Partenaires





Index
Inscription
Rechercher
Membre
Connexion
Déconnexion
Votre Profil
Boîte de MP
Groupe

















+ Perso' Prédéf'
+ Batailles Navales
+ Conquête d'îles
+ Tales of Beginning
+ Haut-Fait

Nouveaux arrivants : +10PP/RP
Nous recherchons de vils pirates ou d'idéalistes révolutionnaires pour faire face
à l'imposante marine !
(Note : si vous voulez jouer un marine, n'hésitez pas non plus!)

+ Click here

Partagez | 
 

 Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité



“Invité”

MessageSujet: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Lun 1 Oct - 12:38

Vous allez être envoyé sur l'île de Las Camp pour une mission d'offensive.

C'est tout ce que j'avais ressue comme informations sur ma mission, je venais à peine de rentrer de mission, mais je n'aimais pas rester sans rien faire alors j'essayais de m'affecter au plus de mission que possible. Las Camp, une île complètement dénué de sens ! Cette île était régit par les pirates et les forbans de la pire espèce. Les marines n'y étaient pas souvent envoyés et n'était pas plus aimé que ça, mais cette fois-ci une mission m'avait été donné. Je devais m'y rendre, accompagné de mon adjudant, pour y mener une mission plus que difficile. On y avait été envoyé pour y mettre la pression, pour lancer une offensive contre les pirates, car c'est temps si, l'île ne restait pas un jour dans le calme sans qu'un équipage pirate ne venait y mettre le bordel. J'avais du faire une traversée de trois jours et nuit avant d'y arriver, trois jours, où je ne n'arrivais pas à trouver le sommeil. Les semaines qui avaient précédé, je n'avais ressue que des missions m'envoyant d'une blue à l'autre sans raison et pour des missions futiles, mais là-bas une grosse mission m'attendait.

Le jour était déjà levé depuis une bonne heure, une matinée brumeuse. La même depuis une dizaine de jours. A être simplement là, sur l'avant du navire, à scruter l'horizon dans l'espoir d'apercevoir l'île, ou quelque chose, au moins un signe de vie. L'étendue bleuté me donnait l'impression de se jouer de moi, rendant le trajet jusqu'à Las Camp encore plus long qu'il ne devait l'être en réalité, s'éternisant toujours plus et me narguant en faisant en sorte que le temps s'écoule bien trop lentement. J'avais été affecté à un navire de guerre de la marine, mais je devais arriver là-bas rejoindre mon adjudant qui me donnerait les consignes pour la mission. Le trajet était long et sans vie. Le vent ne soufflait pas, ou simplement une légère brise venant de l'ouest qui ne poussait difficilement en direction de Las camp. La chaleur devenait accablante, et l'eau commençait à manquer sur le navire.

Enfin, au loin, on apercevait un monceau de terre qui ne pouvait être que Las camp. Ma mission allait enfin pouvoir commencer. Alors que d'autres marines, eux aussi affecté à différents postes, se mettaient tous en place sur le pont supérieur et s'apprêtaient à descendre en trombe sur Las camp, je les regardais s'attrouper se pacquer comme des fourmis . Cette île avait trop fait parler d'elle dernièrement et la marine y avait mis les grands moyens pour mettre un coup de frein à tout ça. Arrivé sur les abords de l'île, les marines se ruaient sur le quai et s'engouffraient dans le centre-ville. Descendant plus tranquillement que les autres marines, je n'étais pas spécialement pressé, car j'avais rendez-vous à midi avec Clive.

Je regardais la scène de loin... Je ne pouvais prendre part à cette mascarade, je devais attendre mon supérieur pour entamer notre mission. C'était une très grande île, je comprenais enfin pourquoi les pirates aimaient s'y rendre. Une si grande île possédant de nombreux bars et commerce ne pouvait être qu'attrayante. Je devais me rendre à côté d'un de ses bars sur les bords du quai pour y rencontrer mon adjudant. Après avoir cherché quelques minutes, je voyais enfin le bar de loin, un grand bar doté de grandes portes jaune, c'était son signe distinctif, et surtout un moyen pour nous de nous rencontrer plus facilement. Je savais que je devais l'attendre devant et plus le temps passait et toujours personne. Il était déjà midi passé de 30 minutes et toujours aucun signe de vie. Je ne pouvais pas partir, car il était mon capitaine et aussi mon supérieur et je ne pouvais m'autoriser à me faire mal voir pour une mission qui paraissait aussi importante.
Revenir en haut Aller en bas

Etat-Major
Etat-Major
avatar



Clive R. Jackson
Messages : 1484
Age : 27
Métier : Navigateur

Fiche du marin
PP : 845
PH : 812
Grade : Contre-Amiral
MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Mar 2 Oct - 9:27

Il est tôt, beaucoup trop tôt, lorsque des bruits de pas résonnent dans le couloir d'à côté, ils semblent s'approcher, petit à petit, jusqu'à s'arrêter devant ma porte, un toc-toc qui vient troubler mon paisible sommeil, au début j'ai fais mine de ne rien entendre, mais après les incessants assaut que cette personne -qui qu'elle puise bien être- assène à ma pauvre porte je ne peux que me lever pour aller lui ouvrir la porte. Une personne habillé d'un imperméable bleu se présente à moi comme un message, on m'avait mandé pour une mission à Las Camp et je devais m'y rendre le plus vite possible. Je n'étais apparemment pas seul puisqu'un homme devait m'accompagner, j'avais tout juste pu entendre son nom tellement mon corps était déconnecter de la réalité, c'est donc semi-conscient que je referme cette porte avant d'aller me rendormir. Le temps passe à toute allure, on m'avait réveiller à 7h du matin, c'est d'habitude l'heure à l'actuelle je vais me coucher, aucune chance que je sorte de mon lit sous ces conditions. Les heures s'écoulent, lentement mais sûrement tandis que moi, je suis toujours avachi dans mon lit, lorsque mes yeux finissent enfin par s’entrouvrir.

« Merde..il est quelle heure... »



Je jette un regard furtif en direction de l'horloge : il était 11 heures.

« Rhaaa, c'est tout ? Encore cinq mi..*rompshu* (bruit du ronflement mdr) »

Heureusement pour moi, on m'avait affecter sur cette île parce que de une : j'étais le plus proche du lieu et de deux : parce que j'étais clairement le plus détester de cet enfoiré d'Hisagi qui ne cesse jamais de m'envoyer dans les endroits les plus chiants du globe. Une mission spéciale puisque la fréquentation de la marine est à son plus bas, personne ne veut y aller en raison de son état actuel. On l'appelle également l'île du crime, parce que tout le monde vient faire son business, un endroit qui permet tout ce qu'il y a de plus illégale dans le secteur et comme la présence de notre vénérée justice ne semble être qu'un mythe entretenu par trois pelés qui tiennent un misérable taudis sur lequel la pancarte « Gouvernement » est inscrits, il m'incombe, à moi, de me trimbaler un inconnu et de faire la babysitter durant quelques jours. Heureusement pour moi, c'était l'endroit que je tenais à visiter et c'est la seule raison qui me pousse à me sortir du lit, vers les 13 heures approximativement, l'heure du rendez-vous devait avoir expiré depuis un petit moment déjà, mais je n'aime pas m'arrêter sur de futiles détails, il ne m'en voudra pas, de toute façon si ça se trouve il est déjà repartis en voyant l'état des lieux..

* Il paraît que c'est l'endroit rêver pour les paris illégaux, pile le genre d'endroit qui fera mon bonheur *



Je sors donc de mon lit pour rejoindre l'île à mon rythme , j'avais quelque chose comme une heure, une heure trente pour parvenir jusqu'à l'endroit convenu, par chance l'embarcadère que je voulais prendre arrive pile au moment où je me pointe, ce qui fait que je n'attends pas et embarque immédiatement. Le trajet terminé j'arrive jusqu'à l'endroit convenu, un bar, quoi de mieux ? Cependant, c'était un endroit que je me devais de visité en détail, c'est cette raison qui me pousse à continuer mon chemin jusqu'à arriver devant une salle de jeu, elle semblait bonder de monde, impossible de se faire une place tant il y avait de personnes, mais j'arrive quand même a m’immiscer à une table de poker avec laquelle je passe quelques minutes, une fois mes poches vidés après avoir perdu tout ce que j'avais je préfère me diriger vers l'endroit du rendez-vous, si tant est que la personne n'ait pas disparue en m'attendant, il devait être quelque chose comme 3 heures de l'après-midi. En entrant de la bar je voyais l'immanquable homme qui se dresse devant moi, il était gigantesque, son uniforme de marine ne me trompe pas, seul un fou viendrait habiller comme ça à Las Camp, il voulait mourir ou quoi ? Je m'approche donc de lui et réponds d'un air un peu gêner après ce retard monstrueux.



« Oy ! On se connait non ? Ce serait pas toi..comment c'est déjà..Ibiki Hadori ? Quelque chose comme ça ? Désolé du retard, mais j'ai du aider une vieille dame à travers tout le ferry et elle m'a demandé de porter ses courses jusque chez elle alors..Un truc de fou, j'te dis pas, bref.. »

HP : Désolé du poste, surtout la fin qui est dégueulasse à en mourir mais j'suis mort après 3 rp d'affiler Razz du coup la fin a été faite en speed.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Mar 2 Oct - 17:26




Cette fois-ci, c'était sur Las Camp, sur West Blue, qu'avait atterri Rikky. Même s'il avait rejoint la cause des pirates, il n'aimait pas vraiment cet endroit. Celui-ci débordait de fripouilles malodorantes, de pirates de bas étage et d'autres petites racailles qui n'en pouvaient plus après avoir volé le sac d'une vieille. En bref, pas l'endroit le mieux fréquenté de la terre, vu tous ces ramassis d'abrutis qui y traînaient, mais pas le plus sûr. Même s'ils n'étaient ni forts, ni influents, les pirates qui vivaient sur l'île étaient nombreux. Qui plus est, la grande superficie de l'endroit permettait d'accueillir un bon nombre de pirates et peu de marins osaient réellement se rendre sur cette île. Ce fut donc avec son statut de pirate, le must du must du camouflage ici, qu'il s'était rendu sur Las Camp. Ce qu'il avait attiré ? Non, ce n'était pas la bouffe -pour une fois me direz vous- mais la boisson. Oui, car même si l'importance était moindre, la boisson avait tout de même une place de choix dans le classement des priorités de Rikky. Certainement la deuxième ou la troisième place, après la bouffe et bataillant sans cesse avec les ustensiles de cuisine brillants.

