ou si il aurait eu le bon sens de s'enfuir avant qu'il soit à nouveau dans son champ de vision.

Cependant, il le retrouva exactement au même endroit, les deux colts apparemment rechargés et prêt à l'emploi. Zuko lui adressa un demi sourire mauvais avant de former deux pistolets avec ses doigts et de les pointer sur lui.

- C'est bon, t'as fini de t'amuser ? Alors à mon tour maintenant ! PISTOGUN !

Sur ce il envoya une rafale de balles enflammées droit sur lui, mais il avait de très bons réflexes et les évita facilement en se jetant sur le côté et en lui renvoyant une salve au passage. Zuko préféra les éviter également et ne pas perdre de temps à la reconstruction, aussi se jeta-t-il sous une charrette qui explosa deux secondes plus tard et il répliqua en enflammant l'endroit où son adversaire était caché. Puis, décidant que les amusements avaient assez duré, il commença à progressivement se rapprocher de lui, toujours en trouvait un endroit pour se mettre à couvert tandis que l'autre avait apparemment compris la manœuvre et tentait de rester hors d'atteinte.

À vrai dire le calcul était simple à faire : si jamais Zuko le touchait, il était cuit dans le sens littéral du terme. C'était donc la partie de chat la plus explosive de la terre qui venait de débuter et la victoire serait à lui si il réussissait à lui mettre la main dessus. Cependant, sa ''souris'' s'il pouvait se permettre l'expression ne souhaitait pas du tout se faire attraper ni même toucher. Il avait toujours des brûlures sérieuses aux bras, mais la fièvre du combat semblait les avoir misent en veilleuse pour le moment. À un moment, il eut une idée de génie en voulant lui faire écrouler un balcon dessus, mais Zuko eu le temps de bondir dans les flammes du bâtiment correspondant et n'eut aucune blessure. Cependant il ne pourrait pas ressortir par là, aussi suivit-il les flammes qui le guidèrent à une fenêtre juste au dessus du possesseur du fruit Boum Boum.

Avec une joie toute enfantine, Zuko bondit de sa cachette dans un hurlement d'abordage, faisant sursauter son ennemi qui leva instinctivement ses colts et tira. Bien entendu Zuko explosa, ce qui lui fit perdre du temps et laissa à l'autre l'occasion de s'écarter suffisamment pour ne pas être en danger de contact. Cette partie s'annonçait plus compliquée que prévu. Puis Zuko s'intéressa à son environnement, les flammes étaient omniprésentes autour d'eux, réduisant peu à peu les bâtiments et habitations en tas de ruines, dévorant tout ce qui pouvait l'être sur son passage et recouvrant toute cette partie de la ville, hors il était les flammes...

À nouveau, Zuko sourit. Et si il transformait la partie de chat en partie de cache-cache ? Lentement, il recula vers le foyer le plus proche et disparu à l'intérieur, ne faisant plus qu'un avec son élément. Le jeu allait devenir vraiment plus intéressant à partir de maintenant.

- Alors le borgne, comment tu vas te débrouiller maintenant ? Ricana-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pirate
Pirate
avatar



Tibarn
Messages : 124
Age : 27
Métier : Cannonier / Pilier de bar

Fiche du marin
PP : 400
PH : 538
Grade : Pirate
MessageSujet: Re: [Flashback] A l'intérieur du brasier => Zuko + Tibarn   Ven 19 Oct - 22:39


La poussière était retombée et je ne pus que constater l'ampleur de mon échec. Se tenant debout au milieu du cratère encore fumant de mon attaque précédente tel un phœnix renaissant de ces cendres appelant à lui les flammes environnante pour se régénérer, Zuko Kasai le regardait avec amusement. Mon adversaire était bel et bien en vie et indemne visiblement, décidément il était vraiment balèze ce gars. Je le vis sourire, il pointa ses doigts en forme de revolver sur moi et me dit :

C'est bon, t'as fini de t'amuser ? Alors à mon tour maintenant ! PISTOGUN !

