Partenaires





Index
Inscription
Rechercher
Membre
Connexion
Déconnexion
Votre Profil
Boîte de MP
Groupe

















+ Perso' Prédéf'
+ Batailles Navales
+ Conquête d'îles
+ Tales of Beginning
+ Haut-Fait

Nouveaux arrivants : +10PP/RP
Nous recherchons de vils pirates ou d'idéalistes révolutionnaires pour faire face
à l'imposante marine !
(Note : si vous voulez jouer un marine, n'hésitez pas non plus!)

+ Click here

Partagez | 
 

 Le surpassement humain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Marine
Marine
avatar



Milo Vicenti
Messages : 6
Métier : Caporal de Navy

Fiche du marin
PP : 135
PH : 0
Grade : Caporal
MessageSujet: Le surpassement humain   Ven 13 Sep - 0:18





" Le surpassement humain Marinford .
Un soleil radieux, des rayons du soleil étincelant, le son apaisant de l’océan et son odeur salée. Les mouettes qui virevoltent de leurs cris aiguë. Une île paradisiaque, remplie de palmiers, ancrés sur une plage de sable fin. Y-a-il plus belle endroit pour passer son jour de repos ? Il est difficile de trouver mieux. Les vagues s’élancent et emportent des grains de sable avec elles. Ce petit coin de paradis s’appelle Coroa Island,  sur l’une des voies de la Grandline. Cet îlot, en forme de « G » connait une étendu de plage sur toute sa circonférence et une petite forêt en son centre. Non loin de la boucle du « G » se trouve  une petite maison qui n’en est pas moins de mauvaise facture.  Un toit de tuiles rouge en forme de chapeau longe des battisses de brique beige de la demeure. Caché par  quelques cocotiers, cet habitat est complètement protégé du soleil. Non loin de  la porte d’entrée se trouve une chaise de plage, ainsi qu’une minuscule table ronde et bleu qui a à peine de quoi pouvoir faire tenir une délicieuse limonade ainsi qu’un étrange escargot sur lequel est accroché un cordon téléphonique. En regardant de plus près, il s’agit évidemment d’un escargophone, le moyen de télécommunication le plus efficace et moderne du globe. Celui est de couleur beige et porte vraisemblablement une perruque brune ainsi que du maquillage aux yeux. Un style, bien féminin. La personne qui dort à côté de cette table s’ennuie très vite lorsqu’elle entendit le son « pulupulupulu pulupulupulu ». Elle qui s’est à peine assoupi, contraint de répondre à cette appelle qui est probablement très important. Cherchant à tâtons l’escargophone, la personne passe d’une position allongé à assise. On voit dès à présent les cheveux courts en broussaille de cette personne. Il est peu commun de voir une personne avec des cheveux d’une couleur aussi paille. Prenant l’escargophone d’une main haletante, la personne qui n’est pas encore dévoilé par la lumière du soleil, met ses lunettes, tapis dans l’ombre du palmier. Faisant tourner en boucle le câble de l’escargophone de manière enfantine, la personne s’avance vers la table et dévoile son sourire de jeune homme malicieux à la lumière :

«  Pulupulupulu…Kocha
- Alloooo ? Qui peut bien être à l’appareil ? Hmm ♫
- C’est moi. Ne soit pas stupide koso.
- Oh, c’est vous boss ? C’est vrai que c’est votre escargot personnelle du coup j’aurai peut être du m’en  douter. Cela signifie aussi que vous avez, sans mal, sécurisé cette ligne ♪ …
- J’ai des informations  me signalant que les révolutionnaires auraient développé ces nouveaux escargophone pouvant intercepter les conversations. Je ne fais que jouer prudence.
- Est-ce vraiment les révolutionnaires dont vous vous méfiez boss ? Ou devriez-vous peut être regarder au dessus de votre épaule ?
- Pas le temps de jouer avec toi. Tu es convoqué à Marinford.  Tu seras briefé là bas.
- Quelque chose d’amusant va arriver ?
- On peut dire ça. Et gamin, arrête de te faire du menu fretin tes jours de congé, c’est puéril…
….Kocha »