En bref, comme vous l'aurez compris, notre homme se trouvait ici pour trouver une bonne bouteille d'un alcool assez spécial qui n'était fabriqué que sur West Blue. Le magasin de l'exploitant se trouvait sur Las Camp. Bien entendu, il y vendait beaucoup d'alcools de mauvaise qualité et à prix modiques, de manière à satisfaire tous les pirates qui voulaient se beurrer sans compter sur le goût de l'alcool. Mais pour les initiés, son arrière-boutique s'ouvrait, laissant place à une belle collection où se trouvaient quelques unes des meilleures bouteilles du globe. Des millésimes qui valaient une fortune. Bien trop cher pour notre Rikky national qui allait se contenter d'un bon whisky dont la boutique avait le secret. Un scotch sympathique, de production locale, rugueux à souhait et enflammant légèrement le gosier si un seul millilitre était consommé trop rapidement. Une pure merveille.

Il passa donc à la boutique, qui se trouvait également être un bar orné de belles portes jaunes. Il n'eut aucun mal à trouver les lieux, puis y établir une sorte de base. Il était entré depuis huit heures du matin et vers quinze heures, il n'était toujours pas ressorti. Pensez-vous le retrouver ivre mort sous le bar, vomissant ses tripe ? Bien sûr que non. Il avait juste apprécié l'endroit, l'ambiance, les plats. Il s'était restauré, mais sans argent pour payer, il avait du payer de sa personne. Ses talents de cuisinier lui avaient une nouvelle fois sauver la mise puisqu'il s'occupait maintenant de la broche, découpant de belles pièces pour tous les clients qui voulaient bien allonger la monnaie. Parce qu'à cinq milles berrys l'entrecôte, fallait avoir envie d'une viande de qualité.
Armé de sa fidèle broche-couteau-épée, notre homme faisait la merveille de tous les clients, rajoutant des petites épices de sa composition. Tous étaient ébahis, tandis que d'autres choisissaient une partie de cartes ou des discussions animées sur la politique de l'île et sa population majoritairement hors-la-loi. Pour le patron, ça n'était pas un problème tant que les berrys dépassaient de vos poches. Tant qu'il pouvait encaisser l'argent, il ne regardait pas d'où il venait et il n'en était pas fautif ! S'il devait juger tous les clients qui étaient passés ici et refuser leur monnaie car son origine paraissait douteuse, il aurait mis la clé sous la porte depuis longtemps.

Après une bonne heure de travail, Rikky céda enfin sa place, arrêtant la rôtisserie. Le service était terminé et les habitués étaient revenus, ceux qui passaient toutes leurs journées ici. Quinze heures passées de quelques minutes, l'horaire parfaite pour s'accorder une petite sieste.
Ce fut donc avec l'estomac plein que le jeune homme prit une chaise, commanda une boisson fraîche et posa ses deux pieds sur la table de manière à taper un petit roupillon en attendant la suite. Il était bien ici et pourrait même rester pour le souper, voire le petit-déj, il était pas à ça près.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Mer 3 Oct - 20:57



    [center]
    À la recherche de poudre.


    J’étais arrivé ce matin à Las Camp. Un endroit où les escrocs et petits voleurs règnent. Ça me faisait rire, ils se croyaient pour des pirates mais c’était que des racailles. Enfin, l’île était grande et ce que je cherchais était de trouver de la poudre d’artifice de bonne qualité. Je cherchais un magasin de poudre vu que l’île était réputée pour avoir une bonne poudre d’artifice. Je cherchais partout, toutes les deux secondes y’avait un combat et la plupart de ces bouffons étaient bourrées. Les marins ne venait pas car ils avaient peur d’une île rempli de crétins ou parce-que quelque chose d’autre les empêchaient. Je continuais ma recherche, le port, rempli de bateaux pirates, quelques bateaux de pêche et au plus loin il y avait une espèce de petite île où je ne voyais pas très bien mais je pense que c’était un grand bateau, un bateau de la marine. J’étais surpris, qu’est-ce qu’il pourrait faire là ? Il n’était que dix heures et demi et je ne trouvais rien jusqu’au moment où je vis dans une rue un peu caché, un magasin de poudre. L’endroit était sombre mais je rentrais quand même.

Je rentrais et il n’y avait pas le vendeur, ensuite je commençais à toucher les différentes sortes de poudre quand soudain il apparaissait. Il me dit :

« Bonjour, que recherches-tu jeune homme ? »

L’homme était vieux, très vieux, puis j’ai pensé que c’était un magicien.
Exactement c’était un magicien car je lui avais demandé puis je lui dis :

« Je recherche une poudre qui se lance vite et facilement mais après elle durcit au bout de 15 secondes »

Le vielle homme cherchait des poudres, il prenait une échèle pour prendre une poudre blanche. Il m’expliqua que cette poudre était une poudre d’aluminium et que cette poudre pouvait se fusionner avec une autre appelé poudre du chaos. La poudre du chaos était une poudre très chère, elle était rouge et elle brillait. Le vendeur me dit :

« Cette poudre vaut 10000 berrys et celle d’aluminium 1000 berrys »


Les prix étaient un peu chers mais je voulais absolument ces poudres alors je les achetais. Il me restait un peu d’argent pour sortir de l’île et un p’tit café.
Alors je fus dans un café, ouais, y’avait un beau café au fond du port avec des portes jaunes. Je rentrais pour boire mon café et jouer au billard. Le billard est mon jeu préféré, dès que je vais dans un bar c’est plus pour jouer au billard que boire du café ou manger quelque chose. Étant mon jeu préféré, j’y joue très bien.
Puis je commandais un cappuccino avec aussi le plat du jour. Le plat était bon et mon cappuccino je l’avais bu tranquillement en observant les gens dans le bar. Je vis un homme en uniforme de marine. Il est con ou quoi celui-là ? C’est ce que je me demandais. Enfin pourquoi je regardais les gens ? Bah tout simplement j’observais si il y avait quelqu’un qui voulait jouer au billard. Il était délicieux mon cappuccino, miam.
Terminé mon café, je fus au toilettes aller pisser. J’avais une grosse envie, j’allais me pisser dessus. Puis je me regardais dans le miroir, je me perçait un bouton puis je repartais au contoir.


Revenir en haut Aller en bas

Etat-Major
Etat-Major
avatar



Clive R. Jackson
Messages : 1484
Age : 27
Métier : Navigateur

Fiche du marin
PP : 845
PH : 812
Grade : Contre-Amiral
MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Sam 13 Oct - 14:32

Apparemment le jeune marine n'avait pas l'air d'avoir vraiment aimé mon retard. Il n'avait pas l'air d'être du genre expressif et ne dit mot, juste un air froid qu'il rejette, s'il y avait une chose qui était sûre, c'est que l'on ne risquait pas de devenir les meilleurs amis du monde. Comme il n'avait pas l'air d'être homme à parler je lui glisse juste quelques mots pour lui signifier que notre opération allait commencer sous peu, et que celui-ci devait m'attendre dehors le temps que j'aille faire 2-3 petites choses avant de le rejoindre. Une petite tape dans le dos et je l'esquive ni vu ni connu, il n'avait pas l'air d'avoir beaucoup apprécié le geste mais au fond, qu'est-ce que ça pouvait bien faire ? C'était un subordonner comme j'en avais beaucoup, de plus je le connaissais pas vraiment donc quoi qu'il fasse, quoi qu'il dise... Je le regarde sortir du bar silencieusement, sa démarche était à l'image du personnage : droit et timide, on aurait dit qu'il était plutôt du genre coincé.

* Merde, quel fardeau on m'a encore coller ? Vraiment, j'te jure.. *



Éperdue dans mes pensées je me dirige vers les toilettes, j'avais une sale envie de pissé. En y entrant je pouvais apercevoir toute l'épouvante du genre humain, elles étaient complètement insalubres et démonter, il y avait même des ovnis dans le tas, je n'avais même pas envie de savoir ce que c'était, mon envie allait devoir attendre, parce qu'il n'y avait aucune chance que je sorte mon engin dans un endroit aussi dégoûtant, surtout pour y choper une MST. Un peu dégoûter je ressors de la pièce sans trop tarder, et, vu ce que je venais d'entrevoir j'avais tout sauf envie de commander quelque chose dans ce bar miteux, une p*tain de tambouille. En marchant direction la sortie mon regard s'attarde sur une personne en particulier, sa tronche me disait quelque chose, je n'avais pas une mémoire spécialement bonne mais si cette personne m'avait interpellé c'est qu'il y avait quelque chose d'important derrière tout ça. Après quelques secondes de réflexions je comprends enfin la situation, je n'avais pas la mémoire des noms mais celles des chiffres ne manquait pas, Dikky Fibrenom, une tête mise à prix pour la modique somme de 18'000'000M de berrys.



* Oh, qu'est-ce qu'il fait ici ? P*tain, c'mon jour de chance ! *

Je m'avance discrètement en direction de sa table, il avait l'air de roupiller tranquillement dans son coin. Je ne porte jamais sur moi mon uniforme de marine et vu son état aucune chance qu'il m'ait vu parler avec l'autre angoisser, du coup, c'était la chance de ma vie. Que demander de plus que du fric facile ? Il avait l'air tellement détendu que s'approcher de lui serait un véritable jeu d'enfant, mais comme j'avais passé une sale journée et que la perspective de m'amuser un peu me tentait, je voulais pas le prendre en traître, du moins pas suffisamment pour qu'il n'ait pas l'occasion de parler un peu. D'un pas las je m'avance jusqu'à lui, malgré tout le bruit présent le son de mes semelles qui cognent le bois se font distinctement entendre, j'avais envie qu'il les entendent de façon à ce qu'il puisse sentir une présence, qu'elle soit bonne ou mauvaise. Mais pour le coup, elle était plutôt du genre mauvaise, très mauvaise même. Une fois à sa portée je pointe mon glock sur sa tempe, comme je le fais souvent dans ce genre de cas. Le calibre est gros et je suis suffisamment proche pour repeindre ce taudis du rouge de son cadavre.



« Quel destin capricieux ~ Dikky Fiibrenom en personne. Quelle joie de te rencontrer, mais.. Tu devrais blâmer ta propre existence pour qu'elle t'ai amené jusqu'à moi. Quand je pense que je croyais avoir un sale karma» *sourire*

Le ton est donné, cette fois pas de marche arrière possible, j'avais besoin de sa tête pour renflouer ma caisse. Argent qui me servira à rembourser certains de mes créanciers les plus tenaces, voir effrayant. Je devais une belle flopée de thunes un peu partout dans les blues, et ce type allait être mon bon de sortie de l'enfer. Direction le paradis, j'aurai peut-être même assez de cash pour me refaire une santé quelque temps sur une île paradisiaque entourée de charmantes compagnies aptes à se plier à la moindre de mes exigences, le fait même d'y penser me redonne goût à un rêve que j'avais un peu perdu de vue. Je suis un homme qui se monnaie, si il y a une chose que je préfère plus que les femmes, c'est bien l'argent. C'était en quelque sorte mon petit vice..