Une flopée de flammes jaillirent de ses doigts et filèrent droit sur moi, c'était lent beaucoup trop lent pour moi. Mon œil aguerrit de tireur était parfaitement apte à voir et d'anticiper ce genre d'attaque, désolé mais il te sera plus difficile de tromper mes sens, je suis peut être borgne mais pas aveugle. J’esquivas sans trop de peine et lui retourna une rafale explosive de mon crue qu'il esquiva plutôt habilement en se dissimulant sous une charrette. Pendant quelques minutes le combat se figea ainsi je lui envoyais des Hell's blast qu'il encaissait ou esquivait en faisant mine de s'en foutre et de son coté m'envoyait des flammèche que j'esquivais sans trop forcer. Cela aurait pu continuer une décennie et visiblement l'homme feu l'avait compris aussi. C'est pourquoi il essayait de se rapprocher de moi sans aucun doute pour me faire cramer comme une dinde. Malheureusement pour lui, les efforts qu'il faisait pour se rapprocher je les faisais en sens inverse afin de m'éloigner un maximum de lui. je le savais si j'avais le malheurs de me laisser prendre j'étais mort, le calcul était plutôt simple en faite.

Ce combat nous fit nous déplacer sur une grande partie de la ville, nous ravagions tout sur notre passage. Lui réduisant en cendre chaque bâtiment, moi faisant tout sauter sur mon chemin un vrai carnage architecturale.
Mais il fallait admettre une chose, ce gars savait se défendre. Je commençais même à éprouver du respect pour cet homme. Pour la première fois depuis notre rencontre je le vis d'une façon différente, plus comme le gosse qui venait de voir un de ses amis tomber au champ d'honneur et qui essayait de le venger mais plus comme l'homme qui avait endurci son esprit et noircis son âme dans les affres de la folie guerrière éprouvait il autant de joie que moi à l'idée de mettre sa propre vie en jeu sur le champs de bataille ? Non je ne pense pas, tout à l'intérieur de lui ne devait qu'être colère et amertume envers celui qui avait lâchement assassiné son frère d'arme.

Nous tentions chaque un notre tour plusieurs stratagèmes, entre autres il y eu la fois ou le logia échappa à mon œil - peut être pas si aguerris que sa finalement - pour arriver par je ne sais quel miracle au dessus de moi, pas si bête sa aurait put marcher si cet idiot n'avait pas gueulé comme un porc qu'on égorge. Bénis sois sa stupidité, elle viens surement de me sauver la vie. Enfin ma stratégie de lui faire écrouler un balcon sur le coin du nez n'avait pas plus abouti.

Au bout de dix minutes d'un combat épique, je compris que je n'allais pas tarder à perdre ce duel. Mes blessure jusqu'à là anesthésiées par la douce euphorie du combat se réveillaient peu à peu. Mes mains commençaient à trembler dangereusement. Dommage j'aurais bien aimé continuer encore un peu me dis-je.

Zuko Karai fis alors quelque chose d'étonnant, il se mit à sourire et disparut dans un brasier ardent juste derrière lui. Avait il abandonné la lutte ? Avais je réussi à le blesser finalement ? Il n'en était rien, les flammes tout autour de moi avaient redoublées d’intensités et se rapprochaient dangereusement. C'était donc sa, il avait fusionné avec son élément le feu.

La situation était vraiment désespérer, je me mit à réfléchir à toute allure. Il était ressortit pendant ce combat que mes attaques avait mine de rien un effet minime mais qui aurait son importance durant mon ultime plan. J'avais remarqué qu'à chaque fois que je faisais mouche il se reconstituait, autre chose les ondes de chocs avait l'air de le "souffler" pas longtemps mais ce court laps de temps suffirait. Bien mon plan était près à être mis en œuvre mais comment le faire sortir de ce brasier ? Mais bien sur ! *Smile*

Décidément les marines ne savent que se planquer ! Tu ne vaut pas mieux que ton cafard de ton copain que je viens d'écraser ! Tu ne voulais pas le venger ?