« Les gars, vraiment excusez moi…j’ai oublié de vous déclarer en état d’arrestation.  Du coup je ne suis pas un marine en règle. Je libère ceux, qui sont capable de partir, fufufufu  ♪»
Sur ces derniers mots, le jeune pose l’escargot en souriant et derrière lui se trouve une pile d’hommes, entassés, brisés, comme des sacs, aux vêtements sagouin, qui sentaient fortement l’alcool. Pas de doute sur eux, ces gens étaient des pirates. Seulement, notre ami ne leur a pas laissé le bénéfice du doute.

Quelques jours plus tard…


L’arrivé au quartier général s’est fait sans encombre. Bien que quelques pirates fussent sur son chemin, il n’y voyait guère obstacle. Pour lui, personne ne s’oppose à la marine. C’est la puissance exécutive de la justice. Et il n’y a rien aussi de la justice. C’est dans cette optique, ce lifestyle « Justice is the best » que le dit marine avait accosté pour arpenter les couloirs du HQ depuis déjà cinq minutes. C'est-à-dire que ce n’est pas un petit endroit. Un immense château aux influences nippones de l’époque Edo. Voilà ce qu’est le magnifique édifice de Marinford. Le visage de la marine, sa fierté. Un peu perdu dans cet endroit où il n’a pas habitude d’aller. Après avoir demandé son chemin il fini par trouver le bureau du dit boss. Il entre et se fait tout de suite sermonné de ne pas s’être vêtu de l’uniforme officiel. Il était à la place en costard trois pièces, mais, sans veste. Il s’assoit alors et commence à prendre le thé avec son supérieur. Son supérieur, lui, tapis dans l’ombre de son bureau. Impossible à décrire:

« Je n’aime pas  la tournure dont prennent les choses.
- J’avais compris Boss, sinon vous ne m’auriez pas fait venir jusqu’ici.
- Je t’ai fait venir parce que tu es ici grâce à moi, et s'en est de même pour la suite…
- Cela va de soit, très cher.
- Tu  feras moins le malin  quand tu sauras ou tu es assigné.
- Hm. ?
- Une île déserte. Officiellement tu y es envoyé pour voir s’il est possible d’y établir une base de défense.
- Et ma partie préférée arrive...
- Officieusement, ton bateau fera escale sur une autre destination dont tu ne connaîtras pas le chemin et ne sera pas praticable par log pose.
- Pour y faire ?
- As-tu déjà entendu parler de la voie des six pouvoirs ?
- Non, mais on dirait bien un conte de fée dont j’ai envie d’entendre l’histoire ♪ »


Et les deux marines continuent de discuter, dans la discrétion la plus totale des bureaux du Qg



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Marine
Marine
avatar



Greyback Byakko
Messages : 107
Métier : Charpentier

Fiche du marin
PP : 411
PH : 407
Grade : Lieutenant
MessageSujet: Re: Le surpassement humain   Lun 16 Sep - 9:27


Retour aux sources


Un doux sentiment de nostalgie envahit Greyback lorsqu’il posa le pied sur l’île X. Combien de temps cela faisait il depuis la dernière fois ? Il ne savait le dire avec précision, mais il fallait surement compter en années. Cet endroit, Byakko ne le connaissait que trop bien. Comment oublier l’endroit où il fut entrainé durant de long mois par son maître ? Tant de joies, tant de peines, tant de souffrances et de douleurs résonnaient encore ici. L’île X, un nom étrange à la double signification. De prime abord, l’on pourrait penser que le nom fait référence à la forme de l’îlot qui empruntait la topographie de la lettre éponyme. Mais pas que. X symbole suprême de l’inconnue et du mystère, un nom plus qu’adapté pour le dixième camp d’entrainement militaire secret du gouvernement. C’est en ce lieu tenu secret qu’étaient formés les maitres assassins du gouvernement à l’art non moins secret du Rokushiki. Peu avaient le droit d’y pénétrer, encore moins revenait entier.