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Dim 14 Oct - 9:00




La sieste, c'est sacré. Personne ne dérange jamais quelqu'un qui dort, c'est une sorte de péché, quelque chose d'interdit, qui entraîne une malédiction. On devient maudit, obligé de manger des asperges vertes sans sauce à vie -c'était en gros la pire chose qui pouvait arriver à Rikky- Jamais, ô grand jamais on ne doit réveiller quelqu'un qui dort. Certains sont ronchons, d'autres grognent, mais même dans ce genre de situation, Rikky était quelqu'un qui gardait son calme, sa joie de vivre. Il avait voulu faire une petite sieste, la digestion aidait bien, c'était clair, mais être réveillé, au pire, dans un endroit où on fait de la bouffe, ça le dérangeait pas tant que ça. Mais avec un flingue pointé dans la tête, c'était pas vraiment le réveil tout en douceur dont il rêvait tous les soirs.

Ouvrant un oeil, puis l'autre, il ne parla pas, écoutant ce que l'autre avait à lui dire. Un client insatisfait ? Peut-être. Rikky en avait vu, mais jamais des aussi violents, pas au point de le crever juste pour un peu de bouffe qu'il avait pas trouvé à son goût. Il avait jamais testé l'empoisonnement et c'était pas aujourd'hui que ça avait commencé. En bref, il se retrouvait dans la merde. Pas trop réveillé, il ne comprit pas vraiment ce qu'on lui demandait et il répondit comme il le faisait toujours.


« Asseyez-vous ! Je vous offre le repas et celui-là, vous l'aimerez, je vous le garantis. Demandez-moi ce que vous voulez et j'vous le prépare. Pas de blème là-dessus, le gérant est cooool. » avait-il répondu. Sauf que l'arme ne bougeait pas et que dans sa tête repassait le film des paroles du bonhomme.

« Dix-huit quoooi ?!! Et j'suis pas Dikky Fibrenom, mais Rikky Finemon, j'dois avoir un jumeau. J'suis un simple cuistot, j'ai même bossé pour la Marine y a peu ! Vers l'Archipel Orange, vous connaissez pas ? C'est un peu grâce à mes recettes qu'on faisait du si bon taf' là-bas ! »

Une prime ? Une belle connerie ? Notre homme n'en revenait pas. Il était pas au courant et se faisait cueillir comme une poire dans un endroit qu'il appréciait. S'il pouvait pas venir où il voulait, c'était bien la peine. Enfin bon, c'était pas encore sûr qu'il soit le mec recherché, donc il paniquait pas et ne voulait pas faire le mec chaud. Courtoisie, tout ça, il voulait pas de problème et allait clamer l'erreur judiciaire. Il voulait pas se battre, non, sûrement pas ici, pas dans un bar comme ça. Il appréciait pas trop la cuisine, mais le fait d'être un gibier, ça lui plaisait pas trop non plus. Il aimait être le cuisinier, pas le cuisiné.

« Vous pouvez pas enlever votre arme ? J'vais être coopératif ! J'suis pas un mec à embrouille et j'suis sûr qu'il y a une erreur ! Ca vous apportera rien de me buter, en plus, j'suis pas pirate et je vaux rien ! Et si vous voulez vraiment des tunes et du plaisir, plein de mecs dehors rêvent de se battre contre des marins, moi j'veux juste faire à bouffer et me remplir le ventre ! »

Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Lun 15 Oct - 11:53

Je regardais la scène, un mec était venu sur un certain Rikky, un gars qui vaudrait 18 000 000 de berrys. Heureux pour lui, je voulais être un peu tranquille. J’étais juste venu acheter de la poudre et boire un petit café. J’allais repartir dès que je terminais mon cappuccino, mais peut-être voir cette scène. Rester un peu plus, et peut être partir sans payer grâce au drame. Ouais, je n’avais pas trop d’argent pour repartir. Je n’avais que cinq cents berrys, si je devais payer, je devrais rester une semaine de plus sur cette île médiocre, pleine de merde et d’argent. Argent, oui, de l’argent, il m’en fallait. Je devais me faire du pognon le plus vite possible pour sortir de l’île ou me payer un p’tit plaisir, vous avez compris ? Enfin, je pensais même voler un riche qui ne sait pas quoi faire avec ses millions. En tout cas, je devais « niquer » un fils à papa, un papa, une fille à papa ou maman. Je devais penser une tactique pour que ça marche, donc je restais dans le bar, observer la situation, et peut-être trouver un p’tit riche. Je me suis dit que si je joue au billard avec un p’tit riche, je peux commencer une amitié, une vrai ou fausse. Ça sa dépend de la mentalité de la personne et des objectifs dans la vie.
Tsss… il n’y avait pas un riche, tous habillés comme des merdes sauf un mec, celui qui avait pointé un flingue à ce certain Rikky. L’homme lui demandait de baisser son flingue, l’autre continuait avec sa connerie. Apparemment la marine ce serrait trompé, mais bon, il voulait régler ce problème vite fait et sans se bagarrer mais pour moi la bagarre allait commencer. J’étais sûre de cela, j’attendais juste que ça commence pour m’amuser et partir sans payer. Mais avant, il fallait quand riche rentre. L’autre homme et son flingue ne bougeaient pas, il ne croyait aucun mot de cet individu. Il l’avait même invité à manger, mais bon, il voulait que l’autre se rende. Laisse béton, y’a aucun riche, j’allais partir mais demander l’addition était pour moi, quelque chose que je voulais éviter. Mais à ce moment, Rikky, l’homme des 18 000 000 allait réagir, ou l’autre juste pour ces mots de Rikky Finemon :

« C’est bon là ?? J’peux manger en paix, merci, au revoir. »

L’autre homme blond aux cheveux longs, choqué de la réponse de celui-ci n’avait pas aimé ce qu’il lui avait dit, il y allait avoir un combat ou il se rendrait ? Je ne savais pas, j’étais intrigué, et dans le bar, un homme roux accompagné de deux charmantes demoiselles venait de rentrer. Cet homme avait l’air d’avoir de la pépète, de un pour son odeur, c’est tout con ouais et de deux pour sa compagnie. Deux magnifiques jeunes femmes avec une grosse poitrine, un jolie cul-cul, tout ce qu’il faut quoi. Je me suis dit si il fallait parler avec celui-ci ou sinon tout au contraire aller courtiser ses demoiselles. Ce n’étaient pas des prostitués mais des amies de celui-ci, j’en suis sûre. En tout cas, cet homme touchait les boules du billard, alors je fus prendre la queue de billard et il entendait que je voulais jouer avec lui. Donc, on avait déjà commencé, je commençais à sympathiser avec lui.
Revenir en haut Aller en bas

Etat-Major
Etat-Major
avatar



Zuko Kasai
Messages : 322
Age : 23
Métier : Cuisinier

Fiche du marin
PP : 698
PH : 699
Grade : Sous-amiral
MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Lun 15 Oct - 17:36

En voyant où on l'avait assigné, Zuko avait au début pensé que c'était une erreur. Ce n'était pas la première fois qu'on lui donnait des ordres un peu étranges, mais là on l'envoyait seul sur une île qui n'était même pas sous le contrôle de la Marine et était un repère à pirate notoire. Il s'était donc rendu au bureau de la personne qui lui avait donné cet ordre et on l'avait gentiment conseillé d'exécuter les ordres sans discuter et d'aller voir ailleurs si il y était. Il avait donc rejoint un équipage pour faire la traversée au court de laquelle tous ses membres lui avaient conseillé de ne pas s'afficher en public avec son uniforme, ce qu'il avait bien sûr refusé puisque cet uniforme était sa fierté.

Ils l'avaient donc débarqué sur l'île en lui présentant toutes leurs condoléances, ce à quoi il répondit en un geste grossier du bras avant de s'engager dans les rues de la ville qui recouvrait Las Camp. Les regards se retournaient sur son passage, certains ahuris, d'autres inquiets mais pour la plupart, haineux. Il n'en eut cure jusqu'à ce qu'un homme d'une tête de moins que lui à l'air d'un pirate de bas étage ne l'aborde pour lui cracher des insultes dont les principaux intéressés étaient lui, sa mère et la Marine. Mauvaise idée, toutes ces injures firent monter sa colère d'un cran et il le saisit par le col, tout son corps produisant des panaches de fumée à cause des flammes qu'il peinait à empêcher de sortir.

-Écoute moi bien, tête de nœud, tu me redis encore une insulte, ne serait-ce que pour te plaindre du mauvais temps et je te pète les dents sans anesthésie, pigé ?

Le pirate se recroquevilla sur lui-même, se rendant compte qu'il n'aurait peut-être pas dû se frotter à lui et jeta des regards à droite à gauche pour chercher du soutien. Autour d'eux les badauds avaient déjà formé un cercle pour observer la bagarre inattendue qui allait sûrement avoir lieu et Zuko put voir quelques piécettes changer de main, ce qui lui indiquait que des paris avaient lieu. La foule continuait de lui jeter des regards mauvais et serait sûrement prête à venir en aide au forban si jamais il prenait trop l'avantage. À ce moment un groupe de six personnes tous plus miteux les uns que les autres brisa le cercle pour s'aligner devant eux. Celui qui semblait mener lança un : ''Un problème capitaine ?'' à celui que Zuko tenait par le col. Col qui était en train de prendre feu d'ailleurs. Le ''capitaine" sembla reprendre du poil de la bête en se voyant soutenu par son équipage et se redressa légèrement avant de répliquer :

-Aucun problème, juste un petit différent avec un sale m... merdeux de la Marine !

Le poing de Zuko partit immédiatement pour rejoindre la bouche du pirate de pacotille qui plana un instant avant de s'écraser sur le sol, la face brûlée et les dents étalées sur le sol de la ville. Immédiatement, tous ses subordonnés sortir des armes à feu ou des sabres qu'ils pointèrent sur Zuko, imités par quelques autres et pour toute réponse Zuko forma deux pistolets avec ses mains qu'il pointa sur eux, déclenchant des éclats de rire moqueurs dans l'assistance. Agacé, Zuko tira sur le chapeau d'un des pirates qui s'envola, un trou bien visible qui continuait à brûler juste au-dessus de l'endroit où se trouvaient les cheveux. Aussitôt, le visage du pirate en question se décomposa, ainsi que celui de ses camarades. Puis quelqu'un dans l'assistance hurla ''Il est tout seul les gars ! Tous sur lui et on le défonce !'' Ils s’entre regardèrent tous puis crièrent avant de foncer sur lui, lui tirant dessus pour ceux qui pouvaient.