Mon idée marcha bien mieux que je l'aurais espérer, a peine eu-je finis ma phrase que je le vis sortir des flammes me chargeant tête baissé. Son impulsivité voila comment j'avais réussis à le faire sortir de sa cachette. Je me préparais à mettre mes projets à exécution, j'en profitais pour prier. Espérons que je succombe pas à ma propre folie. Et alors que Zuko, à quelques centimètres de moi, allait m'asséner une droite fatale, je pointais mes guns vers ses pieds Hell's shift.

L'explosion souleva un nuage de poussière colossale, me projetant dans les airs. J'utilisais mes dernières forces pour me déplacer dans les airs et ainsi échapper à mon bourreau. Fuir ainsi m'étais insupportable, mais il fallait se rendre à l'évidence j'étais faible. Il me manquais encore cruellement de puissance de feu pour vaincre des adversaires comme lui. Cette puissance je ne pourrais l’acquérir qu'en survivant. Mieux vaut être un lâche en vie qu'un héros mort après tout. Mais je te promet une chose Zuko Karai nous nous reverrons et cette fois je serais plus fort et nous nous déchainerons dans nos flammes respectives tel des démons dansant la sarabande dans les décombres d'une ville en ruine.

Enfin bon, après tout peu être allais-je quand même mourir ici. Après tout mon plan contenait une faille et de taille : l’atterrissage, ayant utilisé tout le jus qu'il me restais pour m'envoler loin de cette ville qui me servirait de tombeau, je n'avais plus qu'a me remettre au destin concernant la dernière partie de mon repli stratégique.

Et celui ci fut plutôt clément avec moi, quelques arbres ralentirent ma chute, leurs branches me brisèrent quelques côtes aux passage en guise de dut. Je m'écrasais lourdement sur le sol, utilisant mes dernières forces afin de ramper jusqu'à une grotte en contrebas. Une fois arrivé dans cet antre protecteur, je m'évanouis.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Etat-Major
Etat-Major
avatar



Zuko Kasai
Messages : 322
Age : 22
Métier : Cuisinier

Fiche du marin
PP : 698
PH : 699
Grade : Sous-amiral
MessageSujet: Re: [Flashback] A l'intérieur du brasier => Zuko + Tibarn   Sam 20 Oct - 12:26

Une fois dans les flammes, Zuko c'était sentit revivre : toute cette énergie créée par la chaleur l'entourant tandis que ce brasier infernal consumait tout sur son passage ! Il se sentait à l’apogée de sa forme, au sommet de son art et à la fois au plus profond des enfers. Sa cible n'avait plus aucune chance, aucun moyen de s'échapper car il voyait tout, ressentait tout et était partout où le feu brûlait. Et comme le feu il était impulsif et n'obéissait pas forcément aux lois que lui dictait sa raison. Aussi quand son adversaire les insulta, lui et son ami décédé, il bondit hors de sa cachette pour lui asséner le coup fatal. Dans sa course il vit que le pirate ne souhaitait pas bouger, allait-il encore tenter quelque chose d'inutile ? Mais plus l'écart se réduisait et moins il paraissait possible qu'il ait le temps d'entreprendre quoi que ce soit pour l'attaquer. Une fois qu'il ne fut qu'à quelques centimètres de lui, il vit la victoire s'inscrire sur son poing, remportant le combat d'un seul coup remplit de rage !

Cependant Le forban était plus intelligent qu'il n'y paraissait car au dernier moment, il tira dans le sol et une détonation semblable à un coup de canon retentit, creusant un profond cratère dans le sol et le propulsant dans les airs suffisamment loin pour être hors de porté du Marine qui fut souffler par l'explosion. Il alla s'écraser dans les flammes, ce qui n'aurait pas pu mieux tomber car ainsi il put se régénérer rapidement et et s'apercevoir que sa cible lui avait filer entre les doigts. Aussitôt il poussa un hurlement de frustration qui se perdit dans tous les autres cris de douleurs et de lutte qui retentissaient toujours.