Malgré son air paradisiaque, l’île était mortellement dangereuse. Chacune des branches du X avait sa propre saison. Quand au centre de l’île, il était l’épicentre des différents courants d’air chaud ou froid qui provenaient des quatre coins de l’île. Et que se passe t-il lorsque l’on mixe des vents d’hivers, d’été, d’automne et de printemps ? Des tornades, des tempêtes de neige et autres calamités météorologique. Connaissant l’île par cœur, Greyback avait pris le pli de faire accoster le bateau détourné pour l’occasion dans la zone printanière. Cette partie était celle qui lui correspondait le mieux, une immense forêt tropicale en recouvrait l’intégralité. Il s’y sentait comme un poisson dans l’eau, ou plutôt, comme un tigre en forêt.

En prenant la direction du centre du X, Greyback repensait au coup d’escargophone que son sensei lui avait passé. Apparemment il avait une nouvelle recrue à former et étrangement, il avait besoin de lui pour se faire. Byakko n’avait su quoi pensé de cette demande, mais il n’avait eu d’autre choix que d’accepter. Il faut savoir qu’en ce bas monde, il n’existe que deux hommes pour qui Greyback porte suffisamment de respect et de confiance pour obéir à la moindre demande sans poser de question. La première de ses personnes était Zuko Kasai, son capitaine vénéré. La seconde était son maître. Lui, l’orphelin, avait trouvé une figure paternelle en son sensei. Voilà pourquoi une bouffée d’angoisse avait accompagné la demande du maitre assassin. L’homme n’était plus tout jeune et Byakko avait peur que sa santé ai déclinée au point qu’il ne puisse plus former les jeunots correctement. C’était aussi pour cette raison qu’il était venu.

Après un temps interminable de randonné, le colosse arriva enfin devant son maître adoré. Un autre homme lui faisait face. Costume trois pièces en soie blanche, cravate de haute facture, lunette à la mode et mocassin en pur cuir. Sans encore le connaître, Byakko ne pouvait le saquer. Il lui rappelait trop cet enfoiré de Clive. Lui aussi aimait bien le style bon chic bon genre, pourtant sous cette couverture attrayante se cachait un monstre de sournoiserie qu’aucune eau de Cologne aussi cherre soit elle ne pourrait camoufler l’odeur putride de cette corruption.


« Yo sensei ! Comment vas-tu depuis le temps ? Ta santé est elle si mauvaise que tu me demande de former les bleus ?... »
« Tu raconte toujours autant de connerie Grey’…Petit con, tu crois donc que je suis devenu grabataire hein ?... »

Le vieil homme disparut d’un coup. Le colosse ressentit soudain une vive douleur dans les cotes. Son maître, loin d’avoir perdu la main, venait de lui écraser son poing dans son flanc droit.

« Alors ? Rassuré sur mon état de santé ? C’est quand même dramatique, je ne peux appeler mon disciple adoré pour vérifier ses progrès sans que celui-ci me prenne pour un vieux shnock, au lieu de proférer des absurdités aide moi à former mon nouvel élève… »



*Tsssss vieux con, t’as juste la flemme en fait.*

Essayant de faire bonne figure devant le bleus, Greyback repris tant bien que mal contenance en tentant désespérément d’afficher un sourire.

« Salut, moi c’est Greyback. Comme tu l’as deviné je suis chargé par le vieux con derrière de t’enseigner l’art du Rokushiki…T’es prêt ?...

…Dans ce cas…




…C’est toi le chat ! »

En une fraction de seconde, Greyback disparut à son tour pour réapparaitre derrière son apprenti, lui mettant une pichenette derrière l’oreille. Un signe de défi qui disait clairement : Attrape-moi si tu peux.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Le surpassement humain

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jeu alchimie
» Construction d'une image
» 10 choses surprenantes sur le cerveau humain
» RAILGUN ~ Le canon électrique humain.
» Avatar gif - Forum humain the 100

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
One Piece Beginning :: Voguez à travers les flots :: Calm Belt :: Les autres îles de Calm Belt-