Il aurait sans doute pu les maîtriser puisque personne ne pouvait lui faire de dommage grâce à son fruit du démon, mais il n'avait pas envie de se retrouver avec toute la ville sur le dos, ça serait vraiment ennuyeux comme situation, sans compter le fait qu'il suffisait qu'il y ait un pirate un peu plus puissant ou intelligent que les autres et il passerait un sale quart d'heure. Aussi il courut du plus vite qu'il put, prenant des chemins de traverse pour les semer, les bloquant à plusieurs endroits et se faisant toucher par les balles à plusieurs endroits, ce qui l'agaça profondément car en plus d'être inutiles, ces attaques décoraient son uniforme de trous extrêmement difficiles à repriser puisqu'ils étaient ronds.

Après quelques minutes à courir partout, il réussit enfin à semer ses derniers poursuivants en se cachant dans une ruelle adjacente. Lorsque tous ceux qui le suivaient eurent disparu, il commença à faire demi-tour jusqu'à ce qu'un coup de feu retentisse et que sa casquette ne tombe à ses pieds, agrémentée d'un trou fumant. Cet événement contraria énormément Zuko, car si il y avait bien quelque chose de chiant à réparer c'était une casquette. Doucement et en surveillant bien ses mouvements, le jeune Adjudant ramassa son couvre-chef et le remit sur sa tête avant de se tourner vers son adversaire qu'il reconnut comme étant l'un des membres de l'équipage du capitaine à qui il avait brisé quelques dents.

Sa rage le faisant agir plutôt que la raison, Zuko se précipita sur lui et d'un coup de pied il l'envoya bouler à travers les portes jaunes de ce qui ressemblait fort à un bar. Il passa à son tour les portes du bar puis sauta à cheval sur son adversaire qu'il frappa de toute la force des ses poings désormais en feu, lui arrachant des hurlements de douleur et sans noter qu'il ne se trouvait pas dans le lieu adéquat, ni avec les personnes adéquat, rien ne semblait pouvoir le stopper et certainement pas le roux accompagné de deux jolies filles qu'il avait renversé en balançant son ennemi à travers les portes de l'établissement qui pointait un flingue sur lui en représailles, sans apercevoir les innombrables trous qui décoraient déjà son uniforme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Etat-Major
Etat-Major
avatar



Clive R. Jackson
Messages : 1484
Age : 27
Métier : Navigateur

Fiche du marin
PP : 845
PH : 812
Grade : Contre-Amiral
MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Mar 16 Oct - 20:50

« Que tu sois le vrai ou le faux, ça n'a que peu d'importance. T'as la même tronche, donc la même valeur. »



Celui-ci tente tant bien que mal de se justifier, essayant de se faire passer pour ce qu'il n'était pas. Même si j'avais une mémoire pourrie des noms, je savais reconnaître l'odeur des billets verts qui flottent au-dessus de la tête des gens, et lui, puait l'odeur de la prime à plein nez. Si effectivement il n'était pas le véritable pirate, cela n'en serait que plus facile pour moi, de toute façon cette île est remplie de racaille en tous genre et la seule idée qu'un honnête homme avec une tronche pareille fasse irruption se rapproche du néant. Mon arme toujours pointer sur sa tempe je n'étais pas disposé à négocier sa survie, il me le fallait à tout prix. L'incident provoque un peu de remue ménage et un homme, du moins, un gamin, se lève pour brailler son mécontentement. Je prends même pas la peine de le calculer et continue sur ma lancée de tout à l'heure à savoir, la capture du pirate.

« T'as deux cho.. »

Un bruit fracassant m'interrompt. Un homme valdingue à travers la porte du bar ne manquant pas de finir sa course sur deux belles femmes qui semblaient suivre un homme roux, normal quoi..Tous ceux présent dans le bar peuvent se délecter du spectacle, deux magnifiques demoiselles légèrement dévêtues par la collision entre elles et l'inconnu. Même un gentleman n'aurait pu résisté à un petit coup d’œil vite fait, d'ailleurs, tout le monde avait les yeux braqués sur la scène, clairement immanquable. Depuis quelques minutes les choses s’accélèrent à tel point qu'on peut douter de la survie du bar, entre l’altercation de moi et du pirate sur qui j'avais mon magnum coller sur la tempe ainsi que le mec qui venait de briser une porte du bar, il y avait de l'ambiance..Un homme rentre, à en voir son habillement on en déduit vite qu'il s'agissait de celui qui avait tabassé l'autre, de plus, il avait l'air d'être le seul débile capable de se pointer sur une île contrôlé par la pègre en habit de Marine.

* Meeerde, encore un type de la Marine ici ! C'est journée loto au QG ou quoi ? Ça va se compliquer.. *



La situation est tendue, si j'appréhende Tikky et que je le livre en main propre à la marine personne ne me reversera le montant sur sa tête, le seul moyen imaginé aurait été de passer par un auxiliaire moyennant un pourcentage. Et si effectivement ce type était une contrefaçon je n'aurai aucun moyen de le faire taire et de l'amener jusqu'au QG. Un gros dilemme se présente, faut dire, c'était trop beau pour moi, 18 patates livrées sur un plateau d'argent, fallait être fou pour croire que c'était du possible. Le marine a l'air esseulé, ses habits criblés de balles le rendent encore plus énerver, méchant. Apparemment l'homme roux semble rancunier, à tel point que celui-ci décide de sortir son arme, la pointant sur le jeune marine. Je savais pas trop quoi faire, si il le tuait mes ennuis avec Nikky seraient terminé et je pourrai empocher sa prime, mais, si à l'inverse on apprenait que ce gamin était mort à Las Camp à l'endroit même de mon lieu de mission, le blâme en serait terrible.

« Toi, bouges pas. On a pas terminé notre discussion. »

Cette petite phrase était à l'intention de ma proie, celle qui allait me rendre riche. Mon arme, quant à elle, change de direction pointant désormais en direction du roux. Ce type avait une sale gueule et son air supérieur du faux mec pété de thune me donnait la gerbe, ma seule envie étant de le plomber je devais cependant faire attention à ce qu'il ferait, n'ayant pas une envie folle de voir un cadavre comme celui du jeune homme sur les bras. C'est cette raison qui me pousse à donner un ultimatum au roux, lui laissant une chance de rengainer avant que je m'en charge.



« Une fois que la balle a quitté le barillet, il n'y a plus de retour possible. À cette distance, même avec 3g dans l'sang j'te raterais pas. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Mer 17 Oct - 20:16




Dans cette taverne où travaillait quelques minutes plus tôt Rikky Finemon, pirate de son état, nouvellement recherché pour dix-huit millions de berrys, c'était devenu le bordel. Tout avait commencé par un marin qui le dérangeait dans sa tranquille sieste, lui collant directement son flingue sur la tempe. Jusque là, rien de très anormal, il faisait son boulot ce chien du Gouvernement. Le pirate n'avait pas compris d'où sortait sa prime, le marin lui avait sorti un nom étrange. En bref, il ne se sentait pas visé, plutôt tranquille et espérait simplement que sa cervelle ne saute pas dans les secondes qui suivraient.
Sauf que même avec cet évènement, plutôt apeurant et lourd en conséquences, notre cuisinier n'était pas au bout de ses surprises. La première manifestation extérieure fut celle-ci d'un pirate qui mangeait. Il souhaitait le calme pour déguster son repas. Un brave petit, mais son assiette était horrible, dégueulasse. Il avait choisi le plat le plus mauvais de la carte et ce n'était pas l'arme braquée sur lui qui allait empêcher le forban de faire une petite remarque.


« Mais ferme ta gueule ! Bouffe ton pudding de merde tranquille, c'est pas toi qu'on veut buter alors que t'as rien fait ! » beugla-t-il tout en espérant que cette tentative de diversion marcherait sur le marin, même s'il y croyait comme la croissance de Mimi Mathy.

Et alors ? Encore assez banal ? Mais ce n'était pas fini, non, puisque quelques secondes plus tard un corps entra tranquillement dans la taverne, volant, glissant et percutant une table, des chaises, puis le bar. Un corps et un autre qui suivit, se ruant sur lui et l'assénant de coups enflammés. Qui était ce type ? Pourquoi était-il en feu ? Tellement en colère que sa température avait augmenté au point de le cramer lui-même ? Ou encore une de ces conneries de pouvoirs spéciaux. Il ne suivait plus rien et espérait simplement que le flingue ne viserait plus sa tête.

Et c'est alors qu'un roux, bousculé par le type aux mains enflammées qui venait d'entrer, qui était apparemment un marin, un peu miteux, à du logo de sa veste trouée, se rebellait et voulait se faire ce même soldat. Incompréhensible, si bien que lorsque celui qui le tenait en joug lâcha son emprise, le pirate tenta une petite percée en solitaire, vers la porte, de manière à sortir le plus vite possible.
Sauf, qu'une nouvelle fois, quelque chose d'inattendu se passa. Le tenancier, gros bonhomme barbu et costaud, se tenait devant la porte, ne voulant laisser sortir personne.


« C'est à cause de vous ce bordel !!! Personne ne sort tant qu'on m'a pas remboursé la casse et toi, Rikky, tu vas devoir beaucoup travailler pour moi si aucun de tes potes ne veut payer !
- Mais chef ! J'ai bossé toute la journée et c'est pas mes potes. Le blond veut me buter pour un rien, l'autre est en feu et le mec mange de la merde. J'y suis pour rien moi !
- De la merde ?!! C'est qui qui la fait cette cuisine ?!! ENFOIRÉ ! »

C'était ainsi que Rikky, homme fier, se retrouvait à courir en rond dans la taverne, coursé par un barman qui tenait un balais.

Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Sam 20 Oct - 7:21

Il était temps de courtiser ses charmentes demoiselles, j’attendais le moment pour leur proposer un verre et parler. Pour l’instant l’autre, Rikky bidule machin truc avait dit ces mots quand le barman lui disait qu’il payera tous les dommages :

« Mais chef ! Le blond veut me buter pour un rien, l'autre est en feu et le mec mange de la merde. J'y suis pour rien moi ! »

Alors que le barman s’énervait à cause de la réponse de l’homme des 18.000.000, un autre homme était rentré par la porte avec une température anormale. Il cramait et avait défoncé un mec, ce qui avait cassé une des portes jaunes d’entrée au bar. Ils allaient finir avec le bar, c’était mort. Il était jolie ce bar, je l’aimais bien. À pars les toilettes qui étaient pourris, ça puait là-bas et ce n’était pas propre du tout, c’était dégueulasse. Bon, parlons plutôt de la bouffe, elle n’était pas top mais j’avais faim. J’aurais pu me manger quelque chose de mieux dans le restaurant d’en face mais je préférais rester ici à cause des prix. Là-bas c’était hors-prix. Les gens dans le bar avaient des gueules de « pas trop d’argent, radins ou en recherche d’aventure » c’était assez intéressant, moi qui passait par là et qui allait me rendre avec mon capitaine Pandémonium sur une île de la région avait envie de voir ce qu’offrait l’île et repartir avec un minimum de trois cents milles berrys. En tout cas je faisais tout pour et il y avait ce p’tit riche car il avait une tête de mafieux et de merde. Voilà, c’est dit, il était répugnant. Il poigtait un flingue sur un homme de la marine.