Il se releva et sortit des flammes pour se rendre là où le cadavre de Reiji se trouvait, marchant lentement comme une âme en peine à travers les gravats déplacés et arrachés par la lutte, ne croisant pas un chat sur sa route ni même un pirate ou un Marine avide d'en découdre. Le plus gros du combat était déplacé ailleurs, bien plus loin dans la ville le laissant donc libre de se balader dans cette partie là sans aucun problème.

Lorsqu'il le retrouva, il s'agenouilla à côté de lui et ramassa un de ses revolvers. Une larme coula sur sa joue mais une pensée amusante le fit sourire.

- Pour une fois que tu restes quelque part sans bouger...

Puis il ramassa son deuxième revolver et les glissa tout les deux dans les étuis toujours accrochés au pantalon de son ami mort qu'il hissa sur ses épaules. Il devait le ramener au navire, il avait cru comprendre qu'il avait des parents et une sœur qui l'attendait et qui aurait certainement aimé récupérer son corps en cas de problème. Cependant il dut pour cela repasser par les quartiers agités, et bien entendu personne n'allait cesser le combat et lui faire une haie d'honneur pour qu'il l'atteigne dans le calme et le silence qui était dû aux morts.

De nombreux pirates voulurent profiter du fait qu'il ne pouvait pratiquement pas se battre à cause de son chargement et ces nombreux pirates furent tous carbonisés où parfois seulement blessés pour ceux qui eurent le bon sens de s'enfuir assez vite. Il ne le ramena pas sur le bateau car il pourrait devenir un nid à maladies et infections si il restait trop longtemps à bord, et attirer la vermine, ce qui déplairait au capitaine. Il le déposa donc légèrement plus loin, à un endroit où il ne serait pas détroussé ni bousculé et où il pourrait facilement le retrouver. Il détacha l'un des étuis à pistolet et l'attacha à sa taille. Il lui emprunta également quelques balles qu'il glissa dans le barillet avant de remettre l'arme à sa taille. Avec un peu de chance, une seule suffirait, mais on était jamais sûr de rien.

Si il se souvenait bien, l'autre oiseau avait volé jusque dans la forêt, hors de la ville. L'inconscient ! Il ne savait donc pas que les feux de forêts étaient l'une des catastrophe naturelle les plus dangereuses au monde ? Si il ne finissait pas brûlé vif, il serait étouffé par la fumée, à moins qu'il ne lui tombe dessus en personne et ne l'achève d'une balle dans la tête. Il se fraya un chemin jusque là-bas, décimant les pirates et les malfrats qui faisaient mine de lui barrer la route et créant une extension à l'incendie qui ravageait déjà la moitié ouest de la ville.

Enfin il se retrouva devant la forêt. Les hauts arbres présent ici depuis des centaines d'années au moins vu leur taille, le dominait entièrement. Normalement il n'aimait pas vraiment faire ce genre de choses, car une fois que l'incendie serait lancé, même lui ne pourrait plus le maîtriser, il n'était pas encore assez puissant pour ça. Il s'apprêtait donc à lancer sur cette île un cataclysme qui ne serait sûrement pas rattrapable tant qu'il restera quelque chose à consumer.

Puis sa main se posa sur le revolver à sa ceinture et sa résolution s'en trouva renforcée. Il était quelqu'un de normalement assez souriant, mais là, il n'avait jamais été aussi sombre et aussi sérieux. Il s'avança à l'intérieur des bois et enflamma tous les végétaux qu'il pouvait, essayant de ne pas penser aux habitants de cette forêt qui allaient devoir trouver un autre endroit où vivre et assez rapidement. Avec ironie il se dit qu'ainsi il participerait à la sélection naturelle.

Une fois que l'incendie fut suffisamment répandu, il sauta dans le brasier qui n'avait désormais plus besoin de lui pour se répandre. La partie de cache-cache continuait !