Quand il était rentré je sentais que c’était un péteux qui a de l’argent. Enfin, revenons sur l’homme en feu. Il cramait, incroyable ! Un possesseur de fruit du démon de type feu ? Un utilisateur de logia ? En tout cas, je ne devais pas le faire chier car impossible de le toucher, faudrait que je maîtrise le haki de l’armement pour pouvoir le toucher. Il était jeune, enfin, il devait avoir mon âge. De plus, je ne devais pas trop me faire remarquer car il était marin, il avait l’uniforme. Lui ce n’était pas comme l’autre, il n’avait pas peur car personne pouvait le toucher. Si il y’avait tant de marines en ce moment c’est qu’il se passait quelque chose, une mission peut-être ? J’étais curieux, ça se trouve ils nous entouraient et on ne pourrait pas sortir de l’île sans en subir les dommages.

Tous ses doutes, je ne savais pas quoi faire, prendre la fuite ou continuer ici comme si rien ne passait ? Enfin, je devais continuer à les courtiser, elles étaient aussi charmantes. Le roux avait lui fait encore mieux, un flingue sur les deux marines, quesqu'il allait se passer ?
Revenir en haut Aller en bas

Etat-Major
Etat-Major
avatar



Zuko Kasai
Messages : 322
Age : 23
Métier : Cuisinier

Fiche du marin
PP : 698
PH : 699
Grade : Sous-amiral
MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Sam 20 Oct - 14:28

Zuko avait enfin finit de refaire le portrait du type sur lequel il était assit. Celui-ci ne bougeait plus depuis un petit moment d'ailleurs, sa tête était complètement carbonisée et il devait sûrement être mort. Zuko eut la nausée pendant une seconde, il avait bien sûr déjà tué des pirates, mais ce n'est pas pour autant qu'il aimait avoir son sang et sa cervelle carbonisée sur les mains, ça donnera pas mal de travail à la personne chargée du ménage.

D'ailleurs, il était où là ? Zuko regarda autour de lui. Ce qu'il vit tout d'abord était un type à l'air assez balaise courir en cercle autour de la pièce dans laquelle il se trouvait, poursuivit par un homme un peu rond armé d'un balais. La pièce ressemblait fortement à un intérieur de bar d'ailleurs, celui-ci était sur sa droite et il y avait des tables de billards un peu plus loin sur sa gauche. Tous les clients regardaient dans sa direction, ce qui le fit se sentir un peu honteux, même si il doutait fort que ça soit la première fois qu'un meurtre survenait dans un tel endroit, même si pour une fois le bar dans lequel il se trouvait était assez bien entretenu, à part bien sûr pour les portes complètement défoncées et plusieurs tables brisées lors de son entrée fracassante.

Puis, il s'aperçut enfin que quelqu'un l'avait en joue, le canon de son pistolet sur sa tempe et une expression assez énervée sur le visage. Apparemment il avait été compris dans les dégâts collatéraux puisque la jolie chemise qu'il portait était désormais décorée d'une superbe tâche bien visible et sentant l'alcool à plein nez. Il lui en voulait légèrement semblait-il. Puis, un autre facteur vint se rajouter à l'équation, un type qui colla son propre magnum sur la tempe du roux qui l'avait en joue.

- Une fois que la balle a quitté le barillet, il n'y a plus de retour possible. À cette distance, même avec 3g dans l'sang j'te raterais pas.

Ce type était assez impressionnant, en plus sa tête lui disait vaguement quelque chose, mais il était presque certains que le roux ne se laisserait pas faire. D'ailleurs il sortit lui même une deuxième arme qu'il pointa sur le sauveur du Marine. Décidé à ne pas laissé faire ça, Zuko fit remonter des flammes depuis ses poumons et souffla quelques petites flammèches en direction du roux, juste assez pour que sa chemise imbibée d'alcool s'enflamme, causant une distraction suffisante pour qu'il baisse ses armes pour tenter de l'éteindre.

Cependant, avant ça, la vue des flammes lui procura un sursaut de surprise qui le fit appuyer sur ses deux gâchettes, tirant une balle dans la casquettes de Zuko et une autre dans la poitrine du type qui avait voulu lui venir en aide. L'énervement de Zuko grimpa à nouveau d'un cran, mais qu'est-ce qu'ils avaient tous contre sa pauvre casquette de Marine ? Elle ne leur avait rien fait ! De colère, il saisit le roux qui brûlait toujours par le col et lui hurla :

- Tu sais combien de temps ça va me prendre à la recoudre imbécile ? Je suis pas assez riche pour m'en repayer à chaque fois qu'on me la troue putain !

Puis il l'envoya s'écraser sur le bar, se prenant d'autres bouteilles d'alcool qui attisèrent le feu qui brûlait déjà sur sa chemise. Avec mauvaise humeur, Zuko se demanda quand est-ce qu'il aurait le bon sens de retirer sa chemise puis il se rappela que quelqu'un avait essayé de l'aider et c'était prit une balle par sa faute. Il fit volte face pour le regarder, prêt à lui venir en aide, mais ses excuses moururent dans sa gorge. Le trou qu'il avait dans la poitrine du type gela, puis se referma tout seul. Le logia de la glace !

En regardant plus précisément la tête du possesseur du fruit du démon de la glace, Zuko se rappela enfin qui ce type était. Il l'avait déjà vu bien sûr ! Mais c'était bien avant qu'il mange son propre fruit du démon. Ce type aussi était un Marine, et ce n'était autre que le...

- Commandant Clive R. Jackson !

Immédiatement, toute agitation cessa dans le bar. Seul l'homme qui courait en cercle ne s'arrêta pas brutalement ainsi que son poursuivant. Tous les autres clients cessèrent brusquement toute activité pour regarder le commandant de la Marine. Il y eut un petit blanc puis... La panique ! Tous le monde se précipita vers la sortie en hurlant, rien que de plus normal pour un bar rempli de malfrat qui se trouve en présence d'un haut gradé de l'armée. Se rendant compte de son erreur, Zuko regarda l'homme en face de lui qui tremblait de colère face au désordre qu'il venait de créer, aussi trouva-t-il plus sage de changer de sujet rapidement.

- Euh... J'ai une lettre pour vous de la part du colonel de Logue Town. Je dois rejoindre votre équipage...

En disant ça, il sortit le lettre en question d'une main tremblante, pas certain de sortir sans dommages de cette discutions qui s'annonçait pour le moins rafraîchissante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Etat-Major
Etat-Major
avatar



Clive R. Jackson
Messages : 1484
Age : 27
Métier : Navigateur

Fiche du marin
PP : 845
PH : 812
Grade : Contre-Amiral
MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Dim 21 Oct - 20:24

Les choses dégénèrent, faites vos jeux rien n'va plus ! Le bar en entier part en vrille. Le jeune marine semble enclin à faire une grosse connerie, ce qui se confirme assez rapidement puisque celui-ci, au lieu de la jouer fine alors que j'étais entrain d'essayé de sauver son cul, décide de passer à l'action. Une flamme émane de sa bouche allant jusqu'à brûler les habits du roux imbibés d'alcool. Celui-ci prend feu et tire d'instinct deux balles perdu, une qui se coche dans la casquette officiel du parfait petit marine, et l'autre qui vient troué mes habits, transperçant mon poumon par la même occasion. Désormais sans défense le roux est en one one avec le bleu qui s'énerve contre celui-ci, le tenant par le col afin d'exprimer tout son mécontentement. Celui semble s'exulter d'une pauvre casquette offerte par la marine, celle de base.

* Clive, Clive, fais pas de cas, laisse coulé..laisse faire..ahah..ahah.. *



« HEY, TOI, ENFOIRÉ ! JE TE SAUVE LA MISE ET TU M'FAIS TROUER UN HABIT RICHE FORESTER A 20'000 BERRY ?!?! TU VAS ME LE P.. »

Le marine me reconnaît, il scande mon nom de façon tellement audible que même à travers mes cris celui-ci se fait entendre des pecnos de la salle, m'affichant devant absolument toutes les personnes présentes dans le bar. Plus un bruit, plus une tonalité, juste ma rançon qui se met à courir en rond comme un demeuré. Quelques secondes après les gens commencent à avoir peur, tous se ruent vers la sortie, c'était quoi leur problème ? Comme si je me déplaçais jusqu'ici pour m'embrouiller avec une bande de clodos, vraiment..Il ne restait plus grand monde mis à part le roux, un prépubaire, le chef cuisinier, les deux femmes, le jeune marine moi et ma prime qui s'amusait encore à jouer les toupilles.

* Tsch, ce bouffon vaut vraiment 18 ticket ? *

Timidement, le marine se met à me parler. Il m'explique en vitesse les raisons de sa venue et me tend une lettre. En voyant le nom : Tamara Hisagi inscrit dessus je comprends vite la situation, cet enfoiré avait encore trouver le moyen parfait pour me coller dans les pattes un gêneur, il n'en n'étais pas à son premier coup d'essai vu qu'il m'avait déjà obliger à prendre dans mon équipage Drake et Azuno et..une mystérieuse fille qui a encore plus mystérieusement disparus lors de cette mission. Mais pour une fois ça tombait bien, je n'aurai pas besoin de l'endetté pour qu'il me rembourse mes habits vu que l'ordre venait directement du Colonel en question, c'était donc une fausse mauvaise nouvelle. Mais, le mal semble quand même fait, ma chemise troué par le coup de feu provoqué par l'incompétence du marine il n'aurait d'autres choix que de m'obéir. Contrairement à ce qu'il pouvait pensé, je n'allais pas l'engueuler et encore moins lui crier dessus, juste un large sourire qui s'esquisse le long de mes lèvres. Il semble vrai, chaleureux, amical, mais était terriblement faux, j'avais ce don, celui de sourire à mon bon vouloir pour apaiser ma proie.

« Mais non, mais non ! N'aies pas peur, je vais pas te manger ahah~ »



* C'est ça, tu vas raqué enfoiré ! *

«  ~Alala, tant de manières pour quelques berrys, la proposition semble correcte mais comme tu sembles si enclin à vouloir m'aider, je ne peux qu'accepter tes avances, ton entrain et ta bonté te perdront.. x) »


Il n'avait rien demandé mais il ne pouvait refusé l'offre inexistante que je venais de lui faire, sans le savoir il signait un pacte avec le diable. Mais le problème persiste, maintenant qu'il était là je n'avais plus l'occasion de persécuter le pirate qui gesticule de peur de se faire ramasser par son boss, de toute façon, j'étais pas trop du genre à payer les réparations et puis, c'est pas comme si j'avais encore eu l'occasion de cassé quoi que ce soit dans ce taudis. La suite des événements me paraît flou mais il me fallait un moyen de récupérer mon pactole qui semble s'éloigner de plus en plus de mon compte en banque. Mais je n'ai pas vraiment le temps de me posé la question, puisque plusieurs hommes rentrent dans le bar, ceux-ci semblaient balèze et surtout étaient des potes au roux. Ils sont 6 à faire irruption, menaçant tout le monde dans la salle, le roux, lui, désigne l'homme qui l'a agressé en pointant du doigt Zuko. Mais sa haine et sa rancune le pousse à prendre la parole.

« Butez-les tous, je veux leur têtes, 1'000'000M de berrys par tête pour ceux qui me les ramèneront. »

Ps : j'ai fais ça en mode vraiment rapidos, une de ces flemmes de fou. Je me suis lâché alors faites pas trop attention aux erreurs et aux débilités.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Lun 22 Oct - 9:04




Cette fois-ci, c'était de pire en pire. On y comprenait vraiment plus rien dans ce bar. Une multitude d'histoires parallèles s'étaient formées. Le marin qui avait harcelé le cuisinier s'était retrouvé troué par un de ses hommes, un roux avait pris feu, un autre jouait au billard et tout le monde était partir. Le propriétaire, qui coursait déjà Rikky avant que tous ses clients ne disparaissent, la plupart, sans payer, accéléré la cadence à cause du surplus d'énervement provoqué. Le cuisinier allait en faire les frais, c'était certain et continuait sa folle course dans tout le bar, tentant différentes feintes en se cachant derrière les tables, utilisant des chaises comme bouclier face aux coups de balai et s'accrochant à l'énorme lustre, qui manqua par deux fois de s'écraser sur le sol, pour survoler l'assemblée et éviter d'être assommé. Plusieurs fois, il tenta de sortir par la porte, mais fut à chaque fois rattrapé par le terrible tenancier qui ne s'avouait pas vaincu.

Mais là, grâce à une feinte digne des plus grandes finales de football, il y parvint, laissant cloué sur place le barman. Il ne l'avait pas pu venir et le pirate courait vers la sortie, fier d'avoir sa liberté. Il en avait marre de tout ce bordel et espérait disparaître aussi vite qu'il était arrivé, ne remettant plus jamais les pieds sur l'île. Jetant un dernier coup d'oeil par-dessus son épaule, de manière à appréhender la distance qui le séparait de son agresseur, le cuisinier oublia de regarder devant lui et heurta violemment un corps. Repoussé en arrière, il se retrouva à nouveau à la portée de l'ustensile de ménage, esquivant le coup grâce à une magnifique roulade sur le côté. Il s'avouait pas battu l'enfoiré et la course-poursuite risquait de reprendre de plus belle. Sauf que le mec renversé, accompagné de cinq autre mecs était pas commode et commença à beugler.


« Oh ! Sale enculé ! Arrête de gesticuler comme un connard et ramène-toi ! Tu m'as sali ! Alors tu vas vite lécher ça ! En plus, même si t'as une face de vieux mec perdu mentalement, on me filera un million ! »

Il passait de dix-huit à un ! Rikky n'y comprenait plus rien, stoppa net sa course, voyant le barman finalement occupé avec un des hommes qui venait de rentrer. C'était un peu incompréhensible comme situation, mais le cuisinier s'approcha du mec qui venait de parler : un type un peu louche, avec un oeil plus gros que l'autre qui tapait lentement une chaîne métallique dans ses mains. Bordel, encore de la tape. Le pirate n'en pouvait plus, il en avait marre de tout ça.

« D'abord, dix-huit, ensuite un. Faudrait vous mettre d'accord ! Pourtant, j'vaux rien. Arrêtez de voir des biftons en voyant mon crâne, j'sais pas, piquez la caisse ! Moi j'y suis pour rien, alors laissez-moi me barrer !
- Popopop, lança le bonhomme à la chaîne tout en repoussant le Reptilian d'un violent direct du droit en plein de la mâchoire tu vas où mon petit ? J'vais te découper, t'as mal compris. Mon boss me file un million si j'ramène ta tête collée à un poteau ! Tu vas pas me la faire à l'envers. »

Repoussé contre le bar, Rikky se releva sans difficulté, essuyant le filet de sang qui coulait de ses lèvres. Le foutre en rogne, c'était pas la bonne solution. L'homme-dragon ne voulait pas déchaîner son pouvoir ici et allait devoir faire sans. Mais refaire le portrait de ce mec, lui remettre la face droite, ça devrait pas être trop compliqué. Un direct du droit pour lui rendre son coup et un coup de genou bien placé et déjà, le mec était plié en deux. Le forban s'était relevé et s'était avancé super rapidement. Néanmoins, le petit voyou ne s'avouait pas vaincu et envoya sa longue chaîne droit sur notre homme. En la bloquant avec son bras droit, il se retrouva entouré, violemment tiré, élevé dans les airs, puis accueilli par un violent coup de pied.

Manque de bol, le pied avait fini dans la main du Reptilian qui avait de nouveau les pieds sur le sol, s'appuyant et renversant littéralement son adversaire en tirant à la fois sur la chaîne et sur la jambe. Rapproché, le cuisinier lâcha tout, mit son coude dans la tête du criminel, le terminant une bonne fois pour toute avec un coup de boule en pleine face, le laissant gémir au sol. Les autres étaient déjà occupés avec tous les autres mecs du bar.
Cependant, Rikky resta, contemplant les autres combats. Certains étaient doués et d'autres vraiment pas mauvais. C'était une belle brochette, mais dans ce tas, beaucoup trop d'ennemis et ça, ça lui hurlait de fuir avant de se faire capturer comme un vulgaire sanglier pendant la période de chasse.



Dernière édition par Rikky Finemon le Mar 23 Oct - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Mar 23 Oct - 14:26


Dans le bar c’était le chaos, les gens se barraient et le roux voulait la tête de tout le monde. Ces hommes essayaient de nous attraper avec des chaines, katanas ou encore flingues. Ils étaient six, six cons qui attrapaient tous ce qu’ils restaient dans le bar. Moi je continuais à courtiser les dames et jouer au billard en même temps. Vu que personne ne jouait c’était ennuyant mais bon, ça me permettait à me concentrer au cas où ils m’attaquent. En effet, un gros lourdaud se lançait sur moi en criant. Je l’avais vu, heureusement sinon j’aurais dit adieu à mes rêves car le mec pesait cent soixante kilos. Un gros bouffon pleins de gras qui transpirait. Il avait un masque aussi et une ceinture de, de,… catch !! J’étais tombé sur un catcheur. Le catch est faux alors je lui dis :

« Yéyé ! Toi aussi t’es faux ? Haha haha. Bref, passons au sérieux, j’prends deux secondes avec toi et je me casse »

Le tenancier avait écouté cela et me regardait, genre « faut que je fasse attention avec celui-là, il va se casser sans payer » alors que la plupart des clients étaient partis, nous n’étions même pas un quart du monde qu’il y avait avant, incroyable, un simple « Commandant » et tout le monde se casse, personne en deux secondes, ils étaient passait où ? J’avais pas trop vu mais entendu les gens paniquer. Enfin, moi qui avais déjà compris que c’était un marine je n’avais pas bougé, même en voyant qu’il était de glace. Mon dieu, j’avais flippé, c’était trop cool ! Alors, deux marines, deux logias, deux mecs invincibles selon mon niveau de combat et de presque tous ceux des mers bleus. Les gars étaient trop bons en combat seulement grâce à leur fruit. Le mieux était de me casser en douce.

En même temps, l’autre qui m’avait sauté dessus et qui avait tombé parterre était assommé, enfin je crois. Pour en être sûr, je lui envoyais des étincelles vivantes sur les fesses, ça l’avait brulé et l’autre criait de douleur. C’était assez rigolo, un mec qui fait son beau gosse et champion de catch se fasse brûler les fesses et pleur en courant. Incroyable hein ? Et bah le roux lui avait ordonné de continuer sa quête sinon il serrait tué pour n’avoir pas écouté son maître. Les autres hommes rigolaient à pars Rikky, qui celui-là ne comprenais rien à la situation. Il était recherché pour 18.000.000 de berrys et les autres gros cons allez le tuer pour un p’tit million. Le plus con dans tout ça était que Rikky avait toutes ses chances mais ne l’attaquait pas à ce moment-là. Enfin, gros bordel. Et moi je devais faire quoi ? Bah, répondre aux attaques de l’autre et le faire dormir. Alors pour simplifier je luis envoyais une boule d’artifice puis pour terminer avec j’allais lu mettre un « Jusqu’aux étoiles » mais en voyant que ma boule lui avait rien fait je comprenais qu’il maîtrisait un style de combat assez spécifique, enfin un truc qui m’intéressait dans tout ça.
Revenir en haut Aller en bas

Etat-Major
Etat-Major
avatar



Zuko Kasai
Messages : 322
Age : 23
Métier : Cuisinier

Fiche du marin
PP : 698
PH : 699
Grade : Sous-amiral
MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Jeu 25 Oct - 18:49

- Oy attendez ! Il doit y avoir une erreur là !

C'est tout ce que Zuko réussit à dire alors qu'une femme assez fine s'approchait de lui, plusieurs couteaux de lancé dans les mains et une grande quantité d'armes coupante en tout genre accrochées à la ceinture et dans son dos. Elle était vraiment très belle, le visage aux traits délicats mais concentrés, les yeux pleins d'une férocité qui plaisait énormément à Zuko et de longs cheveux noirs qui lui tombaient dans le dos en une cascade de boucles parfaitement formées. Elle portait des vêtements qui lui couvraient tout le corps, mais qui étaient bien trop moulants pour être portés par une jeune fille innocente.

Elle ne prit même pas la peine de lui répondre et lui lança les armes qu'elle portait en main. Soucieux de préserver ses vêtements, Zuko plongea derrière une table renversée qui fut bientôt criblée de lames. Lorsqu'il repassa la tête par dessus la table, il vit qu'elle avait dégainée une dague à l'air vraiment très acérée. Avec un grognement, il se leva et retira le haut de son uniforme pour qu'il reste entier malgré les coups qu'elle ne manquerait pas de lui porter. Avec un sourire charmeur, il l'a déposa sur la table qui lui avait servit de bouclier et déclara à la jeune femme :

- Vous savez, je n'ai pas l'habitude de me déshabiller devant les femmes avant le premier rendez-vous, mais puisque vous semblez insister je ferais bien une petite exception.