_________________

La loi est dure, mais c'est la loi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pirate
Pirate
avatar



Tibarn
Messages : 124
Age : 27
Métier : Cannonier / Pilier de bar

Fiche du marin
PP : 400
PH : 538
Grade : Pirate
MessageSujet: Re: [Flashback] A l'intérieur du brasier => Zuko + Tibarn   Sam 20 Oct - 14:12



Je me relevais douloureusement de ma couche de granit, combien de temps avis-je dormis ? Sa je ne le savais pas. Ce que je savais, c'était que visiblement mon plan avait marché, haha j'aurais payé cher pour voir sa tête quand je me suis transformé en étoile filante. Mon corps était affreusement douloureux, plusieurs brulures majeur recouvraient mes bras et mon torses leurs morsures se faisait sentir de plus en plus à mesure que l'adrénaline retombait. Respirer était une torture, j'avais du me péter quelques côtes en touchant le plancher des vaches. Alala il m'avait sacrément amoché le Zuko, j'aurais tout de même appris quelque chose d'important aujourd'hui, ne jamais présumer de rien pendant un combat. Si dès le début je lui avais envoyé une de explosions dans la face au lieu de le sous estimer et de lui mettre un pain, j'aurais compris de suite qu'il était un logia. J'aurais ainsi pus sauver mon bras droit de ces foutues flammes. Enfin bon ce qui est fait est fait sa ne sert à rien de ressasser le passé, avec des si j'aurais... on mettrais RedLine en bouteille. Sortant de ma cachette, je bus ce qu'il restait dans ma flasque pour atténuer la douleur de mes plaies - l'automédication il n'y a que sa de vrai - je commençais déjà à établir mes plans pour plus tard. Déjà pour commencer, trouver un meilleurs endroit ou se cacher et ensuite rester planquer un bon moment jusqu'à ce que le gouvernement mette les voiles au large.

J'en étais tout à ma réflexion, lorsqu'une odeur de cramé de parvint. L'odeur des ruines fumantes de la ville ? Non ce n'était pas sa j'étais trop loin. La réponse me vint en même temps que les premières lueurs orangées de l'incendie naissant. Décidément le jeune marine était du genre plutôt rancunier. Ne pouvait il pas simplement me laisser filer ? Était il obligé de brûler la moitié de l'île pour régler un compte personnel ? Elle est bien belle la fière marine en uniforme. Si pour régler un petit différent minime elle était prête à en venir à de telle extrémités que ferait elle en cas de réel conflit ? Finalement Marines et pirates nous n'étions pas si différent que sa après tout. Juste des hommes voulant vivre intensément et voir leurs rêves se réaliser. Juste le nom différait.

Mais il n'était pas temps de philosopher sur le pourquoi du comment de la vie. L'incendie de plus en plus vigoureux s'était étonnamment vite propagé, surement ces foutus pouvoirs de logia. Je me mis dons à courir de toutes mes forces, il serais plus juste à vrai dire que je mis à claudiquer plutôt vite pour un estropié. Heureusement le feu était encore loin, javais presque le temps de prendre un pause clope. Plus je courais plus l'évidence me sautais au yeux, j'allais bientôt finir comme un chamalow que l'on aurait laissé trop longtemps cuir. Ne voulant pas finir ainsi et renonçant à tous mes principes, je cherchais de l'eau. Si j'arrivais à traverser une rivière l'incendie serais ralentis, pas longtemps avec l'autre taré mais suffisamment pour me permettre de gratter quelques précieuses minutes. Grâce à mes talents de chasseur je trouva vite ce que je cherchais. Un léger ruisseau serpentait au travers de la végétation. Parfait me dis je, mes efforts étaient récompensés encore un petit peu et j'allais pouvoir commencer à mettre de la distance entre lui et moi.