Le trait d'humour ne lui plut apparemment pas du tout car elle décrocha un autre couteau de lancé de sa ceinture pour l'envoyer droit sur lui. Elle visait remarquablement bien, si il avait été un humain normal, il se serait retrouvé affublé d'une nouvelle décoration faciale pile entre les deux yeux. Elle était d'une efficacité redoutable. Sans se démonter elle s'approcha de lui rapidement, se fendant pour lui planter l'arme dans le ventre. Zuko laissa l'arme traverser son corps mais attrapa le poignet de la demoiselle avant qu'elle n'ai pu se brûler. Elle lâcha immédiatement son arme, attrapa le bras de Zuko de sa main libre et lui fit une prise bien trop rapidement pour qu'il ne le comprenne. Sans qu'il s'en rende compte elle l'avait balancé par terre sur le ventre et lui avait grimpé sur le dos, à cheval sur lui en maintenant sa tête écrasée contre le sol d'une main.

- Cette position est très gênante vous savez ? Mais je pourrais rester des heures comme ça tant que c'est vous qui me tenez...

- La ferme ! Ordonna-t-elle en lui soulevant la tête pour la frapper sur le sol.

Cependant, Zuko avait suivit un entraînement de combat au corps à corps avec la Marine avant et après de recevoir son fruit, aussi savait-il se défendre sans utiliser son pouvoir. Il souleva légèrement les fesses où elle était assise et donna un violent coup de tête en arrière, percutant son menton avec l'arrière de son crâne. Bien entendu ça ne lui fit pas du bien du tout, mais ça eut l'intérêt de lui faire lâcher prise. Aussitôt il se retourna, l'attrapa à bras le corps sans craindre de se faire couper par les multiples armes qu'elle portait et réussit à la faire basculer sur le dos, coinçant ses bras sous ses genoux et se servant de sa main pour la menacer d'un coup de pyrogun. À ce moment elle lui servit un sourire absolument renversant mais aussi plein de moquerie et d'une arrogance frappante.

- Comme si tu allais me tuer maintenant alors que tu aurais pu le faire depuis le début.

- Je...

Zuko ne put jamais finir sa phrase car son adversaire (bien trop sexy pour son propre bien) réussit en se contorsionnant avec souplesse à emprisonner son torse avec ses jambes et à le faire basculer en arrière, ce qui, en plus de lui faire mal, l'émerveilla au plus haut point. Quelle force ! Quelle souplesse ! Cette fois-ci, il ne sut pas exactement comment, il se retrouva sur le dos avec elle assise sur son ventre, lui appuyant douloureusement dessus. Il lui servit le sourire le plus provocateur qu'il puisse et, lorsqu'elle eut compris de quoi il voulait parler, elle lui retourna la claque de sa vie, laissant une grande marque rouge sur sa joue et qui résonna dans la pièce. La plupart des occupants de la pièce observèrent un moment Zuko avec un regard signifiant qu'ils compatissaient à sa douleur puis reprirent leur activité quelle qu'elle soit.

Reprenant ses esprits, il marmonna :

- Bon d'accord, celle là je la méritais peut-être, mais je trouve qu'on est partit du mauvais pied tous les deux, ça te dirait pas de reprendre à zéro ?

À sa grande surprise, la jeune fille s'arrêta alors qu'elle allait lui donner un grand coup de poing et le regarda avec grand intérêt. Elle abaissa la main et lui donna un sourire timide devant lequel Zuko se sentit fondre.

- D'accord... murmura-t-elle toute rougissante.

- Vraiment ? S'étonna Zuko qui n'en revenait absolument pas. Devant son hochement de tête approbateur, Zuko enchaîna : je m'appelle Zuko Kasai et toi ?

- Je m'appelle Miyu, ravie de te rencontrer, affirma-t-elle en replaçant une mèche derrière son oreille.

Alors que Zuko n'en revenait toujours pas de sa chance, Miyu perdit son sourire et leva les yeux au ciel.

- C'est bon, je peux te tuer maintenant ? Demanda-t-elle d'une voix dure.

Le Marine soupira de déception, ça allait décidément être difficile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Etat-Major
Etat-Major
avatar



Clive R. Jackson
Messages : 1484
Age : 27
Métier : Navigateur

Fiche du marin
PP : 845
PH : 812
Grade : Contre-Amiral
MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Dim 28 Oct - 9:46

Tout le monde semble occupé par son petit combat personnel, ils sont six et nous sommes quatre, pas de quoi s’affoler même si certains ont l'air plutôt balèze. Zuko à l'air épanoui avec sa concubine, il semble que les femmes ne sont pas promptes à lui faire des avances et encore moins à dédaigner le regarder, du coup, ça paraissait compréhensible que celui-ci prenne du plaisir à se faire matraquer par une folle dingue, à vrai dire c'était un spectacle plutôt pitoyable, c'est ça que je devais prendre dans mon équipe ? Sa phrase choc manque même de me faire éclater de rire : « Vous savez, je n'ai pas l'habitude de me déshabiller devant les femmes avant le premier rendez-vous, mais puisque vous semblez insister je ferais bien une petite exception. » ne pas se déshabiller avant le premier rendez-vous ?



* Oyyyyy, oyyyyy, dis tout simplement que c'est ton premier rendez-vous ! Si on peut appeler ça comme ça... *

Je n'avais pas vraiment le temps de m'attarder sur son cas, ayant moi-même un opposant je ne pouvais me laisser distraire. Étonnamment, j'avais aussi eu droit à une femme, elle était plutôt sexy même si son style vestimentaire laissé à désirer. Pas très bavarde celle-ci fonce sur moi à toute vitesse, enchaînant quelques coups au corps-à-corps. Ses attaques sont facilement esquivables et de simples balancements sur le côté me suffisent à déjouer ses assauts, mais celle-ci ne semble pas décourager, au contraire son regard s'intensifie, ses griffes s'allongent et son visage se pétrit, c'était sacrément moche à voir, sur le coup on aurait dit une harpie. Sa vitesse s'accroît et surpris par le changement de rythme que celle-ci m'impose je me fais découper la manche du bras droit qui finit en lambeau. Contrairement à elle, moi, j'étais très à cheval sur mon style vestimentaire et spécialement lorsqu'on me déchirait mes vêtements. Contrairement à Zuko, je n'avais pas de principe aussi beau que « ne frappe pas une femme », « vas-y doucement », moi, homme ou femme je mets tout le monde à la même enseigne, ne lésinant jamais sur les moyens mis à disposition pour anéantir mes adversaires.



Et, elle, m'avait particulièrement mis en rogne, impossible de laisser passer un tel affront. Celle-ci reprend du service en se ruant une nouvelle fois sur moi, j'évite les deux premiers coups en reculant, l'obligeant à mettre tout son poids vers l'avant afin de continuer d'avancer pour me frapper. En faisant ça celle-ci me permet de contre-attaquer de toutes mes forces avec un uppercut du droit, alourdit par la puissance de son corps et de son poids répartis vers l'avant celle-ci signe d'elle-même son arrêt de mort. Elle tombe au sol, et semble pouvoir à peine bouger, ses jambes tremblent, impossible de se relever après un coup pareil, le cerveau étant totalement déstabiliser elle ne pourrait marcher avant un certain temps. Du sang s'échappe de sa mâchoire, mais j'avais encore la rage pour ce qu'elle m'avait fait. Je m'approche d'elle et pose mon pieds sur son visage, l'écrasant de tout mon poids avant de lui donner quelques kicks pour me défouler.

« Tiens sale p****, bouffe ça et encore ça, sa**** !»

Après coup j'avais quand même la sensation d'avoir un peu abusé et agis trop stupidement, laissant ma colère prendre le dessus je n'avais pas su me maîtriser comme je l'aurai fais habituellement. De toute façon elle n'avait rien d'une femme, et encore moins d'un être humain. Son corps recouvert de blessure n'effaçait pas cette horrible grimace qui balafrait son visage, elle faisait pitié à voir, comme ça, étaler sur le sol le regard livide sans pouvoir bouger. Les gens tout autour regardaient la scène avec effroi, le sang de la jeune femme dégoulinant sur le parquet de l'établissement. Je respire un grand coup avant de sortir de ma poche un paquet de clopes et un briquet, c'était ma dernière. Je l'allume et jette le paquet par terre tout en tirant une latte dessus. Les deux derniers loubards prennent peur, de la sueur coule de leur front, tout le monde avait réussi ou presque à se défaire de son/ses opposants. Je souffle la fumée de ma dernière clope, la laissant se répandre dans la pièce, avant de répondre d'une voix presque hautaine.



« À qui l'tour ? »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité



“Invité”

MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Dim 4 Nov - 13:02




Le bordel ambulant de ce bar conduisait notre pirate à une seule et unique solution : la fuite. Lui-même présent depuis le début ne comprenait plus ce qui se passait à l'intérieur de cette échoppe. Des combattants étaient arrivés, partenaires du mec frappé par l'enflammé. Rikky n'avait eu aucun mal à se débarrasser de celui qui s'était opposé à lui, le terminant d'une frontale en pleine face. D'autres duels avaient commencé dans la salle, les derniers arrivants se faisant littéralement botter le derrière. De belles pointures se trouvaient ici présents ce qui n'encourageait guère le cuisinier. Lui qui cherchait un endroit pour se ressourcer s'était retrouvé entouré de fous, certains voulant sa tête, d'autres se battant pour des broutilles. Un endroit pas vraiment fait pour se détendre. Dorénavant, il avait le ventre plein, il pouvait donc se permettre de disparaître, laissant les autres à leur funeste destin : la suite du combat.

Alors qu'il rampait dans la plus grande discrétion, naviguant habilement entre les pieds des tables et des chaises, le pirate fut arrêté par deux jambes qu'il connaissait. Levant les yeux, il reconnut le tenancier, celui qui l'avait chassé avec un balais. C'était un homme qui faisait très peur, il fallait l'admettre. Pourtant, cette fois-ci, il n'avait pas de mauvaises intentions. La situation était si trouble qu'il avait sûrement pensé à quitter le navire en route, l'acte de propriété l'ayant finalement rattrapé.


« Fous-moi le camp Rikky ! Je veux plus jamais te revoir ici ! Un pirate primé en plus ! Et pas 18, mais 23 millions ! Et t'es aussi con ?! Tu seras vite taulard, d'ailleurs... »

Il s'était arrêté net, coupé dans son monologue. Rikky s'était levé, l'avait saisi par le col et soulevé quelques centimètres au-dessus du sol.