L'entité igneuse courant après mes miches et me rattrapant était vraiment terrifiante mais en même temps d'une grande beauté et d'une puissante majesté. Sa force réduisant tout sur son passage en cendre chaude et fumantes était vraiment incroyable. Jamais de ma courte vie je n'avais vu tel déferlement de puissance brute. Aucune finesse aucune fioriture, juste une incroyable folie furieuse réduisant la vie florale environnante en charbon ardent. Saccageant ce que des décennies de patience avaient réussi à faire naître en ces lieux en amas de poussières vide de sens.

Cette partie de si-je-chope-je-te-bute commençais à me gonfler sévère. De chasseur j'étais devenus chassé, étrange impression que de se retrouver dans la peau du gibier. Mais malgré le dramatique de ma situation je ne pus retenir un sourire, en voyant le ruisseau se transformer en rivière. Je touchais au but, dans pas longtemps je serais enfin tranquille. Allez encore un effort poivraud, court ! court plus vite ! m'encourageais-je.

Je ne pus retenir le plus grand fou rire de ma vie en arrivant en bout de piste. La rivière s'était transformée en torrent et le torrent s'était transformé en cascade, et je trouvais actuellement... au sommet de cette cascade. Séparé du bas de la chute d'eau par un aplomb d'au moins vingt mètres. Rire ainsi me faisait extrêmement mal au ventre à cause de mes côtes endolories, mais je voulais profiter de l'ironie de la situation. La mort par incinération ou par noyade, choix cornélien si il en est.

Alors le borgne, on commence à voir la fin arriver ?

Me retournant, il était là. L'homme de la marine qui me traquait dans les bois depuis plus d'une heure avait un grand sourire béat sur le visage. Sa main était recouvert de flamme, il jubilait. Deux options s'offraient à moi soit sauter dans l'eau et prier que le courant m'emporte, soit rester ici et mourir. La deuxième solution étant totalement envisageable, j'opta pour la première. Me dressant face à lui, je le regardais pensait il qu'il allait pouvoir accomplir sa vengeance ici et maintenant ? La tête qu'il tira quand il me vit me laisser tomber dans l'eau valais son pesant d'or.

Le contact avec l'eau en contras fut brutale, elle était gelée. Je m’enfonçais en son sein petit à petit le courant m'emportant au loin, mes poumons me brulais. A un moment dans un état de semi conscience je ressentais que j'avais arrêter de dériver. Mes pieds étaient pris dans quelques chose m’empêchant de partir plus loin. Je sentis le contact du vent sur ma peau. Une main me toucha et me dit quelque chose que ne pus entendre mais je pus deviner qu'il s'agissait la d'une voix de femme - ouf ce n'est pas l'autre dégénerer- je dessida une nouvelle fois de rejoindre les bras de morphée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Etat-Major
Etat-Major
avatar



Zuko Kasai
Messages : 322
Age : 22
Métier : Cuisinier

Fiche du marin
PP : 698
PH : 699
Grade : Sous-amiral
MessageSujet: Re: [Flashback] A l'intérieur du brasier => Zuko + Tibarn   Sam 20 Oct - 16:40

Le feu s’étendait depuis un petit moment déjà lorsqu'il repéra sa proie, celle bondissait pour échapper aux flammes, courant devant avec un peu d'avance sur lui, mais il ne le laisserait s'échapper. À un moment il voulu lui faire perdre sa piste en traversant une rivière peu profonde que Zuko n'eut aucun mal à traverser. En se propulsant avec ses flammes. Il n'eut même pas besoin d’inciter les flammes à traverser la rivière car elles le firent de leur propre volonté, échappant désormais totalement à son contrôle et ravageant tout sur son passage. Il était en train de laisser sa marque sur l'île, réduisant la faune et la flore en cendre qui mettraient des années à s'en remettre.

Sans y penser plus que ça, il continua sa poursuite, suivant le cour d'eau qui devenait de plus en plus large, rapide et profond, ce qui en général finissait par se jeter dans la mer de façon assez spectaculaire. Et il ne fut pas déçut : au bout du chemin, il retrouva sa proie secouée d'un rire nerveux juste devant une cascade qui se jetait dans les flots. Il était encerclé, Zuko avait gagné. Le Marine sentit un grand sourire éclairer son visage, Il allait le tuer ici et maintenant et il aurait enfin la conscience tranquille.