« D'ailleurs quoi ? Si tu veux pas finir bouffé par les mites qui s'occupent de ta charpente, je te conseille de vite fermer ta gueule et de me laisser partir. Sinon, tu vas voir pourquoi il est écrit Reptilian sur cette affiche. »

Son regard avait changé et était plus sérieux que jamais. Rarement on l'avait vu dans cet état, lui qui était toujours jovial, voire niais. Le tenancier ne parlait pas, sentant qu'il pourrait être victime d'un coup fatal dans les minutes qui allaient suivre. Le pirate le posa lentement au sol, passant devant lui sans qu'aucun bruit n'émane de sa bouche. Sortant, le soleil frappant son visage, le pirate disparut dans la ville. Beaucoup de citoyens s'étaient rassemblés devant le bâtiment. Passant outre les sécurités et la foule, in ne vit qu'un bateau partir du port, Rikky à bord. Son aventure rocambolesque sur Las Camp était terminée et il pouvait enfin s'adonner à ce qu'il préférait : la sieste.

Revenir en haut Aller en bas

Etat-Major
Etat-Major
avatar



Zuko Kasai
Messages : 322
Age : 23
Métier : Cuisinier

Fiche du marin
PP : 698
PH : 699
Grade : Sous-amiral
MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Dim 4 Nov - 13:40

*Oyyyyy, oyyyyy, dis tout simplement que c'est ton premier rendez-vous ! Si on peut appeler ça comme ça... * lui lança son futur capitaine depuis là où il se trouvait.*

Zuko lui jeta un regard outré et revint à la jeune femme qui lui était grimpé dessus en le menaçant d'un couteau totalement inoffensif pour lui. Avec un soupir il commença à réchauffer son corps de plus en plus jusqu'à ce qu'elle doivent se retirer de sur son torse sous peine d'être brûlée assez gravement. Le Marine en profita pour se relever et pointa ses doigts en forme de pistolet sur la femme qui voulait apparemment sa mort sans pouvoir se résoudre à la tuer. Pour gagner du temps il se tourna vers le commandant de la Marine et lui dit :

- Ce n'est PAS mon premier rendez-vous ! Mon premier était bien meilleur.

Puis il se fit traverser par un autre couteau, lui faisant reporter son attention vers la femme. Ce n'est pas en essayant de le surprendre qu'elle arriverait à le toucher : un logia restait un logia quoi qu'il arrive et quel que soit l'endroit où il portait son attention. Avisant une table renversée juste à côté de lui, Zuko en brisa un pied et s'approcha d'elle en tapant sa nouvelle arme dans sa paume. Celle-ci lui jeta un regard hautain et éclata d'un rire moqueur.

- T'as même pas les couilles de descendre une femme qui veut ta mort ? Le Nargua-t-elle.

- Toi t'as un peu trop de couilles pour une femme, lui répliqua-t-il dans un marmonnement.

Elle sortit une autre arme tranchante de son dos, plus longue que les précédente et vint à sa rencontre en hurlant. Zuko se demanda vaguement pourquoi les femmes se sentaient obligée de hurler à tout bout de champ. C'est vrai quoi ! Il avait bien vu qu'elle lui fonçait dessus pour l'attaquer, inutile de crier comme si elle avait une armée derrière elle qui la suivait et allait reprendre son cri en cœur ! Il ne prit même pas la peine d'éviter la lame ou de la parer avec son pied de table qui se serait fait découper sur le coup, se contentant de la laisser le traverser. Son cri se stoppa net quand Zuko abattit son bout de bois sur sa tête, l’assommant sur le coup. Puis il laissa tomber ledit bout de bois par terre en soupirant de devoir en arriver à cette extrémité avec une femme. Il n'aimait pas vraiment les frapper contrairement à Clive qui avait tabasser celle qui l'avait attaqué. Maintenant il y avait du sang partout, c'était dégoutant mais sûrement nécessaire.

Regardant ceux qui restait dans le bar, Zuko fit le point. Le type qui courait en cercle poursuivit par le patron de l'établissement venait de franchir les portes pour s'en aller, son poursuivant était tout blanc et serrait convulsivement son balais, Clive cherchait un nouvel adversaire en fumant une cigarette et le roux c'était fait la malle avec le reste de ses acolytes, trop effrayé pour continuer de faire face. Les autres clients étant partis depuis longtemps, il ne restait donc plus que trois personnes dans le bar : lui, le capitaine et le barman.

Cette entrée en matière s'était déroulée de façon plutôt sanglante, il n'avait pas pensé se présenter comme ça à son capitaine. Il l'avait d'ailleurs vu très colérique, dérapant presque autant que lui quand on chatouillait trop sa susceptibilité. Il avait compté se présenter calmement en lui donnant ses papiers, et lui l'aurait accepté (avec ou sans enthousiasme, de toute façon la lettre contenait des ordres et non des propositions), il aurait alors rencontré l'équipage et seraient tous partis à la chasse au pirate. Ici ils avaient certes démolis du forban, mais Zuko se demandait si chacune de leurs expéditions serait aussi sanglante et si l'équipage ressemblait au capitaine. À vrai dire il ressemblait plus à un corsaire qu'à un Marine. Mais bon, tout n'était sûrement qu'une question d'habitude, il espérait simplement qu'il s'y habituerait vite justement.

Récupérant son haut, Zuko le remit sur ses épaules et sortit du bar, attendant son capitaine dehors. Il espérait ne plus remettre les pieds ici à moins que ce soit pour le mettre sous contrôle de la Marine.

_________________

La loi est dure, mais c'est la loi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Etat-Major
Etat-Major
avatar



Clive R. Jackson
Messages : 1484
Age : 27
Métier : Navigateur

Fiche du marin
PP : 845
PH : 812
Grade : Contre-Amiral
MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   Mar 6 Nov - 0:13

L'endroit s'était transformer en un vaste champ de bataille, plus beaucoup de chose ne tenait debout et tout le monde semble s'être fait la malle. Et le premier à l'avoir fait était le plus précieux de tous : l'homme aux 18 Millions de Berry's, Dikky Fibremon. Il n'y avait plus grand chose à espérer de cette aventure et la journée devenait de plus en plus agaçante. Je venais de perdre ma seule et unique chance d'empocher un sacré paquet d'argent et de retourner à une vie moins austère, mais dans la précipitation j'avais gagné un nouveau membre, ce n'était pas la meilleur des nouvelles mais il me devait maintenant quelques services et ça valait bien quelques berrys de perdus. La salle semblait bien vide désormais, il ne restait plus grand monde mis à part le jeune Caporal et moi-même, si, bien évidemment, on occultait le barman qui n'avait servit qu'à mettre en rogne ma proie, mais c'était sûrement le plus à plaindre dans l'histoire. Le coin est malfamé et son resto-bar venait de prendre de sacrés dégâts, rien qui doive l’enchanter réellement.

« Bon, puisque tu dois rejoindre mon équipage je vais faire abstraction de ce qu'il s'est passé ici. »



Dans toute cette agitation j'avais oublié l'élément premier : Hiki. Il n'avait plus donner signe de vie depuis mon retard plus tôt cet après-midi et n'avait pas débarquer lorsque les combats ont commencé. Suffisamment sonores ceux-ci auraient du l'interpeller, mais après tout je l'avais bien laissé en plan durant une grande partie de la matinée, ce n'était donc qu'un juste retour des choses. Ne sachant plus quoi faire de ma journée et l'ordre de mission ajourné vu la situation il allait me falloir expliquer en détails les raisons qui ont fait à ce que notre descente ait échouée. Zuko prend les devants, ramassant son veston il marche en direction de la sortie, me laissant seul avec le tavernier qui ramassait avec son balais les débris les plus mineurs. Il ne me restait plus qu'à partir, comme tous les autres, ce que je ne tarde pas à faire, écrasant ma clope sur le sol avec le pied, histoire de pas brûler le peu qu'il reste de l'endroit avant de m'empresser vers la sortie.

* Tsch..18 millions.. *



Un peu dégoûter de la fin de cette journée je n'avais pas pu me mettre sous la dent mon précieux sésame, et, en prime, j'allais me faire une fois de plus réprimander par la hiérarchie. Pour n'avoir su régler les problèmes comme il se devait et pour avoir laissé filer un nouveau membre de l'effectif du Gouvernement Mondial. En sortant un léger vent se lève sur la ville, faisant virevolter un tas de chose, Zuko était juste en face et à mes pieds c'était retrouver une feuille dès plus particulières. Salissant mes chaussures d'un prix exorbitant celle-ci ne me laisse néanmoins pas indifférent, la tête d'un pirate d'avant est inscrit, mais les premiers chiffres semblent différent, mais il était difficile de voir convenablement puisque celle-ci était de dos. Je me penche pour ramasser la feuille afin de la lire, sur celle-ci il y avait écrit : Rikky Finemon, recherché pour 23 millions de berrys. Si ma journée avait été à chier jusqu'ici, ce moment précis était probablement le pire de tous.

« Oh l'en****, 23 tickets ??? »



* Bah ! Après tout, je suis plus à 5 millions près. L'habitude de l'échec commence à devenir une constance plutôt inquiétante.. *

Cette fois c'était sûr, j'avais vraiment plus rien à faire dans ce bled pourris. Plus on avançait dans cette journée et plus les mauvaises nouvelles s'accumulaient. La défaite n'est pas totale puisqu'une nouvelle aventure allait débuter : Grand Line, la mer de tous les gros poissons, et des primes comme la sienne il en courait les rues, et, avec l'aide de mon récent équipage j'allais enfin pouvoir commencer la véritable aventure, celle qui m'apporterait la richesse et le pouvoir tant désiré. Mais j'avais conscience que la tâche serait semée d’embûche et que les sommets seraient difficiles à atteindre, et dans toute cette histoire, c'est probablement ce qui me motivait le plus, l'idée de réussir là ou tous les autres ont échoués en devenant l'homme craint de tous, l'Amiral Clive R. Jackson. En plus ça pète à dire et j'aurai enfin quelque chose pour commencer mes projets.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur





“Contenu sponsorisé”

MessageSujet: Re: Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Flash Back: Une offensive rondement mené [PV: Clive, Rikky, Tenrai, Zuko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Résolu] Bruitage Flashbacks/Rêves
» hébergeur gratuit pour un site rein quand flash(RESOLUT)
» Lire les SWF ( flash ) directement sur l'Ordi
» Texte flash + php
» Nul en Flash

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Beginning :: Voguez à travers les flots :: Blue Seas :: West Blue :: Las Camp-