L'homme en face de lui regardait tour à tour le bas de la cascade et les flammes. Il était possesseur d'un fruit du démon, donc il nageait à peu près aussi bien que si il portait des chaussures en béton avec des gants en pierre. Sauter serait de la folie, un vrai suicide, mais rester ici le condamnait également à mort puisque Zuko comptait bien lui régler son compte. Lorsque l'évidence sembla s'imposer à lui, le Marine lui lança :

- Alors le borgne, on commence à voir la fin arriver ?

Il fit un petite pause dramatique tandis que le feu continuait de brûler derrière lui. Il commença à lever lentement le bras vers lui, le revolver dans la main pour en finir comme il l'avait souhaité lorsque son ennemi fit la chose la plus stupide qui soit : il se laissa tomber en arrière, directement dans la cascade. La tête que fit Zuko à ce moment là devait être assez épique. Il se précipita au bord de la cascade où il s'allongea, regardant le pirate disparaître dans les flots. Il attendit, attendit... toujours rien. Cet imbécile lui avait épargné le plaisir de l'achever en se suicidant. Au moins la noyade n' était pas vraiment une mort agréable. Il avait donc un peu payer le prix de la souffrance qui le tenaillait toujours à cause de son ami mort.

Zuko se leva, tourna les talons vers la forêt toujours en flamme et marcha droit devant. Les flammes ne s'éteindraient pas de sitôt et lui ne pouvait rien faire pour les calmer, sa maîtrise du Mera Mera no Mi n'étant pas assez développée pour ça. La désolation qu'il avait créé était impressionnante, il se sentait moins que rien en regardant ça. Il était un Marine, merde ! Son but était de protéger les îles des pirates, pas de les incendier pour en capturer un seul ! Il avait l'impression de de se comporter exactement comme eux ainsi.

Misérable, il retourna au bateau où le reste de l'équipage était déjà rassemblé, faisant la fête. Quand il le vit, son capitaine s'approcha de lui d'un air grave et posa sa main sur son épaule.

- J'ai vu ce qui est arrivé à Reiji. C'était un bon petit gars, je suis désolé qu'il ait fini comme ça. Son corps sera ramené à sa famille.

Zuko acquiesça sombrement, C'est ce Reiji aurait souhaité. Par contre il voulait conserver le revolver, ce que le capitaine lui accorda avec gentillesse. Il lui demanda si il avait eut la peau du responsable de tout ça et Zuko lui répondit en lui désignant la forêt en flamme. Il lui expliqua alors qu'il l'avait poursuivit à travers la forêt et que l'imbécile avait préféré se jeter à l'eau plutôt que de mourir de sa main. Le capitaine hocha lentement la tête avec satisfaction et le conduisit auprès des autres qui faisaient la fête.

Ils levèrent l'ancre quelques instant après sans arrêter la fête pour voguer vers de nouvelles aventures. La capture du pirate avait été un franc succès et leur capitaine se voyait octroyé d'une promotion assez importante. Mais Zuko restait mélancolique, il avait perdu son ami et une partie de sa fierté sur cette île, il s'était conduit comme un vrai pirate, l'inverse de ce qu'il était et ça lui pesait sur la conscience bien qu'il soit satisfait que son ennemi fut mort.

Quelques jours plus tard il était de retour sur Logue Town où il avait dit adieu à son équipage. Il ne souhaitait pas rester plus longtemps avec ce bateau qui lui rappelait trop de mauvais souvenirs et il avait un enterrement à préparer...

_________________

La loi est dure, mais c'est la loi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Pirate
Pirate
avatar



Tibarn
Messages : 124
Age : 27
Métier : Cannonier / Pilier de bar

Fiche du marin
PP : 400
PH : 538
Grade : Pirate
MessageSujet: Re: [Flashback] A l'intérieur du brasier => Zuko + Tibarn   Sam 20 Oct - 17:53



La lumière de jour m'aveuglais, ou étais je ?

Tu ouvre enfin les yeux

La femme qui m'adressait ces mots ce tenait en face de moi, la vingtaine plutôt jolie. De long cheveux brun lui tombait en cascade le long des reins et elle m'adressait un merveilleux sourire plein de compassion en haut duquel se tenaient deux petit yeux noisette pétillant et plein de vie. Elle m'expliqua que elle et son père m'avaient trouvé la jambe coincée et à moitié mort dans un de leur filet. Elle m'expliqua aussi que l'eau dans laquelle je mettais jeté se jetait directement dans la mer et que pour récupérer ce qui tombait dans l'eau ils avait eu l'idée de déposer plusieurs filet de pêche dans les différents cours d'eau ci rendant. C'était bien ma veine sauvé par de gentils pêcheur.

Son père fit irruption dans la pièce me tenant en joue avec un fusil, il ressemblait plus à un ours qu'à un homme, je n'avais jamais vu un tel géant auparavant le genre de gars capable de briser un type comme moi en deux sans sourciler. Il me somma de me présenter et d'expliquer se que je faisait au milieu des bois pendant l'incendie. Je leur expliqua absolument tout, l'attaque de la marine, la destruction de la ville - mis à part quelques détails que je pris soin de changer évidement - D'abord je n'était pas pirate mais chasseur de prime et ensuite Zuko n'était plus marine mais pirate.
Le père rassené baissa son fusils mais me demanda :

Depuis tout à l'heure tu n'arrêtes pas de parler de fruit du démon, mais c'est quoi ?

Je leur sourit les entrainant dehors. Je repéra un petit rocher qui serait parfait pour une petite démonstration. Je leur ordonnais de se reculer de quelques mètres, m'approcha du rocher et le transforma en gravillon avec mon Hell's grap devant leurs regards ébaubis je leur déballa tout ce que je savait sur les fruits du démon. Leurs forces, leurs faiblesse, l'incapacité de nager.

Je décida de rester jusqu'à la guerrison de mes blessures. Trois semaines c'est le temps qu'il faudra pour ressouder mes côtes, soigner mes brûlures et surtout je voulais être sur que ce taré de logia soit partis avec tout ses petits copains quand j'irais récupérer mon bateau.

Le temps passa très lentement, les heures semblaient des jours, les jours des semaines. J'étais un pirate, il me fallait de l'action de la bière et des femmes. Niveau action c'était mort je devais me reposer et panser mes blessures, coté alcool une catastrophe aucun des deux ne buvaient, quand au femme... La petite Julia était loin d'être vilaine et je ne pense pas qu'un petit rapprochement l'aurais dérangé plus que sa mais le problème s'était son père. Jamais vu un moralisateur pareil le genre de gars qui t'oblige à te marier si tu respire trop près de sa fille.

Les trois semaines passèrent tant bien que mal, et après quelques furtif adieux, je repris le cours de ma vie. Rejoignant ma barque et m'éloignant du rivage je me promis deux choses, la première était de trouver à boire et un bordel le plus rapidement possible. La deuxième était de m'entrainer dur pour botter le cul à ce Zuko la prochaine fois que nous aurions à croiser le fer ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





“Contenu sponsorisé”

MessageSujet: Re: [Flashback] A l'intérieur du brasier => Zuko + Tibarn   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Flashback] A l'intérieur du brasier => Zuko + Tibarn

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La Cybercriminalité : Le ministère de l'Intérieur prêt à dévoiler son plan
» rendu intérieur maison
» Challenge d'intérieur 2011- Emiletex - Sketchup8 Blender Kerkythéa
» Challenge image d'un intérieur-Liche-Sketchup/artlantis/photoshop
» intérieur modus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Beginning :: Voguez à travers les flots :: Blue Seas :: West Blue :: Las Camp-